Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Réactions: «Le régime Biya doit cesser cette forme d'autoritarisme»

8 Novembre 2013, 16:53pm

Publié par Hervé Villard

 

Ernest PEKEUHO TCHOFFO (President National du Bric)

 


«Le régime Biya doit cesser cette forme d'autoritarisme» 

«Nous avions suivis avec regret la condamnation de deux leaders de l'Upc des fideles Alexis Ndema Same et Albert Moutoudou qui avaient été interpellés le 26 février 2013 au niveau du rond point Deido, alors qu'ils menaient en toute légitimité leur manifestation dans l'optique d'informer le peuple sur les inscriptions biométriques conduites par Elecam. On a vu après la distribution des cartes qu'ils n’avaient pas tord de mener une telle action. On sait que dans notre République aucun Sous-préfet ne peut vous donner une autorisation pour une manifestation fut elle pacifique en dehors du Rdpc. Bien sûr qui d'après un article que seul les Sous-préfet maitrisent, est autorisé à barrer même la voie publique pour manifester. Pourquoi aller donc en  demander? Le régime Biya doit cesser cette forme d'autoritarisme. Ce sont des abus et, nous devons nous mobiliser pour manifester contre de tels agissements. Toute dictature a une fin et celle de Biya c'est pour bientôt»

 

 

Réalisés par Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Tribunal: Le président de l'Upc condamné à la prison avec sursis

8 Novembre 2013, 16:46pm

Publié par Hervé Villard

 

La sentence a été rendue ce mardi 5 novembre par le tribunal de Première Instance de Bonanjo. C’était  dans la mi-journée aux environs de 14h


Un mois d’emprisonnement avec sursis pendant trois ans, voilà présenté de manière succincte la sentence qui a été infligée à Alexis Ndéma Same le président de l’Upc des fidèles  et à Albert Moutoudou, Secrétaire générale de ce parti politique de l’opposition,  par le tribunal de première instance de Bonanjo.  Cette décision  très attendue par les nombreux militants de ce parti et des journalistes de la capitale économique du Cameroun a été rendue en présence d’une foule de curieux venus témoigner leur soutien aux responsables de ce parti et surtout, écouter d’eux-mêmes la sanction qui sera infligée aux responsables de ce parti. Ceux-qui croyaient que les deux politiques allaient tout simplement être acquittés pour fait non établis, ont été surpris par la décision de Joseph Owotou, le juge qui a rendu le verdict.  Dans les faits, le tribunal de première instance de Bonanjo a déclaré  les deux responsables du parti des crabes coupables des faits de troubles à l’ordre public et d’incitation à la révolte. Et, les a infligés la sanction susmentionnée. A savoir un mois d’emprisonnement avec sursis pendant trois ans.  

 


D’après les explications fournies par les hommes de droit,  les deux cadres de l’Upc des fidèles ne séjourneront pas en prison. Seulement, ils sont interdits de toute organisation de manifestation ou toutes autres activités politiques se situant dans le même registre que ceux pour lesquels, ils ont été traduits devant la barre. Pour dire simple, ils sont condamnés à rester tranquille et à ne poser aucun acte susceptible de les  conduire devant la barre. D’après Me  Dieudonné Happi, avocat au barreau du Cameroun, «Au cas où ces derniers venaient à commettre une infraction, peut importe  la qualité de l’infraction commise,  ils seront immédiatement arrêtés et emprisonnés. Car, l’emprisonnement à un mois de sursis qui pèse contre eux va tout simplement se transformer en une peine réelle», explique l’avocat. Avant d’ajouter que, «Alexis Ndéma Same et Albert Moutoudou, sont tout simplement condamnés à rester tranquilles et à ne pas commettre d’infraction s’ils ne veulent pas aller en prison» précise-t-il

 

Muselement 

D’après Edmond Kamguia, journaliste au quotidien La Nouvelle Expression, spécialiste des questions de politique internationale et auteur du célèbre ouvrage Le journalisme du Carton rouge, la décision du Tribunal de première Instance n’est qu’une technique pour maintenir les responsables de ce parti dans  une forme  d’inactivisme politique.  «On veut tout simplement les empêcher d’organiser d’autres manifestation. C’est une manière de les museler et de les empêcher de poursuivre leur mission. Pendant trois longues années, ces derniers selon la  décision rendue doivent tout simplement se taire et ne plus rien faire d’autre. C’est une épée de Damoclès qui plane sur leur tête » explique le journaliste émérite.

Le président de l’une des factions de l’Upc quand à lui crie plutôt  à l’injustice. Car, ce qui vient de se passer au Tribunal de première instance de Bonanjo, relève tout simplement de l’inédit. D’après celui qui ne s’avoue pas vaincu, et qui promet poursuivre l’œuvre des nationalistes de l’Upc assassinés pour des causes justes, «le combat va continuer, peu importe le prix à payer» déclare-t-il tout furieux. Avant d’inviter d’autres responsables de partis politiques de l’opposition à soutenir ce combat qui vise à défendre le droit et surtout la liberté au Cameroun. «Ce n’est pas bon pour notre pays de revenir en arrière. On a sacrifié des milliers de personnes pour que ces lois soient modifiées.  On ne va pas passer tout le temps à reconstruire un pays. C’est certain que c’est une tentative de musèlement de l’Upc Mais, nous allons continuer le Combat. Car, on ne se bat pas seulement pour l’Upc, mais pour la justice du peuple camerounais. Cette décision n’est pas seulement pour l’Upc. C’est pour tous les autres partis politiques de l’opposition» fait-il savoir.

 

Coup monté


upc-0-4-cimages-saaed-500x300-cache-upda

Au sein de ce parti politique de l’opposition basé à Douala,  c’est une colère totale. Les militants sont remontés contre cette décision de justice qui plombe entièrement les activités de leur parti politique. D’aucuns parlent déjà de coup monté pour tuer cette faction de l’Upc. «C’est malheureux pour le Cameroun. En évidence, ce sont les autorités administratives qui ont tort ici, et c’est nous qu’on vient condamner. Cette sentence  est dans le droit filé d’une politique bien ajustée. Ils ont choisi leur faction de l’Upc qu’ils ont façonnée. Maintenant, ils musèlent ceux qui ne parlent pas le même langage qu’eux » déclare Samuel, T. un militant courroucé.

A titre de rappel, il faut dire que l’affaire pour laquelle Alexis Ndéma Same et Albert Moutoudou viennent d’être condamnés, remonte  au 26 février 2013. Selon des informations, les membres de ce parti s’étaient rendus au Rond point Deido pour une manifestation qu’ils affirment avoir déclaré. Pendant qu’ils dénonçaient les régularités d’Election Cameroon pancartes à la main, ils ont été stoppés dans leur élan après 45 minutes de manifestation par  le commandant de la Brigade de gendarmerie de Deido, accompagné de ses éléments. Ils ont  arraché les messages que brandissaient les manifestants. Ensuite, Albert Moutoudou, secrétaire général et Alexis Ndema Same, président de l’Union des populations du Cameroun ont été conduits manu militari à la Brigade Territoriale de Bonanjo où ils ont été entendus au bureau spécial des Recherches et des enquêtes criminelles par les lieutenants Mbang Eto et Moussinga Stéphane. Après cette audition, le lieutenant colonel Ze a signé une garde à vue de 48 heures.  Avec les conseils de Me Rubben Moualal, avocat  au barreau du Cameroun, la hiérarchie du parti  compte  interjeter appel pour que justice soit rendue.

 

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Mtn Elite One: Panthère Tonnerre et Sable, relégués en deuxième division

8 Novembre 2013, 16:43pm

Publié par Hervé Villard

 

CAMEROUN Cameroun (J14) : Panthère leaderLes trois équipes suscitées sauf changement de dernière minute, évolueront en Mtn élite Two la saison  sportive prochaine.

La saison sportive 2013 vient de s’achever au Cameroun. Les dernières rencontres de ce championnat qui a connu de multiples perturbations et interruptions ont été livrées ce dimanche 3 novembre 2013 dans l’ensemble du triangle national. A l’issue de la 26ème et dernière journée d’ailleurs pleine de suspens, des résultats différents ont été réalisés sur les stades de la république.

A Douala, Astres de Douala et «le Flambeau de l’Ouest» n’ont pas fait mieux qu’un match nul d’un but partout. Union de Douala dans un derby régional à Tiko, a battu l’équipe de New-stars de Douala (2-0). Dans les autres rencontres, panthère de Bangangté qui jouait  à domicile, a eu raison de Douala Athlétic Club (1-0). Sable de Batie déjà classé dernier a gagné pour rien. Il a battu Fovu de Baham(1-0). A Yaoundé, le duel régional entre le tonnerre et l’équipe de renaissance s’est soldé par la victoire du second. Score de la partie, deux buts contre un. Quand au canon de Yaoundé  qui recevait  Yong Sport Academy de Bamenda, il a fait  jeu égal (1-1).

A l’issu de cette rencontre de la 26ème et dernière journée du championnat national de première division, un bilan provisoire peut être fait, en attendant celle de la commission d’homologation de la ligue professionnel de football du Cameroun.

En espérant que, toutes les rencontres seront homologuées aux scores acquis sur le terrain, on constate que Coton sport qui totalise 46 points après 26 matches joués est champion de la saison sportive 2013. Il est suivi par  les Astres de Douala 2ème avec 44 points puis par Union de Douala classé 3ème avec 41 points. Ces trois premiers clubs vont représenter le Cameroun aux coupes africaines la saison prochaine.

 Au bas du tableau, on constate pareillement que les clubs appelés à faire valoir leur droit en division inferieure sont : Panthère de Bangangté premier relégable avec 29 points. Il est suivi de Tonnerre de Yaoundé qui totalise 26 points et de sable de Bâtie qui totalise pareillement 26 points. Ils vont céder leurs places à, Union des mouvements sportifs de Loum (Ums de Loum), leader du championnat Mtn Elite 2, saison 2013 avec 50 pts, puis  à Scorpion  de Bé qui totalise 44 pts et à  Cosmos de Bafia classé 3ème à l’issue de ce championnat avec 44 pts.  Ces trois clubs qui ont fait la pluie et le beau temps en Mtn élite Two joueront dans la cour des grands dès la saison sportive prochaine.

 

Hervé Villard Njiélé

 

Classement provisoire à l’issue de la 26ème journée  Mtn élite one

Equipes                               Points   Joués

1              Coton Sport      46             26

2              Astres                 44            26

3              Union                  41           26

4              Unisport             40            26

5              Canon                35            26

6              Njalla Quan       34             26

7              Fovu                   34             26

8              YOSA                34               26

9              Renaissance     32              26

10            Douala AC         31             26

11            New Stars          30             26

12            Panthere           29              26

13            Tonnerre           26              26         

14            Sable                 26               26         

 

 

Voir les commentaires

Cameroun-Tunisie: Liste des joueurs convoqués

8 Novembre 2013, 16:39pm

Publié par Hervé Villard

La liste des joueurs convoqués

-Gardiens de but

 Charles Itanje (Konyaspor, Turquie), Guy-Roland Ndy Assembe (Guingamp, France), Sammy Ndjock (Antalyaspor, Turquie)

Défenseurs

Allan Nyom (Granada FC, Espagne), Dany Nounkeu (Galatasaray, Turquie), Aurélien Chedjou (Galatasaray, Turquie), Nicolas Nkoulou (Olympique de Marseille, France), Jean-Armel Kana (Stade Rennais, France), Gaëtan Bong (Olympiakos, Grèce), Benoît Assou Ekotto (Queen Park Rangers, Grande Bretagne), Henri Bedimo (Lyon, France)

Mileux de terrain

 Stéphane Mbia (FC Séville, Espagne), Eyong Enoh (Ajax Amsterdam, Pays-Bas), Jean II Makoun (Rennes, France), Joël Matip (Schalke 04, Allemagne), Raoul Cédric Loé (CA Osasuna, Espagne), Landry Ngeumo (Bordeaux, France), Alexandre Song (FC Barcelone, Espagne)

Attaquants

 Samuel Eto'o Fils (Chelsea, Grande Bretagne), Achille Webo (Fenerbahce, Turquie), Vincent Aboubakar (Lorient, France), Eric Choupo Moting (Mainz 05, Allemagne), Jacques Zoua (Hamburger SV, Allemagne), Benjamin Moukandjo (AS Nancy-Lorraine, France), Fabrice Olinga (Malaga, Espagne)

Joueurs suppléants

Idriss Carlos Kameni (Malaga, Espagne), Franck Bagnack (FC Barcelona B, Espagne), Ambroise Oyongo (Coton Sport, Cameroun), Edgard Sailli (Lens, France), Aboubakar Oumarou (Waasland-Beveren, Belgique), Idrissou Mohamadou (Kaiserslautern, Allemagne)

 

Voir les commentaires

Cameroun-Tunisie : Oyongo Bitolo présélectionné

8 Novembre 2013, 16:24pm

Publié par Hervé Villard

Le joueur de Coton sport de Garoua est le seul représentant du championnat national qui figure dans la liste des présélectionnés pour la rencontre Cameroun Tunisie comptant pour le dernier tour éliminatoire de la coupe du monde Brésil 2014.


L’entraîneur sélectionneur des Lions indomptables a rendu publique le mardi 5novembre  2013, la liste des joueurs présélectionnés pour le match du 17novembre  prochain à Yaoundé. Match retour comptant pour le dernier tour des éliminatoires de la Coupe du monde 2014. Dans cette liste on note la présence d’Ambroise  Oyongo Bitolo, le seul joueur  évoluant dans le championnat national de première division du Cameroun. Ce jeune joueur qui évolue dans l’équipe de Coton sport de Garoua figure dans la liste d’attente. Il a été  sélectionné pour palier  au problème que l’équipe nationale rencontre sur le flanc gauche. Mais seulement, celui-ci est placé dans la liste des remplaçants et n’aura par conséquent pas la chance de jouer cette rencontre. Même si l’ont déplore le fait que ce soit le seul joueur du championnat qui soit sélectionné.

 


Du coup, des langues se délient pour fustiger cette attitude des entraineurs nationaux qui ne font pas confiance aux joueurs locaux. Ces derniers convoquent  d’avantage les  aux joueurs évoluant dans les championnats européens qui malheureusement, ne réalisent pas les résultats qu’on attend d’eux. Du coup l’on se demande pourquoi ne pas faire un peu confiance aux joueurs locaux. Puisque, c’est en fait eux qui représentent l’avenir du football camerounais.


D’après Jules Frédéric Nyonga qui réagit à cette préoccupation,  Il est difficile pour les amateurs d’intégrer directement l’équipe nationale compte tenu du volume de jeu qu’il y a à ce niveau. «Dans l’immédiat et compte tenu du niveau de notre championnat, il serait difficile de répondre par l’affirmative à cette préoccupation portant sur  l’intégration en équipe première des Lions indomptables les joueurs locaux. Mais, ils peuvent encore être dans l’antichambre comme c’est le cas, afin d’être préparés pour ce genre d’engagement. Donc, je pense que de temps en temps, sur 23 ou 22 joueurs, on pourrait avoir un ou deux qui viennent se frotter à ces joueurs professionnels venus d’ailleurs pour se préparer à intégrer véritablement le groupe» précise l’ancien coach des Lions.


En plus de la présence de ce joueur de notre championnat local, on note pareillement le retour de certains anciens joueurs de l’équipe nationale. Il s’agit de Benoit Assou Ekotto, joueur de Queen Park Rangers, club de deuxième division anglaise. On note dans ce même sillage, la convocation des attaquants Vincent Aboubakar, en regain de forme à Lorient (France) et Landry Nguemo (Bordeaux, France), des milieux Raoul Cédric Loé (CA Osasuna, Espagne) et Stéphane Mbia (FC Séville, Espagne).

L'autre fait marquant de la liste de Volker Finke  est la relégation du gardien Idriss Carlos Kameni dans la liste d'attente, lui qu'on dit ‘'en sursis'' dans son club de Malaga (Espagne).


Bien qu'en tête du groupe I, le Cameroun, qui a réussi à l'aller un nul vierge contre la Tunisie, le 13 octobre dernier à Radès, doit impérativement l'emporter à domicile pour obtenir son ticket du Mondial.

Le stage des Lions indomptables débute lundi prochain à Mbankomo, une localité située dans la banlieue de la capitale du pays, Yaoundé.

 

Hervé Villard Njiélé


Voir les commentaires

Douala : Les employés d’Afrique construction en grève

8 Novembre 2013, 16:17pm

Publié par Hervé Villard

Ces derniers  revendiquent  les aérés de salaire du mois d’octobre et leur inscription à la Cnps

 

L’agence Afrique construction située non loin du carrefour «deux églises» a connu une ambiance toute particulière depuis le mercredi 6 novembre 2013.  En effet, les employés de cette entreprise qui fait dans la vente des produits destinés à la construction ont assiégé les bureaux d’Akwa pour manifester leur ras-le-bol.  Les uns assis à même le sol, les autres debout, ils étaient plus d’une trentaine qui voulaient se faire entendre. Comme objet de leur mécontentement, ces derniers en service depuis plus d’une décennie pour les uns et  un peu plus pour les autres réclament le paiement de leur aéré de salaire du mois d’octobre, et leur inscription à  la caisse nationale de prévoyance sociale (Cnps). Ces derniers réclament en outre l’application de la convention collective qui leurs accorde plusieurs avantages et qui ordonne de revaloriser leur salaire.


Matraqués le mercredi 6 novembre 2013 jour de lancement de ce mouvement d’humeur  par les éléments des forces de l’ordre alertés, les employés de cette entreprise sont revenus à la charge hier jeudi 7 novembre 2013 matin. Pour faire entendre leur voie, ils ont barré la voie publique qui traverse le siège de cette entreprise situé à Akwa à quelques mètres du carrefour deux églises. Ce qui a causé un  embouteillage fou.


Alertés à nouveau, les éléments de la gendarmerie de Mboppi sont descendus sur les lieux pour faire régner de l’ordre.  Les grévistes qui ont essayé la veille de prendre en otage le gérant de cette structure seront chassés à coup de bâton et de matraque. Sous la menace des forces de l’ordre, ils vont abandonner les lieux non sans promettre de recommencer si les problèmes posés ne trouvent pas de solution. L’un d’entre eux courroucé par l’attitude des responsables qui, au lieu d’ouvrir un dialogue cherchent  plutôt à les museler a promis de saisir l’inspection du travail pour dénoncer ces irrégularités.


Sur le lieu de l’incident hier aux environs de 12h30min, le calme était revenu au sein de cette agence d’Afrique Construction. Les grévistes avaient foutu le camp. Trois gendarmes matraques en main étaient postés tels des soldats devant cette entreprise. Les marchandises étaient (fers, ciments brouettes et autres) exposées.  Rien ne faisait savoir qu’il y  a eu mouvement de grève à cet endroit. En dehors des commerçants opérant dans le périmètre et quelques « call boxeuses » qui  commentaient cette actualité, plus personnes n’en parlait. Même pas le gestionnaire de cette structure rencontré. Sans décliner son identité, il ne s’est pas prononcé sur ce qui s’est passé.

D’après les riverains, les employés en grève ont déclaré qu’ils sont endettés et que leurs enfants sont renvoyés de leurs écoles pour des problèmes de scolarité.


Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Théophile Feunkou (Coach Union de Douala): «On répond aux bavards par les résultats du terrain »

4 Novembre 2013, 20:31pm

Publié par Hervé Villard

 

 

 

 

Après la brillante victoire de son équipe les Nassaras Gamakaî sur celle de Canon de yaoundé pendant la 25ème journée de la Mtn élite one, Théophile feunkou ,entraineur de l'Union de Douala exprime sa satisfaction. Lisez plutôt !!!.

 

«Nous sommes contents ce soir parce que nous avons remporté cette rencontre. La grande satisfaction c’est que, nous avons marqué sept buts. Ce qui nous réconforte, c’est que nous sommes sur la bonne voie. Car, il  y a eu des buts où, c’est le travail que nous avons fait en semaine qui nous ont permis de marquer. Je ne sais pas ce qui est arrivé à Canon. Mais, je pense que c’est la réussite que nous avons eu toute suite c'est-à-dire directement après le coup d’envoi de la rencontre qui est à l’origine de ce résultat. On aurait du marqué neuf buts, mais, on en a inscrit sept et on va le prendre avec beaucoup plus de plaisir. C’est le travail qui est le fruit de ce résultat. Quand je prenais cette équipe en juin, on était 10ème. Avec le travail, et la foi aujourd’hui avec l’aide de Dieu on vise une place au podium. C’est le travail et rien que le travail.  Vous savez quand je prenais la tête de cette équipe, les gens ont prédit la descente d’Union de deuxième division. Ils ont dit que le président avait fait le mauvais choix. Aujourd’hui je peux leur dire que le football ce ne sont pas les bruits. C’est le travail et rien que le travail.  Ce que je dis à mes poulains tous les jours c’est que le football c’est le terrain ce n’est pas le bavardage. On répond aux bavards par les résultats du terrain »


Réaction récueillie par Hervé Villard Njiélé

 


Voir les commentaires

Oscar Eyoum (Coach de Canon de Yaoundé): «On va essayer de travailler pour rectifier ce qui n’a pas marché»

4 Novembre 2013, 20:25pm

Publié par Hervé Villard

 

Rencontré après la rencontre de la 25ème journée de la Mtn élite One perdu face à Union de Douala par 1but contre 7 au stade de la réunification de Bépanda, Oscar Eyoum le coach de Canon de Yaoundé bien que déçu s'est confié dans les colonnes de WWW.hervevillard.over-blog.com.Lisez-plutôt!!

Quel sentiment  vous anime après ce classico perdu 1but contre 7 face à l'Union de Douala ?


«L’impression que j’ai après cette rencontre est celui d’un entraineur déçu. C’est celui d’un entraineur qui voit son travail coulé dans un fleuve. C’est l’impression d’un entraineur qui va se remettre en cause et repartir dans une nouvelle semaine pour essayer de remettre les choses en ordre. On va essayer de travailler pour rectifier ce qui n’a pas marché. On va continuer de travailler pour attendre le prochain client, pour ne pas rester ridicule, on va travailler pour rester nous même.


Qu’est ce qui a fait problème cette après midi ?

Il n’y a pas de problème chez nous. Rien n’a véritablement marché aujourd’hui. Tout ce qu’on n’a tenté n’a pas réussi. Personne n’est sorti du lot véritablement cet après midi. Voilà, on a payé cash pendant la rencontre, c’est ce qui est arrivé, on va rentrer pour pouvoir analyser véritablement  ce qui s’est passé aujourd’hui. Malgré cela, il faut dire qu’on n’a pas passé une mauvaise saison dans l’ensemble, le Canon de Yaoundé vous le savez est partir de la position de relégable pour se retrouver là. On  va faire le bilan de la saison après la 26ème journée. On perd certainement la lutte pour la troisième place. Il fallait bien que cela arrive. Ce n’est que normal que dans une compétition il y ait un vainqueur et un vaincu. Bon cet après midi c’est Union de Douala qui a eu cette chance là. Et ce n’est que Normal.

Notre adversaire du jour a été au dessus de nous ce n’est plus à démontrer. Union de Douala était dans ses beaux jours et ils l’ont démontré vous n’avez qu’à voir le score. Mais nous, on va rentrer pour essayer de nous rétablir. Il y aune dernière journée qui reste, on espère qu’à notre retour on aura la chance de nous refaire pour changer la donne des choses. »

 

Réalisées par Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Alexandre Bélinga: «Nous pouvons souffler encore pendant 24h »

4 Novembre 2013, 20:17pm

Publié par Hervé Villard

  

  

ALEXANDRE BELINGARencontré après la rencontre Astres –Young sport Academy de Bamenda comptant pour la 25ème et avant dernière journée de la Mtn élite one, rencontre remportée par les brésiliens de Bépanda (1-0), Alexandre Bélinga, le coach des Astres de Douala, revient sur ce match difficile. Et d’avantage, sur la course au titre de champion du Cameroun pleine de suspens. Il évoque  en passant  le coude à coude entre l’équipe de Coton sport de Garoua et les Astres  et pareillement cette fin de saison difficile pour son équipe. Lisez plutôt ! 

 

Astres 1 Young sport 0. Une difficile victoire des Astres de Douala coach ? 

 

«C’est vrai il  était question pour nous de gérer nos efforts et d’attendre le bon moment qui va nous permettre de marquer un seul but pour gagner cette rencontre. Maintenant, c’est ce que nous avons fait. Je félicite mon équipe pour la bonne gestion de cette rencontre. Je me félicite et je félicite mes joueurs qui ont respecté et appliqué les consignes données.

 

Il faut dire que cette victoire permet d’entretenir l’espoir pour le titre de champion ? 

C’est ce que je ne fais que dire. Et, je le répète d’ailleurs chaque fois. Même pour Coton Sport de Garoua, ce ne sera pas facile. Entre eux et nous, c’est le coude à coude. Maintenant, nous pouvons souffler encore pendant 24h en attendant l’issue de la rencontre Coton sport de Garoua contre le Fovu de Baham. On espère tout simplement que Fovu va faire un bon résultat à Garoua.  Je vous dis  que c’est dur, c’est vraiment dur. Mais, si c’est dur  pour nous, c’est également dur pour le Coton, il faut le reconnaitre. Et ce sera dur ainsi jusqu’à la 26ème journée. Nous avons joué aujourd’hui, nous allons jouer  mercredi et dimanche aussi. C’est celui qui va laisser là peau entre ces deux rencontres qui perdra le titre.

 

Les   Astres  de Douala  sont en train de finir la saison à genou? 

C’est vrai, nous finissons la saison à genou. Mais, quand on portait le championnat par la tête, les autres étaient à genou. Pourquoi vous me demandez cela maintenant comme si quand on commençait le championnat les autres étaient à 20 mètres de l’arrivée et nous à cinq mètres. Je vous rappel qu’on a commencé le championnat tous au même niveau. Quand on a commencé le championnat, nous avons fourni des efforts et ce n’est que normal que l’organisme nous réclame son dû aujourd’hui. C’est tout à fait normal. Les équipes qui étaient à la traine sont en train d’avancer et nous sommes en train de reculer. Nous finissons certes la saison à genou mais, nous venons quand même de réaliser une victoire. Pour l’instant, nous sommes provisoirement leaders.  La dernière journée sera vraiment dure. Ce que nous allons faire, c’est d’essayer d’avoir un programme de récupération pour permettre à mes poulains de bien gérer ces rencontres là. On  va essayer d’associer de nouveaux joueurs pour  permettre à mon effectif d’être frais dimanche prochain.

Un mot sur  votre adversaire de la 25ème journée? 

 

Young sport académie a déroulé son jeu. C’est une équipe très athlétique. Et quand vous ajoutez que c’est une académie vous comprenez que c’est une équipe qui sait jouer au football. On a tout simplement bien gérer et on attendu le moment important pour marquer le but.


Réalisée par Hervé Villard Njiélé 

 

 

Voir les commentaires

Me Arioste Nangna: «Il faut que l’Etat paie les émoluments des huissiers»

4 Novembre 2013, 20:08pm

Publié par Hervé Villard


Avocat au barreau du Cameroun, Me Arioste Nangna analyse les incidences de la grève des huissiers de justice sur le système judiciaire au Cameroun. Rencontré dans ses bureaux sis à Akwa par La Nouvelle Expression, le célèbre avocat revient pareillement sur la profession d’huissier de justice pas trop connue du public

 


Les huissiers de justice sont en grève depuis le lundi 28 octobre 2013. Quelles influences ce mouvement d’humeur peut-il avoir sur la justice en général ?


Si la grève des huissiers est avérée, c’est un acte  très grave. Puisque  la justice ne pourra plus être rendue. Ceci pour la simple raison que les huissiers de justice sont au début et à la fin de toutes  les procédures judiciaires. Ce sont des huissiers qui introduisent une instance. Ce sont les huissiers de justice qui exécutent les décisions de justice. Au début, ils servent les assignations, ils servent les assignations à comparutions en matière pénale.  Ils servent des convocations. Car, s’ils ne le font pas, les justiciables ne pourront pas être au courant des procédures judiciaires qu’il y a à leur encontre. Quand une décision est rendue, il faut l’exécuter. Et, c’est l’huissier qui l’exécute.  S’il s’agit d’un paiement, c’est l’huissier. Quand il s’agit d’une expulsion, c’est également l’huissier. Si cette grève est avérée cela veut tout simplement dire que toute la justice sera suspendue pendant la grève.


Vous dites que la justice dans son ensemble sera paralysée pendant la grève des huissiers. Quels pouvoirs ont ces agents de la justice pour bloquer tout le système judiciaire ?


C’est une affaire de compétence tout simplement. Puisque, la justice est mue par les différents corps. Nous avons les magistrats, les avocats, les huissiers et d’une manière un peu plus particulière les Notaires. Le corps des huissiers, qui est également appelé agents d’exécutions,  est un corps spécial. L’huissier donne une valeur forte à tous les niveaux dans l’accomplissement des actes de justices. Les actes d’un avocat sont contestables parce que l’avocat représente un individu, un justiciable. Alors que les actes  d’huissiers sont les actes authentiques, qui ne peuvent être attaqués que par la mesure qu’on appelle la procédure de faux. Quand un huissier dit « j’ai vu »c’est que c’est vrai, on ne discute pas.

 S’agissant de la grève des huissiers dans un état comme le notre, ça voudrait tout simplement  dire que, si vous êtes victimes d’une infraction, vous ne pouvez pas intenter une procédure judiciaire. Puisqu’il n y a pas un huissier pour servir à cette personne une assignation. C'est-à-dire l’inviter devant le juge.  C’est par là que tout commence.

Et pour ceux qui ont des décisions de justice à faire appliquer, il ne peut pas l’exécuter. La justice étant rendue, il faut l’huissier pour faire exécuter les décisions de justice.


Comment fonctionne ces auxiliaires de justice ? Les huissiers de justices  sont-ils  des fonctionnaires de l’Etat ou c’est une profession libérale comme celle des avocats ?


Les huissiers ont un statut particulier en ce sens que, premièrement, ils sont sous l’autorité hiérarchique du procureur général. Ce qui veut dire qu’en matière pénale par exemple, ils peuvent servir des significations, des convocations, qui sont des actes  qui émanent du parquet ou du tribunal. Et, quand ils servent ces actes, là, l’Etat les paye. Ils ont droit à des émoluments. Ce qui fait qu’ils ont un statut particulier en ce sens que, en même temps ils sont indépendant et  d’un autre coté, ils sont au service  de l’Etat. Ils ont droits aux émoluments  quand ils accomplissent des actes pour l’Etat.

Quand le procureur veut convoquer un individu, pour être sur que la personne a été atteint, il faut que ce soit l’huissier qui le fasse. Et quand l’huissier accomplis ces diligences là, il faut qu’il soit payer en retour. Quand les avocats requièrent les huissiers pour un service, ils paient pour cela. C’est donc de la même manière que l’Etat paye les huissiers.  Ces émoluments sont payés de manière trimestrielle. L’huissier  n’est pas un agent de l’Etat.  Mais, celui-ci lui confie juste une charge et le paye en fonction de cela. Mais, C’est l’Etat qui décide où l’huissier va s’installer. L’huissier dans la vie de la justice a un rôle indispensable parce qu’il est au début et à la fin de l’action judiciaire.


Les huissiers de justices évoquent comment motif de grève le non paiement par l’Etat de leurs émoluments. Quelles réactions ?


Un service rendu doit être payé. Si on est dans un état de droit, l’Etat doit payer les émoluments de ces huissiers de justice. L’Etat de droit voudrait tout simplement dire la soumission de l’Etat aux règles qu’elle s’est elle-même donnée. L’Etat doit reverser à période régulière aux huissiers leurs émoluments. Ces émoluments représentent le travail que les huissiers ont fait pour luit. Il  faudrait que l’Etat paie cela. Puisque si  les particuliers paient les huissiers pour le travail qu’ils leurs rendent au quotidien, pourquoi l’Etat à qui, ces derniers rendent pareillement service ne voudrait-il pas les payer ? Il faut que  L’Etat les paie pour que la grève s’arrête. Surtout que cette situation ne date pas d’aujourd’hui. L’Etat est le garant du fonctionnement judiciaire. S’il ne veut pas que le système judiciaire soit paralysé, qu’il paie les émoluments des huissiers. Afin que ces derniers paient leurs employés, leurs charges locatives et autres

 

 Interview réalisée par Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires