Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Bourse d’excellence universitaire:Le recteur de l’université de Douala désamorse la bombe

14 Août 2013, 15:18pm

Publié par Hervé Villard

  

La carte d’étudiant et la carte nationale d’identité seulement permettront désormais aux étudiants d’entrer en possession de ce précieux sésame 

 universit--douala.jpg

 La mesure a été rendue publique ce mercredi 7aout 2013 par le recteur de l’université de Douala, Dieudonné Oyono. Le communiqué signé de celui qui préside désormais aux destinées de l’université de Douala a été affiché derrière le gymnase du campus 1 de l’Essec. Tout près des noms des récipiendaires. Cette mesure, qui est la solution au mouvement d’humeur orchestré par les étudiants   très tôt ce mercredi dans ce campus  fait déjà la joie de plusieurs d’entre eux.  Il est un peu plus de 14 heures. Le climat est devenu serein après  cette nouvelle décision du recteur. Au niveau de la photocopie, c’est la bousculade. Les étudiants qui ont déjà retrouvé  leurs noms  se hâtent pour s’emparer de ce butin. Cartes d’étudiant et nationales d’identité en main, ils se marchent dessus. Car, il n’est point question d’attendre encore.

Pendant qu’ils attendent d’être servis, ces derniers échangent autour  de cette prime d’excellence octroyée par le président de la république.

 Réservée à tous les étudiants régulièrement inscrits  pour le compte de l’année académique en cours, cette bourse est   selon nos sources, a fait beaucoup de mécontents.  En plus de certains étudiants qui ne retrouvent pas leurs noms sur ces listes,   d’autres spéculent sur les critères d’octroie de ce prix qui fait le bonheur des heureux élus. Tandis que ces groupes s’enfoncent dans leurs spéculations, un troisième groupe heureux de percevoir cette prime salue l’initiative du recteur.

 « Les conditions d’octroie de la bourse ont été considérablement allégées ce matin.  La décision du recteur de l’université de Douala est la bienvenue » déclarent sourire aux lèvres et en de manière unanime  les boursiers.

Cette mesure d’après le   Dr Jean  Claude  Atangana, chef de la cellule spéciale de contrôle et d’évaluation en service au rectorat, a été prise de commun accord avec le ministre de l’Enseignement supérieur. «C’est de commun  accord avec le ministre de l’enseignement supérieur, que   le Recteur de l’université de Douala a signé ce communiqué facilitant le retrait   de la prime de l’excellence. Ces conditions d’octroie de la bourse ont considérablement été allégées ce matin (hier Ndlr) », affirme tout joyeux ce responsable de l’université de Douala.

 

Pour cette année 2013, douze mil six cent cinquante six étudiants (12 656) de l’université de Douala  toutes les facultés et filières confondues ont été primés.

 

 

Hervé Villard Njiélé / Christelle Ekollo(stagiaire)

 

 

Voir les commentaires

Contentieux Electoral ; L’éligibilité des responsables administrations à la retraite ne souffre d’aucune contestation

14 Août 2013, 15:12pm

Publié par Hervé Villard

Selon des informations, aucune loi fut-elle électorale n’interdit aux responsables de l’administration en retraite de participer comme candidats aux élections municipales et législatives.

 

elecam

La valse des contentieux électoraux engagés après la publication des différentes listes électorales a amené votre site d'information www.hervevillard.over-blog.com à s’interroger sur l’éligibilité des responsables de l’administration à la retraite. Ceci pour éclairer ses fidèles lecteurs et empêcher à ces derniers de se faire manipuler par  ces nombreux contestataires qui remuent ciel et terre pour trouver des raisons  pour motiver la suspension de telle ou telle autre liste.


Autre  raison ayant motivé  cette éclaircissement n’est autre que les nombreuses contestations apporter par Calixte Bamen Djhelly,  un électeur à  la liste de madame Françoise Foning, tête de liste Rdpc dans l’arrondissement de Douala 5ème aux élections municipales du 30 septembre 2013 prochain.

Selon des informations de sources concordantes, en plus  de cet électeur qui a émis des réserves sur la liste de madame la maire sortante de Douala 5ème, nombreux sont les militants et d’autres électeurs  de cette commune qui plaident pour recaler cette liste. Entre autre raisons qu’évoquent ces derniers, on parle de  la présence dans la liste cette liste de Jeanneaux  Tamadjo l’ancien sous-préfet de Douala 5ème  en retraite depuis quelques mois. Classé 14ème sur liste du Rdpc de Douala 5ème, sa présence sur cette liste  d’après certaines indiscrétions serait mal appréciée par certains militants et électeurs de cette circonscription. Du coup, d’aucuns pensent que l’ancien sous-préfet de Douala 5ème n’est pas éligible.

Joint au téléphone pour en savoir ce que dit la loi électorale au sujet de l’investiture des responsables de l’administration à la retraite, Gislain Ngangue responsable régionale de la communication  à la direction régionale d’Elecam pour le littoral, fait savoir que, la candidature d’un responsable d’administration à la retraite ne souffrirait d’aucune contestation d’après lui. « La loi est muette à ce sujet. Sauf si je la lis mal. On connait déjà ceux qui ne peuvent pas être candidats à ces postes. A savoir,  les secrétaires de régions, les gouverneurs pour ne citer que ces deux là. Du moment que c’est passé, quand on a déjà vérifié les dossiers et qu’on a rien rejeté, il n y a pas de problème » déclare-t-il sans ambages. 

Un argument que partage entièrement Me Dieudonné Happi, avocat au barreau du Cameroun. «Un sous préfet en retraite  n’a pas de soucis pour se présenter comme candidat aux élections municipales et à quelques élections que ce soient. Du moment où il n’est plus en fonction, il n’y a aucun problème. Il peut être éligible comme tout le monde», affirme-t-il tout confiant.

Donc, selon la loi électorale camerounaise, tout responsable administration à la retraite peut se porter candidat à tous les élections que ce soit municipales législatives ou présidentielles à condition de remplir les critères.

 

Hervé Villard Njiélé

 

 

Voir les commentaires

Littoral : Des jours heureux pour le karaté s’annoncent

14 Août 2013, 15:10pm

Publié par Hervé Villard

 

 

Le lancement de la saison sportive de la ligue régionale de karaté se tient ce samedi 10 aout 2013 au forum de l’université de Douala

 http://thumbp3-ir2.thumb.mail.yahoo.com/tn?sid=2339574946&mid=ANFUfbwAAAYvUgE80AAAALn71o4&midoffset=2_0_0_2_6071&partid=2&f=1716&fid=Sent&w=768&h=717

 Les karatekas de la région du littoral peuvent enfin  pousser un ouf de soulagement.  Après plusieurs mois d’hivernation et  d’inaction, dues aux nombreux conflits entre les responsables régionales de karaté  du  littoral et le président  national de cette fédération, ils peuvent désormais esquisser un sourire. Dès samedi 10 aout 2013, ils seront en  activité.

 A l’occasion de l’ouverture de la saison sportive de la  ligue régionale de karaté   pour le littoral, ouverture de saison qui se déroule au forum de l’université de Douala, les karatekas de la région du littoral toutes catégories confondues, vont renouer avec la discipline qu’ils affectionnent tant.

Selon  Manfred Mingole, le  président régional de la ligue régionale de karaté pour le littoral qui a fait cette déclaration hier à Douala, tous les karatekas de la région du littoral, c'est-à-dire ceux  venant des départements du Nkam, du Moungo, du Wouri, de la Sanaga maritime, rivaliseront d’adresse ce jour. Les poussins, les minimes, les cadets, les femmes, et les différents maitres seront au rendez-vous.

Pour rehausser l’image de cette cérémonie solennelle à laquelle prendra part le représentant du gouverneur de la région du littoral, des artistes ont été appelés en renfort. Parmi lesquels Arsène Muna, qu’on ne présente plus dans la sphère musicale camerounaise, Hilaire Dame et Mega people.

Après plusieurs mois d’inactivité, les responsables du bureau régional de la ligue  de karaté du littoral, installés il y a quelques semaines par le gouverneur de la région du littoral veulent rendre   cet évènement mémorable.  «C’est  une  olympiade de défit. La ligue compte  à travers cet évènement, réunir tous les pratiquants de karatés et relancer définitivement cette discipline dans la région» déclare le secrétaire générale de la ligue régionale de karaté, Charles Sanbankon Mpondo. Egalement porté au poste de président de la commission technique à la ligue régionale, maitre Mpondo fait  savoir qu’au programme de cette journée, il y aura des katas et des kumités. Et qu’Il y aura également  une cérémonie de remise des médailles et des trophées aux karatékas méritant. Pour cette cérémonie qui s’annonce grandeur nature,  près de 2000 karatékas sont attendus.

Sur  le plan organisationnel, tout est fin près. D’après  Manfred Mingolè, le président régional  de cette  ligue, les athlètes qui viennent des régions lointaines seront logés à  l’internat de l’université de l’eau. « Nous avons mes des petits plats dans des grands pour que tout se passe bien. Nous espérons seulement que  cette ouverture de la saison sportive sera à la hauteur de nos attentes. Car, nous misons  sur cet évènement pour lancer de manière définitive les activités du karaté dans la région», espère-t-il

Lors de la conférence de presse d’annonce de cette évènement,  les responsables de cette fédération ont invité les  hommes de médias présents à soutenir cette fédération afin de permettre  à ce sport de renaitre de ces cendres dans la région et de redorer se lettres de noblesse. Etaient présents Maitres Zoé et plusieurs autres instructeurs de karaté de la région du littoral.

 

Hervé Villard Njiélé

 

Voir les commentaires

Heroes’ Days 2013: La Fondation Adolf Ngosso Din ressuscite les martyrs

14 Août 2013, 15:04pm

Publié par Hervé Villard

Une série d’évènements en mémoire de ces héros de la Nation, seront organisés dans la capitale économique du Cameroun  du 3 au 8 aout  2013 par  la fondation Ngosso Ndin 

  http://thumbp3-ir2.thumb.mail.yahoo.com/tn?sid=2339574946&mid=ANFUfbwAAAZRUfKfVAAAADmIsZ0&midoffset=2_0_0_2_6872&partid=2&f=1716&fid=Sent&w=768&h=717

 

Rudolf Duala Manga Bell, Adolf Ngosso Din, Martin Paul Samba et Madola. Voila les noms des héros que la fondation Adolf Ngosso Din commémora du 03 au 08 août  prochain.  En partenariat avec le ministère des arts et de la culture les membres de cette fondation entendent rendre un vibrant hommage à ces hommes qui  se sont sacrifiés pour l’indépendance de notre pays. Mieux, ils voudraient faire vivre  à jamais ces hommes qui  se sont illustrés de par leur courage et  leur patriotisme exacerbé.  Bien qu’oubliés par la république, les membres de la  fondation Adolphe Ngosso Nding entendent pérenniser leurs œuvres. «Cette organisation, a pour objectif cette année de ressuscité la mémoire apparemment oubliée de Adolf Ngosso Din, ce jeune patriote mort a 32 ans et qui a lutté  de son vivant, contre l’expropriation des terres et l’apartheid pratiqués par les allemands au kameroun », précise Dr Toto Moukouo Jean, le fondateur de cette fondation. Pour ce responsable déterminé à faire   connaitre l’œuvre de ces héros, il n’est point question qu’on les oublis. « Nous devons commémorer sa mort afin que nul ne l’oublie et que les actes qu’il a posé de son vivant, pour la liberté du Cameroun servent d’exemples, de repère et de référence pour la jeunesse », explique-t-il avec détermination.

A l’occasion de la célébration de la  cinquième édition des Heroes days,  les membres de cette fondation parmi lesquelles Esso Longo, doyen des chefs traditionnels du canton Bodiman, Paulette Djengue, représentante du ministère des arts et de la culture, Dr Jean Toto Moukouo pour ne citer que ceux-ci entendent marquer la mémoire des uns et des autres. C’est pourquoi, ils ont  privilégié l’écriture par l’art de la sculpture et l’art plastique. D’où la mise sur pieds du  projet «monument histoire et souvenir».


http://thumbp3-ir2.thumb.mail.yahoo.com/tn?sid=2339574946&mid=ANFUfbwAAAZRUfKfVAAAADmIsZ0&midoffset=2_0_0_2_6872&partid=2&f=1716&fid=Sent&w=768&h=717

 En effet, ce projet qui consistera à construire à Bwadibo, un petit village non loin de Dibombari, deux monuments dont  un  Adolf Ngosso Din et un autre pour  Duala Manga Bell qui risque lui aussi d’être oublier si rien n’est fait. Le devis estimatif de ces  travaux s’élève à 150.000.000 fcf.  La  construction de ces deux monuments, «permettront non seulement à remplir le vide laissé par ces héros, mais aussi à booster le développement touristique du pays » affirme docteur Toto, fondateur de cette association.  Pour parvenir à ces fins louables, un appel de fonds est ainsi lancé par cette  fondation. Si les travaux  se déroulent dans les normes,  la fondation Adolf Ngosso Din l’inaugurera ces deux monuments en décembre prochain.


   Hervé Villard Njiélé/Bravo Tchundju (Tagiaire)

 

 

Voir les commentaires

Mtn Elite one : Bonaventure Djonkep arrache sa première victoire

14 Août 2013, 14:47pm

Publié par Hervé Villard

  

Son équipe New-Star de Douala a battu Unisport du Haut-Nkam (1-0). C’était  à l’occasion de la 20ème journée de la Mtn élite one, qui s’est jouée ce dimanche 11 août 2013 au stade de la réunification de Bépanda.  

 DSC01790

C’est un ouf de soulagement que l’encadrement technique de New-Star de Douala dans son ensemble a poussé ce dimanche après midi au stade de la réunification de Bépanda.  Après le coup de sifflet marquant la fin de la houleuse rencontre qui opposait New-Stars de Douala à l’Unisport du Haut-Nkam, rencontre remportée de haute facture par le club de Douala (1-0), le staff technique de cette équipe a exulté de joie.  En embrassant personnellement tous ses joueurs pour l’exploit réalisé, Bonaventure Djonkep n’a pas manqué de faire savoir à la presse que cette victoire était très attendue. «C’est déjà trois points qu’on a eu. On courait derrière ces points depuis très longtemps. Je pense que cette victoire va nous booster et nous pousser à aller chercher d’autres victoires. Sur le plan du jeu, on a vu des joueurs suffisamment musclés dans la tête, combatifs. Je pense que cette victoire revient aux joueurs qui l’ont effectivement méritée. Sincèrement, je leur dit merci», a laissé entendre Bonaventure Djonkep tout  heureux.

Vassilius Esseme, un autre responsable de l’encadrement technique de New-Stars,  le président de cette équipe, Faustin Domkeu,  les joueurs  et les supporters de l’équipe «des Nouvelles Etoiles », étaient ivres de bonheur. Car, après 13 matches sans victoire, cette équipe qui faisait la fierté des amoureux du ballon rond dans la ville de Douala a connu  une chute vertigineuse  dans le fond du classement provisoire de la Mtn élite one.

 Bien avant cette rencontre, New-Stars était deuxième relégable  avec 19points. Cette victoire a pareillement suscité beaucoup de joie parce que, c’est la première de Bonaventure Djonkep, le nouvel entraineur de cette équipe depuis son recrutement il y a sept journées. Cette victoire vient redonner un brin d’espoir à tout le staff de cette équipe déjà désespéré. Car, en six matches d’affilés, l’équipe a enregistré quatre défaites et deux matches nuls. Soit  deux  point de gagner  sur les 18 point possibles. Un résultat qui  a courroucé toute l’équipe qui ne savait plus à quel saint se vouer. La victoire réalisée sur Unisport du Haut-Nkam permet à New-Stars  de totaliser désormais 22pts et de s’éloigner un tout petit peu du fond du classement. D’où la joie du coach Djonkep qui prie déjà le bon Dieu pour que  la prochaine rencontre soit à l’image de cette dernière.

Le match 

Parlant de la rencontre proprement dite, elle a été âprement disputée par les deux équipes.  Dès le coup d’envoie de la rencontre, c’est Unisport Du haut-Nkam, classé 3ème avec 31pts qui maitrise le sujet. Jouant sans pression, il étale le grand jeu qu’on lui connait.  Déterminer et engagés les poulains de Bonaventure Djonkep vont ouvrir la marque le premier. Suite à un coup franc non loin de la cage gardée par Ashou Kerrido. Arnaud Monkam (10), d’un majestueux coup de pied, permet à Sylvestre Bell II(17) d’ouvrir la marque.

Avec ce but, New-Stars met sous pression les poulains de Pièrre Ndjili. Pressés d’égaliser, ces derniers vont gâcher toutes les occasions qu’ils auront. Ceci jusqu’au coup de sifflet finale du central Gérard Fotso. New-Stars, qui dominé son adversaire du jour à tous les niveaux (physiques tactiques) va manquer de tuer la rencontre. Tandis que Haschou Kerrido stoppait certaines actions nettes de but,  d’autres échouaient sur la barre transversale ou sur les montants des buts. Malgré tout cela, les poulains de Bonaventure Djonkep sont restés forts mentalement et ont arraché cette victoire salvatrice.

 

Hervé Villard Njiélé

 

 

Voir les commentaires

Musèlement de la presse: Les policiers sautent sur un journaliste de La Nouvelle Expression

14 Août 2013, 13:36pm

Publié par Hervé Villard

 

 

Vivien Tonfack  s’était rendu au commissariat du 5ème arrondissement de Douala pour une enquête quand il a été agressé par les policiers. C’est grâce à sa vitesse de course qu’il a échappé à ces derniers trop zélés qui l’ont pris en chasse  

 

Vivien Tonfack, journaliste stagiaire à La Nouvelle Expression depuis plusieurs mois déjà, se remet petit à petit des coups de matraques qu’il a reçus ce vendredi 9 aout 2013, au commissariat du 5ème arrondissement de la ville de Douala. Malgré les douleurs qu’il ressent encore  à la cheville gauche et aux jambes, il  a repris le service ce lundi 12 aout 2013. Les maux de tête et les douleurs de la sérieuse bastonnade qu’il a reçue se calment peu à peu. Malgré se rétablissement qui va s’améliorant, il n’a pas encore oublié  le film de cet abus de pouvoir des policiers du commissariat du  5ème arrondissement, dont il a été victime.

En effet, ce jour là pendant  la conférence de rédaction, une enquête  sur le  trafic des enfants à Bonabéri  lui a été confiée. Après la conférence de rédaction, il s’est aussitôt mis au travail. Dans la collecte, il se rend donc au commissariat du 5ème arrondissement pour en savoir d’avantage. Puisque, la femme soupçonnée de trafic d’enfant était arrêtée et conduit dans ce commissariat.

 Là-bas, il découvre que le commissariat est bondé de monde et se rapproche alors des policiers, pour recouper l’information. C’est alors que ceux-ci le rouent des coups de matraque. «Quand je suis arrivé au commissariat, raconte  Vivien Tonfack tout colérique. Je  me suis rapproché d’un policier de ce commissariat. Après avoir décliné mon identité de journaliste,  je lui ai fait savoir que je venais vérifier une information suivie. Il m’a repoussé  violemment tout en demandant  celui qui m’a appelé là-bas. Quand j’ai insisté, il m’a promis une bastonnade et m’a demandé de quitter le commissariat.». «Pendant que je reculais à petit pas poursuit-il, Il s’est approché de moi et m’a roué de coup.  Je me suis reculé d’avantage pour échapper à cette bastonnade. Mais, cela ne l’a pas empêché de me suivre. Il m’a  bastonné à nouveau.  A la vue de ses collègues  armés de gourdin qui avançaient vers moi. J’ai traversé la route pour échapper à leur colère. Quand je sors mon téléphone de manière discrète pour les filmer, une  de leur collègue femme qui a vu mon geste  les alerte. C’est alors  que ces trois policiers se mettent à ma poursuite. J’ai pris mes jambes à mon coup. Quand je traversais le petit marché en courant, j’ai entendu des personnes se demandé si j’étais un bandit. J’ai fait un sprint d’environ deux kilomètres. C’est au stade de Dikolo où  j’ai  arrêté de courir que, je  me  suis rendu compte qu’on ne me poursuivait plus. Je suis directement rentré au bureau pour informer ma hiérarchie »,  se  souvient avec amertume Vivien T.»

Après cette agression suivie de bastonnade, Vivien Tonfack a passé des sales moments. «J’ai eu des violents céphalées, j’ai eu un déboitement au niveau de la cheville qui m’empêche de marcher normalement jusqu’à l’ores.  J’ai fais recours à un masseur et  pris des anti-inflammatoires pour retrouver la santé ». L’état de santé de Vivien T s’est amélioré mais celui-ci ne comprend pas toujours pourquoi il a été molesté par la police qui est censée  protéger les journalistes

Du coté du Syndicat National des journalistes du Cameroun(Snjc), tous les membres sont remontés contre ce comportement barbares des forces de l’ordre. Ils décrient avec véhémence cette attitude avec toute  leur énergie. Ils demandent que justice soit faite et que les responsables soient punis sévèrement conformément à la loi.  D’après Charles Nforgang, secrétaire National à là la communication et aux alertes au Snjc, les journalistes au quotidien sont martyrisés par les policiers les gendarmes et les militaires dans l’exercice de leur fonction.  Il invite les autorités camerounaises à a mettre fin ce genre de bavure et surtout à sanctionner les éléments des forces de l’ordre auteur de ce genre de bévue.

A La Nouvelle Expression, les responsables administratifs  sont remontés contre cet incident malheureux. Ils ont décidé de voir claire dans cette affaire. Des mesures sont prises pour que justice soit rendue. Selon des sources dignes de foi, le directeur de publication Severin Tchounkeu aurait déjà saisi un cabinet d’avocat pour s’occuper de cette affaire.

 

Hervé Villard Njiélé

 

 

Voir les commentaires

Désordre urbain ; La communauté urbaine de Douala casse à la rue Arno

26 Juillet 2013, 17:41pm

Publié par Hervé Villard


 

Dans le cadre  de la lutte contre le désordre urbain, la communauté urbaine de Douala a  déguerpi  mercredi 24 juillet 2013  aux environs de 23 heures les commerçants de la rue

 

  

 Pied de  chaussures isolés, contre  plaqués   en même le sol,  des cartons  détruits,  des conteneurs  cassées, des commerçants en larmes, tel est   le décor qui prévaut au carrefour Arno ce matin. Il est un peu  plus de 10 heures ce jeudi 25 juillet 2013.  A la rue  Arno, l’ambiance n’est pas comme d’ habitude.


 Les forces de l’ordre ont  saturées  le carrefour «Soudanaise». Leur présence signale  qu’il y a du  grabuge dans l’air. Contrairement à  l’atmosphère observée ici il y a quelques jours,  le lieu dit carrefour Arno est l’ombre de lui- même. L’ambiance n’est pas la même. Les commerçants habituellement installés ici n’y sont plus. La circulation est fluide. Quelques commerçants présents fouillent dans les décombres quelques objets précieux abandonnés pendant les casses. Ils sont d’ailleurs nombreux à  le faire. Non sans maudire la communauté urbaine de Douala à l’origine de ces destructions. «La communauté urbaine est inhumaine. Comment peut-elle casser des gens à une période comme celle-ci. C’est ici qu’on se débrouille pour nourrir notre pauvre famille. On va faire comment ?»  S’interroge un des commerçants courroucés. Et  l’autre d’ajouter  «Je fais dans la vente des ordinateurs des imprimantes des lasers. J’avais en moyenne 150 ordinateurs. Pendant la  casse, la pluie a mouillé toute ma marchandise. Que   vais-je faire maintenant. A qui vais-je m’adresser. J’ai presque tout perdu» pleurniche un autre commerçant en transportant le reste de ses appareils.


Comme ces deux commerçants, tous les commerçants qui sont installés dans cette rue sont abattus. Pendant la casse ils ont perdu chacun une partie de leur marchandises.


Casses

En effet,

dans le projet d’assainissement de la ville de Douala engagé depuis plusieurs années par la communauté urbaine de Douala,  le Dr  Fritz   Ntone Ntone s’est employé à libérer les routes et les chaussées de la ville de Douala encombrée de plus en plus par les commerçants et les riverains.   C’est dans ce cadre là qu’il a engagé dans la nuit du mercredi 24 juillet 2013 une série de casse à la rue Arno pour libérer cette chaussée encombrée  depuis plusieurs années par des commerçants. Pour ne pas avoir des disputes avec les commerçants exerçants en ce lieu,  les responsables de la Cud ont effectué  une descente musclée  dans ce carrefour et ont cassés toutes les boutiques et étales installés sur la chaussée. Aidés  par des forces de l’ordre qui veillaient au grain, les casses ont été faites sans état d’âme.

Des étals, des comptoirs, des marchandises, bref tout ce qui se trouvait sur la  chaussée et le trottoir  de cette rue ont été cassés. Ceci au gram dam des commerçants qui n’ont que leurs yeux   pour pleurer. «Lorsque je quittait ma boutique hier,  aucun signe ne laissait entrevoir la foudre d’une éventuelle casse.   Je suis  agréablement surpris de recevoir un coup de fil de  mon collègue très tôt ce matin  qui  m’informe  qu’on est entrain de casser ma boutique. A premier vu,  je n’ai pas pu reconnaitre mon conteneur. Car les casses  l’on défiguré »  déclare un commerçant courroucé par  cette action de la Cud.

D’après les commerçants, cette opération à surpris tout le monde.  Ces derniers disent n’  avoir reçu ni un mot d’ordre ni un préavis venant de la communauté urbaine de Douala. Pourtant, des banderoles affichées partout dans la ville de Douala recommandent aux commerçants de libérer la chaussée et les trottoirs. Il est à noter que cette action de la Cud n’est pas isolée. Il y a quelques jours, c’est la « rue de la casse » situé non loin de Mobile  Bonakouamouang qui subissait les affres des gros bras de la communauté urbaine de Douala.

 

Hervé Villard Njiélé

 

Voir les commentaires

Grand prix cycliste du Littoral : Simplice Tsague remporte la 6ème étape

26 Juillet 2013, 17:32pm

Publié par Hervé Villard

Le coureur de l’écurie de Cyclo club de Bepanda a battu ses adversaires en réalisant un temps records de 1h20’14’

 

 


La sixième étape du grand prix  cycliste du Littoral s’est déroulée hier sous  une température moyenne et un temps clément malgré la saison des pluies qui est menaçante. Les coureurs  qui ont observé un jour de repos après la 4ème journée  ont retrouvé le circuit ce matin après une cinquième journée très enlevée.

 Pour cette  étape longue d’environ 85km et  qui n’était autre que le trajet Melong-Nkonsamba, Simplice Tsague de l’écurie de Cyclo vélo club, a dominé tous ses adversaires. En parcourant les 85 km en 1h20’14’, il a semé tous ses adversaires y compris ses camarades de la même écurie. D’après les commissaires de course qui suivaient avec attention l’échappé de ce futur champion du Cameroun en course cycliste, Simplice Tsague a tout simplement avalé cette distance sans anicroche. «Il s’est comporté comme un habitué de ce trajet » précise l’un des commissaires de course. Suivi  dans son échappé par cinq coureurs parmi lesquels  Ghyslain Sinkandi de cyclo club de Bepanda et Abel Ashu du Nord-Ouest pour ne citer que ceux-ci, Simplice Tsague qui vient d’entrer dans l’histoire du grands prix cycliste du littoral en rapportant la 6ème étape,  a maintenu la vitesse et le rythme. Il a pareillement su gérer avec professionnalisme son temps et son énergie, pour sortir du lot et traverser la ligne d’arriver le premier. Cela s’est sous les applaudissements du public sorti massivement soutenir les coureurs. Dans cette course, il a été secondé par son coéquipier Ghyslain Sinkandi de Cyclo club de Bepanda avec un temps de  1h20’18’ et par Abel Ashu du Nord Ouest qui a gagné troisième position avec 1h23’31’.

 

 



Bien que sorti deuxième durant cette sixième étape, Ghyslain Sinkandi de Cyclo club de Bepanda qui s’est illustré  de la plus meilleure des manières dans cette compétition, garde toujours le maillot jaune, maillot qu’il a arraché depuis la troisième étape. Ghyslain Sinkandi toujours garde le maillot blanc à pois rouge, celui du meilleur grimpeur.

Au  classement général de cette course après la sixième journée, Ghislain Sinkandi de Cyclo club de Bepanda occupe la plus haute  marche du podium avec un total de 12h 04'54''. Il est suivi de  Ahu Abel du Nord–Ouest avec  12h 50' 17'' classé 2ème, et  de  Simplice Tsague de cyclo velo club de Douala  troisième avec 12h 51' 03''.

La  7ème étape de ce tour long de 74km  se déroule ce jour, 25 juillet 2013. Les coureurs partiront de Nkongsamba pour  la place de Mbanga.

 

Hervé Villard Njiélé  

 

 

 

Voir les commentaires

Université de Douala : Les premiers médecins de la faculté de médecine bientôt opérationnels

26 Juillet 2013, 15:58pm

Publié par Hervé Villard

  

  

  

  

Le diplôme de fin de formation  leurs seront remis ce  26 juillet 2013 à l’occasion d’une cérémonie solennelle organisée à cet effet.  

universit--douala.jpg 

 Soixante dix-neuf exactement. C’est le nombre  d’étudiants de faculté de médecine et des sciences pharmaceutiques (Fmsp)   qui recevront leur diplôme de fin de formation ce 26 juillet 2013 à l’université de Douala.  Ayant subit une formation  théorique et pratique  durant sept longues années, ces derniers selon des informations recueillies à la faculté de médecine et des sciences pharmaceutiques sont aptes à administrer  des soins aux différents malades. Le Cameroun connaissant une énorme carence en personnel sanitaire, cette cuvée de médecins viendra  certainement réduire le déficit de médecins à l’origine de plusieurs décès sur l’ensemble du territoire nationale.

Pour cet évènement grandeur nature  à l’université du Douala,  le décor est d’ores et déjà planté. Une banderole de couleur blanche accueille les visiteurs  dès l’entrée du portail principal de l’université de Douala.  Dorée  au  couleur du logo de la faculté de médecines et des sciences pharmaceutiques,  elle laisse entrevoir qu’un événement  scientifique va se dérouler en ce lieu ;  C’est la sortie de la  première cuvée des médecins  formés à l’Université de Douala.

Pour  ces futurs  médecins,  la formation n’a pas été  facile. Sur les 104 étudiants inscrits au départ seuls  79 étudiants déterminés et rompus à la tâche ont pu  franchir la ligne d’arrivée.  Soit 39 garçons et 33 filles.  Ces derniers d’après  le Pr Gérard Beyiha, le vice doyen chargée de la scolarité, des statistiques et du suivi des étudiants sont prêts à soigner. «Ces futurs docteurs en médecine sont compétitifs et qualifiés. Ils ont  suivis des séances d’apprentissage théoriques et après ils ont  fait des stages dans les hôpitaux.  A  Laquintinie, à  l’hôpital général, ainsi qu’à la délégation  régionale de la  santé   pour ce qui est  de la médecine communautaire. Leur passage n’a laissé personne indifférent. Les appréciations  que ces médecins en herbe ont reçues tant   des patients que   du personnel de ces hôpitaux,  nous a émus. Nos futurs Docteurs seront à la hauteur des exigences sanitaires de tous les camerounais », rassure l’enseignant. Du coté des étudiants sortant, c’est déjà la fête avant la fête. Ces derniers ont hâte de recevoir ce parchemin qui sonne la fin de sept longues années d’études et surtout de beaucoup de sacrifices.

Pour rehausser cet évènement mémorable, le ministre de la santé publique André Mama Fouda est annoncé à l’université de Douala, de même que  d’autres hautes personnalités  du monde de la médecine et des enseignements supérieurs de la république et d’ailleurs.

 

Créée par l’arrêté n°06/0131/Minesup/Dds du 18 octobre 2006, par le ministre de l’enseignement supérieur. La faculté de médecine et des sciences pharmaceutiques qui va bientôt livrer ses premiers lauréats  comportait à sa création deux branches  principales à savoir  la médecine et  la pharmacie  et  la troisième  biologie clinique est venue se greffer.

 

Hervé Villard Njiélé

 

 

 

Voir les commentaires

Législatives et municipales : les militants Rdpc de Wouri Est en colère

26 Juillet 2013, 15:44pm

Publié par Hervé Villard

Ils menacent d’appliquer un vote sanction pendant les élections législatives et municipales qui  vont se dérouler le 30 septembre 2013.

La colère des militants Rdpc de Wouri Est est très grandes. Même s’ils

ne manifestent pas publiquement  leur énervement comme l’ont fait ceux de la Ville de Ndikinimeki il y a quelques jours. Ils   entendent défier la hiérarchie du parti  en ne participant pas aux élections et en votant contre le parti. Il redoute le travail de la commission d’investiture qui aurait rejeté les dossiers de candidatures de leurs différents au profit des autres.


En effet, depuis l’avènement des élections législatives et municipales, évènement indispensables pour l’avenir du Cameroun en général et les partis politiques en particulier, le parti des flammes comme tous les autres partis n’a pas procédé aux primaires pour désigner ses différents représentants, comme ce fut le cas il ya  quelques années.  Ce parti a opté pour les investitures pour désigner les différents candidats.


Quand la commission d’investiture pour le parti des flammes  est arrivée sur le terrain, les deux listes, des différents candidats du parti aux élections législatives et municipales  lui ont été données.  «Au lieu de  s’en tenir à ces listes », déclare un militant du Rdpc tout courroucé sous anonymat,  « la  commission, va carrément ignorer la liste des candidats choisis par les militants de base et investir des candidats qu’elle préfère », raconte-t-il. Avant d’ajouter ;  «nous ne pouvons pas l’admettre cela» poursuit ce membres du parti des flammes.

 


«Les  candidats que nous avons proposé pour les législatives à Wouri 5 étaient Jean Albert Bongongui et Nathalie Mbella pour Wouri 5 et Manga Zang et Isaac Ngahane à Wouri 3. On ne sait pas pourquoi  la commission d’investiture a changé les candidats» s’interroge ce militant  habitant Bépanda. Il pense d’ailleurs que ce genre de comportement c’est pour détruire le parti.  «Les uns ne peuvent pas travailler pour que les autres mangent. Trop c’est trop. Il faut que cela s’arrête. Si les responsables de la commission des investitures veulent qu’on gâte tout, on va le faire», déclare-t-il avec véhémence. Un tour dans les autres sous sections Rdpc et Ojrdpc de l’arrondissement de Douala 5ème laisse percevoir cette même tension. Les gars sont prêts à laisser tout tomber si rien n’est fait pour remédier à cela.


 A la question de savoir d’où leur viennent cette information puisque Elecam n’a pas encore publié la liste des différents  candidats,  rien ne filtre.  Ils font tout simplement savoir que ces noms ont été changés au profit d’autres.


 Selon des informations recueillies par La Nouvelle expression, parmi les responsables du parti proposés par la base, seul le nom d’Isaac Ngahane a été maintenu. La commission d’investiture après avoir éliminé Albert Bongongui Nathalie Mbella de Wouri 5 et Manga Zang à Wouri 3, elle  a ajouté  ceux de Mme Pokossi Ndoumbé, Albert Calvin Njoke et celui de Richard Feugwang.


Une chose qui courrouce la majorité des militants. «la commission d’investiture a imposé des gens que nous ne voulons pas. Toux ceux là ne sont pas proche de la base. C’est difficile pour des militants de base de voter pour des personnes qui ne travaillent pas» déclare un autre militant courroucé.

Joint au téléphone par La Nouvelle expression, Le 1er adjoint au maire de Douala 3ème  a fait savoir qu’il est au courant de cette affaire comme tous les autres et ne sait lui-même pas ce qui s’est passé. «On en reparlera plus amplement à mon retour, je suis à Yaoundé », affirme-t-il.

 


Du coté de  l’adjoint au maire de Douala 5ème Albert Bongongui, C’est la stupéfaction. «Madame Françoise Foning , membre du comité centrale m’a proposé comme candidat titulaire de la mairie de Douala 5ème. Je suis également surpris de l’apprendre.  Il faut demander à la commission électorale. Je ne sais pas comment elle a travaillé » déclare-t-il froidement.  Les militants Rdpc de Wouri Est furieux, soutiennent la thèse selon  laquelle, les responsables de la commission d’investiture auraient été corrompus. En attendant que les choses changent ils promettent des menaces sérieuses contre leur parti si rien n’est fait. Et, attendent l’arbitrage du président national du parti.

 

Hervé Villard Njiélé

 

Voir les commentaires