Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Natation : Les nageurs retrouvent leur bassin

25 Juillet 2013, 20:10pm

Publié par Hervé Villard

Ils ont massivement pris part au deuxième meeting de natation  qui s’est déroulée à Douala ce samedi 20 juillet 2013 

 

  

La piscine semi olympique de Douala grouillait de monde ce samedi 20 juillet 2013. Parents, enfants et des témoins sont venus vivre en direct la compétition de natation qui se déroulait en ce lieu ce jour là. En effet, pour vulgariser cette discipline qui bat de l’aile au Cameroun et suscité l’intérêt des populations à la pratique de ce sport pourtant noble, les responsables de cette fédération nationale ont d’organisé cette compétition pour apprécier le niveau des  nageurs du terroir et surtout découvrir des nouveaux talents. Car, le Cameroun étant suspendu des compétitions internationales, à cause de la mauvaise organisation de cette discipline et surtout de la guerre d’intérêt qui  a élu domicile au sein de cette fédération, il faudra détecter des talents, les former et surtout les préparer à la participation des tournois internationaux dès que la suspension sera levée.

A l’occasion de cette compétition qui a vu la participation de plusieurs nageurs venus des quatre coins du triangle nationale, on a vu des nageurs rivalisé d’adresse dans leurs différentes catégories. Très courue par spectateurs  cette compétition a permis de découvrir des jeunes nageurs et nageuses du Cameroun. Pendant La compétition des touts petits de la catégorie mini-poussins garçons et filles, les spectateurs stupéfaits de la jeunesse de ces enfants, sont tombés des nue en découvrant leurs prouesses. Tels des petits canards, ils ont parcouru les 50 mètres  à la nage dans toutes les épreuves  en lice. A savoir, la brasse, la nage papillon, le crawl, la nage de dos crawlé pour ne citer que celles-ci. Mikil Banana chez les garçons et Alizée Valee chez les filles ont battu leurs concurrents en arrachant la médaille d’or. Même chose pour Gaëlle Essombe dans la catégorie minimes et Kafack Liza chez les cadets pour ne citer que ceux-là. En réalité,  c’est une belle fête qui a été organisée au tour de cet évènement. 

Parmi les personnalités ayant pris part à cette fête organisée par la fédération camerounaise de natation. Etaient présents. Relouanou le Directeur  de la piscine semi olympique de bassa, Alain Djobet le responsable national de la promotion et de la vulgarisation de la natation, Augustin Dikoumé,  entraineur national de natation, serges Guy Nguichié président régional de natation,  Aurelien Adrien Asson secrétaire général de la ligue régional de natation pour le littoral.

Malgré cette belle prestation, Maurice Nzonango entraineur  national de natation a regretté le fait que  le niveau soit encore bas et qu’il faut travailler d’avantage si le Cameroun veut avoir des champions à la ‘avenir. «Il faudra multiplier des compétitions sur le plan national », propose-t-il.

 


Hervé Villard Njiélé

  

 

 

Voir les commentaires

Mtn Elite One : Astre de Douala se rapproche du titre

25 Juillet 2013, 17:37pm

Publié par Hervé Villard

   L’équipe de la capitale économique du Cameroun a battu son cadet New-Stars (2-1) de la même ville. C’était ce dimanche 21 juillet 2013 au stade de la réunification de Bépanda à l’occasion de la 18ème journée de la Mtn élite One.


 

C’est avec une joie débordante que les joueurs, les membres de l’encadrement techniques et les supporters des brésiliens de Bépanda ont quitté le stade de la réunification de Bépanda.  Tous heureux, ils venaient d’assister à une belle prestation de l’équipe qu’ils portent en cœur. A l’occasion de la 18ème journée de la Mtn élite one,  les brésiliens de Bépanda, premier au classement provisoire avec 33pts  croisaient le fer avec  l’équipe de New-stars de Douala,  son frère cadet. Pendant cette rencontre qualifiée de duel fratricide par les chroniqueurs sportif et les amoureux du ballon rond, les Astres de Douala ont prouvé aux yeux de tous qu’ils ne sont pas premier par hasard.

 


Dès l’entame de la compétition, les poulains d’Alexandre Bélinga se jettent  dans la bataille car, il faut conserver l’écart de point qu’il y a entre le leader et la seconde place. Sans craindre le pire et toujours combattifs, les brésiliens de Bépanda prennent le match à leur compte. Ils gagnent tous les duels et dominent le milieu de terrain. Ils sont premiers sur toutes les balles dégagées à la fois par Hugo Nyame leur gardien ou celui de New-stars. La première occasion de but de cette rencontre est d’ailleurs à leur faveur. Seulement, le tir de Heumi (7) est dévié en corner par le portier de New-stars  bien en place. Les nombreuses autres occasions des Astres de Douala ne sont pas exploitées. Les attaquants de cette équipe confondent vitesse et précipitation et gâchent plusieurs actions de but qui s’offrent à eux.  


Profitant d’une faute sur un des joueurs des Astres de Douala, Clément Nzeko qui seconde le coach principale donne des conseils à certains joueurs cadre. Un conseil qui sera suivi à la lettre. Car, quelques minutes seulement, les astres ouvrent le score  par  l’intermédiaire de  Abianda (18). Sur une phase de jeu bien construite, Abianda bien servi par son coéquipier, d’une frappe puissante, envoie le portier de new-stars, chercher le ballon dans ses filets.


 A cet instant précis, tout le stade est en émoi. Les supporters courent dans tous les sens en sautillant de joie. Insatisfaits de ce score, les brésiliens de Bepanda, galvanisés par ce but se jettent à nouveaux dans la bataille. Mais n’alourdissent malheureusement pas le score, malgré les nombreuses actions de but enregistrées.  C’est sur ce score que les deux équipes vont à la mi-temps.

A la reprise, les brésiliens de Bépanda gardent le même tempo. Ils étalent toute leur classe. L’absence d’Abouna Ndjana, joueur clé de cette équipe ne se fait pas ressentir. Ils marchent littéralement  sur leurs adversaires du jour et doublent la mise 12 minutes plus tard. Grâce à un coup à l’entrée de la surface de réparation, Heumi (7) ajuste un magnifique tir que repousse le portier de New-stars, Kamdem (8) qui était à l’affut, propulse le cuir au fond des filets pour deux pour les astres et zéro pour Union.


Ce second but sonne le glas de la révolte chez  les joueurs de New-stars qui, se mettent aussitôt au travail. Pendant près de 15 minutes, ils dominent la rencontre mais ses attaquants maladroits gâchent la majorité des actions qui s’offrent à eux. Ils vont néanmoins  réduire le score sur penalty. Bitte Samuel  bat à plate couture  Hugo Nyame d’un tir magnifique.  L’expulsion de Ngando Mbiala ne profitera pas aux poulains de  Bonaventure Djonkep.  Puisque, même à dix, les astres seront menaçants. Ils manqueront même d’aggraver le score. C’est sur ce score (2-1) en faveur des Astres de Douala que la rencontre va s’achever. Au gran dam de Bonaventure Djonkep qui court toujours après une victoire depuis son arrivé au banc de touche de News-Stars. Avec cette victoire, astres de Douala consolide sa position à la tête du championnat.

 

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Open national de Tennis de table du littoral; Le centre se taille la part du lion

25 Juillet 2013, 17:30pm

Publié par Hervé Villard

Les pongistes venus de la capitale politique du Cameroun ont raflé la majorité des médailles  mises en jeu pendant l’Open de tennis de table qui s’est déroulée  ce week-end à Douala


 

Grandes étaient la joie des pongistes venus du centre ce 20 juillet 213 à Douala. A la fin de l’open national de tennis de table du littoral  qui s’est tenu au Gymnase du lycée Joss, ces derniers n’ont pas dissimulé  leur satisfaction. Car, ils ont réalisé une bonne performance et ont remporté la majorité des trophées et médailles mis en jeu pendant cette compétition. Chez les dames comme chez les seniors messieurs, cette délégation a raflé toutes les médailles disponibles dans ces catégories de même que les trophées mis en jeu.

 


 En plus de ces médailles, cette délégation a pareillement gagné le deuxième prix chez les vétérans. Dans cette catégorie, la finale opposait Alfred Bagueka Assobo, le président national de la ligue national de  tennis table à  Paulin Vouffo. Durant cette partie très enlevée, Paulin Vouffo à éliminé son adversaire de toujours par trois sets à zéro.  Chez les  dames, la championne du Cameroun de tennis de table Thay Mercy a défendu avec bravoure  son titre. Pendant cette partie très rude, elle a éliminé son vis-à-vis Halimatou par trois sets à zéro. Très sereine pendant se duel, Thay Merci a fait savoir qu’elle joue au tennis de table pour le plaisir uniquement. Et que, s’il arrive qu’on la sélectionne pour représenter le Cameroun ailleurs, elle offrira ses services. Dans les autres  catégories Ndikun a battu Nguépi dans la catégorie des juniors messieurs tandis que chez les cadets, Mohamed évinçait Djague.

 


Pendant cette grande fête de la petite balle, rehaussée par la présence du secrétaire général du service du gouverneur, le public et les hommes de médias présents ont eu droit à du beau spectacle. C’est tour satisfait que  ces derniers sont rentrés chez eux en espérant revivre ça une nouvelle fois.

Assobo Bagueka le présidant de la fédération nationale de tennis de table, a félicité le comité d’organisation et d’avantage le président de la ligue régionale de tennis de table pour le  littoral pour la bonne organisation du tournoi. «Ça fait plusieurs années qu’on n’avait plus organisé un tournoi comme ça à Douala. Mais, grâce aux dynamismes de  l’équipe de la délégation régionale pour le littoral, nous avons organisé une belle fête du tennis de table. C’est une très bonne chose. Et j’en profite pour féliciter la délégation régional de tennis de table et tous ceux qui ont œuvré pour l’organisation de ce tournoi », a-t-il déclaré tout ému.

 


A sa suite, sécrétaire général de la région qui représentait le gouverneur de la région du littoral a pareillement félicité cette initiative. Il a émis le vœu de voir de telle initiative se multiplier. Et a surtout recommandé aux responsables de la fédération de faire à ce que cette discipline à l’avenir puisse faire flotter plus haut le drapeau du Cameroun à l’échelle internationale.


Baptisé tournoi de l’amitié, l’open national de tennis de table est la seconde activité organisée par la ligue  régional  de tennis de table pour le littoral. Il y a moins de deux semaines,  Didier Djihe Lamadjeha, président régional de cette ligue était à Yabassi pour le lancement de la saison sportive du tennis de table. Il était allé faire découvrir cette activité sportive aux habitants de cette contrée du Cameroun.

 


L’open national de tennis de table qui vient de s’achever, a regroupé 86 pongistes venus des dix régions du Cameroun. Répartis en six catégories  à savoir, dame, minime cadet junior, senior, et vétérans, les pongistes ont rivalisé d’adresse et ont promis le faire d’avantage lors des autres compétitions en vue.

 

Hervé Villard Njiélé

 

 

Voir les commentaires

Hopital Laquintinie: Le Lions club Orchidée au secours des malades.

25 Juillet 2013, 17:22pm

Publié par Hervé Villard

Cette organisation a remis des appareils sanitaires aux responsables de cet établissement sanitaire. C’était ce 17 juillet 2013 en présence de quelques médecins et des hommes de médias. 



La joie de Stephen Messue le secrétaire générale de l’hôpital Laquintinie de Douala était débordante ce mercredi 17 juillet 2013 après midi. A l’occasion de la remise d’un important don d’appareil  sanitaire à l’institution hospitalière qui l’emploi, il a tenu à manifester sa gratitude à l’endroit du Lions club orchidée et surtout celui du Dr Dissongho, directeur général de cet hôpital empêché. «Je tiens à remercier le Lions club pour ce précieux don que votre association vient de remettre à l’hôpital Laquintinie de Douala. Cela va nous permettre d’améliorer la qualité des soins que nous administrons à nos patients. Au nom du directeur général empêché, je vous dis encore merci. Le lions club nous a toujours soutenus par le passé. Nous espérons tout simplement la prochaine fois avec d’autres dons car, l’hôpital Laquintinie a beaucoup de problèmes», a déclaré le secrétaire générale de cet hôpital dans un français approximatif.

 


Parmi les matériels sanitaires remis à l’hôpital laquintinie, on peut citer, le scialytique qui est  un appareil d’éclairage utilisé dans les salles d’opération pour permettre une bonne visibilité et l’électromyographe, un autre appareil sanitaire  assez important pour la prise en charge des malades.

 


D’après dame Tchakounté la présidente de cette branche du Lions club orchidée qui  a remis ce don, l’objectif visé pour leur association est  de servir sa communauté. «C’est de mettre  à la disposition de la communauté tout ce qui peut l’aider » déclare-t-elle. Avant d’ajouter que « Ces dons que nous  remettons à l’hôpital Laquintinie ont été collectés. Nous sommes en partenariat avec  cette hôpital depuis plusieurs années et ce n’est pas la première fois que nous volons au secours de cet Hôpital. Chaque fois qu’il y aura la possibilité, nous ne manquerons pas de venir » déclare toute souriante dame Tchakounté.


Bien avant la remise de ce don, moment fatidique de cette cérémonie, Dr  kemmogné a sensibilisé le public témoin de cet évènement sur les effets des stupéfiants sur le corps humain. Il a fait savoir que la consommation de la drogue, de l’alcool et plein d’autre excitant peut avoir des conséquences graves sur l’organisme.


Selon ce spécialiste qui a fait des recherches sur le sujet, 15 à 25% d’accidents de la route sont dus à la consommation de l’alcool de même que 80% des violences dans le mariage. D’après celui qui déclare qu’il est impossible de lutter contre le trafic de la drogue, le tabac tue 50% de ses consommateurs tandis que la cigarette  quant à elle aussi est à l’origine de 26% du cancer de poumon et de 25% des accidents coronaires.


 D’après les statistiques de l’Onu qu’il a pris la peine de publier, 30% des fumeurs dans la ville de Douala sont des jeunes. Tout en demandant aux personnes présentes de sensibiliser leurs proches sur les effets de la consommation de stupéfiants, il a révélé que 20% de viol pratiqués sur les enfants se font après la consommation des stupéfiants.

La cérémonie s’est achevée avec de accolades et des remerciements. Etaient présents des médecins, des membres du Lions club orchidée et plaint d’autres invités

 

 

 

 

Hervé Villard Njiélé

.

 

 

Voir les commentaires

Elections municipales et législative: Les partis politiques prennent une bouffée d’oxygène

25 Juillet 2013, 14:49pm

Publié par Hervé Villard

  Après des nuits d’insomnie passée pour préparation des différents dossiers de candidatures, c’est une accalmie totale dans les différents bureaux politiques de la ville de Douala

 

C’est une ambiance de relaxation qui régnait dans les différents sièges des partis politiques de la ville de Douala hier. Après  plusieurs semaines d’efforts pour la préparation des différents dossiers de candidatures, après une veille stratégique pour la vérification des pièces et le dépôt de ces dossiers, l’heure est revenue à la relaxation.   Les responsables de ces partis de même que les membres se reposent un tout petit peu. Question de reprendre un peu des forces.

Au siège du  Cameroon people party (Cpp) d’Edith Kah Walla, c’est  un calme apparent. Les différents bureaux sont presque vides. Quelques membres qui sont présents pianotent sur leur clavier. Le stress des derniers  jours a presque disparu. Sur le visage de ceux qui sont là, se lie la fatigue. «On a déposé nos différents dossiers de candidature le 17 juillet 2013 aux environs de 23h 56min. Ça n’a pas été facile. On a travaillé très dure pour  ça. Tout le monde est fatigué et on a besoin de repos. C’est peut être  encore demain que l’on pourra  relancer les activités. C’est vrai que cela n’a pas aussi été facile mais, on a pu, on attend la suite», déclare Blaise Mike chargé de la communication du Cpp.



Au  siège du Paddec  de Me Jean de Dieu Momo, l’ambiance est un peu plus chaude. Avec quelques responsables de son parti, ils échangent sur les dossiers de candidatures déposés le 17 juillet 2013. La conversation est un peu ouverte. Les sujets tournent certes au sujet des candidatures déposées mais sans protocole. L’ambiance est plutôt relaxe. «On a fini par déposer nos candidature. Je peux vous assurer que cela n’a pas été facile. Il fallait ranger les dossiers. A Elecam on a même constaté que les dossiers n’étaient pas bien classés. Et il fallait fouiller tous les dossiers pour les ressortir. Maison a quand  même réussi à déposer. C’était ça l’essentiel, on attend» déclare Me Momo  tout souriant. Avant de préciser qu’ils ont déposé deux dossiers. Celui  des  municipales à  l’antenne Elecam de Douala 5ème et celui des législatives à l’agence Elecam départemental de  Douala 1er.


Au Manidem, c’est le même son de cloche. Mais pour faire la différence, d’avec les   autres partis le Manidem a convoqué une réunion pour essayer de comprendre les différents  problèmes qu’ont eus les listes de ce parti dans  l’arrière pays.  Il était également question de réfléchir sur la stratégie de communication à mener entre temps.

Comme dans ces partis, l’ambiance était presque la même dans différents siège des partis pliques. Fatigués des tracasseries de la constitution des dossiers, ces derniers ont pris un repos hier. Question de prendre des forces pour  préparer la suite de cette procédure.

Et parlant de suite, il faut dire qu’après les dépôts  de candidature faits hier, Elecam a cinq jours pour l’acheminer à  la direction nationale pour étude. Et c’est cette direction  qui est chargée de publier la liste des candidats conformes soixante jours  avant les élections  et de rejeter celles non conformes. Pour l’instant les différents candidats espèrent tout simplement que leurs listes ne seront pas rejetées. Dans tous les cas, ils ne perdent rien à attendre.

 

Hervé Villard Njiélé

 


 

Voir les commentaires

Itw Ghislain Ngangue : « Nous poursuivons avec la distribution des cartes électorales. C’est ce qui fait l’actualité en ce moment »

25 Juillet 2013, 13:23pm

Publié par Hervé Villard


Responsable de la communication à l’antenne régionale d’Election Cameroon pour le littoral, Ghislain Ngangue, revient ici sur l’actualité qu’il y a dans les différentes antennes communales et départementales d’Elecam, quelques jours après le dépôt des différents dossiers de candidatures aux élections législatives et municipales.

 

Combien de  candidatures partis politiques ont finalement déposé les dossiers de candidature chez vous ?

 

C’est un peu difficile de vous donner  avec exactitude le nombre de candidature. Ce que vous devez savoir c’est que la plupart des formations politiques présents dans la région du littoral  et basés à Douala particulièrement se sont lancés dans cette course vers les législatives et les municipales. Il s’agit du, Sdf du Rdpc du Cpp, du Paddec, de l’Upc du Manidem, et  bien d’autres partis politiques encore. Comme je viens de le dire, je ne peux pas vous donner  le nombre exact.   Tout ce que je sais c’est que, ce sont  l’essentiellement les partis politiques basés dans la ville de Douala qui ont  déposé leurs  différentes  dossiers de candidatures pour les élections législatives et municipales.

 

Avez-noté des  cas de retard pendant le dépôt des différents dossiers de candidature ?

 

Ce que nous savons c’est qu’à minuit, nos portes étaient fermées. Nous avons servi ceux qui étaient dans l’enceinte des structures d’Elecam à minuit.  Mais tous ceux qui étaient à l’extérieur, toutes les personnes qui venaient après minuit  n’ont pas été servies conformément à la règle. C’est ce qui s’est passé.

 

Est ce qu’on peut avoir au niveau de l’antenne Elecam les têtes de liste des différents ^partis politiques ?

 

  Elecam n’a pas la compétence. Il ne revient pas à nous de dire à la presse que tel est candidat est tête de liste de tel autre parti. Notre travail se résume à la collection et au traitement des différents dossiers de candidature et de les acheminer à la commission central des élections. Cela relève de la cuisine interne de chaque parti et j’en profite pour vous renvoyez dans leurs  différents quartiers généraux. Ces dans ces différents lieux qu’on pourra vous dire que tel est tête de liste de tel parti et que un tel autre est tête de liste d’un autre parti. Quand à nous, il ne revient pas à Elecam de dévoiler cela. Notre travail se limite à la collection et au traitement des dossiers et l’envoie de ces dossiers à la commission électorale qui sera chargé de la publication  le moment venu.

 

Que fait actuellement Elecam?

 

Nous poursuivons avec la distribution des cartes électorales. C’est ce qui fait l’actualité en ce moment. Aussi dois-je préciser que le directeur général a signé un arrêté sur l’organisation des différents bureaux de vote. On pourra aborder quelques problèmes liés au dépouillement,  à la disponibilité des différents bureaux de vote. Ce sont des signes avant coureurs qui montrent que les choses ont effectivement commencé. Il y a à coté de cette distribution des cartes électorale, des chefs d’antenne d’Elecam qui seront appelés à faire le tour des différentes antennes pour s’assurer de la disponibilité des différents bureaux de vote et signaler s‘il y a lieu de les modifier, de les  éclater. Bref de s’assurer que ces bureaux sont viables. D’actualiser les fichiers des différents bureaux de vote que nous avons à notre disposition pour qu’en fait tout soit prêt avant le jour-j

.

Nous allons  bientôtaussi recevoir tout le matériel électoral. A savoir  les urnes, les isoloirs, la bureautique, les calculatrices, bref tous les éléments qui nous permettent de poursuivre le processus électoral jusqu’à son bon terme. Je crois que voilà aussi ce qui fait l’actualité au niveau d’élections Cameroun. Et je dois aussi ajouter que, d’autres volets de nos activités sont aussi annoncés pour les tout prochains jours.  Vous savez que les dernières personnes à être inscrites dans nos listes à la faveur de la réouverture des inscriptions sur les listes électorales le 22 mai 2013, leur dossiers sont en cours de fabrication et d’ici peu, on va les associer aux autres cartes pour faciliter la distribution.

 

Est-ce que nous pouvons avoir le nombre exact des cartes électorales distribuées pour l’instant dans la région du littoral ?

 

Nous avons dépassé le cap de 35% on temps vers 40% peut être même qu’on a déjà atteint ce chiffre là. Nous avons encore deux mois devant nous, on espère que d’ici là on aura distribuée maximum de cartes. C’est l’occasion pour moi de rappeler aux électeurs qui  se sont inscrits de passer dans les antennes communales d’Elections Cameroun pour retirer leurs cartes d’électeurs où  alors à l’écoute de nos communications de proximité parce que nous demandons aux équipes mobiles d’Elecam d’aller vers les grands carrefours, d’aller vers les populations afin de faciliter la distribution de ces cartes. On précise que le retrait des cartes est individuel et physique. Nous à Elécam, nous sommes pris des dispositions pour que chaque électeur inscrit ait sa carte électorale et que chaque électeur ait une seule carte.

 

Après le dépôt des différentes candidatures à Elections Cameroun, que prévoit la suite ?

 

La loi prévoit qu’après le dépôt de candidature, le conseil électoral qui  est chargé de dispose de 60jours  au moins pour enregistrer et diffuser les différentes candidatures. Tout calcul fait, nous rapproche vers la date du 1er aout 2013. D’ici le premier aout, les différentes candidatures seront publiées. Et il reviendra maintenant aux différents partis politiques de saisir les instances indiquées  pour les contentieux. Puisque, certains partis pourront s’insurger contre la décision d’Elections Cameroun il ya  les institutions qui seront chargées de gérer ce genre de problème. Bien après, ce sera les campagnes électorales. Ce sera l’occasion pour les partis politiques de présenter leur projet de société. La date qui est déjà connue de tous, c'est-à-dire le 30 septembre 2013, on procèdera aux élections municipales et législatives.

 

Hervé Villard Njiélé

.

.

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Législatives et Municipales : Le Paddec dénonce la violation du code électorale

18 Juillet 2013, 12:58pm

Publié par Hervé Villard

D’après les responsables de ce parti politique, l’établissement de certaines pièces pourtant gratuite est payant  au niveau de certaines administrations.

 


Bureau régionale du Paddec  pour le littoral ce lundi 15 juillet 2013, il est 13h. L’ambiance qui règne au sein de ce bureau  est studieuse.   Quatre  responsables de ce parti confortablement assis sur des chaises prévues à cet effet lisent attentivement une pile de documents posés sur la table.  Ils sont tellement concentrés qu’ils n’accordent pas du temps aux visiteurs qui passent par là. Sans gène, ils prennent chacun le temps de vérifier pièces par pièces les différents dossiers parvenus à leur bureau.  «Nous classons encore  les dossiers de candidature. Nous n’avons pas encore fini. Mais, nous espérons que nous le feront  demain (ce jour Ndlr)» déclare  Patrie Zébazé  Nandong  coordonnateur régional du Paddec pour le littoral.

Pour celui qui  reconnait que le parti de Me Momo n’a pas encore déposé les dossiers de candidature de   ses différents candidats, ils ont rencontré beaucoup de difficultés au niveau de l’établissement de certaines pièces indispensables pour la constitution des dits dossiers.  «Nous espérons que nous allons  boucler  ses dossiers avant  la date buttoir. Nous avons eu des soucis au niveau de l’extrait des casiers judiciaires. Dans les zones anglophones, ce service était payant. Ils ont exigé les timbres. Les signatures de ces pièces étaient également payantes. C’est pourquoi nous avons accusé un aussi long retard. Le retrait de ces extraits a freiné la constitution des dossiers » décrie- Patrie Zébazé  Nandong  avec véhémence.

D’après  les membres du Paddec qui fustigent  le comportement de certains responsables de l’administration, les extraits des actes  de naissances ont été payés. Une chose qui est contraire à la loi électorale en vigueur au Cameroun.

 

 

Le renvoie

 


D’après les membres de ce parti  politique,  le comportement mafieux de ces agents de l’Etat, a plombé le processus de préparation des dossiers de candidature au sein du Paddec. C’est pourquoi, ils espèrent que la date buttoir de dépôt  de candidature sera prorogée par le président de la république. «Nous souhaitons même  le renvoie de cette date. Puisque, jusqu’ici,   des pièces à fournir sont encore manquant dans le dossier de certains candidats» déclarent-ils de manière unanime.

Autre chose et pas des moindre que décrient les responsables du Paddec, c’est le paiement de la caution par les différents candidats aux municipales et des législatives. Cette  décision constitue un réel problème  pour des partis comme le Paddec. Ces montants sont respectivement de 50.000fcfa pour les municipales et 1000.000fcfa pour les législatives. Montant qui n’est pas à la porté de tous les camerounais.

 

Au niveau de la désignation des  différents candidats,   le Paddec  n’a pas fait les élections primaires comme partout ailleurs. De manière consensuelle, les membres des sous sections de base ont désigné deux à trois candidats, ces candidatures  sont acheminées  à la coordination départementale. A ce niveau on se rassure si toutes les conditions ont été respectées.  On vérifie s’ils ont respecté le genre,  le pourcentage  des jeunes,  avant de la valider. « Donc, c’est de commun accord avec la base que le choix des candidats est fait » Précise- Patrie Zébazé  Nandong  avec assurance avant de déclarer que le Paddec ira aux élections.

 

Hervé Villard Njiélé

 

Voir les commentaires

Secourisme : 13 nouveaux formateurs déjà opérationnels.

18 Juillet 2013, 12:35pm

Publié par Hervé Villard

Ces derniers ont reçu leurs attestation de formation ce vendredi 12 juillet 2013 à Akwa à Douala C’était à l’occasion solennelle organisé à cet effet. 

 

«Merci à Unass France qui a pu nous accordé beaucoup de leur temps. Merci à Unass France qui a envoyé son équipe pour former les secouristes stagiaires au Cameroun, merci aux stagiaires pour leur assiduité et leur volonté. On espère qu’Unass France doit nous apporter beaucoup de soutien puisque nous avons beaucoup de problèmes. Les treize formateurs qui ont reçu leur diplôme sont aptes  à faire le travail pour lequel ils ont été formés»  

Cette déclaration est de made Jong, présidente l'Union Nationale des Associations de Secouristes et Sauveteurs du Cameroun(Unass). Elle l’a faite à l’occasion de la cérémonie de remise de diplôme  et des  attestations de fin de  formation à 13 formateurs en secourisme Camerounais.http://a400.idata.over-blog.com/3/05/56/79/fourre-tout/cours_de_secourisme_3o_SEGPA_018.jpg

 

 

 Pendant cette cérémonie grandeur nature qui a mobilisée plusieurs curieux et des hommes de médias, on a appris que les 13 nouveaux formateurs en secourisme qui ont  reçu leur diplôme ont été formés durant la période allant du 24 juin au 5 juillet 2013. Durant cette formation, ils ont reçu à la fois des cours théoriques et pratiques. Ceci pour leur permettre d’être apte à dispenser des cours et à former les autres camerounais aux techniques de secourisme. «Je suis satisfait de cette formation que j’ai reçu durant les deux semaines de formation. Nous sommes prêts à former les autres secouristes ou à intervenir en cas de nécessité. Car la dernière de semaine de formation a été  axée sur la pratique» déclare tout heureux Réné Nguéa, un récipiendaire.


Bien avant de remettre les diplômes aux récipiendaires du jour  Jean Luc Burgain,   président de l'Union Nationale des Associations de Secouristes et Sauveteurs de France  est revenu sur le contenue de  la formation. Ainsi, pendant deux semaines, les formateurs ont été évalués sur les 9 modules de formation dispensés pendant la formation Il s’agit de la protection, le secours civique, les actions à mener quand la victime saigne, quand la victime ne respire plus,  quand la victime est inconsciente pour ne citer que ceux-ci. «Bref ils sont aptes à sauver des vies et à enseigner» précise le président d’Unass France.

Jean Luc Burgain a également fait des recommandations aux futurs formateurs en secourisme. «Le plus dure reste à faire. Il faut transformer les acquis en compétence. Si vous ne travaillez pas, vous allez perdre toutes vos connaissances. Pour vous en sortir, travaillez en binômes », conseille-t-il.

En plus des diplômes et des attestations remis aux heureux élus du jour,  le président de Unass France a remis à chacun d’eux. Une sacoche du formateur, une chasuble, une clé usb de 4ga contenant des supports de formation et des polos. Contents de ce geste d’Unass France, les récipiendaires ont promis de faire bon usage des précieux cours reçus. «Nous vous disons merci et nous vous promettons de former un grand nombre de personnes au secours physique»,a déclaré la responsable des  étudiants formateurs.

 http://a400.idata.over-blog.com/3/05/56/79/fourre-tout/cours_de_secourisme_3o_SEGPA_018.jpg

Les 13 formateurs déjà opérationnels ont été choisis parmi 160 stagiaires en secourisme formés au mois de mars 2013 Toujours par Unass Cameroun. Avec cette cuvée de formateurs, Made Jong et l’Unass Cameroun entendent former la majorité des camerounais en technique de premier secours,  limiter le nombre de décès par accident sur les routes du Cameroun, permettre au Camerounais d’avoir des comportements adaptés en cas d’accident ou incident  de la vie courante. Et surtout amener ce dernier à réaliser les gestes élémentaires de secours dans la vie de tous les jours.

 

Hervé Villard Njiélé

 

 

 

Voir les commentaires

Mode :Les femmes à l’heure des ongles artificiels

18 Juillet 2013, 12:25pm

Publié par Hervé Villard

Soucieuse  de soigner leur apparence  extérieure pour plus de charme et glamour,  les femmes de la capitale économique du Cameroun  arborent de plus en plus ce bijou.

 

Il est difficile de faire un pas dans la capitale économique du Cameroun sans rencontrer des femmes arborant ces faux ongles. Dans les  bureaux  comme  dans la rue,  elles  se comptent par milliers.  Elles  s’enorgueillissent d’ailleurs car, cela leur permet de mettre en valeur leur beauté et paraitre plus séduisante. Le port des ongles artificiels est devenu un objet d’extravagance au point où les femmes qui ne portent  pas ce bijou  sont  considérées comme démodées.  


Posées sur les doigts de la main ou des orteils, ces bijoux, selon des informations permettent aux femmes de se sentir convoitée.  Compte tenue de la multiplicité des qualités et des choix, les femmes ont souvent l’embarras face à ce  luxe. Le choix n’est pas facile. En fonction de la taille et de la forme des ongles, les  goûts varient.  Le choix n’est pas certes facile mais au finish, chacune d’elle réussie à trouver son compte.


La liste des amoureux de cette pratique se rallonge

au quotidien. Car, il y a toujours de nouvelles recrues. «C’est ma première expérience aujourd’hui. Je n’ai pas souvent l’habitude de placer les faux ongles», affirme  toute joyeuse une  jeune femme la vingtaine dépassée. Tout en se faisant belle, elle fait savoir que c’est parce qu’elle a perdu ses ongles qu’elle a décidé de les remplacer par ces ongles artificielles.  « Mes ongles ce sont cassées. Et   comme habituellement j’aime avoir des ongles longs, j’ai décidé d’expérimenter les ongles artificiels » déclare-t-elle toute excitée.  

 

 Malgré la ruée vers la pose des ongles artificiels, cette pratique selon certains témoignages, a des effets néfastes sur la peau et les ongles de tous ceux qui l’affectionnent. Elle est souvent à l’origine du cancer de la peau et inhibe souvent la poussée normale des ongles naturels. Selon Luc Tomaha Fansi dermatologue vénérologue, «  Le port des faux ongles se fait souvent avec beaucoup de traumatisme au niveau des ongles naturels. Car, les produits utilisés ne sont pas fiables » explique-t-il.  «Le fait que l’on ponce les ongles naturels afin de poser ces ongles artificiels peut faciliter installation des mycoses » ajoute-t-il. D’après ce spécialiste qui recommande la prudence pendant cette pratique, au bout de cinq ans les produits utilisés comme la colle  et d’autres substances toxiques peuvent causer des effets cancérigènes sur la peau.  Des personnes victimes en savent long  «Il y a 2 ans, suite à une pose d'ongles en résine, j'ai perdu deux ongles. Je ne sais pas trop ce qui s'est passé.par contre je peux vous  dire que les douleurs dues à l'inflammation furent intenses » raconte avec regret une dame rencontrée au marché Mboppi.  «J’ai ôtée les faux ongles et à l’aide d’une aiguille, j'ai percée mes deux ongles naturels  afin de libérer le pus qui avaient déjà rongé mes doigts. J’ai perdu mes vrais ongles.», ajoute-t-elle le cœur meurtri. Pour cette dame qui recommande de la prudence à ses consœurs pendant l’usage de ce bijou désormais à la mode. Il a fallu attendre  plus de 3 mois  pour que  ses doigts reviennent à la normal.


D’après une autre victime de cette pratique très en colère,  certaines institutions   et  plus précisément les autorités sanitaires camerounaises doivent prendre  des mesures nécessaires pour suspendre cette pratique  qui à des conséquences fâcheuses sur la vie des femmes qui s’y adonnent. Elle souhaite pareillement que les spécialistes de la manucure et de la pédicure soient un peu conséquents par rapport à leur boulot. Que ces dernières à l’avenir, utilisent les produits qui sont recommandés et recommandables afin de limiter voire amenuiser les effets que cette pratique a sur le corps humain.

 

  Herve Villard Njiélé/Christelle  Ekollo, stagiaire

Voir les commentaires

Douala: Un immeuble tue deux personnes

18 Juillet 2013, 12:08pm

Publié par Hervé Villard

 

Image2-copie-1

Les victimes dormaient paisiblement quand l’immeuble s’est effondré sur elles. Le bilan de ce drame fait état de deux morts.

 


Les populations de Douala et plus particulièrement ceux habitant la rue Mermoz à Akwa se sont levées très tôt que d’habitude ce mercredi 17 juillet 2013. Elles ont été arrachées à leur sommeil  de manière soudaine par un  bruit assourdissant dont ils ne connaissaient pas la provenance. Sorti  pour s’enquérir de la situation, elles ont découvert que c’est un immeuble de six niveaux  qui s’est écroulé pendant qu’ils dormaient.  Pendant sa chute, l’immeuble a enseveli les habitants de la maison.  Il s’agit de Carole Mabou, une jeune mère âgée de 28ans et sa fille d’environ quatre ans, pas encore identifiée.

 


Selon des informations, la jeune mère décédée portait une grossesse d’environ cinq mois. Après avoir senti le danger, mue par l’instinct maternelle, Carole Mabou de regrettée mémoire a tenté de sauver sa petite fille quand les bâtisses sont tombées sur elles.  Sous le poids de ces décombres, elles n’ont pas pu résister. Elles ont rendu l’âme sur place devant une foule impuissante apeurée et dépourvue de moyens logistiques pour dégager ces décombres.

Sous le coup de l’émotion, les populations  vont alerter les sapeurs pompiers et les forces  de l’ordre qui sont aussitôt descendus sur les lieux. Faute d’équipements techniques appropriés ils vont tenter en vain de débarrasser les décombres. C’est grâce à un tracteur de la communauté urbaine de Douala, que ces derniers vont finalement débarrasser une partie des décombres et extraire les corps sans vie des deux victimes de cet incident.

 


Drame


Sur les lieux du sinistre ce 17 juillet 2013, c’est la  consternation totale. Les parents, les amis et les proches des victimes pleurent à tue tête. Pour faciliter les manœuvres, la Rue Mermoz, lieu où s’est déroulé le drame, a été barrée.  Les populations curieuses sont massées des deux cotés de la route et vivent en directe le film d’extraction des corps des deux victimes. Les éléments des forces de l’ordre  mobilisées pour la circonstance  sont à pied d’œuvre. Ils ont érigés une zone de sécurité pour limiter les dégâts et faciliter la fouille.  Les autorités de la ville, à savoir, le préfet du Wouri Naseri Paul Bea, le délégué du gouvernement au près de la communauté urbaine de Douala Fritz Ntone Ntone, le sous-préfet de Douala 1er Marc Ekoa Mbarga, sont présents. Ils sont venus apprécier l’ampleur des dégâts et apporter leur soutien aux familles éprouvées de même qu’aux populations riveraines. Pour extirper les corps des décombres, il a fallu attendre plusieurs heures. Plus de 11h de temps exactement. Car commencé aux environs de six heures, c’est finalement autour de 17h que les corps seront  finalement extraits des décombres. Divine Junior Ndjando, le chef de cette famille sauvé  de justesse parce qu’il était au boulot, s’est évanouie  à la vu du drame.  Il a été conduit d’urgence à l’hôpital pour des soins intensifs.

Face à ce drame, un autre de trop dans la ville de Douala, le préfet du Wouri a promis des  mesures fortes. Il entend constituer une brigade pour surveiller tous les chantiers en cours dans la ville de Douala. Selon des informations, les riverains avaient saisi le délégué du gouvernement au près de la communauté urbaine de Douala pour dénoncer la construction anarchique de cet immeubles écroulé, mais, rien n’a été fait.

 


L’effondrement de cet immeuble vient une fois de plus remettre au gout du jour  le problème du respect des normes de construction dans  la ville de Douala. Qui  délivre les permis de bâtir? Est ce qu’il y a une commission qui évalue le respect des normes de construction dans les différents chantiers de la ville Douala ? Plus malin qui répondra à cette question.

A titre de rappel,  l’effondrement de cet immeuble  n’est pas le premier cas enregistré à Douala. Non loin du lieu dit Mobil Guinness, l’effondrement de la dalle d’une autre bâtisse avait tué un membre d’une église il y a quelques semaines.  

 

Hervé Villard Njiélé.

 

 

 

Voir les commentaires