Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Aménagement : Plus de trois cent maisons et boutiques détruites à Douala

27 Mai 2013, 11:03am

Publié par Hervé Villard

  

 

oeuvre de la communauté urbaine de Douala, ces destructions s’inscrivent dans le projet de l’élargissement de  l’axe Ndokoti - Pk14


 

immeuble-detruit.jpg

Des murs à demi cassés, des maisons aux toitures arrachées, des immeubles détruits,  des enfants fouillant des morceaux de ferraille dans les décombres. Des  débris de parpaings éparpillés en désordre et des maisons en pleine destruction. Voilà  présenté de manière succincte l’image  effroyable qui s’offre à tous ceux qui font le trajet Ndokotti- Pk 14 ou l’inverse, depuis environ trois semaines.  Dans l’optique d’élargir cette voie publique devenue exigüe,  la communauté urbaine de Douala a entrepris de détruire des habitations installées le long de ce trajet partant de Ndokotti à Pk14. Depuis  plusieurs  jours déjà,  ces agents sont  à pied d’œuvre sur cet axe routier. Ils détruisent tout sur leur passage. Aidés  par des pelleteuses, des marteaux et autres engins de destruction, ils détruisent sans états d’âme tout ce qui se trouve sur le tronçon à viabiliser.

 Pendant cette  mission, rien n’est épargné. Maisons, boutiques,  échoppes et autres maisons de commerce effondrent  sous le regard insensible des agents  de la communauté urbaine de Douala qui, accomplissent  leur devoir avec beaucoup d’ardeurs. La colère des populations, les pleurs,   les  cries et les supplications de ces victimes des casses, ne ralentissent nullement ces agents déterminés à respecter à la lettre, les mesures scrupuleuses prises par leur hiérarchie. Ils  sont rompus à la tâche.

 De Ndokoti à Pk14, c’est plusieurs centaines de maisons d’habitation et de commerce qui ont été détruites. Ceci malgré les plaintes et la colère des populations. «Voilà depuis 1992 que je suis installés ici. C’est ma boutique qui permettait d’alimenter tous ceux qui vivaient de ce coté dans le temps. C’est avec qu’elle que je me bats pour envoyer mes enfants à l’école. Voilà ça qu’on vient de casser. Que vais-je faire. Avec quoi  vais-je encore m’occuper  de ma famille ? » S’interroge tout en larme un riverain en assistant à la destruction de sa maison. Tout près de lui, bien que courroucé, Jean Jacques un autre riverain s’empresse à sauver quelques meubles avant qu’ils ne soient ensevelis dans les décombres. Père de  trois enfants, ils  ne savent pas où loger désormais avec  ses enfants. «Ma maison vient d’être détruite. Je ne sais quoi faire pour l’instant ni où aller. L’école n’est pas fini maintenant il faut déplacer les enfants. Tout cela est compliqué. Honnêtement je ne sais quoi faire. Je suis dépassé par ce qui se passe» se lamente-t-il.


Plaintes 

maisons-detruites.jpg

Ce qui courrouce d’avantage les populations de ces zones, c’est le fait qu’elles ont été cassées par surprise. «On n’a pas été alerté. La communauté urbaine de Douala n’a  passé aucun communiqué pour nous informer des casses.  Ils sont venus un matin et ont commencé directement à casser » se plaignent-ils en chœur. Effectivement, sur le terrain, aucune des maisons détruites n’est marquée de  la croix de Saint André ni de la mention à démolir. Pourtant, les casses se poursuivent. Une attitude qui a d’avantage pénalisé les  victimes. «J’ai presque tout perdu dans ces casses. Je n’ai eu le temps de sauver mais meubles. Cela a été tellement rapide. Si on nous avait averti, peut être que j’aurai sauvé certains de mes biens » déclare Anastasie, une dame en fouillant dans les décombres quelques objets importants.

Pour les agents de la communauté urbaine, les populations sont  plutôt têtues. Elles ont été averties de ces casses et n’ont fait qu’à leur tête. «Elles ne sont victimes de leurs propres turpitudes», déclarent-ils.

D’après ceux-ci, les destructions qui sont faites sur cet axe visent à agrandir la route  encombrée. Elles visent précisément à détruire  tous ceux qui sont sous les lignes hautes tensions situées des deux cotés de la route.  «On ne doit pas construire sous les lignes hautes tensions. C‘est un danger pour les populations. Les maisons où les boutiques doivent être à trois mètres de ces lignes. Ainsi, tous ceux qui sont  situés dans ce périmètre sont détruits», précisent les responsables de la Cud. Pour limiter les dégâts et protéger leurs biens, certains riverains situés sur les espaces à détruire procèdent eux –mêmes aux démolitions.

 

Hervé Villard Njiélé

 

 

Voir les commentaires

Distribution des cartes Electorales : Le Sdf dénonce l’illégalité

27 Mai 2013, 10:51am

Publié par Hervé Villard

Selon les membres du bureau exécutif de ce parti dans le littoral, les responsables des structures d’Elecam ont violé la loi régissant la distribution des cartes électorales.

Jean-Michel-Nintcheu photo 


L’opération de distribution des cartes électorales informatisées débutée par Election Cameroun le 22 mai 2013 dernier fait déjà beaucoup de remous. Selon les membres du bureau exécutif du Sdf qui se sont réunis ce week-end à Douala, les responsables d’élections Cameroun sont dans l’illégalité. Ils ont violés les textes de la république du Cameroun  régissant  la distribution des cartes électorales.  Pendant la réunion du comité exécutif qui s’est tenue au domicile de l’honorable Jean Michel Nintcheu, ils  sont tous montés au créneau pour décrier cette attitude d’Elecam.

 Pour certains d’entres eux,  c’est la fraude électorale qui est  déjà en train d’être planifiée par cette  structure en charge de l’organisation des élections au Cameroun. «Nous sommes prioritairement préoccupés pas la distribution des cartes électorales biométriques qui se font en catimini à Douala et au Cameroun. La loi  de la république portant sur la distribution de ces cartes indique que,  c’est la commission  départementale qui a la charge de s’occuper de cela en ce moment. Nous dénonçons cette situation et nous entendons saisir les responsables d’Elecam et les responsables politiques de la région. Nous entendons attirer leur attention sur ce genre de pratique  dans notre région. Ce genre de pratique  est une forme de fraude électorale qui est en train de se mettre en place. J’espère que la loi sera respectée et qu’Elecam qui n’est pas au dessus de la loi va respecter les principes de l’article 63 du code électorale en ce qui concerne la distribution du code électoral» précise l’honorable Jean Michel Nintcheu après cette réunion du bureau exécutif.

 

 

Article 63


D’après Xavier Beleme Anang sécrétaire à la communication du Sdf pour le littoral, Elecam a mis de coté les commissions départementales  responsables de la distribution des cartes électorales. «Ils ont violé les closes de l’article 63  du code électorale », déclare-t-il. Selon cet article, reprise par le sécrétaire à la communication du Sdf  pour le littoral, «la commission départemental électoral assure le contrôle le suivie et la distribution des cartes électorales» précise-t-il.  Il dénonce pareillement, la non application de l’article 65 du code électorale.


 D’après lui, la liste des membres du bureau départementale chargés de la supervision des cartes électorales  qui doivent  être tenu régulièrement au greffe du Tribunal de grande instance de la région n’est pas connue. Les noms de ces membres doivent  être connus pareillement par les électeurs. Mais, ce n’est pas le cas. Même au niveau de la préfecture où ces noms doivent être affichés, il n’y en a pas. «C’est tout cela que nous dénonçons»  précise-t-il.


Au courant de cette réunion exécutif qui a réunis plus de soixante un responsables régionaux du Sdf, l’on est pareillement revenu sur la vie au sein du parti. Conscient des effets de la crise post sénatoriale dans la région, il  fallait rassembler les forces vives, doper tous les responsables et surtout mettre sur  pied une stratégie pour  préparer avec sérénité les prochaines  élections législatives et municipales.


 Au sujet de la vie du parti, le comité exécutif de la région du littoral est revenu sur les résolutions du national exécutif comitee (Nec) du 11 mai 2013 en rapport avec les primaires des élections municipales et les législatives au sein du parti. D’après ces résolutions débattues de fond en comble par les membres du bureau exécutif régional, les élections des primaires  municipales seront organisées par les circonscriptions municipales  sur la supervision du bureau exécutif régional du Sdf. Et les primaires pour les élections législatives seront organisés par le bureau exécutif régional sur la supervision  d’un membre du  bureau exécutif du Nec mise sur pied à cet effet. Dans le cas du littoral,  les primaires des législatives seront supervisées par le vice président national Joshua Osih. Etaient présents à cette réunion du comité exécutif du Sdf pour le littoral,  ces membres du bureau national, des responsables des différentes circonscriptions départementales et des membres du bureau régional.


 

Hervé Villard Njiélé

 

Voir les commentaires

Menace sur les vestiges historiques : Le monument Leclerc vandalisé à Douala

23 Mai 2013, 11:48am

Publié par Hervé Villard

La statue du général français situé devant la poste centrale de Bonanjo a été renversée ce mardi 21 mai 2013  à Douala.

 

Statut-general--Leclerk.jpg

L’information apparemment banale a été publiée  ce mercredi 23 mai 2013 sur le réseau social facebook.  Une photo de cette statue couchée à même le sol a été publiée via ce canal sans aucun commentaire. Sur cette photo qui  dit long sur l’incident qui s’est déroulé, on constate que la stèle sur laquelle repose généralement la statue est vide.  Et la statue abandonnée à quelques mètres de cette stèle.  Tout près, deux pierres sont jetées en désordre. Certainement des pierres qui ont permis de détruire ce monument historique  installé devant la poste de Bonanjo depuis plusieurs années.

Rendu à Bonanjo pour s’enquérir de la situation, le reporter de La nouvelle Expression a constaté que tout était rentré dans l’ordre.  La statue du général Leclerc  occupait toujours la position  qu’on lui connait, comme si, rien ne s’était passé.


 En se rapprochant d’avantage, on constate le contraire. D’abord les morceaux de pierres. Emiettées, ils  sont éparpillés en désordre à même le sol. La statue  bien que débout porte des stigmates de cet incident. Des impacts de sa chute sont perceptibles. On observe des éraflures presque partout sur le corps. Un peu plus bas, au niveau du joint, on constate qu’effectivement la statue a été arrachée de son piédestal et qu’elle a seulement été déposée. Et, peut être renversée par un violent vent.


Selon les riverains témoins de cet incident malheureux,  la statue du général Leclerc, général de  l’armée française pendant l’époque coloniale, a effectivement été vandalisée dans la journée de mardi 22 mai 2013. Un individu apparemment insensé est venu ce jour avec des pierres et a démoli ce monument. Sans être inquiété, il l’a trainé  à quelques mètres du site avant de le jeter. Après son forfait il s’est en allé sans inquiétude. Apprend-t-on.


 D’après ces derniers, jusqu’à hier soir (mardi Ndlr)  quand ils quittaient ce lieu, la statuette était toujours au sol.  «C’est certainement dans la nuit que l’on a remis cela à sa place», croit savoir Jean Paul un vendeur de cigarette installé non loin de là.

Joint au téléphone, Mboua Massock, le président de la Nouvelle dynamique  nationaliste africaine (Nodyna),  mainte fois arrêté par ce qu’il demandait que l’on détruise ces monuments des «colons» et qu’on érige en lieu et place ,ceux des nationalistes et patriote camerounais, est plutôt surpris par la nouvelle. Il n’est pas  au courant des faits. «Je ne suis pas dans la ville depuis quelques jours. C’est vous qui m’apprenez cette nouvelle.  Je serai à Douala d’ici demain. Mais, même à l’époque, je disais à tous ces gens là que, quand je pointe du doigt quelque chose, on va le détruire. Dès que je serai en ville on en parlera » déclare-t-il.

Gerôme Ngah Obiaga, le délégué régional du tourisme pour le littoral  est lui aussi stupéfait  face à cette information. Joint au  téléphone il était embarrassé. «C’est le délégué de la culture qui peut vous dire des choses à ce sujet. Nous avons pour mission de  faire la promotion du tourisme et des objets culturels. En plus, c’est vous qui m’informez là » a-t-il déclaré.


Toutes nos tentatives visant à joindre le délégué régional de la culture pour la région du littoral et à comprendre la pertinence de cet acte sont avérées vaines.  Acte de vandalisme, ou manifestation anti français, nul ne peut dire avec exactitude le mobil de cet acte. Ce que l’on peut constater c’est que c’est un acte de destruction de biens publique et historique qui mérite d’être sanctionner.


Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Défense transfrontalière: Le Cameroun au cœur de la sécurité dans le golf de Guinée

22 Mai 2013, 13:27pm

Publié par Hervé Villard

Il entend organiser du 25 au 26 juin 2013 un sommet international sur le golfe de Guinée.

 

alassane-Ouattara-et-la-delegation-camerounaise.JPG

Le Cameroun va abriter les 25 et 26 juin 2013 prochain un sommet international sur la sécurité dans le Golf de Guinée. Le golf de Guinée est cette partie du continent qui est une synthèse de l’Afrique occidentale et de l’Afrique centrale. Il comporte des pays comme le Nigeria, l’Angola, la Guinée équatoriale, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Gabon, le Ghana, le Togo, le Bénin, Sao Tomé-et-Principe pour ne citer que ceux-ci. Le Golfe de Guinée dispose d’un des plus grands gisements sous-marins de pétrole connus au monde, selon  de nombreux spécialistes. Avec 24 milliards de barils de pétrole de réserves prouvées, cette partie du continent, est de loin la première région pétrolière africaine. Le golfe de Guinée a l'avantage d'avoir de  nombreuses ressources enfouies sous ses eaux. Les réserves qu'il possède en pétrole lui permettent d'augmenter sa production et engendrent des flux importants.


Avec toutes ces richesses qu’il regorge, le Golfe de Guinée est en proie à une insécurité grandissante. Des pays de cette zone sont victimes des rapts et des enlèvements. Des hommes sans foi ni loi s’organisent pour dicter leur loi dans cette partie de l’Afrique pourtant très riche.  Pour trouver des voies et moyens pour contrecarrer cette insécurité grandissante,  pour ouvrir un débat sur ces problèmes de sécurité préoccupante, le Cameroun organise un sommet international sur la sécurité les 25 et 26 juin 2013 à Yaoundé.


Importance


Compte tenu de l’importance de ce sommet et surtout de son caractère capital, le président de la république tient absolument à ce que tous les présidents des pays du Golf de Guinée soient présents. Pour qu’une fois pour toute, des solutions définitives soient trouvées à ce problème d’insécurité dans permanant.  C’est pour cela que,  le ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation, René Emmanuel Sadi a entrepris  depuis quelques jours une tournée dans cette zone de l’Afrique pour remettre personnellement des invitations du président de la république  Paul Biya à ses homologues.


 Ce mardi 21 mai 2013, René Emmanuel Sadi, a  été reçu en audience par Alassane Ouattara, le président de la république de Côte d’Ivoire  au Palais présidentiel à Abidjan. A sa sortie d’audience,  il a indiqué  à la presse  qu’il était porteur d’une invitation du Président Paul BIYA à son frère, le Président Alassane Ouattara.   Et, celui-ci invite son homologue  à prendre part au Sommet sur la Sécurité maritime dans le Golfe de Guinée, qui se tiendra à Yaoundé, les 24 et 25 juin prochains. D’après  René Sadi, «l’enjeu de ce Sommet important interpelle en premier les pays qui ont une façade maritime dont la Côte d’Ivoire et au-delà, l’ensemble des pays africains, car nous avons assisté, ces derniers temps, à des actes de piraterie et de vol à main armée dans les eaux territoriales. » a-t-il déclaré à la presse.

 

Rene Sadi

Bien avant  de se rendre en Côte-D’ivoire, René Emmanuel Sadi au Burkina Faso vendredi dernier. Il   a rencontré Blaise Compaoré à qui, il a remis une autre invitation du président de la république. Le golf de Guinée a d’autant plus d’enjeux que, dans  les prochaines années, cette zone selon des sources crédibles  pourra fournir près du quart de la production pétrolière mondiale.  Le Cameroun, pays  le plus au fond de ce golf est le plus concerné par ces questions de sécurité. Une sécurité déjà passablement sécurisée aujourd’hui par les éléments du bataillon d’intervention rapide (Bir).


 

Sommet


Ce sommet qu’organise le président de la république s’inscrit en droite ligne des combats engagés pour rétablir la sécurité dans le Golf de Guinée. Bien avant ce sommet qui va se tenir bientôt, un autre réunissant les ministres des Etats membres de la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale (Ceeac), de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cedeao) et des représentants de la Commission du Golfe de Guinée (Cgg) a eu lieu à Cotonou au mois de mars 2013. Dans une déclaration rendue publique à l’issue de leur rencontre, "les ministres se sont déclarés préoccupés par les graves menaces posées par la piraterie, les vols à main armée et autres activités maritimes illégales dans leurs domaines maritimes en Afrique centrale et en Afrique de l’Ouest".


Ils ont réitéré l’engagement des Etats membres à promouvoir la paix, la sécurité et la stabilité dans les deux régions, en particulier dans le domaine maritime, ainsi que leur détermination à adopter les stratégies et les moyens requis pour lutter contre ces activités illégales.

 

Hervé Villard Njiélé

 




 

 

 

Voir les commentaires

Spectacle : Anfibio à la conquête de l’Afrique

21 Mai 2013, 21:47pm

Publié par Hervé Villard

 

   A travers une série de concert qu’il va organiser, dans les différents pays à visiter, l’artiste Equato-guinéen ambitionne faire aimer sa musique par tous les mélomanes du continent africain

 


Son nom ne rappelle rien aux mélomanes de l’Afrique francophone et de l’Afrique en général. Pourtant, en Europe, il est connu de tous. Beaucoup l’appelle Julio Iglesias. Ceci à cause de l’influence que la musique de ce célèbre chanteur a  eu sur sa musique. Pour  l’avoir accompagné dans la majorité de ses concerts, pour avoir joué à ses cotés, il a fini par épouser son rythme musicale, son timbre vocale.

 Adulé dans son pays natale la Guinée Equatoriale, Amfibio veut être le chouchou de tous les africains. Il  vient d’entamer une tournée africaine qui va le conduire dans 11 pays africains. Des pays de l’Afrique noire qu’il aimerait conquérir par sa musique et ses nombreux talents. A la fois chorégraphe, chanteur et danseur, l’un des artistes les plus connus de la Guinée équatoriale  souhaite promouvoir la culture équato-guinéenne à travers ses œuvres. La tournée africaine qu’il a programmée a commencé par la ville de Douala le 3 mai 2013. Ce soir là sur les planches de l’institut français de Douala (Ifc) avec sa guitare  sa voie suave et ses coups de reins sans pareil, il a séduit les amoureux de la musique venus découvrir sa musique à lui. Comme un poisson dans l’eau, il a enivré toute la salle  par ses notes et l’a finalement domptée. Le 4 mai 2013, il a remis ça lors de son second spectacle à Limbé dans la capitale du département du Fako. La tournée camerounaise qui a commencé par la ville de Douala s‘est achévéeamfibio.jpg  à Yaoundé le 11 mai 2013 prochain par un spectacle géant à l’Institut français.

Après le Cameroun Aurelio Martín Obiang Nchama, dit "Anfibio", poursuit sa tournée par le Gabon, le Congo Brazzaville, la Cote d’Ivoire, le Ghana, le Benin, le Nigéria, le Maroc, l’Angola et l’Afrique du Sud. Pendant cette tournée au cours de laquelle l’artiste sera accompagné de quelques artistes, amfibio voudrais faire partager sa musique par tous.

Né à Bata le 22 juillet 1969, le jeune Aurelio Martín s'était envolé vers l'Espagne en 1991 pour y étudier la médecine à l'Université Complutense de Madrid. Mais là-bas, c'est finalement la danse qui est devenue la première passion du jeune homme. Danseur, chorégraphe, gymnaste et DJ, il est finalement devenu chanteur en 2008 avec son album "Mesianayang", un mélange de rythmes africains et de la house music.


Discographie


amfibio.jpg

C'est un chantant l'amour, la joie de vivre, la justice et la femme, qu'Anfibio est devenu une véritable valeur de la musique équato-guinéenne. Un destin que l'artiste assume aujourd'hui en voulant faire évoluer l'univers artistique de son pays.  «Un artiste, c'est d'abord un ambassadeur de son pays au-delà des frontières.  L'objectif est donc de faire connaître la Guinée au plus grand nombre. Comme un pays dont la vie culturelle est riche, animée par des artistes et des chanteurs. Je m'emploie à faire connaître mon pays au monde entier » ; déclare-t-il

Après un second album "Anfibio Mbé" sorti en novembre 2011, le chanteur travaille aujourd'hui sur un nouvel album fait de rythmes africains, avec une spécificité du pays.

 

Hervé Villard Njiélé

 

 

Voir les commentaires

Douala : Sale temps pour la Socatur

21 Mai 2013, 21:42pm

Publié par Hervé Villard

 

L’un des bus de la société camerounaise de transport urbain et interurbain a brulé  jeudi 16 mai 2013 en plein jour à la vallée Bessengue. Heureusement il n ya  pas  eu de perte en vie humaine. 

 Socatur.jpg

Les populations de Bessengue et ses environs ont vécu une scène peu ordinaire ce 16 mai 2013. Aux environs de 12h plus précisément, ils vaquaient tous à leur occupations respectives quand ils ont été arrachés à leur réalité par les cries des badauds. En fait un bus de la société camerounaise de transport urbain et interurbain (Socatur) a pris feu  à cet endroit. Immatriculé IT16504 le bus en provenance du marché central s’est entièrement calciné. L’intervention des riverains n’a pas suffit pour stopper l’ardeur des flammes gourmandes. Elles ont complètement calciné ce bus. Plus de peur que de mal. Les occupants sont sortis idem. Ils sont tous sortis avant la combustion complète du bus.

Selon des informations, le feu a commencé par l’une des roues de cet engin.  Alerté, le chauffeur qui a essayé de limiter les flammes à l’aide d’un extincteur n’a pas réussi car, les flammes se propageaient à une vitesse éclaire.  Les sapeurs pompiers alertés ne sont arrivés quelques minutes plus tard quand les flammes avaient déjà dévoré le bus. Ils ont circonscrit les flammes et ont empêché que cela n’attaque d’autres véhicules où les fils électriques traversant ce lieu.

 

 


Joint au téléphone par, La nouvelle Expression le directeur général de cette entreprise bien qu’abattu par la triste nouvelle  a remercié Dieu pour le fait que les vies humaines ont été épargnées. Et a remarqué que cela fait de grosse perte pour l’entreprise. Au moment où nous quittions les lieux, l’on s’employait à dégager les épaves de ce bus sur la chaussé. Il faut du moins noter que cet incident a perturbé la circulation sur le boulevard de la de la république pendant plusieurs minutes. Il faut noter que cet incident n’est pas le premier du genre. Un autre bus de la même entreprise avait pris feu dans les circonstances presque similaires au niveau du carrefour  de la Cité des palmiers non loin de Ndokotti. C’est décidément un sale temps pour les responsables de cette entreprise.


Hervé Villard Njiélé /Lucienne Wassi (Stagiaire)



  

 

Voir les commentaires

Mtn élite one : Dac donne une fessée à Canon

21 Mai 2013, 21:34pm

Publié par Hervé Villard

 Le nouveau promu en élite one a battu le Kpa Kum  au stade de la réunification de Douala (4-1). C’était à l’occasion de la 10èle journée du championnat qui s’est joué ce dimanche 19 mai 2013.

 dac-canon.jpg

C’est avec une salve d’applaudissement que le public de Douala a salué la brillante victoire de Douala Athlétic club sur le Canon de Yaoundé (4-1) ce dimanche après midi. Debout pour la plupart, les milliers de supporters tenaient à rendre un hommage mérité à l’encadrement technique de cette équipe et d’avantage aux joueurs qui ont réalisé une bonne prestation.  Ils criaient tous à tue-tête au passage de ces derniers.

 C’est que,  à l’occasion de cette 10ème journée de la Mtn élite one, les poulains de Joseph Ndoko ont ridiculisé le canon de Yaoundé. Ils ont montré aux yeux du public qu’ils n’étaient pas arrivés à ce niveau par hasard. Et, qu’ils méritaient leur place en élite one mieux que  certaines équipes. La présence de l’ancien Lions Indomptables Wome Nlend n’a pas refroidi les ardeurs de ses jeunes virevoltants. Au contraire, celle-ci les  plutôt stimuler et les a amener à se surpasser.

 Dès l’entame, c’est l’équipe de Dac 2000 qui donne  rapidement le ton à cette rencontre. A la 3ème minute, Richard Njoh Edimo inscrit le premier but de cette partie. D’une frappe puissante du pied droit,  il oblige François Beyokol, le portier de Canon de Yaoundé à aller chercher le cuir au fond de ses filets. Blessé dans son orgueil propre, le Canon tente de réagir mais, bute sur la vélocité des joueurs de Joseph Ndoko très en jambe. Alors que la rencontre s’équilibre et que les nombresux occasions se créent de part et d’autres, le Canon perd un de ses joueurs clé. Pour une faute sur Alain Nandjou. En position de dernier défenseur, Babas Mohamadou, du canon  stoppe l’attaquant de Dac dans sa course  et obtient un carton rouge à la 24ème  minute de la première manche.

Profitant de cet avantage numérique, Dac qui dominait déjà la rencontre, va asseoir  sa domination. Gardant le ballon par un jeu axé sur les courtes passes, et les passes diagonales, le nouveau promu  en division d’élite va régaler le public d’un spectacle à la Fc Barcelone. Mais seulement l’expérience du portier du Kpa Kum va permettre de sauver les meubles. C’est sur ce score d’un but à zéro à la faveur de Douala Athlétic Club que la première manche de cette rencontre va s’achever.

A la reprise, le ton reste le même. Les poulains de Joseph Ndoko, profite de la timidité du Canon pour inscrire le second but.  Sur une phase de jeu bien menée depuis le milieu de terrain, Joseph Nken sert un caviar à Samuel Nlend parti à la limite du hors jeu. L’attaquant de Dac très vigilent  met dans le vent François Beyokol, le portier de canon et inscrit le second but de son équipe à la 49ème minute. La colère des poulains de Jean Baptiste  Bisseck est grande. Et celle de leur capitaine d’avantage. Sur un coup franc obtenu au cours du jeu, il sonne la trompette de la révolte grâce à un majestueux coup de pied qui loge le cuir au fond des filets.  Seulement, celle-ci ne va résonner que pour un laps de temps. Car, les joueurs de Douala Athlétic club vont revenir à la charge et inscrire le 3ème but à la 80ème minute. Profitant d’une mauvaise relance de François Béyokol,  Nelson awong Ekanga va pousser le ballon au fond des filets. Quelques minutes plus tard, le quatrième but interviendra. Sur un jeu bien combiné Alain  Nandjou bien servi dans la surface de réparation inscrit le quatrième et dernier but de cette rencontre.

Après une trêve longue de trois semaines, Douala Athlétic club marque son retour dans le championnat par une entrée fracassante.  Cette victoire a d’avantage  fait plaisir au coach de Dac assoiffé de victoire.  «On avait à cœur de renouer avec la victoire et il a fallu qu’on aille puiser au fond de nos tripes. Ça été de l’abnégation, de la détermination, beaucoup de sacrifices. Je tire un coup de chapeau aux joueurs et à l’administration parce que ; pendant toute la période de trêve, chacun a doublé d’effort pour que nous soyons à jour pour cette rencontre» déclare t-il tout heureux.

Autres rencontres

S’agissant des autres rencontres de cette journée, des résultats variés ont été enregistrés. Union de Douala qui recevait Renaissance de Ngoumou au second match à Douala a partagé au forceps les points de cette journée avec son adversaire. Mené depuis la 31ème minute de la première mi-temps, c’est dans les dernières secondes du temps additionnel qu’Union de Douala a obtenu l’égalisation  grâce à Philipe Ngom Balonga, entré à quelques minutes de la fin de la rencontre (1-1). C’est ce même score  d’un but partout qui a sanctionné la rencontre  qui opposait  Fovu à Panthère de Bangangté .

A Bafang, Unisport du Haut-Nkam a battu Coton sport de Garoua par la plus petite marque (1-0) tandis qu’à Yaoundé, Tonnerre de Yaoundé et les Astres de Douala se séparaient sur un score nul et vierge (0-0). C’est sur  ce même résultat  de zéro but partout que la rencontre  Sable de Batie contre  New-stars de Douala s’est achevée. La belle opération de cette journée à été réalisée à Limbé. Njalla Quan football club a désillusionné Yong Sport Academy  de Bamenda (3-1).

 

Hervé Villard Njiélé

 

Résultat de la   10eme Journée Elite One 2012-2013

               

Fovu Club de Baham      1-1         Panthere Sportive du Nde

Unisport FC du Haut-Nkam        1-0         CotonSport FC de Garoua

Yong Sports Academy   1-3         Njalla Quan Sports Academy

Tonnerre Kalara Club de Yaoundé           0-0         Les Astres FC de Douala

Douala Athletic Club      4-1         Canon Sportif de Yaounde

Sable FC de Batie            0-0         New Stars de Douala

07/04/2013-15:00            Union Sportive de Douala           1-1         Renaissance FC de Ngoumou

 

 

 

Voir les commentaires

Douala : Le Sous-préfet de Douala 5ème suspend une église

18 Mai 2013, 11:38am

Publié par Hervé Villard

A la suite de l’incident ayant entrainé la mort de trois citoyens camerounais dans son territoire de commandement Marie Tchakui Noundie vient d’interdire au ’’Centre évangélique humanitaire le nouveau départ’’ de rouvrir ses portes

 les dégats étaient importants


Décidément Dieu n’est plus avec les fidèles du Centre évangélique hum anitaire le nouveau départ » situé non loin de Mobil Guinness. Dieu les a déjà quittés.  C’est du moins ce que l’on est tenté de dire en  observant  les différents  malheurs qui frappent les fidèles de cette église de réveil. Alors que  ces derniers sont encore sous le coup de l’émotion, alors qu’ils n’ont pas encore fini de lamenter deux de leur frères d’église décédés à la suite de l’écroulement de la dalle de la maison qui abritait leur  église, voilà que le  sous-préfet de Douala 5ème   vient de prendre une  mesure forte. La première du genre, quelques heures seu lement après son installation à  la tête de l’arrondissement de  Douala 5ème.

 

 

Image5

Dans cette mesure dont il tient absolument à son application, il ordonne aux re sponsables de  cette église de fermer définitivement  les portes.  Etant descendu sur les lieux du drame pour témoigner de la gravité de l’incident,  pour apporter du réconfort au  familles des  victimes durement éprouvées, et découvrir les réalités de cette partie de son territoire de commandement, le sous préfet de Douala 5ème n’est pas passé par quatre chemins pour poser son premier acte fort.  Il a sommé les responsables de fermer les portes. Il était accompagné des forces de maintien de l’ordre. 

 

    

Marie Tchakui Noundie en bon élève

 

 

douala-5-3-copie-1.jpg

La mesure prise par le sous-préfet de Douala 5ème s’inscrit en droite ligne avec les missions qui lui ont été assignées pendant son installation à la tête de l’arrondissement de Douala 5ème le 14 mai 2013. Pendant son investiture, le préfet du Wouri, Naseri Paul Bea lui avait entre autres recommandé de lutter contre le désordre urbain, de lutter contre l’insécurité et le grand banditisme, de combattre avec véhémence les nuisances sonores, le trafic d’influence, l’insalubrité.  Le préfet  avait pareillement  instruit Jean Marie Tchakui Noundie de s’attaquer au sempiternel problème foncier en vigueur dans son territoire de commandement.  

 

 

Image5 

A titre de rappel, l’église qui vient d’être  fermée par  le sous-préfet de Douala 5ème  a été victime d’un malheureux incident le jour même de son installation. Selon des témoignages, ce malheureux incident s’est produit  à la tombé de la nuit, aux environs de 19h. Les fidèles du ‘’Centre  évangélique humanitaire le nouveau départ’’ était en pleine séance de prière quand l’irréparable s’est produit. Ayant constaté les fissures  sur le mur alors qu’il faisait sa prédication,  le pasteur  Ndeh a demandé aux fidèles de sortir avant que l’immeuble ne s’écroule.  C’est en revenant sauver la console restée à l’intérieur de l’église qu’Adeford et un autre fidèle seront ensevelis dans les décombres de même que les sept membres de la famille occupant le premier niveau de cet immeuble.

Selon des informations la décision du sous-préfet de Douala 5ème devra s’appliquer à toutes les églises dites de réveil.

 

Hervé Villard Njiélé

 

Voir les commentaires

Douala : Un immeuble tue les fidèles d’une Eglise

18 Mai 2013, 11:27am

Publié par Hervé Villard

Ces derniers  étaient en pleine séance de prière quand la bâtisse s’est écroulée.  Le bilan provisoire de cet accident fait état  trois morts et plusieurs blessés.

 Image5.jpg


C’est aux environs de 12h ce mercredi 15 mai 2013 que le corps inerte  d’Adeford, un fidèle du ’’Centre évangélique humanitaire le nouveau départ’’, une église située non loin de «Mobil Guinness»  a été extrait des décombres.  Enseveli depuis le mardi 14 mai 2013 suite à l’effondrement de la dalle de l’immeuble qui abritait ce temple, c’est finalement avec l’aide des sapeurs pompiers, des éléments du commissariat du 10ème arrondissement et ceux de la brigade de gendarmerie de Ndogbond que ce corps a été retrouvé. Ce après une fouille minutieuse et pénible qui a duré plusieurs heures.

Au moment de  sortir le corps des décombres et de le déposer dans le véhicule qui devait l’acheminer à la morgue, l’émotion était à son paroxysme.  Les cries,   les pleures fusaient de toute part. Les populations riveraines et les fidèles de cette église venaient en fait de se rendre compte à la vue de son corps qu’Adeford était vraiment décédé.. Horreur, stupéfaction émotion étaient au rendez-vous.

Eplorées depuis  deux  jours  à cause  de cet accident qui vient de voir le nombre de décès passé de deux  à trois personnes, ces dernières ne savaient plus où mettre la tête. Tant la douleur  vive. Ils  pleuraient à tue tête et étaient presque inconsolables.

 

 

Le film de l’évènement

 

Image2-copie-1.jpg

Selon des témoignages, ce malheureux incident s’est produit  à la tombé de la nuit, aux environs de 19h. Les fidèles du ‘’Centre  évangélique humanitaire le nouveau départ’’ était en pleine séance de prière quand l’irréparable s’est produit. Ayant constaté les fissures  sur le mur alors qu’il faisait sa prédication,  le pasteur  Ndeh a demandé aux fidèles de sortir avant que l’immeuble ne s’écroule.  C’est en revenant sauver la console restée à l’intérieur de l’église qu’Adeford et un autre fidèle seront ensevelis dans les décombres de même que les sept membres de la famille occupant le premier niveau de cet immeuble.  «L’incident s’est produit hier (mardi 14 mai 2013 Ndlr)  aux environs 19h. On était en pleine méditation. Le pasteur a constaté qu’il y avait des fissures sur le mur et a demandé à tout le monde de sortir.  Malheureusement Adeford est rentré chercher le baffle et la dalle s’est écroulée sur lui» ; raconte un riverain avec émotion.

Grâce à l’intervention rapide des sapeurs pompiers et des riverains alertés, plusieurs victimes blessées seront sauvées. Kanmi Joël âgé de 7ans grièvement blessé n’aura pas la même chance que les autres. Il  va décéder pendant qu’on le conduit à l’hôpital. Idem pour un autre fidèle  de cette église dont la jambe  a été broyée. Il va lui aussi succomber à ses blessures à l’hôpital.

 

les-degats-etaient-importants.jpg

Cet incident malheureux vient remettre sur la sellette le sempiternel problème de la vétusté des bâtiments dans la ville de Douala. Il interpelle à la fois la vigilance des populations et des autorités publiques. On se souvient il ya quelques années que, le bâtiment abritant le complexe scolaire Dora et Djemba a Bonapriso, s’était écroulée de la même manière, faisant plusieurs blessés graves.

 

Hervé Villard Njiélé

 

 

Voir les commentaires

Joseph Beti Assomo: «Dès que la sérénité reviendra la mesure sera levée»

18 Mai 2013, 11:15am

Publié par Hervé Villard

Gouverneur de la région du littoral, Joseph Beti Assomo  vient de suspendre les rencontres de la ligue régionale de football du littoral  dans une interview accordée à la Crtv littoral ce mercredi 15 mai 2013, il revient sur les mobil qui ont motivé son action et décrie pareillement le comportement des responsables de  cette ligue

 

 

Monsieur le gouverneur vous venez de signer un arrêté visant à suspendre les activités de la ligue régional de football du littoral qu’est qui en est exactement ?


Face au climat délétère et tendu qu’il y a au sein de la ligue régional du littoral au début la saison et surtout depuis que les élections au sein de cette ligue a été ouverte, les acteurs se comportent parfois de manière quelque peu tendancieuse de sorte qu’aujourd’hui, il y a une sorte de di hiérarchie à la tête de cette ligue. Vous avez suivi la semaine dernière l’histoire d’une assemblée générale qui se serait tenue de manière clandestine à Tsinga à Yaoundé  en en croire les autorités de la capitale politique du pays. On a également le  championnat de deuxième division de la région du littoral qui va démarrer demain. Je ne sais pas trop dans quelle condition il l’organise puisque, je n’ai pas été informé. Face à tout ce risque de perturbation de l’ordre public, j’ai  signé cet arrêté. Je l’ai pris et il est d’application immédiate. J’espère que les divers acteurs concernés reviendront à de meilleurs sentiments. Je veux que la sérénité revienne dans cette importante ligue régionale. Ce n’est qu’au lorsque les conditions de sécurité seront retrouvées au sein de cette ligue que, l’on pourra lever cette mesure. Elle est d’application immédiate. Les préfets de la région en ont été informés, les services déconcentrés du ministère en charge des Sports et de l’Education physique sont informés. Tout contrevenant aux dispositions de cet arrêté va répondre de ses actes devant les lois de la république.


Il se dit monsieur le gouverneur que la fédération  camerounaise de football peut organiser son championnat où elle veut quand elle veut parce qu’elle ne dépend que d’une seule instance la Fifa ?


Je n’entre pas dans les querelles juridiques. J’ai la charge d’une unité administrative, d’une région. Bref, d’une partie du territoire. Et j’applique les lois et les règlements de ce pays en matière de maintien de l’ordre.  Je n’entre pas dans les querelles de textes régissant le sport au niveau national et international. Il s’agit ici de l’ordre public. Je ne peux pas permettre qu’il y ait effusion de sang sur les terrains de sport de la région. Le sport est fait pour rapprocher les sportifs, pour assurer la cohésion sociale, pour participer à la cohésion sociale. Ce sport qui prend les voies du désordre et de l’anarchie ne peut pas se dérouler sous le prétexte qu’il y aurait des associations au dessus des lois. Je n’entre pas dans ces querelles. Je prends ces mesures et ses dispositions en tant que chef de cette région et je précise que ces mesures n’ont pas pour vocations de gêner X ou Y. Dès que la sérénité reviendra la mesure sera levée.


Nous sommes à la veille de la célébration de la fête de l’unité nationale et vous évoquez le terme paix. Qu’est ce que vous attendez des acteurs du sport  en général et du football en particulier ?


Je dois dire que ce qui à arrive à la ligue régionale du football du littoral ne doit pas  nous faire oublier que la région du littoral apporte une contribution remarquable à la  refondation du football national. Regardez les performances des équipes de la région du littoral dans les différents championnats élite one et élite two. Ces clubs font la fierté de la région et de l’ensemble du pays. Elles défendent valablement les couleurs nationales à l’extérieur du pays. Je ne parle plus de l’aspect national où elles font leur preuves. Lorsque des efforts sont faits de cette manière et qu’a coté, il y a des personnes qui sont mues apparemment d’autres intérêts différents de celui du sport, nous disons non. Qu’ils aillent faire cela ailleurs pas ici dans le littoral.


Vous avez contribué efficacement au démarrage de ce championnat qui était grippé au départ. Aujourd’hui, il y a volte face que personne ne comprend. Quel message à l’endroit des populations qui ont également vocation au maintien de la paix ?


Je pense que ce problème ne concerne pas véritablement les populations. Les populations sont véritablement gênées d’être privées d’une partie des compétitions sportives de football. Ils sont gênés par ces comportements. Ils s’interrogent et sont complètements déboussolées. Ils se demandent ce qui se passe et pourquoi les gens se battent avec tellement de passion. Evidemment nous savons pourquoi. Mais, ce n’est pas le lieu d’en parler. Nous demandons  à ces acteurs qu’ils cessent des luttes et qu’ils reviennent à de meilleurs sentiments. Encore que, ce qui se passe actuellement n’est que le fait de quelques individus qui se refusent à se soumettre aux textes qui régissent  l’association à laquelle ils relèvent. Nous leur demandons de revenir à la légalité de cette association et d’éviter de prendre ces voies qui ne mèneront à rien de bon.


Décryptée par Hervé Villard Njiélé

 Source Crtv Littoral

 

 

Voir les commentaires