Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Nicole Stéphanie Zanga: "Il faut que Toutes les délégations respectent le règlement des jeux "

15 Avril 2013, 17:52pm

Publié par Hervé Villard

Présidente de la commission athlétisme à la 8ème  édition des jeux  Fenasco B, Nicole Stéphanie Zanga entraineur national d’athlétisme fond et demi-fond, et professeur d’éducation civique, décrie ici le phénomène de trafic des âges des athlètes qui a entaché les jeux et qui ont empêché aux responsables qu’ils sont, de dénicher la pépinière de l’athlétisme camerounais.


Vous avez assistez aux jeux quel bilan faites-vous en tant que président de la commission d’athlétisme ?


Je dirai que c’est difficile de faire un bilan à partir du moment où on n’a pas des éléments légitimes sur lesquelles on peut appuyer un raisonnement. Le règlement des jeux est là. Personne ne le respecte. On va faire le bilan par rapport à quoi ? Moi je pense qu’il faut d’abord que les gens intègrent ce règlement, que les gens respectent ces règlements. Sinon on va faire un bilan à partir de quoi ? Que les gens commencent par respecter le règlement des jeux et, à partir de ce moment-là, on pourra voir si on évolue par rapport aux jeux, par rapport aux autres. Ici le règlement n’est pas d’abord respecté. On dit bien qu’on amène les enfants de 14ans, les gens viennent avec des jeunes de 20ns, de 18 ans de 16ans et on se met en compétition. Ça ne ressemble à rien du tout.


Est-ce qu’on peut faire une évaluation partielle à base des résultats que vous avez ?


Les enfants n’ont pas de problème. Nous voyons tous qu’il y a des talents. Mais, on ne distingue plus ce qui est vrai,  de ce qui est faux.  Pourtant, les enfants ont la volonté.  Il y a des talents, il y a des performances encourageantes. Les enfants se battent, ils essaient de faire la compétition mais, ce qui est gênant c’est qu’ils ne rivalisent pas avec leurs égaux, avec ceux de leur âge.  Dans la compétition, il n y’a pas des enfants de la même catégorie. Tenez par exemple, lors de la finale d’athlétisme, il y avait un enfant qui avait vraiment l’air d’un enfant du primaire. Mais, il ne peut pas s’exprimer parce que, à côté de lui, il y a certains qui ont 18ans, 20ans. Vous voyez que c’est trop compliqué. Cette situation fait que ses efforts sont noyés.


Il faudrait que l’on mette les enfants de la même catégorie ensemble pour que l’on puisse effectivement évaluer leur niveau. A partir du moment où, on met ensemble des minimes des cadets et des juniors dans une compétition, ça devient difficile à évaluer. Pour que cette situation cesse, je préconise que toutes les délégations respectent le règlement des jeux. Qu’on emmène aux jeux que des enfants qui remplissent les critères d’âges. C’est ça le problème.

 

Réalisée par Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Culture:Le Ngondo : Une célébration fascinante

15 Avril 2013, 17:46pm

Promotion pour la page "Culture:Le Ngondo : Une célébration fascinante" :

Ngondo: la célébration du culte de l'eu au Cameroun. L'une des plus anciennes tradition des peuples sawa encore en activité. Tout connaitre sur ce festival. de sa génèse, son évolution ety sa signification. Lire cet article

Lire la page "Culture:Le Ngondo : Une célébration fascinante".

Voir les commentaires

Dieudonné Wassi : « Il faut rester dans l’esprit de l’éthique sportive »

14 Avril 2013, 23:31pm

Publié par Hervé Villard

Docteur en physiologie et président  de la Commission de morphologie de la 8ème édition de la Fenasco B qui s’est tenue à Douala capitale de la région du littoral, Dieudonné Wassi revient ici sur le travail que sa commission a abattu pendant jeux Fenasco.

 

Vous avez fait le tour des équipes à la recherche des fraudeurs, qu’est ce que nous pouvons faire comme bilan ?

 

Merci de me donner l’occasion de m’exprimer. Je peux vous dire que depuis ce matin, nous avons visité l’ensemble des délégations et il se trouve que la commission de morphologie a un travail sérieux à abattre. C'est-à-dire utiliser l’ensemble des données anthropométriques pour établir la différence qui apparait quelque fois entre l’âge et le sexe de l’enfant. A ce jour, nous avons détecté de nombreux cas, mais, nous essayons dans la mesure de nos possibilités de faire que la compétition reste une compétition et que les enfants de même âge puissent se rivaliser. Je peux vous dire que le travail que nous sommes en train de faire c’est de détecter ceux qui ont voulu jouer sur l’âge. Comme je vous le disais tout à l’heure, à partir des données anthropométriques et même à partir de la formule dentaire, nous réussissons à démontrer qu’un enfant ne peut pas avoir trente-deux dents, et que dans le système pileux, il y a une différence entre le poil et le duvet.

Est-ce que nous pouvons avoir le nombre d’enfants  fraudeurs que vous avez déjà détecté ?

 

Je pense que si on laisse le temps à la commission de morphologie qui est à pied d’œuvre depuis le début des jeux de faire son travail, je pense qu’elle pourra vous donner le nombre exact des fraudeurs détectés. Les sanctions sont là, il y a des délégations qui ont été obligées de voir  plus de la moitié de leurs athlètes être écartés de la compétition. Contrairement à d’autres années, la commission de la morphologie comprend  cette année à sa tête, un président de commission, un secrétaire, un rapporteur, un président de commission technique dans le domaine du sport, Cela permet d’éviter les présidents de commission techniques qui venaient plutôt protéger leur délégation. Les commissions techniques des équipes sont neutres, nous travaillons vraiment en harmonie, et nous pensons que  nous avons mis la barre très haute pour travailler.

 

Est-ce que le fait d’éliminer des athlètes comme fait la commission de morphologie ne va pas déteindre sur la qualité de jeu de  la 8ème édition de la Fenasco B qui se déroule dans le littoral ?

 Non. Il faut dire que ce que nous faisons c’est la recherche de la performance. Vous savez qu’il faut rester dans l’esprit de l’éthique sportive. Car, il faut que le meilleur gagne et je crois que c’est ce que nous sommes en train de faire.

 

On vient également d’apprendre que vous avez réintégrez 8 joueurs de football de la région du centre qui avaient été écartés. Qu’est ce qui s’est passé ?

 

 C’est deux joueuses du centre qui ont été réintégrées et non huit comme on vous l’a dit. Le centre a eu deux problèmes. Il s’agit de deux sœurs jumelles qui jouent au handball. Vous savez également que même chez les jumeaux homozygotes, ils ont les mêmes tailles quand ils sont encore petits. Mais, lorsqu’ils sont déjà sortis, il y a plusieurs facteurs qui peuvent jouer sur l’environnement et favoriser la maturité précoce de l’une ou de l’autre. Et pour rétablir cela, il a fallu faire recours à la formule dentaire pour celle qui a été éliminée. Après cela, vous comprenez donc qu’il fallait que je la rétablisse dans ses droits. En football, il y avait une joueuse de l’équipe du centre qui était à la limite de l’âge et quand vous jouer sur la ligne des épaules et la ligne du bassin, vous comprenez qu’elle traverse une période où elle peut avoir sa puberté à l’âge de 14ans.

 

Que pensez-vous des encadreurs qui justifient cette situation par le fait  que  l’an passé on avait laissé jouer  malgré la différence d’âge constatée?

 

J’étais président de cette commission les deux dernières années, après je suis parti puis je suis revenu. Je pense que cette année, le scénario des années antérieures ne sera pas possible. Parce que, j’ai décidé de ne pas laisser le sport aux tricheurs. Vous savez que le contrôle des âges obéit à des critères scientifiques et objectifs. En science, on n’a plus besoin de le rappeler, il n y’a pas de demi-mesure. Pour empêcher que les fraudeurs ne participent au jeu, le travail de contrôle se fait chaque jour. Il y a des athlètes qui ne sont pas présents maintenant mais qui le seront demain. Donc, pour limiter cela, nous travaillerons de la même manière du début jusqu’à la fin des jeux.

 

Interview réalisée par Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Fenasco B : La fraude au cœur de la 8ème édition

14 Avril 2013, 22:28pm

Publié par Hervé Villard

 

 

Plus de 330 athlètes ont été éliminés de  cette compétition qui s’est achevée ce jeudi 4 avril 2013 à Douala


La 8ème édition de fédération nationale du sport scolaire ligue B s’est achevée le jeudi 4 avril 2013 par une cérémonie de clôture présidée par le ministre de l’enseignement de base Youssouf adjidja. Les différentes délégations se sont déployées dans la capitale de la région du littoral où, ils ont rivalisé d’adresse avec leurs homologues des différentes  autres régions du Cameroun, depuis le lancement officielle de la compétition lundi dernier. Seulement, les jeux qui devraient se dérouler sous le signe du Fair play, en respect aux critères de participation, ne l’ont pas toujours pas toujours été.  Plusieurs délégations, sinon toutes les  dix délégations  présentes à Douala ont grossi leur rang  des «athlètes mercenaires », qui ne répondent plus aux critères de participation à ces jeux. Et du coup, la commission de morphologie présidée par le docteur Dieudonné Wassi  a eu du pain sur la planche pendant le déroulement de cette compétition.

Ainsi pendant les visites de routine et de contrôles effectués dans les différentes équipes des dix délégations, près de 26% des athlètes prenant par à la Fenasco B ont été disqualifiés pour défaut d’âge. «Ceux-ci étaient plus vieux que leur âge déclare responsable de la commission morphologie » Sur les 1180 athlètes qui ont quitté leur domicile pour prendre part à ces jeux, 869 seulement ont effectivement joués. Les restes soit trois cent onze (311) exactement, ayant été éliminés par la commission de morphologie. Parmi ces athlètes disqualifiés, la palme d’or revient à la région du Nord qui enregistre 39 athlètes éconduits, puis la région du  Sud qui enregistre 36  athlètes,  la région de l’Ouest 35, le Sud-ouest 34, la région du littoral 30, l’extrême-Nord 26, l’Adamaoua 24.  Le Nord Ouest ferme  la queue de ce classement par région du nombre de sportifs éliminés par la commission de morphologie, avec 16 athlètes seulement.


Déception


Une chose qui  n’a pas laissé  indifférent les sportifs eux même, les encadreurs des  équipes  et les coordonnateurs techniques Régionaux. Ils  ont saisi l’occasion pour décrier la méthode de travail utilisé par les membres de la commission. «Il est difficile de donner les vrai âge d’un homme juste en le regardant physiquement. Les appareils eux aussi n’ont  pas encore réussi ce pari. Ils ne donnent que l’âge approximative d’un joueur », déclare avec courroux un encadreur de la région du littoral. L’encadreur de handball du Sud lui également était dans tous ses états puisque plusieurs joueurs et joueuses de son équipe ont été éliminés.


Sont encore plus choqués des athlètes qui ont préparé avec minutie cette compétition. «Je suis vraiment fâché. J’ai préparé beaucoup ces  jeux. Mais, voilà que je ne vais pas jouer. La mission de contrôle m’a juste mis à coté. Je n’ai même pas été contrôlé, on a contrôlé mes camarades et on nous a mis dehors.» déclare Franck Dassie, joueur de la région du littoral en larme. Si je savais je ne venais pas regrette-ils.   Dans les autres équipes, la grogne est générale, car, des délégations ont vu plus de la moitié de leur effectif renvoyée. «L’équipe d Hand-ball du sud est arrivé avec 12 joueuses. Après le contrôle de l’équipe, six joueurs ont été éliminées. Cela à fragilisé cette équipe qui  a  été éliminée de manière prématurée de cette compétition», précise un encadreur de la région du Sud-Ouest.

 

Critères.


Pour détecter les fraudeurs ou encore les «mercenaires», la commission d’homologation  a utilisé plusieurs astuces et techniques. D’abord celui de l’âge. Selon le règlement des jeux de la Fenasco B, ne peut participer à ces jeux que des  élèves qui fréquentent régulièrement une école primaire et qui sont âgés d’au plus  quatorze ans. Il faut pareillement que l’élève présente une morphologie adaptée à la compétition minime.


Ainsi, pendant le contrôle des âges, les cartes d’accès sont mises à profit et autres pièces d’identification. Informés du traficotage des âges des joueurs, ces derniers utilisent les éléments de la morphologie de l’athlète pour éliminer les plus rusés. Ainsi ils vérifient, la dentition, la taille de même que les aisselles des athlètes. Ces derniers vérifient pareillement l’apparition des signes sexuels secondaires chez les athlètes pour les écarter des autres.


 D’après Roger Afane, coordonnateur technique de la Fenasco B, l’âge seulement ne suffit pas. «Il  faut également que ces enfants ne présentent aucun signe de caractères sexuels secondaire. Dès que ces caractères apparaissent, ces jeunes sont éliminés. Ce sont les critères de sélection des sélections des minimes qui sont appliqués ici» précise-t-il.


Pour les responsables  de la commission morphologie très actifs dans cette compétition, l’objectif principal de cette commission est d’assainir les jeux et  de donner la chance à tous les jeunes de concourir avec  ceux de la même catégorie.


 Lors de la cérémonie de la remise des médailles aux vainqueurs de l’athlétisme le mercredi 3 avril 2013 Youssouf Adjidja, le ministre de l’enseignement de base a décrié la fraude massive observée pendant cette 8ème édition de la Fenasco. Elle a promis prendre des mesures qui s’imposent pour que cela ne se répète plus.

 

 

Hervé Villard Njiélé

 

Voir les commentaires

Dr Charlotte Tchemy : « Le traitement des insuffisance rénales coute vraiment cher au Cameroun»

12 Avril 2013, 16:18pm

Publié par Hervé Villard

 

Néphrologue  Hémodialyseur, médecin conseil au consulat général de France à Douala et Directrice  du centre hospitalier  « Clinique le Métropolitain », Dr Charlotte Tcheumy est  spécialiste du traitement des maladies rénales.  Rencontrée à l’occasion de la célébration de la journée internationale du rein, elle revient  ici sur le rôle important que joue cet organe au sein de l’organisme. Elle s’est également attardée sur les insuffisances rénales, aujourd’hui responsables de plusieurs décès au Cameroun et propose des panacées pour  lutter contre cette maladie. 

 Dr-Charlotte-Tchemy.jpg 

Quel est le rôle des reins dans l’organisme ?


Le rein  tamise le sang,  retient les bons éléments, enlève les déchets contenus dans le sang et les envoie de l’autre coté dans les urines.  Une personne normale  urine  près de trois à quatre fois par jour  ceci, pour évacuer ces déchets contenus  dans l’organisme. Le rein est comme un tamis. Chez  des personnes atteintes de la maladie des reins, les tamis sont fermés, tous les déchets que les reins allaient éliminer  restent dans l’organisme et l’intoxiquent.

 C’est pourquoi,  pour éviter cela, il faut faire l’hémodialyse pour nettoyer le sang  de tous ces déchets  et empêcher à l’organisme de s’intoxiquer.  Cela se fait en moyenne trois fois par semaine. Le rein joue aussi un rôle de balance hydroélectrolitique.  La quantité d’eau que l’organisme reçoit chaque  jour est la même quantité qui est éliminée. Et, c’est le rein qui s’occupe de tout ce travail là. Les reins éliminent l’excès de liquide que  l’organisme a reçu. Quand les reins ne peuvent plus  faire ce travail, on est obligé de faire usage de l’hémodialyse pour éliminer les déchets toxiques contenus dans le sang. L’opération de Nettoyage du sang ne fait pas mal, le patient peut manger pendant que cela se passe sans que le traitement soit perturbé. Cela dure quatre heures et le nettoyage doit se faire au moins quatre fois par semaine pour garder le patient  en santé.


 Parmi  les maladies rénales, les insuffisances rénales semblent être celles qui attaquent le plus de personnes ces dernières années au Cameroun. Quelles sont les causes de cette maladie ?


Les premières causes de l’insuffisance rénales chez nous, c’est l’hyper tension artérielle, cette tueuse silencieuse. La deuxième cause c’est le diabète et la troisième cause ce sont nos multiples et différentes infections. Que ce soit les infections virales comme le Vih-Sida, l’hépatite  B, ou l’hépatite C, que ce soit les infections bactériennes  comme les infections urinaires à répétition, que ce soit les infections parasitaires comme les filaires, les vers intestinaux, le paludisme, tous ces choses là peuvent détruire les reins.

Il y a une autre quatrième cause qui est appelé insuffisance rénale à origine électro génique. Celui-ci provient des médicaments que nous prenons, des médicaments indigènes et surtout de l’automédication que nous de pratiquons au quotidien. Des antibiotiques et anti-inflammatoires sont pareillement à l’origine de cette maladie. Si on les prend beaucoup sans justificatif, cela peut endommager nos reins. Des produits des naturopathes et certaines herbes chinoises que nous consommons  sont  aussi souvent à l’origine de la destruction de nos reins. La présence d’un obstacle dans la voie urinaire  est souvent  à l’origine des insuffisances rénales. Cet obstacle peut être une grosse tumeur, bref c’est toute chose qui empêche que les urines ne circulent  plus normalement. Entre autres causes de l’insuffisance rénale, il y aussi l’obésité, l’hypercholestérolémie

Autres causes des insuffisances rénales non négligeables mais, rares chez nous sont les causes  immunologiques. C'est-à-dire que, l’organisme  ne reconnait plus les reins. Le rein dans ce cas là est comme un corps étranger pour l’organisme. Et, celui-ci fabrique des anticorps pour le combattre, pour le détruire.


Comment les insuffisances rénales  se manifestent-elles chez les patients?


Les symptômes des insuffisances rénales  ne sont pas spécifiques. Il y a des symptômes digestifs. A savoir ; des nausées, des vomissements, l’inappétence, la mauvaise haleine, le ballonnement abdominale. Il ya également des signes neurologiques. A savoir : la fatigue, l’insomnie la nuit et somnolence dans la journée,  les troubles de mémoire,  le coma.

 Il y a également des signent dermatologiques. Parmi ces derniers on note le fait que le malade se gratte continuellement,  Il  a l’impression en se levant le matin qu’il a de la poudre sur le visage. On note pareillement sur le corps du malade l’apparition des œdèmes,  des signes de grattage. Les joues s’enflent puisque le corps n’élimine plus de l’eau. Quand ces symptômes arrivent, le malade est pâle. Le malade des insuffisances rénales présente pareillement des difficultés respiratoires. Il est également fatigué. Généralement quand on a ses symptômes combinés cela signifie que le patient est à la phase terminale de la maladie. Et, on ne peut le prendre qu’en dialyse. Mais, je rappelle que, quand on découvre les insuffisances rénales à temps, on peut arrêter le processus.


Est-ce que les insuffisances rénales se soignent-t-elles ?


Les insuffisances rénales  se soignent au cas par cas. Le traitement varie en fonction de l’étape de la maladie.   Si le malade est à la phase les insuffisances rénales terminales, dans la majorité des cas, on procède par hémodialyse. Hors, ce traitement coute extrêmement cher. Heureusement que l’Etat est en train de prendre des mesures pour doter  chaque région d’un centre d’hémodialyse.

Dans les hôpitaux publics, l’hémodialyse ne coute plus grand-chose. Une séance d’hémodialyse coute 5000 FCFA  la séance ; et s’il faut en moyenne trois séances par semaine comme c’est recommandé, ça revient aux patients à 15000 FCFA. Et, s’il faut associer les médicaments alors vous convenez avec moi que cela revient toujours cher. Le traitement des insuffisances rénales coute vraiment cher. Heureusement que l’Etat l’a subventionné dans les hôpitaux généraux. Par ailleurs si les insuffisances rénales  sont  dépistées au début, je pense que l’on peu trouver des moyens pour combattre cela.  On peut  stopper cela à ce niveau là. Car, plus la maladie évolue, plus le traitement devient lourd. Le drame de  l’insuffisance rénale c’est que ça évolue souvent doucement et le malade ne se plaint de rien. Souvent il n’est même pas au courant de ce qui se passe, il n’est pas inquiété. Quand le malade commence à ressentir les symptômes, cela signifie que les reins sont trop détruits. Et à ce stade c’est difficile d’arrêter le processus.


En tant que spécialiste des maladies rénales, comment se  prévenir des insuffisances rénales ?


Il faut  savoir que, les causes des insuffisances rénales susmentionnées dictent déjà la conduite à tenir. Pour ceux qui sont obèses, il faut d’abord  chercher à maigrir, arrêter de manger la viande, arrêter de manger trop saler, Boire beaucoup d’eau.

 Il faut contrôler sa tension artérielle, faire  quotidiennement des exercices physiques. En cas d’hyperglycémie, bien contrôler sa tension, contrôler sa glycémie. Il faut de temps en temps tremper la bandelette dans les urines pour détecter la présence des protéines dans l’urine. Si après ce test, on aperçoit  des traces de protéines dans l’urine, cela ça signifie qu’il y a quelque chose qui se trame. Dans la majorité des cas, la meilleure chose à faire c’est de diriger le malade chez le néphrologue.

Si  les malades sont orientés de manières rapides chez le néphrologue, je pense que la prise en charge sera rapide et efficace. Comme conseil pratique à donner à vos lecteurs, il faut  qu’ils surveillent leurs  reins. Car, surveiller ses reins c’est également protéger son cœur. Parce que, une personne qui a des problèmes d’insuffisance rénale, développe les maladies cardiaques.

 

Interview réalisée par Hervé Villard Njiélé

 

 

 

 

Voir les commentaires

La Jci s'attaque au paludisme

12 Avril 2013, 15:49pm

Publié par Hervé Villard

Les membres de  cette association entendent distribuer près d’un million de moustiquaires d’ici 2015 pour soulager les ménages et les entreprises victimes de cette endémie. 

 moustiquaires-impregnees.jpg

Selon des statistiques, le paludisme est la première cause de mortalité maternelle et infantile en Afrique. Des milliers de femmes et d’enfants perdent la vie chaque année à cause de cette maladie. Au Cameroun, la situation est la même. Le paludisme, selon le Programme national de lutte contre le paludisme (Pnlp), cette maladie reste cependant la première cause de mortalité au Cameroun avec un taux clinique de 41%. «Le paludisme tue davantage», déclarait André Mama Fouda lors du lancement de la campagne NightWatch («Dormez sous moustiquaire»), en septembre dernier à Yaoundé. Il sévit de manière endémique dans les dix régions du pays avec près de deux tiers de la population exposée. Première cause de consultations (40-45%) dans les formations sanitaires, il draine une portion considérable des revenus des ménages, soit 40% des dépenses familiales.

 

Engagement

jci.jpg

Conscient du fait que, pour contribuer à la réduction de cette endémie qui tue des milliers d’enfants et des femmes en Afrique et au Cameroun chaque année, il faut passer à l’action, les membres de la jeune chambre internationale (Jci) ont décidé de mouiller le maillot.  Ils s’engagent à distribuer près d’un million de moustiquaires imprégnées à longue durée d’action (Milda)  d’ici 2015. «La jeune chambre internationale s’engage  à réduire l’évolution du paludisme au Cameroun. Ensemble, impactons notre environnement. Pour faire cela, ça ne passe pas seulement par la pensée mais, par l’action. C’est pourquoi, il faut agir » ; a précisé  Danielle Nelly Manga présidente nationale 2013 de la jeune chambre internationale Cameroun. Pour réussir cette mission les membres de cette association ont d’ores et déjà planifié les lieux de distributions de ces moustiquaires.   Il s’agit des centres  hospitaliers et des  centres de détention. Selon des responsables de ce mouvement, c’est  dans ces milieux que se trouvent la plupart des nécessiteux. Ils envisagent cependant à l’avenir descendre dans les quartiers défavorisés pour continuer cette œuvre.

Samedi 6 avril 2013, les membres de la jeune chambre internationale ont lancé officiellement  cette campagne de distribution des moustiquaires imprégnées à longue durée d’action. L’hôpital de la garnison militaire, première bénéficiaire de cette campagne a  reçu un lot de cent moustiquaires. Les responsables comptent étendre cette distribution dans toutes les régions du Cameroun.

 

Hervé Villard Njiélé

 

 

 

 

Voir les commentaires

Le Cameroun gagne 19 places au classement Fifa

12 Avril 2013, 15:31pm

Publié par Hervé Villard

Le pays de Roger Milla réalise ainsi l'une des meilleures progressions en zone Afrique, avec 19 rangs de gagnés. 

 CAMEROUN_ENTRAINEMENT_.jpg

 La victoire des Lions indomptables sur les éperviers du Togo (2-1) au stade omnisport Amadou Ahidjo  le 23 mars 2013,  a certainement joué un rôle important dans le dernier classement mondial des équipes que la Fifa a publié ce jeudi 11 avril 2013.

En zone Afrique, le Cameroun précédemment  79ème  au classement mondial, au mois d’Avril réalise l'une des meilleures progressions. Il gagne 19 rangs. Le pays de Samuel Eto’o Fils occupe actuellement le 60ème rang mondial avec 533 points. Une chose qui est à mettre à l’actif des poulains du Coach Jean Paul Akono. Car, lors du dernier match de la phase aller des éliminatoires de la coupe du monde 2014, ces derniers ont enterré les querelles individuelles pour sauver les couleurs du drapeau national en chute libre au niveau de la bourse mondiale de la Fifa depuis plusieurs mois.

 Malgré cette progression certes forte encourageante, le pays de Rigobert Song Bahanag occupe la 9ème position africaine. Une position pas très élogieuse pour  le Cameroun quand on sait que, c’est ce pays qui est à l’origine de  la participation de cinq pays africains à la phase finale de la coupe du monde.  Etant donné que  la position d’une équipe sur la place boursière du football mondial est un élément déterminant pour trouver les sparing partners, (des équipes pour jouer les matches amicaux) les encadreurs, les dirigeants et les joueurs de l’équipe nationale doivent redoubler d’efforts pour que le Cameroun retrouve la place qui lui revient dans ce classement.

 Dans le reste de ce classement, sur le plan africain, la Côte d’Ivoire, première nation africaine  a gagné une place dans ce classement et est désormais  12eme avec 1008 pts. Elle  se rapproche du Top 10 mondial. Elle est suivie du Ghana classé 22ème mondial et 2ème nation africaine avec 896pts.  Le Nigéria 3ème nation africaine avec 757 pts chute d’une place et est désormais 31ème mondial. Du côté des nations maghrébines, la Tunisie désormais 41eme, a gagné trois places. Elle progresse, tout comme le Maroc  désormais 74eme, pourtant humilié en Tanzanie. L'Algérie (35eme, -1) cède un peu de terrain.

 

L'Espagne toujours au top

espagne-champ2.jpg

Dans le haut du classement  on n’observe pas du tout un grand changement. L’Espagne meilleure équipe du monde garde la première place avec 1538 pts. Elle est suivie de l’Allemagne qui  totalise 1428pts,  de l’Argentine 3ème avec 1292pts. En quatrième position on a la Croatie qui a gagné 5 places avec 1191 pts, suivi du Portugal (1163 pts) de la Colombie (1154pts), de l’Angleterre 1135pts de l’Italie   (1117 pts)  des Pays-Bas (1093 pts) puis de l’Equateur qui ferme le top ten avec 1056pts.

 

Hervé Villard Njiélé  

Voir les commentaires

Coupes africaines : Coton Sport de Garoua sauve l’honneur

10 Avril 2013, 19:18pm

Publié par Hervé Villard

 

 

cotons sport de Garoua

 L'équipe de Garoua reste et démeure la seule équipe camerounaise encore lice dans les compétitions africaines. L'équipe du Nord s'est qualifiée pour les 8ème de finales en battant  son adversaire l’Académie de Football Amadou Diallo de Ndjekano (2-1)


Dans la suite de ces compétitions africaines qui se jouaient ce week-end au Cameroun. La victoire de Union de Douala (1-0) sur l’équipe de Fus de Rabbat du Maroc, ce dimanche au stade de la réunification n’a pas permis à l’équipe aux millions de supporters d’arracher le ticket d’accession en 8ème de final. Les poulains de Djonkep Bonaventure qui ont gratifié les milliers de supporters ayant  fait le déplacement du stade la réunification de Bépanda d’un spectacle alléchant n’ont pas pu rattraper  inscrire les quatre buts indispensables pour leur qualification. Lors du match aller à Rabbat au Maroc, les Nassaras GamakaÏ avaient perdu (0-3). Un score qui  les a pénalisés ce dimanche  après-midi. Coton sport de Garoua quant à lui a sauvé l’honneur du vert rouge jaune. Ayant battu son adversaire du jour au match aller (1-0),  les cotonculteurs ont tenus la dragée haute en dominant à nouveau leur adversaire du jour, l’Académie de Football Amadou Diallo de Ndjekano (2-1).  Par cette seconde victoire consécutive, l’équipe du Nord décroche son ticket d’accès en 8ème finale de la ligue des champions africaine. Et, devient de fait le seul représentant du Cameroun en coupe africaine.

 

Hervé Villard Njiélé

 

 

Voir les commentaires

Coupe de la Caf : Panthère de Bangangté perd ses griffes

10 Avril 2013, 19:08pm

Publié par Hervé Villard

 

Le fauve du Ndé a été éliminé aux 16ème de finale de la Caf ce samedi 6 avril  2013 par UMs d’Alger (2-3). C’était lors de la manche retour de cette compétition qui se  déroulait au stade de la réunification de Bépanda.

 

C’est sous forte escorte policière que l’équipe de la panthère du Ndé a quitté le stade de la réunification de Douala ce samedi après-midi.  Eliminée de la  coupe de la Caf par Ums  d’Algérie (2-3), c’est grâce à l’intervention des forces de l’ordre que ces derniers ont pu regagner leur hôtel.  Pour échapper à la colère des supporters des Nzuimanto, déterminés à en découdre avec les  joueurs et le staff technique qui, d’après eux, « ont vendu toute l’équipe », les joueurs et le staff technique  ont embarqué dans le car du  groupement mobile d’intervention(Gmi) pour sortir du stade. Comme si cela ne suffisait pas, il a fallu pour dissuader les supporters massés des deux côtés de la  route  qu’un dispositif dissuasif constitué des policiers anti émeutes  armés, escortent le convoi  du stade de la réunification jusqu’à la route principale.

C’est que, l’équipe de la panthère du Ndé  a déçu tous ses supporters.  Battu en Algérie (0-1) et dans des conditions climatiques pas du tout faciles, tous rêvaient d’une  revanche des fauves du Ndé ce samedi  au stade de la réunification. Et surtout, d’une qualification  pour les  8ème de finale. Mais, c’était sans compter sur le professionnalisme de l’équipe d’Algérie et l’expérience de Daham Noureddine(9) attaquant de l’équipe algérienne. Homme du match de cette rencontre, il a inscrit les deux  premiers buts de  son équipe  avant de faire la passe décisive qui a permis d’inscrire le troisième but de l’Ums d’Algérie.

 Pour dire vrai, le dernier représentant  du  Cameroun en Coupe de la CAF a été méconnaissable tout au long de la partie. Il a été  dominé sur tous les flancs par son adversaire du jour qui, au début de la rencontre, donnait l’impression de ne pas maitriser son sujet.  Après   les dix premières minutes de cette rencontre, la panthère du Ndé qui a démarré le match en trombe est resté totalement effacée, incapable de construire une belle action offensive. Les poulains de du coach Emmanuel Likumba étaient en panne d’inspiration et  très hésitants  en défense. Ces derniers ont d’ailleurs  réussi l’exploit d’achever la première manche sans adresser le moindre tir au goal. Une chose qui a d’avantage courroucé le public venu nombreux soutenir  le seul représentant du Cameroun en coupe de la Caf.   « Nous avons été surpris par la prestation de nos enfants lors de cette rencontre. Certainement c’est la pression des supporters, parce qu’ils se sont bien comportés en Algérie lors du match Aller. Nos joueurs se comportaient comme dans un match amical.» tente de justifier  Célestine Courtes Ketcha, ancienne présidente de la Panthère Sportive de Bangangté dans les colonnes  du site internet  www.45fois2.com.

Face à cette timidité de son adversaire du jour  les joueurs de l’Ums d’Alger  regagnent confiance et  déroulent tranquillement leur jeu. Ils assiègent totalement le  camp de Panthère et lui mettent  donc la pression. Suite à cette haute pression, le défenseur  de Nzuimantou sur un ballon que lui remet un coéquipier le renvoie à  Mengue Tsogo son portier. Suite à une  bourde de celui-ci, le ballon lui est chipé par Daham Noureddine(9) attaquant de l’équipe algérienne qui  pousse sans effort particulier le ballon au fond des filets. C’est sur ce score que les deux équipes vont aux vestiaires.

A la reprise, la rencontre garde le même tempo. Ums d’Alger assiège à nouveau le camp de Panthère de Bangangté.  Ils déroulent sans  gêne son football. Ce au désarroi des poulains du coach Emmanuel Likumbat qui semblent perdus. A la 60e minute, Suite à un coup franc d’environ 30 mètres, l’Algérie via son attaquant Daham Noureddine, double la marque. Le tir bien ajusté de ce vétéran bien que dévié par le portier de Panthère se loge dans les filets. Quelques minutes plus tard, l’algérie inscrit le troisième but. Serguer Mohamed est à la conclusion d’une action bien combinée par le buteur Daham.  Menant au score, (3-0)  l’UMS devient le maître du jeu et assiège le camp de Nzuimanto. Les supporters de la panthère du Ndé courroucés, sortent déjà du stade. Car, les carottes sont cuites. «Même par voie de miracle, l’équipe camerounaise ne peut plus se qualifier. » commente un reporter pendant sa retransmission en direct.

Dans les gradins, ce sont les menaces  à l’endroit des dirigeants et du staff technique qui sont proférées par certains supporters mécontents. «Vous avez mis Tchoumté (gardien de panthère suspendu pour indiscipline par le président Hilaire Tchaya) où ? », s’interrogent-ils.

 Sur le stade bien que déjà éliminée, les joueurs  du fauve du Ndé continuent à sa battre.  Comme par un sursaut d’orgueil, ils vont inscrire coup sur coup deux buts.  C’est d’abord Fogang Kana qui ouvre la marque  à la 83e minute de jeu. Bien servi dans la surface de réparation il propulse d’un tir puissant  le ballon au fond des filets. Six minutes plus tard, c’est-à-dire à la  91ème minute, Belinga Zo’o sale l’addition. Suite à un cafouillage dans la surface de réparation des algériens, il inscrit le second but de panthère. Des buts qui ne serviront finalement à rien. Puisque  c’est sur ce score de (2-3) que la rencontre comptant pour les 16ème de final retour de la coupe de la Caf s’est achevée. Au grand dam des supporters très furieux.

Voir les commentaires

Douala : Le préfet met fin au bicéphalisme à la tête du Sycodew

9 Avril 2013, 18:57pm

Publié par Hervé Villard

 

 

Le préfet met fin au bicéphalisme à la tête du Sycodew

 

Dans un arrêté signé le vendredi 5 avril 2013, il interdit M. Tchendjou de toutes activités au nom du Syndicat des commerçants détaillants du Wouri.

 

«Monsieur Tchendjou et son groupe sont pour compter de la signature du présent arrêté, interdits de toutes activités au nom du Syndicats des Commerçants et détaillants  du Wouri( Sycodew sur toute l’étendue du territoire du département du Wouri. Les sous-préfets, les magistrats municipaux, le commandant de groupement de gendarmerie territoriale de Douala et les commissaires centraux de la ville de Douala sont chargés chacun en ce qui le concerne de l’application du présent arrêté qui sera enregistré et communiqué partout où besoin sera.»

Voilà présenté de manière fidèle le contenu des articles un et deux de l’arrêté  préfectoral N°170 /AP/C19/SAEF signé du préfet du département du Wouri Naseri Paul Bea, en date du 5 avril 2013 et interdisant monsieur Tchendjou et son groupe de toutes activités au nom du Sycodew dans le département du Wouri.

Selon cet arrêté qui  se veut un peu plus claire, M. Tchendjou qui prétendait depuis plusieurs années être le président légitime du syndicat des commerçants et détaillants du Wouri ne l’est plus, du moins de manière officielle. Il vient d’être débouté  par la plus haute autorité du département du Wouri. En plus de cela, il lui est interdit pareillement de se servir de cette association pour poser quelques actes que soit. Reconnu par les autorités du Wouri comme celui-là qui perturbe la bonne marche de ce syndicat dans le Wouri et qui orchestre  des manœuvres pour torpiller les actions de ce mouvement, le préfet du Wouri a cru bien faire en signant cet arrêté qui permettra dans les jours avenirs au bureau actuel de dérouler tranquillement son plan d’action.

Par ce même fait, l’arrêté du préfet sans le déclarer, reconnait comme seule personne à même d’œuvrer au nom du Sycodew, Alice Maguedjio actuelle présidente du syndicat des commerçants et détaillants du Wouri. Elle a été portée à la tête de cette association des commerçants lors de l’assemblée générale élective de ce syndicat qui a eu lieu le 22 aout 2012 à Douala.  A titre de rappel, Alice Maguedjio, au cours de cette assemblée générale avait pratiquement  été plébiscitée par ses pairs  par 206 voix sur 240 contre 17 voix seulement pour la liste de son challenger Joachim Kameni.

Bien avant cet arrêté préfectoral qui conforte désormais Alice Maguedjio communément appelée «dame de fer» dans sa position, un autre communiqué signé toujours du préfet du Wouri en date du 22 mars 2013 reconnaissait à cette dernière et rien qu’à elle le pourvoir de gérer le syndicat des commerçants et détaillants du Wouri (Sycodew). Dans ce communiqué radio N°16/2013/C19/Sp, Naseri Paul Béa à la fin d’une réunion qu’il a tenue avec les magistrats municipaux, les responsables des regroupements associatifs et des commerçants de Douala, les sous-préfets, des forces de maintien de l’ordre et les responsables des deux factions du Sycodew, faisait savoir que,  «conformément à la correspondance du ministre du travail, et de la sécurité sociale et du greffier des syndicats, Madame Maguedjio Alice épouse Tankeu est la seule légitime habileté à administrer le Sycodew». C’est pourquoi, il  invite tous les syndiqués de ce regroupement à s’abstenir de tous actes et comportements susceptibles de troubler l’ordre public et la paix sociale dans la ville de Douala. Il avait dans ce communiqué pareillement invité le bureau exécutif du syndicat que conduit Alice Maguedjio à exercer ces activités dans  le strict respect des lois et règlements.

 

Hervé Villard Njiélé

 

Voir les commentaires