Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Joseph Ndoko (Coach de Dak2000): Nous sommes satisfait d’avoir participé au tournoi »

7 Janvier 2013, 20:18pm

Publié par Hervé Villard

 «Nous sommes satisfaits d’avoir participé au tournoi. Ce tournoi nous permet d’évaluer les joueurs dans l’ensemble. Nous avons pensé au départ qu’on était en retard dans la préparation. Mais, avec ce que les gamins ont produit aujourd’hui, ça nous rassure un peu. Et, je ne peux qu’être satisfait pour la suite. Le résultat est ce qu’il est mais, au fond, on a le sentiment d’avoir retrouvé l’équipe que l’on recherchait. On a pris un but sur un détail. Nous aussi, nous avons eu l’occasion de marquer mais, on ne l’a pas fait.  Bon on est satisfait du moins. Par rapport à l’équipe de Union de cette après midi. Elle a joué la maturité et l’expérience. Elle a exploité des erreurs de jeunesse que nous avons commises mais, ça va aller.

Je pense que par rapport au championnat qui commence bientôt, on prêt, on va jouer. Je pense qu’on va faire plaisir u public de Douala et du Cameroun. Car, nous venons à la Mtn élite One pas pour jouer les figurants mais, pour déposer une marque. »

 

recuilli par Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Tournoi de l’amitié : Union de Douala remporte le trophée de la quatrième édition

7 Janvier 2013, 20:13pm

Publié par Hervé Villard

 

une-partie-du-match-Union---Dak.jpgL’équipe championne du Cameroun a battu l’équipe de Dak 2000 par un but à zéro. C’était lors de la finale de ce tournoi qui s’est déroulée  dans l’antre du stade de la réunification de Bépanda hier dimanche 6 septembre 2013.

 

 Victoire difficile c’est vrai mais, victoire méritée pour Union de Douala.  C’est du moins ce que l’on peut dire après avoir vécu en direct la finale de la quatrième édition du tournoi de l’amitié qui s’est déroulée au stade de la réunification de Bépanda ce dimanche 6 septembre 2013. Union de Douala champion du Cameroun de la saison  sportive 2012 écoulée a  difficilement damé le pion à  la modeste équipe de Dak 2000, nouveau promu en division élite.  Car, il a fallu attendre  la 114ème minute de cette rencontre âprement disputée, pour voir l’équipe les nassaras kamakaî trouver le chemin des filets sur un coup de pied arrêté.

 Suite à une faute à l’entrée de la surface de réparation de Dak, le central de la partie siffle un coup franc qui est exécuté par le joueur  Mundi (7) de l’Union de Douala. Ndjeng le portier de Dak 2000, incapable de capter ce tir puissant et flottant renvoie la balle du poing. Malheureusement pour lui, elle sera poussée au fond de ses filets par Koufana (26)  un joueur de l’Union de Douala présent dans la surface de réparation. Et, c’est par ce but, le seul de cette rencontre d’ailleurs qui a permis à l’équipe qui envisage jouer les premiers rôle dans le championnat d’élite one et  la  Champion league africaine de remporter son  premier trophée en 2013.

Rencontre difficile

Pour dire vrai, la rencontre en elle-même n’a pas été facile.  Tous les supporters d’Union de Douala  qui croyaient à la domination pure et simple de leur équipe pendant cette finale  ont vu leur rêve s’écrouler comme un château de cartes des l’entame de la rencontre. Car, c’est l’équipe de Dak 2000 qui  a pris le match à son compte. Développant un jeu limpide basé sur des passes précises et une attaque en outrance,  le vice champion de la Mtn élite two de la saison écoulée, a fait savoir à son adversaire du jour qu’il ne venait pas en victime résigné. Et, qu’il avait son mot à dire dans cette rencontre. Les attaquants de ce nouveau promu en division d’élite sont passés plusieurs fois à coté de l’ouverture du score. Pas parce qu’ils étaient  maladroits, mais surtout et à cause de la dextérité et l’expérience de Youthé Jehu, le portier de Union de Douala, couronné meilleur gardien de la saison sportive 2011 -2012 par  le Livecamerfoot Awards.

 Du haut de son gabarit, il a rayé plusieurs actions de Dak 2000 pendant cette finale. «C’est lui l’homme de ce match » ont commenté des spectateurs à la sortie du stade. Celui qu’on ne présente plus  a défendu avec vigueur le titre de meilleur gardien de but qu’il lui a été attribué en contribuant efficacement à l’obtention du premier trophée de l’an 2013 de son club. Les autres aussi n’ont pas de mérité. Mais, sur le plan de jeu dans l’ensemble, des belles phases de jeu ont plus été développés du coté de Dac 2000. L’Union de Douala et la constellation de Stars que le club a présentées n’ont pas du tout  produit la qualité de jeu digne d’un champion qu’on attendait. Le jeu était presque décousu et manquait par fois d’imagination et de cohésion. Malgré la volonté de faire du beau jeu qui animait les joueurs, ces derniers peinaient à le matérialiser. Une chose qui se justifie selon Bonaventure  Djonkep, l’entraineur principale de Union de Douala par le fait que « les joueurs ne se connaissent pas suffisamment. Ils se découvrent pour la plupart ». Le coach qui connait ces difficultés entend du moins rectifier le tir à travers les matches amicaux pour développer des automatismes et permettre à ses poulains de débuter les différents compétitions qui les attendant la tête haute.

Du coté de Dak 2000, Joseph Ndoko coach de l’équipe reste stoïque. Car, la mission a été accomplie. «L’objectif pour nous dans ce tournoi n’était pas trop le titre. Le tournoi nous permettait plutôt de nous évaluer et de préparer la saison sportive qui débute bientôt » déclare-t-il satisfait. A la fin de la rencontre, la joie  était d’avantage du coté des supporters de l’Union de Douala qui ont engrangé un nouveau trophée.

 

Hervé Villard Njiélé.

 

Voir les commentaires

Education : Le Carjm prime l'excellence

3 Janvier 2013, 15:37pm

Publié par Hervé Villard

  

 Photo-de-famille-avec-les-laureat-de-festi-noel.jpg

Le cercle d'animation et de refléxion des jeunes de Makepe Petit Pays (Carjm) a remis des prix aux  meilleurs élèves du quartier  Makepe Petit-Pays et ses environs ce 22décembre 2012. C’était à l’occasion d’une cérémonie solennelle  organisée à cet effet et  qui a eu lieu au  « Carrefour Ypa ».

 «Je suis content parce que le Carjm m’a donné un cadeau. Je dis merci au Carjm. J’ai eu une moyenne de 18/20.» Cette réaction est de Miriam Azontsa  élèves  en classe de CE2. Très contente de son prix, elle a tenu à féliciter  les membres du cercle  d’animation et de réflexion  des jeunes de Makepe Petit Pays (Carjm), organisateurs de cet évènement.

Non loin de Myriam, Dimitri Ngangibué, élève en class 3 (CE1 à l’école  primaire anglophone) est tout ému. Tenant en main son cadeau, il danse à tue tête. «J’ai durement travaillé à l’école ce trimestre parce que je voulais que le Carjm me remette un prix comme l’année dernière. J’ai eu une moyenne de 16/20 et j’ai été sélectionné parmi les meilleurs élèves du quartier. Je  suis très content et je dis merci au Carjm», affirme t-il en sautillant de joie.

Comme Myriam et Dimitri, ils sont plus d’une centaine ces écoliers et collégiens qui ont été récompensé par le Carjm (Cercle d’animation et de réflexion des jeunes de Makepe petit Pays) ce 22 décembre 2012 au Carrefour Ypa. Tous des meilleurs dans leur classe respective et dans leur école, ils ont reçu des prix en guise d’encouragement et de félicitation. «Le Carjm tient à travers cette remise des prix à encourager les efforts que vous avez fournis à l’école. Et surtout à stimuler ces efforts en ceux qui dorment encore. Continuez ainsi » a déclaré Inès Feuze, président du conseil de cette association, pendant qu’il remettait les prix aux lauréats de cette troisième édition de Festi-Noel.

Bien avant la remise des diplômes d’excellences et des cadeaux, d’autres articulations non moins importantes ont meublé cette cérémonie annuelle de gratification des meilleurs élèves. Il s’agit des discours et des prestations artistiques.

Pendant la  première phase, c'est-à-dire la phase des allocutions, on a assisté à quatre interventions. A savoir celle du chef du quartier Makepe-Petit-Pays, celle du président des parents d’honneur de l’association, celle de la présidente du comité d’organisation de la 3ème édition de Festi-Noel et en fin celle du Président Charlin Chouagam. Le chef de quartier qui a pris la parole en premier a salué l’initiative du Carjm et a invité ces derniers à perpétuer l’initiative. «Je suis très content de ce projet que vous êtes en train de mener. Je ne savais pas que des tout petits comme vous pouvais faire de si grande chose. C’est une belle histoire. Montrez le bon chemin à vos cadets. Mais surtout  sensibiliser vos amis qui passent le temps au quartier à ne rien faire, vos frères délinquants » a déclaré le représentant du chef de quartier.

Emboitant le pas au chef de quartier, le président des parents d’honneur M. Ngaffe va féliciter l’organisation de cette cérémonie et rassurer les adhérents de cette association du soutien indéfectible des parents.

La présidente du comité d’organisation qui a pris la parole par la suite  va plutôt décrier les nombreuses difficultés rencontrées. Il s’agit du manque d’engagement de certains adhérents, de l’absence de parrainage et de sponsoring pour ne citer que ceux-ci. Elle va pour clore son discours inviter tout le monde à se joindre à se projet porteur d’avenir pour le quartier.

photo remise des prix Carjm

Pour clôturer les allocutions Charlin Chouagam, le président du Carjm va revenir sur l’historique de cette cérémonie de récompense. On apprendra de sa bouche que cette cérémonie existe  depuis trois ans et est baptisée Festi-Noel. Qu’elle a pour but d’encourager la jeunesse du quartier à travailler à l’école et surtout à s’y intéressé effectivement. « Car, le développement passe par l’éducation et la scolarisation», a-t-il relevé. Pour agrémenter cette cérémonie exceptionnelle, la prestation d’une dizaine d’artistes invités a permis de plonger les invités dans l’ambiance de fête de fin d’année.  La cérémonie a été rehaussée par la présence d’Hilaire Tiengang, producteur des artistes, des différents chefs de bloc de ce quartier et des hommes de médias. C’est avec le sourire aux lèvres que cette soirée s’est achevée et le rendez-vous a été pris pour l’année prochaine et à la même période.

 

Hervé Villard Njiélé  

 

 

Voir les commentaires

Dixiades 2012 : Une foire pour réconforter les athlètes

3 Janvier 2013, 15:25pm

Publié par Hervé Villard

 

 

Organisée au village des jeux à l’université de Douala, cette mini foire commercial et gastronomique permet de donner du tonus à la 3ème édition des dixiades 2012-12

 

Le village des jeux sinistre  depuis le début des compétitions, connait depuis hier une ambiance toute particulière. Ceci à cause de la mini foire commerciale et gastronomique qui est organisée tout près du gymnase multisports de l’université de Douala. Les entreprises et les différents commerçants qui occupent les différents stands aménagés à cet effet, permettent aux différents athlètes et spectateurs de s’évader en tout petit peu.

Dans ce petit village qui commence à se densifier au fur et à mesure que la compétition évolue, plusieurs articles sont en vente et au prix « des dixiades 2012. » des téléphones portables de toutes marques, les clés Usb, les abonnements internet, les clés internet, les palettes d’eau minérales, les produits de beauté, les bracelets. Bref, des petits objets que l’on peut en acheter en souvenir des dixiades 2012 sont exposés sur les différents étals disposé à cet effet. Les commerciaux  qui abondent en ces lieux aident tout curieux à faire le linge vitrine et surtout à repartir avec un objet important.

 A coté de ces stands qui font uniquement dans la vente des consommables, se sont installés des vendeurs d’aliments. Sur les différents comptoirs  disposés en désordre dans l’espace prévu pour cette mini foire économique et gastronomique, on peut distinguer du  poisson braisé, des crêpes, des caisses de vente des bonbons et biscuits, de la glace et autres produits. Bref des friandises de toutes sortes sont vendues dans cet endroit qui attire d’avantage la curiosité de tous ceux qui passent par le village des jeux.

 Pour agrémenter tout ça, un orchestre des brasseries qui distille la bonne musique est disposé tout près.  Dans ce stand nouvellement aménagé, sont disposées des chaises et des tables pour recevoir la foultitude de visiteurs qui abondent.  Pendant que l’orchestre de cette entreprise brassicole captive la foule, les hôtesses, nombreuses prennent des commandent et servent les clients déjà installés. Pour mettre du boum au cœur des visiteurs, des jeux concours sont pareillement organisés et des lots sont distribués.

Selon un membre du comité local d’organisation, l’idée de  la foire est celle du département tourisme du comité d’organisation. Ce département a pensé qu’autour des jeux, on pouvait organiser une foire pour faire des jeux une réelle fête avant les fêtes de fin d’année. Une idée qu’il faut saluer puisque, cela redonne un tonus aux dixiades et attire beaucoup de curieux.

«On attendait des choses comme ça depuis le lancement des dixiades pour se distraire. Les jeux se déroulaient timidement. Hors avec la foire, on a une autre coloration. Ca matérialise la fête. Au fur et à mesure que les jeux se poursuivent et ce malgré les mauvaises conditions qui entachent cette compétition, la foire permet au moins de noyer quelques manquements.

 

Hervé Villard Njiélé.

Voir les commentaires

Fête de nouvel an: Des cadeaux pour les detenus de la prison centrale de new-Bell

3 Janvier 2013, 15:01pm

Publié par Hervé Villard

Dr-ngaha-remet-le-premier-carton-de-m--dicament.JPG

 L’association  des stagiaires et étudiants camerounais de  Poitiers(Assecam) a remis un important stock de médicaments à l’infirmerie de ce pénitencier ce 31 décembre 2012. C’était en présence du régisseur de la prison 

«Au nom de toute l’équipe médicale de la prison centrale de Douala, au nom des détenus de ce pénitencier, je vous dis merci pour ce don médical que vous venez de nous offrir. Cela va aider à  résoudre les problèmes sanitaires que nous rencontrons au sein de notre prison. La ville de Poitiers c’est une ville française que je connais pour y avoir séjourné. Et j’en profite pour dire merci aux membres de votre association qui ont eu cette merveilleuse idée. je dis également merci à tous les donateurs. Je vous rassure que nous allons en faire bon usage.» 

Cette déclaration  est de Dieudonné Engonga Mintsang, le  régisseur de la prison centrale de New-Bell. Il l’a fait pendant la cérémonie de remise des médicaments à l’infirmerie de la prison centrale de new-Bell qui s’est déroulée ce 31 décembre 2012. Très content de cette œuvre humanitaire réalisée par l’association des camerounais et stagiaires de Poitiers (Assecam), il  n’a pas pu contenir sa joie. Il a encouragé ces derniers à perpétuer dans tous les secteurs d’activités car, «le Cameroun est une terre vierge et il y a des nécessiteux partout ».  

les-camerounais-de-la-diaspora-remette-le-don.JPG

Le don  en question, constitué des antipaludéens,   des anti-inflammatoires, des antibiotiques pour ne citer que ceux-ci  a été remis  par Guy Ngaha, l’un des  membres de l’Assecam. Il était accompagné dans cette initiative  par les autres membres de cette association en séjour au pays.  Pendant son allocution, il a fait savoir que l’œuvre humanitaire qui vient d’être réalisée est l’accomplissement d’un projet humanitaire baptisé solidarités Poitiers Cameroun initié par l’association  des stagiaires et étudiants camerounais de  Poitiers. Et que, pour  la réaliser, cette association a organisé une semaine culturelle du 22 au 27 mai 2012 pour collecter des fonds. Ils ont été soutenus dans cette initiative par la mairie de la ville de Poitiers, l’université de Poitiers et le Crous de Poitiers. Selon Georges kemayo président de l’Assecam, «sans l’appui financier de ces organisations suscitées, la réalisation de ce projet n’aurait pas été possible. » Selon  l’actuel président de l’Assecam, la remise de don de médicament à la prison centrale de New-Bell, que réalise le bureau exécutif 2013 de l’association des stagiaires et étudiants camerounais de Poitiers est un projet  monté sous le  règne de franc Tétang président  du bureau exécutif  2012 de cette association.   

 

don-laquintinie.JPG

Selon des informations, la remise de don à la prison de new-Bell n’est pas la première initiative de ce groupe. Elle a fait des dons de livres à plusieurs écoles de la ville de Douala il y a quelques années et a pareillement organisé une campagne de sensibilisation contre la déforestation.

 Créée depuis 2008 dans la ville de Poitiers en France, l’Assecam est une  association de camerounais qui prône la solidarité et l’entraide mutuelle des camerounais de France et du Cameroun. Elle regroupe en son sein  des camerounais des ethnies différentes et de toutes les régions.

 

Hervé Villard Njiélé

 

 

Voir les commentaires

Nécrologie :Ferdinand Koungou Edima est décédé

3 Janvier 2013, 14:50pm

Publié par Hervé Villard

Koungou-frdinant-Edima.jpg
              

L’ancien ministre de l’Administration territoriale a rendu l’âme le dimanche 30 décembre 2012  à l’Hôpital général de Yaoundé  de suite de maladie. 

 La fête de nouvel an, pourtant bien préparée par la famille Kougou Edima, a tourné au vinaigre dimanche 30 décembre 2012. Ceci  à cause du décès de  leur père, grand père et frère  Ferdinand Koungou Edima. L’ex ministre de l’administration territorial est décédé de suite de maladie à l’hôpital général de Yaoundé peu avant minuit le dimanche 30 décembre 2012 dernier. Interné depuis quelques jours dans cette formation sanitaire le patriarche est mort alors que les membres de sa famille s’attendaient le moins. C’est toute la république qui a été secouée dès l’annonce du décès de ce patriarche don nul n’ignore le charisme et  l’ardeur au travail.  Décédé à l’âge de 84ans, le digne fils du département du Nyong et So’o qui a servi  de son vivant dans la quasi-totalité du pays, laisse une  grande famille éplorée et  plusieurs enfants.

Portait 

Né vers 1928  à Komassi, village de l’arrondissement de Dzeng, Ferdinand Koungou Edima fait, en effet, partie des premiers cadres camerounais à avoir pris la relève des expatriés. Après son brevet élémentaire en 1949. Il est recruté dans les services civils et financiers en 1950. En 1956, il est reçu au concours des secrétaires d’administration. Et là, débute son ascension professionnelle. Il est nommé sous-ordonnateur à Douala dès janvier 1960. Six mois plus tard, il est promu sous-préfet à Ebolowa où il remplace un Français. Il occupera les mêmes fonctions à Okola. Dès 1963, Ferdinand Koungou Edima est promu préfet du Nkam. Après Yabassi, il est muté à Bafang dans le Haut Nkam.  Peu après, il est nommé secrétaire général de l’inspection fédérale d’administration du Centre-Sud. Après deux mois seulement à ce poste, Ferdinand Koungou Edima, retrouve le commandement territorial de 1964 à 1969. Il est tour à tour préfet de la Lékié, du Dja et Lobo, du Moungo et du Haut-Nyong. Après cette balade dans les départements, il rejoint le ministère de l’Administration territoriale. Plus tard, il est nommé contrôleur financier au ministère des Forces armées, contrôleur provincial des finances du Littoral cumulativement avec ses fonctions de contrôleur des finances auprès de la Communauté urbaine de Douala.

En 1983, il est nommé directeur des Affaires générales au ministère des Finances. Il prend sa retraite en 1985 à cette position. En janvier 1986, Ferdinand Koungou revient aux affaires. Le président de la République le nomme préfet du Dja et Lobo. En 1991 il est nommé gouverneur de la province du Sud. Un an plus tard, il est muté au Littoral. En 1998, la mission du gouverneur dans le Littoral s’achève. Mais, ses états de service le suivent. Cette fois, le chef de l’Etat le nomme ministre de l’Administration territoriale lors de la formation du gouvernement de 2000. Il quitte ce poste en 2002. Depuis lors, il est resté un bon repère pour de nombreux fonctionnaires du commandement territorial. Ferdinand Koungou Edima a été aussi un grand promoteur du sport. Canon de Yaoundé, Colombe de Sangmelima, Tarzan d’Obala, Unisport de Bafang, Aigle Royal de Nkongsamba et Union sportive d’Abong-Mbang. Le haut fonctionnaire de l’Etat décède deux ans seulement après la mort de son épouse Catherine, survenue le 18 juillet 2012.  Apres Henry Njalla Quan, l'ex directeur de la CDC, le professeur Maurice Tadadjeu, Obi-Okpun Wanobi Osang, directeur général de la Pamol Plantation, l’une des principales sociétés agro-industrielles du pays, Koungou Edima Ferdinand vient de rallonger la liste des personnalités qui ont rendu l’âme en cette fin d'année 2012.

 

Hervé Villard Njiélé

.

 

Voir les commentaires

Livecamerfoot Awards2012 : La razia de Union de Douala

3 Janvier 2013, 14:45pm

Publié par Hervé Villard

 

 

union-douala 

Le champion du Cameroun a ravagé la majeure partie des trophées mis en jeu durant cette cérémonie  de récompense des meilleurs acteurs du football qui s’est déroulée au Castel Hall ce 26 décembre 2012. 

  

La joie de Franck Happi, président du comité de gestion de l’Union de Douala était incommensurable au Castel Hall de Douala. Le sourire qui illuminait son visage et  son enthousiasme en disaient long  sur l’immense gaieté qui l’animait, après la cérémonie de remise des awards de LiveCamerfoot 2012. 

 C’est que, pendant cette cérémonie qui a pour principale mission de gratifier les différents acteurs de football qui se sont  distingués d’une manière positive  durant la saison sportive écoulée, le club dont il assure la gestion a raflé la plupart des prix en compétition. Raison suffisante pour permettre à celui qui vient de savourer il y a quelques semaines seulement, le titre de champion du Cameroun, de replonger dans une ambiance festive.  

Sur les dix récompenses en lice dans cette compétition, le club mythique de la ville de Douala en a arraché cinq et pas  des moindre. Il a par la  même occasion arraché le plus prestigieux prix de ces awards à savoir : celui du ballon d’or Livecamerfoot. Dans la besace du club champion du Cameroun on peut compter le prix du meilleur attaquant de  l’année attribué à Joël Babanda, le prix du meilleur président de club accordé à Franck Happi, le prix de meilleur entraineur de football octroyé à Bonaventure Djonkep, le prix de meilleur gardien de but donné à Rostand  Youthé et  en fin celui de ballon d’or Livecamerfoot mérité par Joël Babanda. 

Dans la suite des récompenses, Iven Mihamle  attaquant de Louves Minprof a eu le prix de meilleure joueuse de football au Cameroun pour la saison sportive 2012. Bassilikin attaquant de renaissance de Ngoumou  évoluant aujourd’hui  à Nancy club Français a reçu le prix de la révélation de l’année, Alioum Sidi celui de meilleur arbitre, Panthère de Bangangté le prix de meilleur fan club et Henri Bédimo Nsame le prix du meilleur footballeur camerounais de la diaspora. Le prix de Lions for ever  a été attribué à Théophile Abéga décédé et inhumé il y a quelques semaines.

La cérémonie très courue  par les hommes de médias et les amoureux du ballon rond était présentée par Martin Camus Minb convalescent. Certaines icones du football africains et camerounais étaient présentes à cette cérémonie. Il s’agit de Joseph Antoine Bell, Roger Milla,  Henri Bédimo Nsame, Bonaventure Djonkep pour ne préciser que ceux-ci. Les présidents de club, les arbitres, les entraineurs les joueurs se recrutaient parmi les invités  venus nombreux.  Les différents lauréats de ces awards ont eu des chèques décernés par les brasseries du Cameroun via la marque 33export, sponsor de l’évènement. Le montant de ces chèques variait de 150.000fcfa à 500.000fcfa en fonction du prix gagné.

 Pendant la cérémonie Roger Milla meilleur joueur africain du siècle a demandé que l’on revoie à la hausse le montant des chèques remis aux vainqueurs. Il a d’ailleurs promis de donner la somme de 250 000 FCFA à Iven Mihamle, meilleure joueuse de football de l’année pour encourager les acteurs du football féminin parents pauvres de cette 2ème édition des  Livecamerfoot awards. Il a invité  les organisateurs  de cet évènement à s’intéresser autant au football féminin qu’au masculin

Hervé Villard Njiélé 

 

La liste des gagnants par catégorie  des Livecamerfoot Awards 2012 qui ont lieu le 26 décembre 2012 à 20H au Castel Hall de Douala.

1. Golden ball Livecamerfoot / Meilleur joueur de football évoluant au Cameroun

BABANDA JOEL, ATTAQUANT, UNION DOUALA
2. Meilleure joueuse de football au Cameroun


IVEN MIHAMLE, ATTAQUANTE, LOUVES MINPROFF

3. Meilleur footballeur camerounais de la Diaspora

BEDIMO NSAME, DEFENSEUR, MONPELIER

4. Révélation de l'année

BASSILIKIN, ATTAQUANT, RENAISSANCE

5. Meilleur gardien de but


YOUTHE ROSTAND, GARDIEN DE BUT, UNION DE DOUALA

6. Meilleur entraîneur

BONAVENTURE DJONKEP, UNION DE DOUALA

7. Meilleur arbitre

ALIOUM SIDDI

8. Meilleur fan club


PANTHERE DE BAGANTE

9. Meilleur buteur

BABANDA JOEL, ATTAQUANT, UNION

10. Meilleur président

FRANCK HAPPI, UNION DE DOUALA

 

 

Voir les commentaires

Livre : Eto'o Fils a sa bande déssinée

3 Janvier 2013, 14:17pm

Publié par Hervé Villard

samuel-Eto-o-presentant-sa-Bd.JPG 

 

Le premier tome de cet ouvrage, qui retrace la vie du footballeur camerounais émérite a été présenté à l’hôtel Le Méridien de Douala ce mercredi 26 décembre 2012. C’était à l’occasion d’une conférence de presse de circonstance organisée à cet effet.  

 

 On croyait tout  connaitre sur le footballeur camerounais Samuel Eto’o Fils. Son enfance, sa vie, son succès et tout son palmarès. Les différentes et nombreuses littératures qui reviennent sur le parcours de cet  homme atypique ont par ailleurs aidé à nourrir cette pensée. Pourtant, ce mercredi 26 décembre 2012, dans l’une des salles de conférence de l’hôtel Méridien, tous les hommes de médias  présents sont surpris de découvrir ce footballeur sur une autre facette. «Samuel Eto’o en bande dessinée, nul ne l’avait imaginé. C’est une grande première » s’exclament-ils. Pourtant, il est bien là, narrant son histoire, « la vraie l’histoire de sa vie ».

Intitulé « Eto’o Fils Naissance d’un champion », la bande dessinée qui relate la vie de l’actuel capitaine d’Anji Makhatchkala, club  russe est l’œuvre de Joëlle Esso, artiste  dessinatrice d’origine camerounaise et de Samuel Eto’o lui-même.  Le premier tome d’une série consacrée à l’icône du football mondial est réalisé, par  les éditions Dagan et la Fondation privée Samuel Eto’o Fils.  C’est  une bande dessinée autobiographique en plusieurs tomes consacrée à la vie du célèbre footballeur camerounais. Le football, la passion, son rêve d’enfant et l’accomplissement sont les thèmes développés dans cet ouvrage dont l’objectif est d’inciter et d’encourager les jeunes à réaliser leurs rêves à travers la volonté et la détermination.

Joelle Esso déssinatrice

 « Je travaille depuis plusieurs années sur les livres édition jeunesse. Samuel Eto’o est un héros. Mais, c’est son coté humanitaire qui me fait rêver. Ce livre n’est pas seulement un livre de foot. Ce sont les valeurs de travail, de courage et d’abnégation que nous sommes en train de promouvoir  à travers cette bande dessinée. Samuel Eto’o est un homme positif qui fait toujours ce qui fait grandir l’Afrique. Et, je pense que cette bande dessinée sera bien accueillie», déclare tout émue Joëlle Esso coauteur de cet ouvrage pendant la cérémonie de présentation officielle.

 Dieudonné Gnammankou, éditeur de cet ouvrage, est tout heureux. «C’est un plaisir pour nous de présenter le tome 1 de la vie de Samuel Eto’o Fils. Je connaissais moins cet homme avant la réalisation de l’ouvrage. La bande dessinée sera traduit en plusieurs langues. Recevoir un tel projet a permis à notre maison d’édition moins connue de gagner en notoriété » fait remarqué l’éditeur.  Pour relater la vie complète de Samuel Eto’o fils, neuf tomes seront produits à intervalle régulier de six mois. Le tome I déjà disponible raconte l’enfance de Samuel de 0 à 12ans.  Dès  son enfance, samuel Eto’o est passionné du football.  Grâce à ses performances dans les matchs «inter-quartiers » il est  surnommé «petit Milla». Ses parents réticents finissent par céder et Samuel intègre l’école de football des Brasseries du Cameroun. Le récit s’achève lorsque le jeune joueur revient au Cameroun, après une première aventure non fructueuse en France.Dieudonné Gnammankou

Mon histoire à moi 

Samuel Eto’o fils présent à cette présentation officielle a signifié aux hommes de médias l’objectif visé par cette bande dessinée. Il était question  pour moi de « parler de mon histoire, de mes joies, de mes peines. Quant l’on exerce ce métier, on passe beaucoup de temps seul, au finale je me suis dis qu’à travers cette bande dessinée, les gens vont mieux me connaitre. Je parle de mon rêve qui est devenu réalité, mes débuts, mes difficultés.», lance de manière enchantée le buteur d’Anzhi en Russie, co-auteur dudit ouvrage.

 D’après celui qui veut à travers ce récit stimuler l’effort, le travail et la persévérance chez  les enfants, l’Afrique a besoin d’une jeunesse dynamique pour se développer.  «On peut naître à New Bell et devenir très grand. Dans la vie il y a des sacrifices à faire. Les gens ne me connaissent pas. Le côté financier n’est pas très important. Le plus important que je veux transmettre aux tout petits, c’est que j’ai rêvé et que mon rêve est devenu réalité à force de travail. Il faut que les jeunes qui vont lire mon histoire se disent qu’ils vont faire mieux » déclare Samuel Eto’o.

La BD est disponible en librairie depuis  bientôt une semaine et coûte  4500 F, soit la moitié du prix en France. Un montant consenti au prix d’un «effort exceptionnel » d’après l’éditeur, pour que l’ouvrage soit accessible à tous. La sortie du deuxième tome est prévue pour juin 2013.photo de famille avec les enfants
Samuel Eto’o devient donc le deuxième joueur du continent à avoir écrit son parcourt professionnel sur bande dessinée après Didier Drogba, il y a quelques temps. La bande dessinée de Samuel Eto’o est le 25ème ouvrage que la maison d’édition Dagan va éditer. 

Hervé Villard Njiélé

 

 

 

Voir les commentaires

Dixiades 2012:Les premières médailles tombent

19 Décembre 2012, 12:49pm

Publié par Hervé Villard

 

 

 

 

Elles ont été enregistrées durant les compétitions d’athlétisme et de  cyclisme qui se sont déroulées hier au village des jeux dans la ville de Douala

«Je suis très content parce que j’ai remporté la course, et je vais dire merci à mes encadreurs et à tous ceux qui m’ont soutenus. Ce qui a fait ma force c’est le travail et rien que le travail. Malgré les obstacles que nous rencontrons je suis sorti vainqueur. Je suis vraiment content. Et je compte remporter les prochaines courses qui s’annoncent rudes.» Sikandi Dapnet, cycliste de la délégation du littoral est tout ému.  Il vient de remporter l’une des médailles de la délégation du littoral qui participe à la 3ème édition des dixiades.

Vainqueur du critérium qui s’est déroulé dans la ville de Douala hier, il ne sait comment manifester sa joie. «Je ne sais quoi dire, je suis vraiment content. Je dis merci à tout le monde », a-t-il déclaré sourire aux lèvres.  Sur une  distance de 44km, qui avait pour point de départ et d’arriver le carrefour omnisports de Bépanda, le jeune athlète a battu à plate couture les 49 autres athlètes en compétition dans cette discipline. Il a parcouru cette distance en 1h 8 min 36 secondes.

 Il a été secondé  dans cette course marathon ou on a enregistré des chutes, par Martin Ngeh Kweffi de la délégation du Nord-Ouest  et par Herman Ymele de la délégation du centre, qui a complété le podium du critérium.

Le reste des médailles a été enregistrées pendant la compétition d’athlétisme qui s’est déroulée au gymnase de l’université de Douala où, jusqu’à hier, on n’avait pas fini de tracer toutes les pistes.

Dans cette discipline qui fait intervenir rapidité, finesse et endurance, Oumarou Mohamadou de la délégation de l’Adamaoua, a arraché les applaudissements du public pendant la course du 5000 mètres. Il a  été le plus rapide et le plus résistant des athlètes engagés dans cette discipline tant redoutée par les athlètes. 

A sa suite, Tata Silas Ndi du Nord ouest a arraché la seconde place, tandis que Mohamadou Abdoul de l’Adamoua arrachait la médaille de bronze.

En 100 m messieurs, la médaille d’or est revenue à Fotsi Lyonga de la région du Sud ouest. Il a parcouru cette  distance en 10, 8 secondes. Le littoral qui a déjà glané la médaille d’or au critérium a arraché la médaille de bronze du 100 m par l’intermédiaire de William Feumba. Le centre a occupé la troisième place dans cette discipline.

 

 Le bronze de la Rca.

Chez les dames, Abossolo  Bivina a eu la médaille d’or au 100 m, Irène Bell Bonang, l’argent et Yvonne Tama de la république centrafricaine la médaille de bronze.  En Saut en longueur monsieur,  le bond de 6,94m a permis à Armand Tsaoule de la délégation du centre  de décrochez la première place dans cette discipline. La médaille de bronze est revenue à la délégation de l’Ouest grâce au dévouement de Foko Ouafo. Il a fait un bond de 6m18 pour mériter cela.  Tandis que, Bruno Ndjeck du littoral, complétait le podium avec son bond de 6,17 mètres.

Chez les dames  Irène Bell Bonang qui a remporté la médaille de bronze au 100 m dame, à permis à la délégation du Centre d’engranger une médaille d’or de plus. Grâce à son bond de 5,16 mètres, elle s’est hissée sur la première marche du podium et a arraché l’admiration de ses encadreurs contents. L’adamaoua qui piétine dans cette compétition a arraché  la médaille d’argent grâce à Sarwissi Zongabiro. Le nord  quant à lui, a engrangé sa première médaille en se classant troisième.  Dans les autres disciplines collectives à savoir le volet, le football, le basketball, le handball féminin et masculin, on est encore aux phases éliminatoires. La compétition se poursuit ce jour

 

Hervé  Villard Njiélé

 

Voir les commentaires

Dixiades : Un point de presse pour sauver les meubles

18 Décembre 2012, 12:43pm

Publié par Hervé Villard

  

 

 

Fritz-Ntone-Ntone-.jpg

Organisé à la fin de la cérémonie officielle d’ouverture, ce moment de communication a permis au président local d’organisation Fritz Ntone Ntone de revenir sur les manquements observés et les mesures urgentes à prendre.

 

C’est la salle des actes de l’université de Douala,  qui a accueilli cet  important point de presse qui visait à clarifier certains points sombres des  dixiades 2012.   Convoqué par coordonnateur générale des dixiades, Grégoire Owona de commun accord avec Fritz Ntone Ntone, président local d’organisation, il était question  pour ces derniers d’expliquer aux médias les raisons des  divers couacs observés au premier jour des jeux.

Devant une centaine de journalistes, Fritz Ntone dans son allocution a laisser entendre que la 3ème édition des dixiades qui se déroule à Douala réuni près de 2000 athlètes venus des quatre coins du pays et de certains pays de la sous région de l’Afrique central. Et, avec autant de personnes, il est difficile d’éviter des problèmes de coordination. « C’est ce qui justifie le fait que certaines délégations ne soient pas encore logées» déclare-t-il.

 Pour appuyer son argument, il ajoute que le comité national olympique a exigé qu’aucun athlète ne dorme à même le sol. C’est pourquoi, ajoute-t-il, le comité local d’organisation s’attelait à trouver des espaces d’ébergement décents pour tous les athlètes.

Comme raison des manquements observés, le délégué au près de la communauté urbaine de Douala a pareillement fait savoir que, l’organisation des jeux a été effectivement décentralisée pour la première fois lors de ces dixiades. Et que Douala était la première expérience. Car, par le passé, la commission organisait elle-même les jeux. Mais, pour le cas de Douala, la tâche revenait à la commission locale d’organisation. C’est pourquoi, le pari était plus au niveau du déroulement effectif des jeux. Ce qui est un fait.

 Pour conclure à ce sujet, le délégué a fait savoir que des mesures ont été prises pour que tous les athlètes soient logés décemment. «Nous avons sollicité la Ksa, qui a une capacité de 400 places, l’université de Douala accueille 350 personnes. Nous avons sollicité le collège sacre Cœur de New-Bell, Notre dame de victoire. Nous disposons d’une capacité d’accueil suffisante pour que tous les athlètes soient logés. Bien entendu, il fallait régler un certain point de la logistique » affirme Fritz Ntone Ntone d’un ton rassurant.

Pendant le point de presse, il a pareillement évoqué le problème de la restauration tant décrié par les athlètes et celui du transport de ces derniers. Il a déploré l’inertie qui a émaillé le démarrage des activités dans ces départements et a rassuré que «la machine sera bien huilée à partir de ce soir (hier ndlr) ». Au niveau du transport il a fait savoir que les derniers réglages ont été fait et qu’il n y aura pas de problème à ce niveau là. Dans tous les cas, on ne perd rien à attendre.

 

Hervé Villard Njiélé

 

 

Voir les commentaires