Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Refonte des listes électorales:Elecam invite les populations de Douala à s’inscrire massivement

23 Mai 2012, 13:59pm

Publié par Hervé Villard

 

 

 


Lors de  la conférence organisée   à la salle des fêtes d’Akwa le 16 mai 2012, Ejake Nbonda Thomas  l’honorable membre  des Elections Cameroun a levée le voile sur cette nouvelle mesure élective prise par le gouvernement camerounais.

 

 «Nous avons mis un bémol sur les listes électorales parce qu’on voulait traduire vos revendications en fait concret. Il fallait un fichier électoral nouveau sécurisé avec l’aide de la biométrie. C’est pourquoi nous avons adopté la refonte des listes  électorales. Avec ce nouveau système,  Chaque citoyen n’aura son nom sur les listes électorales qu’une seule fois. Nous sommes venus vous demander, d’allez dire aux camerounais  de s’inscrire en masse sur les listes électorales au moment où ce processus sera lancé.»

Voilà résumé d’une manière succincte la communication faite par, Ejake Nbonda Thomas, l’honorable membre  d’Elections Cameroon présent à la campagne d’explication et de sensibilisation qui s’est déroulée à la salle des fêtes d’Akwa ce 16 mai 2012.

 

Principal orateur du jour, celui qui semblait mieux maitriser le processus de la refonte des listes électorales engagé par Elections Cameroun et l’usage de la biométrie pendant les inscriptions sur ces listes, a édifié le public divers et nombreux  sur ce processus.  Thomas Ejake Nbonda un peu très  sûr de lui a démontré par l’argumentaire qu’il a tenu que ce nouveau processus électoral va permettre de lutter contre la fraude pendant les différentes élections qui se tiendront au Cameroun.  « On a enregistré de nombreuses critiques pendant les dernières élections présidentielles parce qu’on n’était nouveau. Nous sommes dans un processus dans lequel  le mot échec à été sorti  de notre vocabulaire » a déclaré l’orateur comme pour rassurer l’assistance un peu sceptique.

 


Pour lutter contre les doublons, il a rappelé que l’usage de la biométrie, qui est un ensemble de procédure qui permet de reconnaitre un individu comme telle à partir des éléments de son corps, va permettre de lutter contre cela.

 

 A cela, va s’ajouter  des serveurs automatiques qui seront disponibles au niveau de chaque région .Ces derniers contribueront à éliminer tous les erreurs. Avec ce nouveau processus  «chaque citoyen camerounais n’aura droit qu’à une seule carte électorale informatisée. » a-t-il  mentionné.  

S’agissant de la disponibilité de des cartes électorales  Thomas Ejake Nbonda  a déclaré que Elecam est entrain de travailler pour que la majeur parties des cartes soit distribuées avant les 40 jours prévus par la loi.  Et chaque citoyen pourra retirer sa carte dans son bureau de vote. Bref les différentes erreurs e la dernière fois où des cartes trainaient dans les bureaux ne seront plus possibles.

 


Les différents arguments avancés par l’honorable membre d’élections Cameroon n’ont pas convaincu les responsables politiques à majorité de l’opposition qui ont fait le déplacement.  Ces derniers pensent qu’avec la refonte des listes et la biométrie, la fraude est toujours faisable .Parce que, après le vote, seul le responsable d’Elecam est autorisé à porter les procès verbaux d’élections pour l’antenne communale et seul. « Et  pendant ce transport, il peut frauder à l’insu de tous le procès verbal d’élection » affirme Hilaire Zipan Conseiller municipal du mouvement progressiste (Mp) à la mairie de Douala 1er. « Puisque  une disposition du code électorale l’y autorise » ajoute-t-il. Argument partagé par Elimbi Lobe conseiller municipal Sdf à Douala 5ème qui a demandé qu’il faut que le responsable d’Elecam pendant ce transport soit accompagné. « Remonté mes remarques à qui de droit » a-t-il martelé.

 


Pour le député Jean jacques Ekindi,   Elecam n’est pas le problème des élections au Cameroun.  Le débat qui est mené la n’est qu’une fuite en avant car, C’est le code électoral adopté qui est mauvais. « Et tant que ce code électoral ne sera pas changé, ou modifié, les élections au Cameroun ne seront jamais transparentes » affirme-t-il.

 


 Etaient présents, des députes à la fois du parti au pouvoir que de l’opposition, les maires, les chefs de villages et des ministères de culte et des hommes de médias.

Hervé Villard Njiélé

 

Voir les commentaires

20 mai :Un défilé des partis politique sur haute sécurité

23 Mai 2012, 13:57pm

Publié par Hervé Villard

 

 

La note administrative du préfet  fixant les conditions de participation au défilé  du 20 mai à l’origine de ce fort déploiement sécuritaire.

 

 La parade du défilé du 20 mai a connu une ambiance toute particulière pendant le défilé des partis politiques. Pendant cette seconde phase durant  laquelle les parties politiques,  les associations et les organismes non gouvernementaux  défilaient,  le  cordon de sécurité a été renforcé  de même que le control.  Quelques minutes seulement après le passage du dernier carré des étudiants d’une école de formation de la place qui a clos le défilé civil,  la sécurité s’est immédiatement renforcée à cet endroit.


Le nombre des éléments des forces de l’ordre qui filtraient le passage pendant le défilé civil est passé du simple au triple. En un laps de temps, un véritable mur des forces de l’ordre s’est constitué. On  pouvait compter plus d’une centaine d’éléments à cet endroit.   Les casques sur la tête  et des boucliers anti émeutes en main ces derniers  donnaient l’impression d’aller mettre de l’ordre dans un camp de délinquants.

 


Au passage des militants, ces derniers les dépouillaient de tout ce qui était susceptible de les encombrer. Sac à main, banderoles, pancartes, presque tout  ce que les militants transportaient sur eux était mis de coté. Tous ceux qui tentaient de faire le bras de fer étaient immédiatement sortis des rangs manu militari.


Pour traverser cette barrière  il fallait montrer patte blanche. Pour montrer qu’ils étaient « clean », les militants étaient obligés de soulever les deux mains pour qu’on les laisse passer. «Laisser vos sacs de coté, les mains en l’air rassurez-vous que vous n’avez rien d’encombrant » criaient –ils aux militants qui s’empressaient de passer.  Les plus malins qui réussissaient à dissimuler des objets sur eux  étaient immédiatement rattrapés par ces éléments, qui n’avaient pas droit à l’erreur.

 Selon un gendarme, c’est le souci de sécurité pendant la fête qui est à l’origine de ce fort déploiement des forces de l’ordre. «Nous ne sommes là que pour mettre de l’ordre. Nous assurons tout simplement la sécurité. Vous savez des gens sont parfois désordonnés c’est pour  les discipliner que nous sommes là. » Affirme-t-il.


Dans la foulé de ses fouilles, des banderoles seront saisies de même que des nombreux messages.  L’union des populations du Cameroun (Upc) n’échappera pas à ce contrôle. Sa banderole sera également saisie. Sur cette dernière,  on pouvait lire  «10 avril 1948,10 avril 2012. 64 ans de combat, l’Upc est de retour.»


Les militants du Rdpc de l’arrondissement de Douala 5ème passeront également à la trappe. Les flyers aux couleurs du drapeau national qu’ils brandissaient  avec des messages au verso seront arrachés à leurs passages.  Dans cette même ambiance les enfants de moins de 18ans qui ont l’habitude de défiler seront sortis des rangs.


Selon une source policière,  deux faits majeurs  justifiaient le fort déploiement sécuritaire observé à la place de l’Udeac.  D’abord l’arrêté préfectoral signé par le préfet du Wouri. Et  ensuite l’appel au boycott lancé par le G7.


 Selon la  décision du préfet visant à sécurisé la parade  de la fête du 20 mai à Douala, les banderoles confectionnées par les partis politiques étaient non autorisée au  20 mai. Les seules banderoles admises devaient être celles confectionnées par la commission Régionale d’organisation. La même note avise par ailleurs qu’on ne devait mentionner sur les pancartes que  l’identité du parti politique uniquement. Que, les partis politiques ne devait pas s’arrêter devant la tribune. Que les tenues arborées par leurs militants devaient être uniformes et par conséquent, les carrés des militants avec les uniformes différents devaient être proscrits.  Et que, les militants, de moins de  18 ans devaient t être sortis des rangs.  Concernant le boycott de la fête de l’unité par le G7, la source déclare que les autorités ont eu peur des probables actes de vandalisme et que c’est pour avoir le cœur net et parer à toutes les éventualités que la sécurité a été renforcée. Ces mesures n’ont pas été sans conséquences. Plusieurs militantes ont égarées leurs sacs et plusieurs objets importants

 

Hervé Villard Njiélé

 

Voir les commentaires

20 mai: Le Paddec Thahit le G7

23 Mai 2012, 13:49pm

Publié par Hervé Villard

 

 

Les militants du Paddec membre du groupement des sept partis politiques qui appelaient au boycott de la fête de l’unité ont défilé le 20 mai

 

 Les milliers de camerounais qui ont fait le déplacement de la place de l’Udeac à Douala pour vivre en direct la parade de la 40ème fête nationale du 20 mai  dimanche dernier, ont été surpris de voir défilé les militants du  parti des patriotes démocrates pour  le développement du Cameroun (paddec).  

Arborant tous des tee-shirts  aux couleurs jaune qui est la couleur  du parti et  sur lesquels on pouvait lire l’écrito   Paddec, le carreau des militants présents à la 40ème édition de la fête nationale de l’unité  ont tenu à accomplir leur devoir civique. Constitué des jeunes à majorité, les membres de ce parti, très enthousiastes  ont arraché pendant leur  passage  devant la tribune  d’honneur quelques  ovations des autorités.

 A coté des ovations qu’ils ont reçues, leur passage a également suscité des interrogations au près de certains spectateurs qui n’en croyaient pas leur yeux. «Ce n’est pas possible !  Le paddec ne figure-t-il pas parmi les partis qui ont milité pour le boycott de la fête de l’unité ? D’où vient-il que ce parti défile aujourd’hui, s’est interrogé avec surprise Gildas P, au  passage des militants du Paddec.  Avant de s’exclamer qu’ «  il n’y a plus de politique au Cameroun. Chacun ne milite que pour sauver ses intérêts. L’intérêt national a foutu le camp au profit des intérêts égoïstes » déclare-t-il amèrement. Non loin de lui, Christophe  Alain,  un autre  spectateur  lui aussi étonné déclare  «Ce que je viens de voir là conforte le point de vue selon lequel  les  camerounais ne font que la politique du ventre. Je croyais que  le président du Paddec qui a une carrière d’avocat pouvait faire l’exception mais hélas, Il vient de se compromettre. » Affirme-t-il l’air désolé.

 Joint au téléphone hier par le reporter de La Nouvelle expression qui cherchait à comprendre les raisons de se subite virement de position, Me Momo  a laissé comprendre que  une  décision  du comité central du parti.  «Nous étions à l’assemblée des  Foumban. Nous étions représentés le bas par le président de cette région qui n’avait pas le programme de l’assemblée. Après l’assemblée, il signe la déclaration et ramène   la conclusion. Mais, seulement, la position de ce sommet  n’a pas été agréée par le comité central du parti.  Et, c’est pourquoi nous avons choisi de défiler. L’unité nationale est une valeur sacrée pour un Etat. On ne peut pas signer la réunification du Cameroun en 1961 à Foumban et nous on vient  le 12 mai 2012 dans la même ville  demander que l’on sépare le Cameroun.  L’unité nationale est une valeur institutionnelle qu’on se doit de respect. En participant aux élections présidentielles de 2011. Nous avons  signé des papiers qui attestaient que nous nous engageons à respecter les valeurs républicaines. En plus boycotté la fête de l’unité ne va pas résoudre le problème du code électoral. J’avais proposé qu’on fasse un sit-in à la primature. Le G7 n’est pas un parti politique » explique jean De Dieu Momo, le président du Paddec

 Membre du G7 (groupe des partis politique  de l’opposition qui se sont réunis pour contester les résultats des élections au lendemain des élections présidentielles de 2011), ce groupe avait siégé à Foumban le 12 mai 2012  pour rejeter le code électoral adopté par  l’assemblée  nationale. Pour parvenir à leur fin, il avait lancé un appel de boycott du défilé du 20 mai 2012.  Etaient présents à cette réunion  le Dr Adamou Ndam Njoya (Udc), Atekwana Akonji (Sdf), Me Bernard Muna (Afp), le  Dr Hilaire Kamga (Offre Orange) , M. Mpon à Rymis Daniel (Add),  Hon. Ayah Paul (Pap) Hon. Dzongang Albert (La dynamique), M. Som 1 Joseph Désiré (Cpp) M. Dongmo Joseph (Paddec).

A coté du Paddec  qui a voulu respecté les valeurs institutionnelles, nombreux autres partis de l’opposition ont répondu présents.  On a noté avec bravoure le passage des militants de l’undp, de l’Upc, de l’Andp, du Mdr, de L’Upk, du Manidem, et du Pvdc pour ne citer que ceux-là.

Interroger sur la forte mobilisation de ses membres Justin Aimé Pougom, le président du parti des verts a déclaré que son parti respecte les valeurs républicaines. «  Le parti des vert pour la démocratie au Cameroun créé depuis 1991 a été de tous les combats pour la libération du Cameroun et  l’acquisition des libertés pour tous les camerounais. La  fête du 20 mai qui est la fête de ‘unité nationale  n’est pas  un vain slogan.  C’est pourquoi on sera toujours de la partie. Ceux qui prétendent boycotter la fête de l’unité sont en mal de sensation » affirme-t-il

 

Hervé Villard Njiélé

 

 

Voir les commentaires

Champions League europenne:Les Sabc priment les fans du football.

21 Mai 2012, 12:16pm

Publié par Hervé Villard

A travers  une tombola organisée lors de final de la champions League européenne,  les brasseries du Cameroun via la marque  Heineken, ont remis des lots à cinq camerounais.

 

« Je suis très enchantée d’avoir gagné ce lot. Je ne savais pas qu’il y avait une tombola. Heineken a bien fait les choses. C’est une excellente surprise dans une soirée déjà forte sympathique. Je m’en souviendrai ».

 

Anne Marie Ngon  est stupéfaite.  C’est à peine si elle réussit à dire un mot. Tant elle est sous le coup de l’émotion. Ayant tout simplement honoré à une invitation des brasseries du Cameroun, pour suivre la finale de la champions League européenne, elle a eu droit à un prix et pas n’importe lequel. Un réfrigérateur. Elle est toute émue.

 

 Tout près d’elle, Christine Nzouombo une autre gagnante tremble de joie. Elle s’empresse de transporter dans son véhicule l’écran plasma qu’elle vient de gagner avant la fin du «mirage». Pour elle c’est encore un rêve. «Je suis émue par Heineken et son jeu. Je dis merci à Heineken qui m’a donné du sourire. C’est la première fois que je gagne un pris. Je n’ai jamais gagné de ma vie. Mille fois merci à Heineken » a déclaré l’heureux élu du jour avec une joie débordante.

 

Comme Anne Marie N et Christine N, cinq amoureux du football ont été primés par les brasseries du Cameroun à travers la marque Heineken. C’était ce 19 mai 2012 au Cabaret Boj à Bonanjo.

 

À l’occasion de la finale de la league des champions qui opposait Chelsea à Bayern de Munich, les brasseries du Cameroun ont invité des amis, des médias à vivre ensemble  cet évènement sportif grandeur nature avec la marque Heineken. Au cours de la soirée organisée à cet effet  une tombola a été organisée  et cinq personnes ont été primées.  Les vainqueurs ont successivement eu droit à un réfrigérateur, un écran plasma, un canapé, une play-station  et un meuble de télé. Les prix ont immédiatement été remis par  Rose  Bidias Efon  la chef de produit de la marque Heineken aux brasseries du Cameroun.

 

Selon  cette dernière, toute aussi émue comme tous les gagnants à l’issue de cette cérémonie, l’objectif  de cette soirée était de «faire savoir que Heineken est une bière exceptionnelle  et surtout récompenser les consommateurs » a-t-elle déclaré.  Pendant cette soirée, les brasseries ont permis aux invités de vivre sur grand écran la finale de la league des champions. Dans une ambiance féerique, décorée par des hôtesses déguisées  aux anges de Heineken.

 

 Les invités ont passé une soirée mémorable. La victoire de Chelsea et plus particulièrement celui de l’Africain Drogba sur le Bayern au tir au but est venu comblée une soirée déjà intense.

 

Hervé Villard Njiélé

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Récompense: 197 médailles pour les employés de Mtn Camerou

14 Mai 2012, 19:34pm

Publié par Hervé Villard

 

 La direction de cette entreprise de téléphonie mobile a remis des médailles à ses employés. C’était le 11 mai 2012 en présence du ministre du travail et de la sécurité sociale Grégoire Owona.

 

La direction générale de Mtn Cameroun à Akwa  grouillait de monde le 11 mai  2012. Ceci à  cause de la cérémonie de remise des médailles d’honneurs et du travail qui se déroulait en ce lieu. Parents amis et connaissances,  les bouquets de fleurs à la main, ont investi ce lieu tels des soldats pour vivre en direct à ce moment inédit de la vie professionnelle de leur proche. Présidé par Grégroire Owona le ministre du travail et de la sécurité sociale, cette  cérémonie de remise des médailles d’honneur et de travail a connu trois temps  forts particuliers. La phase des discours, la phase des décorations et celle des réjouissances.


 S’agissant de la phase des discours, elle  a été ouverte par  Kristain Mpondo le représentant du délégué du personnel. Après les remerciements à l’endroit du ministre du travail et de la sécurité sociale et du directeur général de Mtn Cameroun, celui-ci au nom de l’ensemble du personnel de cette entreprise a formulé le vœux de voir la sécurité sociale des employés s’améliorée. Il a évoqué en passant l’allocation de congé de maternité et de retraite, la diligence  dans le traitement des dossiers et le déplafonnement des contributions pour une retraite  plus aisée.


 Karl Toriola le directeur général de Mtn Cameroun après les différents remerciements a rappelé aux récipiendaires de ces médailles que c’est un moment de communion entre l’entreprise et ses employés et a congratulé en passant tous les récipiendaires.


Bien avant de remettre les médailles, le ministre du travail et de la sécurité social Grégoire Owona, a rappelé aux récipiendaires, la symbolique de la  médaille qu’ils vont recevoir. «La médaille  d’honneur et de travail est la reconnaissance du chef d’entreprise qui propose le travailleur qui fait preuve d’acharnement au travail de discipline de loyalisme et qui observe la règle intérieur de l’entreprise. La médaille d’honneur  du travail entraîne chez celui qui la reçoit un comportement exemplaire et un modèle de vie professionnelle car, c’est au nom du président la république qu’elle vous est décernée »  a-t-il affirmé. Avant de les inviter à plus d’ardeur au travail « redoublez d’ardeur au travail pour continuer à attirer d’autres avantages que votre employeur pourra vous procurer ».


S’agissant de la convention collective du personnel de la téléphonie mobile, ministre a déclaré que les négociations sont déjà bouclées et que la grille  salariale qui prévoit les augmentations substantielles  a déjà été adoptée et que seul la signature de la Camtel est attendue.


Parlant de la remise des médailles, au total 197 médailles ont été remises à 153 employés. Des médailles présentes à savoir l’or, l’argent et le vermeilles, deux employés uniquement ont eu droit au trois types. Il s’agit  de Mouyoumbou Epagna épouse Ekité et  Ndzana épouse Tsala toutes employées à Mtn Cameroun depuis sa création.  C’est très contents que ces derniers après le buffet de circonstance minutieusement préparé pour célébrer  cette toute première édition de remise des médailles à Mtn Cameroun que les récipiendaires ont quitté ce lieu tout en promettant travailler d’arrache pied pour mériter d’autres distinctions.

 

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Journée sportive:Les brasseries du Cameroun marchent sur les maladies cardiovasculaires

14 Mai 2012, 19:24pm

Publié par Hervé Villard

 

 

 

 

 

A l’occasion de la 7ème édition, de la marche sportive qui s’est déroulée hier, le personnel des Sabc et leurs différents partenaires ont affirmé leur détermination à lutter contre les maladies du cœur. 


Les maladies cardio-vasculaires sont la première cause de mortalité dans le monde. Selon les statiques de l’organisation mondiale pour la santé (Oms), On estime à 17,3 millions le nombre de décès imputables aux maladies cardio-vasculaires, soit 30% de la mortalité mondiale totale. Parmi ces décès, on estime que 7,3 millions sont dus à une cardiopathie coronarienne et 6,2 millions à un AVC. Plus de 80% des décès interviennent dans des pays à revenu moyen ou en voie de développement.  D’après l’OMS toujours,  d’ici 2030, près de 23,6 millions de personnes mourront d’une maladie cardio-vasculaire  c'est-à-dire d’une cardiopathie ou d’un  AVC principalement.

 


C’est donc pour limiter les affres des maladies du cœur dans  les différentes entreprises des brasseries du Cameroun basées sur le triangle national et sensibiliser leurs employés, leurs partenaires, et l’ensemble du peuple camerounais  sur  ces maladies, responsables de plusieurs décès  dans le monde que,  les brasseries du Cameroun ont effectué une marche dans les différentes villes du Cameroun hier.

 

 A Douala la capitale économique du Cameroun, ils étaient plus de quatre milles âmes à prendre part à cette manifestation. Employés des Sabc pour la plupart, partenaires et sympathisants, ces derniers, ont avalé par la marche  une distance de 12 km sans anicroche.  La marche de sensibilisation était ponctuée par des séances d’étirements. Au premier rang de cette marche, on pouvait distinguer,  des personnalités telles André Siaka  le directeur Général des Brasseries du Cameroun et des nombreux directeurs au rang duquel Joseph Bessagal le directeur des ressources humaines de cette entreprise.

 De la direction générale des brasseries du Cameroun à Bali en passant par  «Shell Newbell», «Deux églises», «carrefour Agip», «Ange Raphael», «Ndokotti»  sans oublier  le «Rond Point Ccc»  puis «Terminus Bbr»,  ces derniers ont marché avec engagement. Car, il était question de limiter les actions des maladies cardiovasculaires au sein de cette entreprise et dans le Cameroun en général. «Il fallait que  nous prenions un peu de temps pour donner assez d’énergie à notre corps. Pour prendre soin de son corps, vous savez qu’il n’y a rien de mieux que le sport pour pouvoir faire cela. Chaque jour vous entendez que telle personne ou telle autre est morte des suites  des  Avc, ou d’arrêt cardiaque. Ça commence à devenir un problème sérieux dans la société et je pense que des entreprises comme  les nôtres qui se veulent responsables  doivent attirer l’attention des consommateurs sur ces fléaux là » a affirmé tout essoufflé Don Dussey, le  chargé des relations publiques  de Coca Cola pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, à la fin de la marche. Pour Joseph Bassagal le directeur des ressources humaines des SABC, très satisfait après cette marche sportive, ce n’est que la clôture d’une semaine d’instance activité mené contre  les maladies cardiovasculaires. «La marche d’aujourd’hui  était surtout basée sur la responsabilité à travers les employés. C’est pourquoi nous avons commencé par une semaine santé  où nous avons eu des campagnes de sensibilisation par rapport aux maladies cardio-vasculaires,. Nous avons clôturé la semaine par cette marche pour permettre à ceux qui ne sont pas des Sabc de comprendre que nous luttons contre les maladies cardiovasculaires. Nous faisons des visites systématiques,  Nous voyons des personnes qui sont enclin à ces maladies et pour éviter de guérir, nous avons préféré prévenir »  a-t-il affirmé.


La journée s’est achevée par une série de jeux et attractions diverses organisés par la direction des brasseries à l’intention de ses employés.


Hervé Villard Njiélé

 

 

Voir les commentaires

Lutte contre les maladies cardiovasculaires:Les Brasseries du Cameroun passent à l’action.

11 Mai 2012, 15:16pm

Publié par Hervé Villard

 

A travers la 7ème édition de la journée sportive qui se déroule le 13 mai 2012, les responsables de cette entreprise entendent barrer la voix aux maladies du cœur dans le triangle national.

 

L’évènement se prépare avec entrain à la direction des brasseries du Cameroun à Bali. Chaque responsable se bat à son niveau pour que la marche sportive du 13 mai 2012 soit une réussite.

 

Au service de la communication des S.A.B.C, un autre pôle important dans l’organisation de l’évènement, Vanessa Nana reçoit  des journalistes qui viennent se renseigner sur le déroulement de cette marche.  «Le programme qu’il y a dans le dossier de presse que vous avez reçu est valable pour toutes les régions. Et, les journalistes présents dans  les différentes régions devront se rapprocher des responsables  de chaque  région pour savoir  le lieu de rassemblement et surtout le trajet à parcourir.» précise t-elle. Avant d’ajouter .que, «à Douala le rassemblement à lieu à 6h 30 devant  la direction des  brasseries du Cameroun à Bali» 

 

Fidèle à la théorie selon  laquelle,un esprit saint doit loger dans un corps saint, les brasseries du Cameroun à partir de la 7ème édition de la journée sportive qu’elles organisent ont pour ambition de botter hors de cette entreprise toutes les maladies cardiovasculaires qui peuvent menacer ses employés. D’où le thème «tous ensemble contre les maladies cardio-vasculaires»  

La santé étant le meilleur des biens qu’un homme peut avoir, les brasseries ont compris que pour rester saint, il faut pratiquer régulièrement du sport. Car, cela permet d’éviter les maladies telles l’hypertensions artérielles, le diabète, les cancers et autres maladies.

Pendant cette journée sportive, l’entreprise entend  pareillement partager avec le public présent ses valeurs et renforcer l’esprit d’équipe.

Pour faire reculer d’un cran les maladies cardiovasculaires au sein de cette entreprise brassicole, Des campagnes de sensibilisation  du personnel contre cette maladie sont organisées de même et  que des campagnes de dépistage gratuit. S’agissant de la marche sportive, le rassemblement est prévu devant la direction générale des brasseries à Bali. Et la marche se fera sur une distance de 12km. Pour la réussite de cet évènement, des moniteurs des sports, des médecins et des ambulanciers ont été mobilisés pour encadrer la marche. Apprend-on.

 

Herve Villard Njiélé

 

 

 

Voir les commentaires

Mœurs : Le père violeur désormais à New-Bell

11 Mai 2012, 15:12pm

Publié par Hervé Villard

Mœurs : Le père violeur désormais à New-Bell

 

Selon des informations  de sources policières, Roger Claude Grégoire Tambour Bitchoka sera transféré à la prison centrale  de New-Bell ce jour. Il sera placé  en détention préventive en attendant le jour du jugement.

     

 

Roger Claude Grégoire Tambour Bitchoka va désormais méditer son sors dans les geôles de la prison centrale de New-Bell.  Déféré au parquet du Tribunal de grande instance (Tgi) du Wouri de Douala le  mardi, 8 mai 2012 aux environs de 10h, pour répondre des accusations de viol porté contre lui par sa fille Jacqueline Elsa II Nyate, il sera transféré au  pénitencier de New-Bell ce jour. Ceci après avoir séjourné  pendant près d’une semaine dans les cellules de ce tribunal.  Roger Claude Grégoire Tambour Bitchoka qui a passé près de deux semaines dans les cellules du commissariat du 3ème arrondissement, après la plainte portée contre lui par sa fille, nie  en bloc les accusations portées contre lui.

Selon ce dernier, c’est une forme de manipulation. « Ma fille ne réalise que les menaces qu’elle a toujours proféré en mon endroit pour n’avoir pas bénéficié des mêmes encadrements que mes autres fils » clame-t-il du fond de sa cellule.

 

A en croire ce dernier qui déclare avoir presque tout fait pour  l’encadrement et l’éducation des sa fille depuis  l'âge de 13 ans, tout ce dont on l’accuse n’est qu’un tissu de mensonge. Un mensonge bien construit par sa fille et la bienfaitrice qui l’héberge depuis le déclenchement de cette affaire, qui défraie la chronique depuis quelques jours dans la ville de Douala.  

 

En 2002, il vient alors de faire la rencontre de sa fille déjà âgée de 13ans. Raconte-t-il. Depuis qu’elle a été conçue, sa mère très capricieuse est partie sans crier gare. C’est à l’âge de 13ans  que cette dernière lui ramène  sa progéniture et l’abandonne pour aller en aventure dans un pays étranger. «Elle est arrivé chez moi quand elle faisait la classe de CE1. Je l’ai envoyé à l’école jusqu’à la classe de CM1 pour qu’elle se rattrape sur le plan scolaire. Elle a fait l’école catholique St Gérard. Par la suite, je l’ai envoyé se former dans plusieurs centres de formation parmi lesquels Elite Fashion qui fait dans l’esthétique » rapporte-t-il

 

 

Selon celui qui déclare du fond de sa cellule il s’est battu  pendant  10 ans pour offrir le meilleur à sa fille, il lui a presque tout appris« J’ai appris ma fille à tout faire, même à compter ses cycle menstruel. Je me suis battu pour son épanouissement. Grâce à moi, elle a participé à Star de demain. Elle a participé pour la première fois à une émission de mode à la télé Stv. Est-ce qu’un parent qui séquestre sa fille peut lui permettre tout ce genre de chose là » Avant  de poursuivre « même là où elle travaille actuellement, c’est après une formation que j’ai payé  qu’elle a pu faire cela.  Je lui ai payé un salon d’une valeur de  quatre millions à Akwa. Elle veut que j’abandonne 24 autres enfants pour elle, ce n’est pas possible. En fait, je suis un chef de famille. Chez nous, on  ne renie personne. Je sais que avec le temps, elle va éprouver du remord, ensuite le moment du pardon va arriver et elle va chercher à se racheter. Puisqu’elle déclare que je l’ai violée pendant 10ans, ça veut dire qu’elle connait la particularité de ma sexualité. Je  la  mets au défit. Si elle peut donner si elle peut donner cette particularité.  Je suis inculpé pour attouchement sexuel et elle a demandé un dommage et intérêt d’une valeur d’un million, il n y a pas de problème l’affaire sera jugée et il faudra qu’elle apporte les preuves» affirme-t-il.

 

Ces déclarations sont totalement contraires à celle de  Elsa II jacqueline Nyate, la jeune fille de 24 ans qui déclare avoir été violée pendant 10 ans par son père. Selon cette dernière qui est actuellement hébergé par une bienfaitrice qui a requis l’anonymat, c’est à l’âge de 13ans que son père a commence à faire des attouchements sexuels sur elle. Et à partir de 14ans, ce dernier a couché effectivement avec qu’elle  jusqu’à ce que le pos au rose soit découvert par sa matrone

 

« Entre l'âge de14 ans et 24 ans, mon père n'a cessé d'avoir des rapports sexuels avec moi. J'étais devenue sa femme et je dormais avec lui. Tous les matins, avant que mes petites sœurs n'aillent à l'école, mon père entre aux toilettes, les surveille quand elles prennent leur bain, vérifie nos menstrues, met nos garnitures, nous épile. Il fait des attouchements à mes sœurs cadettes et veille à ce qu'aucun homme ne s'approche de nous», relaie la jeune fille. Avant de poursuivre. « J’ai supporté tout cela parce que  ce n’était pas un sujet facile à en parler. Et je me disais bien, qu’est ce que les gens vont penser qu’est ce que les gens vont dire quand ils vont apprendre ça. Je ne savais pas comment procéder pour les plaintes et pour les autres. Même maintenant que l’histoire est connue, on m’a plutôt aidé  à faire la plainte. » Déclare-t-elle. A la question de savoir pourquoi elle n’a pas fuit pour se refugier chez un membre de la famille, Elsa la présumé victime dans cette affaire, déclare qu’à chaque fois qu’elle essayait de s’enfuir, son père venait la chercher. « Je me suis refugié à plusieurs reprises chez mon oncle jean parfait Mengue et celui-ci me ramenait toujours à la maison. Je n’ai pas eu le courage de lui dire. J’avais une peur terrible. Puisqu’il m’a fait savoir que si je parle je dois mourir.» affirme-t-elle.  Selon Elsa qui vient selon ses dires d’être libérée d’un calvaire qui n’avait que trop duré, son père était un véritable bourreau pour elle. « Il menaçait tous les garçons qui venaient me chercher. Il a cassé la bouteille un jour sur la tête d’un camarade » affirme-t-elle.

Aveux

Selon des informations,  c’est Roger Claude Grégoire Tambour Bitchoka lui-même en personne  qui ébruite l’affaire. A la recherche de sa fille qui selon lui a porté disparu depuis 3 jours, il se rend chez sa matrone au quartier Bali pour savoir où se trouve sa fille.  Ses déclarations créant de la suspicion, sa fille Elsa sous la pression va en fin révéler l’affaire.  

 

  «C'est son père qui le 22 avril 2012, vient se livrer à moi. Il me dit que sa fille a disparu depuis trois jours. Il me parle de son cycle menstruel, des pilules qu'il lui fait prendre. Ce que je trouve très curieux» explique celle qui héberge actuellement Elsa II Jacqueline Nyatè. Après avoir mené ses recherches, la patronne parvient à retrouver son employée Elsa qui finit par se confier en sanglots, ce, après trois jours de négociation. Elle confie alors à son employeur, la voix tremblante et en larme, qu'elle est violée par son père. Et que celui-ci la proposait  à des hommes nantis  contre quelques billets de banque. « Il m’a confié à un de ses amis en disant qu’il allait m’épouser. Après chaque fois que je rentrais de chez lui, il prenait tout l’argent qu’on m’avait donné. Quand il me faisait l’amour, après l'acte sexuel, il m'obligeait à uriner sur lui et il s'en oignait le corps avec et en buvait. Mon père ne cessait de me dire qu'il est chef à Dschang, qu'il me donne ainsi la bénédiction et que personne ne me croirait si je me plaignais...» déclarait –elle.

 

Selon Elsa qui ne bénéficie que du soutient de sa bienfaitrice, toute sa famille est contre elle, sa maman aussi. Ils la menacent de retirer sa plainte. Sa matrone aussi déclare être menacée depuis le déclanchement de cette affaire. Selon cette dernière, Ses interlocuteurs ne cessent de lui proférer des menaces de mort et même d'incendier son commerce. L’Affaire étant désormais  en justice, seul le verdict des juges viendra clarifier cette affaire.

 

 

Hervé Villard Njiélé

 

 

Voir les commentaires

Affaire Scdp : Nguini Effa et Cie renvoyés au 23 mai 2012

11 Mai 2012, 15:06pm

Publié par Hervé Villard

 

C’est ce qui ressort de l’audience du procès tenue hier jeudi 10 mai  2012 au tribunal de grande instance du Wouri à Douala.

L’ex-directeur général de la Société camerounaise des dépôts pétroliers, Scdp, et quelques uns de ses collaborateurs, Makongo Gueye, Jean Onana Adzi, Kisito Bogne Ondoua, Théodore Toko Dikongue, Marc Thierry Etoundi et James Ngoubè Moukoko, tous coaccusés dans une affaire de détournement des deniers publics estimés à près de deux milliards de Fcfa, verront l’examen de leur sort à la prochaine audience fixée au 23 mai 2012.  Enrôlée au greffe du tribunal de grande instance de Bonanjo hier, tous ceux qui se sont déplacés pour suivre la suite de cette affaire qui fait partie des procès de l’opération épervier n’ont presque rien eu à se mettre sous la dent. Pendant les plus de deux heures qu’à durée la plaidoirie, rien n’a filtré au finish. Les discussions ne se sont pour la plus part déroulées que sur la méthodologie d’interrogation des témoins. Pour les uns, il fallait entendre les temoins au même moment. C'est-à-dire faire l’examination et la cross examination au même moment et pour les autres il fallait d’abord finir l’examination in chief et que la cross examination interviendra plus tard. Las d’écouter cette discussion qui n’en finissait pas, les juges ont renvoyé les deux parties à aller s’entendre sur la méthodologie çà suivre. L’affaire a été reportée au 23 mai 2012.

Ouvert pour la première fois le lundi 21 mars 2011 au tribunal de grande instance du Wouri le procès de la Société camerounaise des dépôts pétroliers (Scdp) contre Nguini Effa et compagnie n’avait duré que quelques minutes. Le public attend avec impatience le verdict de cette affaire.

 

Hervé Villard Njiélé.

Voir les commentaires

Affaire Albatros: Atangana Mébara et Compagnie déclarés non coupables

7 Mai 2012, 21:01pm

Publié par Hervé Villard

 

 Le verdict a été rendu jeudi 3 mai 2012 au  soir  par le tribunal de grande instance  du Mfoundi

 

Au moment où nous allions sous presse jeudi 3 mai 2012, nous avons  appris de source fiable que  Atangana Mébara, Gérôme Mendounga et Otélé Essomba ont été acquittés des chefs d’accusation qui pesaient sur eux.

Enrôlé au tribunal de grande instance du Mfoundi  depuis le mercredi 2 mai  2012, cette affaire qui fait les choux gras de la presse  depuis son déclenchement vient  de prendre un virage inattendu au profit des mis en cause.

 Trois chefs d’accusations pesaient sur eux au moment de leur arrestation. Il  était  reproché à Atangana Mebara, Mendouga Gérôme, Otélé Essomba et Kevin J. Walls, le détournement en coaction de la somme de 29.000.000 dollars américains, soit environ 19.500.000.000 Fcfa. Cette somme d’argent avait été versée à Gia International Inc. Corporation pour l’acquisition d’un aéronef neuf de marque « BBJ-2 » auprès de la compagnie Boeing.

La deuxième infraction concernait le détournement de deniers publics en coaction d’une somme de 1.500.000.000 Fcfa imputée à Atangana Mebara, Otélé Essomba, Kevin J. Walls et autres. Cette somme avait été virée par la Société nationale des hydrocarbures (Snh) dans le compte de la société APM pour payer des arriérés de loyers dus par Cameroon Airlines à Ansett World Wide. Enfin, le troisième chef d’accusation portait  sur le détournement en coaction de la somme de 121.580.181Fcfa, reproché à Atangana Mebara, Mendouga Gérôme et à d’autres individus non encore identifiés. .

Arrêté successivement le 2 août 2008, Atangana Mébara, Gérôme Mendounga et Otélé Essomba  qui ont passé  un peu plus de quatre années derrière les geôles, commencent grâce au verdict  du Tgi du Mfoundi annoncé hier à  nourrir l’espoir d’être définitivement acquitté dans cette affaire.

 

Hervé Villard Njiélé.

Voir les commentaires