Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

actualite

Top Match Union-Bamboutos; Les prix d'entrée au stade de la Réunification doublés

10 Mai 2017, 19:06pm

Publié par Hervé Villard

A l’occasion du top match de la 14ème journée opposant Union de Douala à Bamboutos de Mbouda ce dimanche au stade de la Réunification de Bépanda, retour les prix d’entrée au stade de la Réunification ont été doublés
 

La ligue professionnelle du football du Cameroun vient de revoir ses prix d’entrée au stade. A l’occasion du top match de la  14ème journée de la Ligue1 opposant Union de Douala à Bamboutos de Mbouda au stade de la réunification de Douala,  les amoureux du ballon rond devront  débourser pour une place au virage 1000fcfa au lieu de 500 francs comme par le passé, 2000 fcfa au lieu de 1000 fcfa pour les tribunes latérales et 3000fcfa au lieu de 2000 fcfa par la tribune d’honneur.
 D’après le communiqué signé par Thérèse Manguele le secrétaire général de la Ligue professionnelle de football du Cameroun, tous les supporteurs sont contraints de se soumettre à cette décision.
Cependant, aucune raison particulière ne justifie la décision prise par la Lfpc puisque, le stade de la Réunification reste toujours, sans  chaises dans  les  gradins, sans toilettes pour les visiteurs. En cas de pluie même ceux qui se trouvent dans la tribune présidentielle seront mouillés puisque la toiture perforée est une passoire géante. Bref, aucun réaménagement du stade n’a été fait.
Selon un responsable de la LFpc , c’est la qualité de l’affiche du jour qui justifie cela. «Le prix est circonstanciel. Il n’y a pas de réaménagement particulier mais, la  Lfpc s’est basé sur la ferveur de la rencontre et l’émotion que les joueurs vont transmettre pour fixer ce prix», déclare-t-il
Par ce même communiqué signe ce mardi 9 mai 2017, la Lfpc annonce le retour officiel de son sponsor majeur Mtn Cameroon, dans le championnat national.
Hervé Villard Njiélé

 

Voir les commentaires

Culture; Les Bankondjis ont leur nouveau roi

9 Mai 2017, 18:10pm

Publié par Hervé Villard

Austere Durand Moumi  a été choisi parmi les nombreux princes de ce village pour succéder à sa majesté Moumi II Jérôme, décédé des suites de maladie.

 

Fin de suspens pour l’ensemble du peuple Bankondji village du département du Haut-Nkam région de l’Ouest Cameroun. Le village sans roi plusieurs mois  après  le décès de sa majesté Moumi II Jérôme a aujourd’hui a un nouveau roi. Austère Durand Moumi le nouveau chef  Bakondji a été désigné selon les rouages de la tradition le dimanche 16 avril 2017, au cours des funérailles du défunt chef décédé il y a quelques mois des  suites de maladie. Pour cette grande cérémonie qui a réuni les Bankondjis d’ici et d’ailleurs, la cour royale a fait son plein d’œuf.

Voir les commentaires

Timef2017: L'Ajsc Littoral remporte de la 15ème édition

8 Mai 2017, 14:03pm

Publié par Hervé Villard

L’équipe des journalistes sportifs de la région du Littoral a battu celle du Sud ouest lors de la finale de ce tournoi joué au community Field stadium de Limbé

 

Les lampions se sont éteints sur la 15ème édition du tournoi inter medias de football qui s’est tenu à Limbé du 5 au 6 mai 2017. L’association des  journalistes sportifs du Cameroun(Ajsc) coordination du Littoral a été sacrée  championne de cette compétition qui n’a regroupé que quatre équipes cette 

édition. Les autres annoncées ayant désisté à la dernière minute. Croisant l’Ajsc coordination du Sud-Ouest en finale de ce tournoi regroupant l’ensemble des journalistes sportifs du Cameroun, l’équipe de la région du Littoral a arraché le trophée lors de l’épreuve fatidique des tirs au but. Ceci après un match nul de zéro but  partout dans le temps règlementaire (5-4).

 

Malheureux finaliste de la 14ème édition de ce tournoi joué à Bagangté en 2016, l’Ajsc Littoral qui était tombé au tir au but devant l’équipe de l’Action a sauvé la face. Elle vient ainsi d’ajouter un autre trophée dans son armoire. En plus du trophée de champion remporté, l’Ajsc a également dans sa besace le trophée de meilleur buteur du tournoi. Une chose qui n’a pas laissé indifférents le coach  Rosalie Ayissi très heureuse. «On revient vraiment de loin. Bravo aux gars pour le travail abattu. Vous savez l’Ajsc Littoral a remporté son premier trophée au Timef à Limbé. J’avais dit au joueur au départ de Douala qu’on venait remporter notre second titre ici et on l’a fait On est content», déclare-t-elle le sourire au coin.

C’est le même sentiment qui a animé David Eyengue le président de la coordination régionale de l’Ajsc et par ailleurs capitaine de son équipe de football. Très ému au moment de la remise du trophée, il n’a pas manqué de partager ce moment de joie  avec tous ses membres. Des cris de joie, des chants de victoire et surtout une séance photo avec le trophée ont ponctué ce moment magique de la compétition.

Surprise générale

 

En effet, personne n’attendait l’Ajsc Littoral à ce niveau de la compétition. Car, elle a connu un début de tournoi difficile. Après un match nul face à l’Ajsc Sud-Ouest son adversaire en finale, un second match nul (2-2) face à l’Ajsc Centre, l’Ajsc Littoral a battu in extremis l’équipe du journal l’Action (1-0) pour arracher une place en finale.

 

Au moment de remettre les prix glanés au cours de la 15ème édition de ce tournoi Inter médias, le sénateur Mbella Moki Charles, le représentant de la Fédération camerounaise de football (fecafoot) qui a présidé la finale a encouragé l’initiative. Après avoir félicité les champions, il a remis de manière  symbolique, la somme de 500 000 francs cfa au comité d’organisation et 20 mille  francs de prime d’encouragement à chaque équipe participante. En plus du trophée de vice champion, l’Ajsc Sud-Ouest a reçu le trophée de meilleur joueur du tournoi. L’Ajsc Littoral a prolongé la fête au Seme beach hôtel leur partenaire pour ce tournoi. Toute l’équipe a partagé un pot avec la direction général heureuse d’avoir hébergé les champions. Le  rendez-vous a été pris pour  la 16ème édition  de cette compétition l’année prochaine. Il faut dire que  ce tournoi a été parrainé par  l'entreprise Dangoté.

 

 

 

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Douala: Un soldat du Bir tue deux  prostituées au carrefour Elf

1 Mai 2017, 19:48pm

Publié par Hervé Villard

La petite sœur de Monique Koumatekel la jeune dame enceinte éventrée à l’hôpital  Laquintinie le 30 avril 2016 dernier  parmi les  victimes de ce drame  qui  s’est déroulée dans la nuit du 27 au 28 avril dernier dans un snack bars au carrefour Nelson Mandela.
Une photo des soldats du BirLa nouvelle fait grand bruit dans la ville de Douala et précisément dans  l’arrondissement de Douala 3ème. On ne peut faire un pas sans l’entendre. Dans les salons de coiffure, les  gargotes du coin et même  dans les  taxis, le sujet est au menu des conversations. Au carrefour Elf  plu  connus sur le nom « Carrefour j’ai raté ma vie », personne ne veut se prononcer  officiellement sur ce qui s’est passé. C’est pratiquement une peur bleue qui hante les  populations. Car ce qui s’est passé sort de  l’ordinaire.
 Selon des informations recueillies à bonnes sources, dans la nuit du 27 au 28 avril 2017 derniers, des  éléments du Bir après une mission à Douala sont venus se distraire au carrefour Nelson Mandela. Habillés en civil, les quatre militaires se sont mis à boire des bières dans une gargote du coin. Aux environs de trois heures, l’un d’entre le soldat de deuxième classe Winga Goulotte Daniel est allé assouvir son désir sexuel avec une  belle de  nuit.   Le  prix  du « coup » négocié à 1000 fcfa, après avoir pris son pied, le militaire  sort de sa  poche  un billet 10.000fcfa pour régler la note. Il se pose donc un problème de monnaie. Fâchée cette dernière envoie quelqu’un faire la monnaie mais veut continuer son activité sans avoir remboursé le militaire, son précédent client. Celui-ci s’y oppose. Des éclats de voies se font entendre. Kouakeu  Djoun Ariane la belle de nuit courroucée, alerte alors ses congénères prostitués.  Ces dernières accourent rapidement et comme un essaim d’abeilles, se ruent sur le jeune soldat. C’est  alors que tout dégénère. Pendant  la  rixe  qui va  s’en suivre,  il va  faire usage de son poignard et blesser mortellement deux femmes et grièvement une  troisième. Il s’agit de Dividaz  Gourda Grâce âgée de 23ans et de Banibek Rose Alida la petite  sœur  de  Monike  Koumatekel porteuse d’une  grossesse de 8 mois  deux  semaines.
une belle de nuit
Selon les  rapports  de la gendarmerie, cette  dernière qui  n’est autre  que la sœur cadette de Monique  Koumatekel décédé le 30 avril 2016,  a reçu  un coup de  poignard  au niveau du cou qui est ressorti par  la gorge. La  troisième victime Kouakeu  Djoun Ariane à l’origine de  la dispute s’en sort  avec plusieurs  entailles sur  le  corps et  les doigts  presqu’emputés. Elle est sous  soins intensifs.
 Quant aux  militaires, responsables de cette agression, ils ont été  interpelés et gardés à vue à l’Etat major de la  légion de gendarmerie du Littoral. Il s’agit du Caporal Anaba OnanaAlain  Henri, les soldats de  deuxièmes classe Nkoa Ferdinand et Wang Namou et le deuxième classe Winga Goulotte hauteur de cette rixe mortelle. Une enquête a été ouverte
 
Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Douala: Une vingtaine de bars scellés et près de 70 personnes interpellées au Carrefour Elf

1 Mai 2017, 18:02pm

Publié par Hervé Villard

"On va multiplier  cette action dans tous  les quartiers de Douala 3ème"L’agression mortelle de deux belles de nuit au carrefour Nelson Mandela à l’origine de cette  décision de l’adjoint au sous préfet de Douala 3ème survenu dans la nuit du 28 au 29 avril 2017

C’est une ambiance relativement calme qui règne au Carrefour Nelson Mandela à village plus connu sous l’appellation "carrefour j’ai raté ma vie". Certains amoureux de ce quartier où se déroulent des activités dangereuses parmi lesquelles la prostitution et la vente  des stupéfiants, sont assis sur quelques chaises le long de la voie publique et dégustent tranquillement quelques  boissons. Ces derniers discutent autour de la descente musclée  des  autorités de l’arrondissement de Douala 3ème dans ce carrefour et sur la fermeture des  bars et snacks bars du coin.
En effet, dans la nuit du 28 au 29 avril 2017 aux environs de une heure la nuit, les éléments des  forces  de  l’ordre sont descendues dans ce carrefour et ont procédé à la fermeture des débits  de  boisson et snacks bars. Pendant cette opération qui s’est achevé  aux environs de 5h du matin, plusieurs  individus non identifiés trouvés sur les lieux ont aussi été interpellés. Comme bilan de cette opération, près  de 22  bars et snacks bars et ventes à emporter ont été scellés sur  haute  instruction du préfet du Wouri et  près de  70 personnes  interpellées.
 Parmi les bars et snack bars les plus réputés de ce carrefour scellés, on compte, «le printemps grand», « Guichet Unique», «Le printemps plus» pour ne  citer  que  ceux-ci.  Sur les  différentes  portes d’entrée de ces  différents snacks, étaient apposés des  scellées
 D’après  Eugène Dimbele Boui l’adjoint au sous préfet de  Douala 3ème descendu sur le  terrain,  les  débits de boisson ont été  scellés pour nuisance  sonore et  fermeture tardive. «La descente  que  nous  avons  menée dans la  nuit au 29 avril  2017 rentre  dans  le  cadre  des descentes  de routines  visant contrôler le fonctionnement des  débits de boisson dans  notre  territoire de commandement. Suivant l’instruction de monsieur le préfet du département du Wouri, nous sommes allés sur les lieux de une  heure a cinq heures .et  nous avons constaté que tous ces débits de boisson fonctionnent tous en marge de la réglementation. Ils ne respectent pas les  heures de  fermetures. Conformément à la réglementation en vigueur. Elles  doivent être fermées à minuit. Tous ces  établissements étaient tous ouverts à c moment-là. Parallèlement, nous  avons interpellé des individus  pour production des activités dangereuses. Ils ont tout simplement été conduits dans les brigades de gendarmeries de Nilon et de Bakoko pour exploitation», déclare le sous préfet rencontré par le reporter de La Nouvelle Expression. Parmi  les personnes interpellées, on signale des repris de justice, des  personnes  recherchées et des récidivistes.
 
Selon des informations, l’action menée  au carrefour  Nelson Mandela va s’étendre à d’autres  points chauds de l’arrondissement de Douala 3ème. L’objectif  apprend-on est de débusquer  les malfaiteurs, limiter la nuisance sonores pour permettre aux élèves de bien réviser leur leçon et préparer sereinement les examens de fin d’année.
Herve Villard Njiélé

Voir les commentaires

Interview;Minkréo  Birwe:«On peut continuer à rêver tout en restant réaliste, On n’a plus les mêmes hommes qu’en 2009»

28 Avril 2017, 14:48pm

Publié par Hervé Villard

Entraîneur principal de Coton sport de Garoua, Minkréo  Birwe commente le tirage au sort de la phase de poule de la Ligue africaine des champions. Dans une interview accordée à La Nouvelle Expression, il apprécie les  chances de qualification de l’équipe  camerounaise.
 
 
Le tirage au sort de la phase de poule de la Ligue africaine des champions. Quelles appréciations faites-vous de la poule de Coton sport taxée de difficile ?
Je ne sais si cette poule est plus difficile que les autres. Les 16 équipes qualifiées pour cette  phase de poules sont pratiquement  les  meilleures  équipes  du continent. Donc nous  étions  préparés à tomber dans une poule difficile. Je ne pense pas que notre poule soit plus difficile que les  trois autres. C’est vrai que nous avons un adversaire comme al Alhy du Caire un habitué et est même le recordman dans cette compétition. Mais de l’autre  coté  aussi, il y a des équipes  comme le Mamelodi Sundowns, le Zamaleck, l’Union des mouvements sportifs d’Alger qui méritent quand même  beaucoup de respect. Vous savez avant le tirage, il y avait des pots où des chapeaux qui étaient constitués. Nous  étions  logés pratiquement au troisième pot. Cela veut dire que par rapport aux autres, nous sommes moins cotés et ce n’est pas un fait de hasard. Car, depuis plusieurs  années, nous n’avons pas  accéder à ce niveau de la compétition.Nous sommes  conscients de notre statut d’outsiders et nous allons dans cette compétition avec  confiance, avec la plus grande humilité possible, et la sensation de pouvoir créer  la surprise.
Au vu des dernières performances de Coton sport de Garoua dans notre championnat, ya-t-il un coup à jouer?
 Si on s’en tient aux résultats en championnat, je dirai non. Parce que  nous  sommes au milieu du championnat, les  résultats  ne  suivent pas. Mais, nous  restons cependant optimistes puisque  cette  situation  va  constituer pour nous  une motivation supplémentaire. Cela  va nous pousser à redoubler d’ardeur et à prendre conscience qu’il y a encore beaucoup d’efforts à faire pour aborder cette  compétition au niveau  africain. Il y a encore des petits réglages à faire et on pense qu’avant le  début de cette  compétition, ces  petits réglages seront faits.
 Coton sport de Garoua a toujours  joué les premiers rôles dans le championnat local qu’est ce qui justifie la contre performance d’aujourd’hui ?
 Ce que nous vivons là c’est la conséquence de la fin de la saison dernière. L’équipe a eu beaucoup de difficulté à terminer le championnat malgré  la place honorable de vice champion. Le  club  n’a pas  pu  avoir  les joueurs qu’il avait  ciblés faute de moyens financiers. Les joueurs cadres qui étaient là  sont partis et on se retrouve handicapé en qualité  mais  aussi en  nombre. La politique du club s’est  d’orientée  vers le recrutement des jeunes  issus du centre de formation. Et cela  va prendre du temps. Ce sont des jeunes qui découvrent la compétition. Moi-même aussi responsable technique en chef, je suis venu trouver une équipe  qui était déjà constituée. Maintenant il faut un temps d’adaptation  et cela dure un peu. On aurait souhaité que ce temps soit court. Mais, on va travailler pour que  les résultats reviennent plus vite et réoccuper la position que l’on occupait dans ce championnat.
 Cela fait plusieurs saisons que Coton n’a pas atteint ce niveau de la  compétition. Est-ce que vous n’avez pas envie de rééditer l’exploit de  2009 ?
 Non.  Je voudrais être  réaliste. Ça fait plusieurs  années qu’on n’a pas atteint ce niveau de la compétition. Le premier rêve était d’arriver à ce niveau. Nous  l’avons  fait. Maintenant, on peut continuer à rêver tout en restant réaliste. On  peut créer la surprise mais, on voudrait rester dans  notre  posture d’outsiders. On ne voudrait pas se mettre la pression de réaliser la prestation de 2008 -2009. On n’a plus les mêmes hommes. Pour  vous  faire  la  confidence on a que deux  joueurs  qui ont déjà  fait cette  compétition, il s’agit de Douada Kamilou et le capitaine Souleymanou Moussa. Les autres y compris moi découvrons la compétition. Nous n’avons pas encore  joué à ce niveau.
Interview réalisée par Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Ligue des Champions : Coton sport face à son destin

28 Avril 2017, 12:53pm

Publié par Hervé Villard

Le tirage au sort de la phase de poule de la ligue des champions réalisé au Caire ce mercredi 26 avril 2017 a révélé  les adversaires de Coton sport de Garoua seul représentant du Cameroun dans cette compétition.

 

La phase de poule de la Ligue africaine des champions ne s’annoncent pas  facile pour Coton sport de Garoua, le seul club camerounais encore en  compétition en coupe  africaine. D’après les informations, le club de la ville de Garoua devra cravacher dur pour se démarquer à cette étape de la déterminante pour la phase finale de la Ligue africaine des champions. Car à l’issue des tirages au sort de la phase de poule, le club de la région du Nord hérite de la  poule D constituée d’Al Ahly du Caire, de Widad athletic club du Maroc, et le Zanaco de Zambie. Des adversaires pas du tout faciles à manœuvrer. Il va  falloir à l’équipe que dirige désormais l’entraîneur  de l’équipe  nationale de football féminin des moins de 17 ans Minkréo  Birwe, beaucoup d’effort et  d’abnégation pour  sortir  parmi les  meilleures dans cette poule.
Pour le coach Monthé entraîneur de Pwd de Bamenda club de ligue 2,  c’est  une  mission périlleuse pour le représentant camerounais. «Je pense que nous  pouvons  souhaiter  une  bonne  chance à notre  équipe Coton sport de Garoua. Mais du point de vue objectif, notre équipe est mal barrée parce que les équipes magrébines sont des  équipes très  expérimentées avec  des gros budgets  et un   championnat  largement au dessus de la  notre. Quand  vous  regardez  un peu  le traitement salarial et contractuel au niveau d’Al Alhy ou de Raja de Casablanca, c’est nettement au dessus du championnat camerounais.  S’agissant de  l’équipe  zambienne,  je  pense que  c’est  là  où  Coton sport  peu  un peu s’exprimer parce que la Zambie n’est  pas  trop au dessus  de nous. Techniquement, ce sont des joueurs trop rapides et mieux organisés que nous», affirme-t-il.
 D’après celui qui pense que l’exploit de Coton Sport de Garoua dans cette  poule va relever de l’extraordinaire, l’équipe  actuel de Coton  ne  fait pas  rêver. Car, elle  n’a les ni les joueurs ni les performances des années 2008-2009. «Avec tout ce qui s’est passé au sein de cette équipe comme réajustement structurel au courant de cette année ne peut pas faire d’elle  une  machine de  guerre. Coton a réussit  l’exploit de se qualifier pour les  phases  de  poule. Mais  quand  vous  regarder l’équipe  d’aujourd’hui, elle  n’a rien de coton il y a  8 ou  10 ans. Pour  moi  c’est  l’équipe  la moins  favorite. En tant que  Camerounais on  lui  souhaite  bonne  chance, mais  avec  l’œil d’un technicien, il faut dire que Coton  n’a plus de joueurs de cran. Coton ne fait plus peur. Avant elle gagnait à domicile et à  l’extérieur. Mais aujourd’hui,  ce n’est plus ça. Ce n’est plus cette  grosse machine avec de gros  budget.  L’équipe peine à asseoir son autorité  dans  le  championnat », rajoute  le coach Monthé .
Espoir
Si  d’après  le tirage au sors, le sort de l’équipe du Nord Semble scellé, il y a quand même des raisons d’espérer. Car, en football la balle est ronde  et l’équipe  camerounaise peut créer la surprise. « On a vu  l’équipe  nationale du Cameroun  dont  nul ne  vendait la  peau cher en coupe  d’Afrique des nations Gabon 2017 remporter  le tournoi, Coton peut faire sensation on ne sait jamais», affirme  très stoïque un  joueur de  l’équipe  sous anonymat. Ce dernier  pense d’ailleurs qu’ils ont leur chance à jouer et ils  le joueront sur le terrain.  Comme son entraîneur Minkréo  Birwe,  «le statut d’outsiders de Coton sport sera un atout  pour  nous », déclare ce dernier.  Lors du tirage au sors, le club de la région du Nord était logé dans le pot 3 en position D3. La phase de groupe débute le 12 mai 2017 prochain.
Hervé Villard Njiélé
Résultats complets du tirage
Groupe A : Etoile du Sahel, El Hilal, El Merreick, Ferroviaro Beira
Groupe B : Zamalek, USM Alger, Ahli Tripoli, Caps United
Groupe C : Mamelodi Sundowns, Esperance de Tunis, AS Vita, Saint-George
Groupe D : Al Ahly, Wydad Athletic Club, Coton Sport,  Zanaco

Voir les commentaires

Afro Basket 2017: La  délocalisation influe sur la préparation des équipes

28 Avril 2017, 11:54am

Publié par Hervé Villard

En plus du Cameroun qui doit  revoir certaines  lignes de son budget  et son programme de préparation, les autres pays prenant part à cette compétition sont obligés de revoir leur  chronogramme de préparation.

La nouvelle est tombée il y a quelques jours comme un couperet. L’afrobasket 2017 prévu se au Congo Brazzaville se tiendra plutôt en Angola du 19 au le 30 aout 2017. Selon la  Fédération internationale de Basketball zone Afrique (Fiba) qui a rendu public cette information, le Pays de Sazou Nguesso n’est pas prêt pour accueillir la compétition. C’est pourquoi ils ont décidé pour la réussite du seul tournoi majeur de promotion du basketball  masculin en Afrique de l’organiser en Angola. Le choix de l'Angola est intervenu après une réunion tenue vendredi à Bamako entre la Fédération Angolaise de Basketball et l’Exécutif de Fiba Afrique

 Selon Alexie Siewe  Expert Fiba qui soutien cette délocalisation, après l’organisation des  jeux africain, organisation qui nécessite la mise sur pied de moyens  colossaux,  la République  démocratique du Congo n’était plus à même de supporter l’organisation d’une aussi  importante compétition comme l’Afrobasket 2017. Pis encore, après les élections  présidentielles ayant mobilisé une très grande énergie chez tous les Congolais, le pays ne pouvait pas supporter  l’organisation de la plus belle compétition africaine de basketball. «On a  confié  l’organisation à l’Angola  parce que  le pays  a une  grosse  expérience. Elle est une  nation de basketball. Car a remporté la coupe d’Afrique à plusieurs reprises. Elle a des infrastructures sportives. Avant de lui confier l’organisation de l’Afrobasket 2017, la Fiba s’est rassuré que toutes les conditions sont réunies. Il n’ya  pas des  raisons de  s’inquiéter », rassure Alexis  Siewe  Expert  à la  Fédération Internationale de Basketball pour l’Afrique.
 Perturbation
Si la délocalisation de cette compétition arrange les a affaires de l’instance faitière du Basketball africain qui pense d’abord à sauver la tenue du tournoi, il faut dire que cette  décision  a  des conséquences sur  les  seize équipes  prenant  part à cette compétition.  Car en plus de revoir à la hausse leur  budget, les différentes  fédérations doivent revoir  les lieux de  préparation de cette compétition. «Il y a des modifications qui doivent être faites à cause de cette délocalisation de site. Ce qui n’est que normale. Il y a des modifications liées au climat. Parce que le climat qu’il fait au Congo était un climat proche de celui du Cameroun. Maintenant, il faut commencer à réfléchir sur le climat qu’il fait en Angola à partir du mois d’aout et réfléchir sur les stratégies d’acclimatation», déclare Camille Njoh Ekitti le secrétaire  générale de la fédération camerounaise de basketball. Mieux encore, ajoute le Camerounais, il faudra revoir quelques lignes du budget de la compétition et choisir les sites pour les  équipes. «Certains sites d’hébergement et d’entrainement avaient été choisis Ces sites prenaient aussi en compte la présence des supporters. Maintenant le changement est en train de nous faire changer le cap », ajoute-t-il.
 D’après Alexis Siewe qui minimise ses perturbations, le Congo et l’Angola  sont des  pays  voisins et dans le même pays règne le même climat. « Le seul problème c’est la  réactualisation du programme de préparation des équipes », relativise l’expert Fiba et  consultant International. «Si tous les pays se préparent bien ils auront les chances de gagner », affirme ce dernier. L’Angola qui l’accueille la compétition l’organise pour la quatrième fois après  les éditions de  1989, 1999 et 2007.
Parmi les 16équipes qualifiés pour ce tournoi se recrutent le Nigéria, champion en titre, l'Angola, le Maroc, la Tunisie, le Mali, le Sénégal, la Côte d'Ivoire, le Cameroun, la République démocratique du Congo, l'Égypte, l'Ouganda, le Mozambique et l'Afrique du Sud, qui ont tous validé leurs tickets suite aux éliminatoires du FIBA AfroBasket  2017 tandis que la Guinée et le Rwanda ont reçu chacun une wild card.
Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Ligue 1 :Coton Sport  accroche Astres à Douala

28 Avril 2017, 11:48am

Publié par Hervé Villard

En match  avancé de la 12ème journée de Ligue1 les  deux  équipes  se sont séparés sur  un score nul d’un but partout.

 

Les  Astres de Douala ont été ténus en échec  sur leurs propres installations ce jeudi 27 avril 2017 par  l’équipe de Coton sport de Garoua (1-1). Croisant le fer  avec  l’équipe de le région du Nord pas  très  en forme depuis  le  début du championnat, les brésiliens de Bépanda  croyait arracher la victoire  qui les fuit depuis  plusieurs journées . Malheureusement  pour eux, ils n’ont pas pu faire  mieux  qu’un match nul (1-1). Car l’équipe  de Coton sport de  Garoua présente dans le Sud Cameroun depuis plusieurs semaines, n’est pas  venu en victime  résignée. En mal de performance  dans  ce  championnat  depuis  le début de saison, elle avait aussi envie de se relancer. Ce qui a  compliqué  la tâche aux poulains de Charlemagne Mbongo qui ont arraché in extremis le point du match nul (1-1).
Dès  l’entame  de cette rencontre, Coton sport de Garoua  qui n’a pas  digéré le nul(2-2) devant  New-stars de Douala  lors de la 11ème  journée veut  faire d’une  bouchée son adversaire du  jour. Malgré  sa  large domination,  celui-ci ne  trouve malheureusement pas  le chemin des buts. Ses  nombreuses occasions  sont mal exploitées  par une  ligne offensive peu expérimentée. Les attaquants buttent aussi  sur un portier des Astres  des grands  jours.  C’est sur un score  de zéro but partout que les  deux  équipes  vont à la mi-temps.
 A la reprise, Coton sport de Garoua continue  sa domination et trouve finalement la faille. Sur une  bonne phase de jeu bien  menée, Allafi Mayakamon ouvre  la marque pour Coton sport de Garoua (1-0) 48ème minute. Dix  minutes  après  l’ouverture du score il passe à coté du second but. Servi dans le dos de la défense des Astres de Douala, son  lobe n’est pas cadré. Coton sport domine la rencontre mais  ne trouve pas la faille pour le second  but.
Avec  les entrées de Barka Mahamat  à la place d’Ernest Nsombo et Maxim Matiara à la place de Simo,  Les Astres  de Douala vont revenir à la marque. Sur un contre à la 82ème, Matiara sert Barka Mahamat à l’entrée de la surface, sa frappe croisée à ras du sol bat le gardien Ibrahima.  Le  club de  Douala va manquer  dans les ultimes minutes, d’inscrire  le second  but. La frappe de Didier Yimga sera stoppée de justesse par  le portier Ibrahima. Avec ce nul, Astres enchaine un 7ème match sans succès et totalise désormais 13 points tandis que Coton Sport 16 points.
Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Logement sociaux de Banga Bakoko:Jean Claude Bwentchou prescrit certains réajustements

28 Avril 2017, 11:00am

Publié par Hervé Villard

En plus de la construction de la clôture de l’école qu’il y a au sein des logements sociaux  de Banga  Bakoko, le ministre du Développement Urbain et de l’Habitat qui a visité le site ce jeudi 27 avril 2017 a demandé à l’entreprise chinoise réalisant les travaux de revoir la finition des portes.

 

Toucher du doigt l’état des travaux en cours dans la ville de Douala et donner quitus à la Commission technique de procéder à une réception provisoire des ouvrages.Se rendre compte de l’évidence de la réalisation des 20.5km de route construites à hauteur de 19 milliards francs cfa par des petites et moyennes entreprises camerounaises dans la ville de Douala. Voilà  présenter les objectifs de la visite de travail de la délégation  ministérielle  que  conduisait Jean Claude Bwentchou, le ministre du développement urbain et de l’habitat dans la ville de Douala.
Accompagné d’une longue délégation ministérielle au  rang des quels Jacqueline Nkoung A Bessike le ministre du Cadastre et des Affaires foncières, le gouverneur de la région du Littoral, le délégué du gouvernement au près de la Communauté  urbaine de Douala pour ne citer que ceux-ci, Jean Claude Bwentchou s’est rendu à Banga Bakoko sur le site des logements sociaux de la ville de Douala. Après avoir fait le tour du propriétaire et apprécié à sa juste valeur les 660 logements achevés ici, il n’a  pas caché sa satisfaction. 
Seulement, la joie de celui qui a fait de la construction des logements sociaux au Cameroun son cheval de bataille depuis son accession au poste de ministre n’a pas été totale. Car,  il y avait encore des choses à revoir pour que ce projet soit reluisant. Lors du point de presse  qu’il a organisé après la visite, Jean Claude Bwentchou à parlé de la qualité des portes des  différents logements. «Nous voulons dire que  les logements sociaux ont été exécuté  conformément aux règles de l’art. Seulement, la  finition des portes sont  à revoir. Surtout au centre de santé et au niveau de l’école», a déclaré  le ministre. Il a par ailleurs invité l’entreprise chinoise en charge de la construction des dits logements sociaux de revoir cette situation là.
Autres instructions non des moindres, Jean Claude Bwentchou a instruit la construction d’une barrière pour sécuriser l’école qu’il y a dans ce camp de même que la construction des  escaliers à l’arrière de l’école. «Vous n’allez pas demander aux élèves qui veulent aller de l’autre coté de faire le tour de  l’école  pour se retrouver en  arrière. Il  faut construire des  escaliers en arrière de l’école», a instruit le ministre du Développement Urbain et de l’Habitat.
Voirie municipale
Après  le site des logements sociaux de Banga Bakoko, Jean Claude Bwentchou a fait le  tour des différents chantiers en cours dans la ville de Douala. Il est  descendu sur les différents  sites  de  drainages  des eaux usées et de drainages d’eaux fluviales de la capitale économique du Cameroun. Il a visité les travaux de réhabilitation de 20.5km de route dans la ville de Douala. Au sujet de ce projet qui a coûté 19 milliards et qui a été réalisé par trois petites et moyennes entreprises camerounaises, celui-ci a félicité les autorités de la ville de Douala pour la qualité des travaux  réalisés et surtout pour le suivi fait. Car, «c’est  tout  cela qui a facilité la bonne réalisation de ces travaux. Il a profité de l’occasion pour féliciter les  entreprises Mag, Bung, Hab», réalisatrice des  dits  travaux.
Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires