Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

actualite

Nkongsamba:Le nouveau trésorier payeur prend fonction

23 Novembre 2011, 13:03pm

Publié par Hervé Villard

Nkongsamba
 
Le nouveau trésorier payeur prend fonction.
 
 Il a été installé lors d’une cérémonie officielle qui s’est déroulée le 16 novembre 2011 au cercle municipal de Nkongsamba
 
 
Le gouverneur de la région, du Littoral Francis Fai Yengo a procédé mercredi 16 novembre dernier à l’installation du nouveau trésorier général payeur de Nkongsamba. L’évènement qui a eu lieu aux environs de 12h au cercle municipal de Nkongsamba a été marqué par deux interventions.
D’entrée de jeu, le délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Nkongsamba Basile Kollo a saisi l’occasion pour féliciter le chef de l’Etat pour sa réélection. Tout en précisant que le Moungo a beaucoup participé à cette élection, il a demandé au chef de l’état de ne pas oublier Nkongsamba dans les grandes réalisations. Il a par ailleurs cité des besoins immédiats entre autre : l’avènement d’un plan d’urbanisation de la ville de Nkongsamba, l’extension de l’éclairage public et les problèmes liés à l’adduction d’eau potable.
Le gouverneur de la région du Littoral pour sa part a tenu à expliquer au public la nécessité du changement du personnel de l’Etat. « Les mouvements du personnel de l’Etat participent au souci du gouvernement de procéder périodiquement au changement des hommes dans l’unité intérieure du service et à la recherche d’une plus grande efficacité de notre administration. C’est pour cette raison que Iya Abdouraman quitte cette circonscription financière après y avoir servi pendant 10 mois ».
Après avoir souhaité au nom du ministre des finances et en son nom propre les vœux de succès pour la suite de la carrière de Iya Abdouraman, le gouverneur a présenté le nouveau trésorier payeur de Nkongsamba. Wahoum Jean Pierre, inspecteur principal du trésor, puisqu’il s’agit de lui, est né le 12 décembre 1965 à Banyo, département du Mayo-Banyo, région de l’Adamaoua. Il est sorti de l’Enam en 1996 avec le grade d’inspecteur de trésor.
Après un passage à l’université, il obtient la licence en droit public. Il a été chef service de la dépense à trésorerie générale de Maroua, chef service de la comptabilité et de la caisse à trésorerie générale de Garoua et receveur municipal à la communauté urbaine d’Edéa avant d’être promu le 30 septembre 2011 au poste de trésorier payeur Général de Nkongsamba. Il est marié, père de 2 enfants.
 
Aboubakar Mgbékoum

Voir les commentaires

Ngondo 2011:Le site de la foire encore en chantier malgré le lancement.

23 Novembre 2011, 12:56pm

Publié par Hervé Villard

Ngondo 2011

 

Le site de la foire encore  en chantier malgré le lancement.

 

Des coups de marteau,  les grincements des  scies  et autres bruits de construction se faisaient encore entendre au site de la foire industrielle culturelle et économique  du Ngondo qui a débuté depuis le samedi 19 novembre 2011 au stade Mbappe lépé.

 

 «Nous sommes encore en train d’aménager nos stands comme vous le voyez là. Le retard observé est dû  au fait que le délai des travaux  n’a pas été respecté par les fournisseurs. Ils n’ont pas respecté le cahier de charge qu’ils avaient eux-mêmes rempli. Mais, ce sera fait aujourd’hui  le stand a déjà été construits. Il ne manque que quelques coups de peinture. Ce sera d’ailleurs prêt tout à l’heure. Malgré le fait que le stand était inachevé, nous avons exposé hier.» Précise l’un des responsables de stand d’une société brassicole présent à la foire industrielle culturelle et commerciale  du Ngondo hier.  Debout tout près du stand qui recevait les dernières retouches, celui-ci ne s’empêchait de faire des recommandations au technicien en plein travaux.  

Sur la tente aménagée pour exposer les produits de ladite entreprise brassicole, le peintre y apposait les dernières couches de peinture. Non loin de là, à quelques mètres seulement,   un autres stand recevait les dernières retouches. Le technicien à pied d’œuvre achevait la construction du stand.  Marteau en main, celui-ci clouait les contre plaqués au mur.  «Ce n’est que maintenant que je fais ce travail parce que j’avais un problème financier. Je n’ai pas pu  acheter le matériel pour finir la construction de ce stand. Mais dès ce soir il sera opérationnel »  Rassure le propriétaire du stand. «ici, il y aura à partir de ce soir, du poisson braisé, poulet braisé, du dolé, et des compléments divers parmi lesquels le plantain mur, le miondo et autres.  Les différentes boissons seront également au rendez-vous.» Déclare-t-il.

Si certains retardataires aménagent encore leurs différents stands les autres  responsables de stands servent déjà les premiers clients  présents à cette à cette  deuxième journée. Dans les différents plats, on peut découvrir du poison braisé, du porc braisé du dolé et autres mets sans oublier les différentes boissons. Bien que pas en nombre important par ce que «c’est  encore la journée» nous dit-on, c’est en soirée que le site connait l’affluence.  D’après Bille gérante du stand « Vip 100 Royal chez Bille » l’évènement a commencé timidement. «Malgré le fait que j’ai fermé hier samedi à 2h, j’ai pas pu faire le plein.  Au parc des princes où l’évènement se tenait par le passé, je faisais toujours le plein à l’ouverture de cette cérémonie. Mais hier ce n’était pas le cas. Et je pense que le site de cette année y est pour quelques choses. » Pense  Billé ,gérante de stand.

Insécurité

Selon  nombreux gérants de stand, les gens ont peur du site.  Car c’est un coin où se rassemblent  les différents enfants de la rue. «Ils ont peur pour leur sécurité et celui de leurs biens. C’est pourquoi ils ne viennent pas en nombre important» précisent-ils.  Ils espèrent du moins que ceux qui ont été là pourront transmettre le message aux autres.  Concernant le nouveau site de la foire, les exposants affirme qu’il est spacieux et facilement gérable. «On est comme en famille » déclare un gérant de stand. «On n’a pas besoin de se déplacer pour voir des gens.  Ce site est aéré et spacieux. Il donne la chance à tout le monde d’être là. Mais, le seul problème qui demeure c’est   celui de l’insécurité. Il est vrai que les organisateurs ont pris des mesures. Mais il ferait mieux de les redoubler Car, si la sécurité fait son travail, il y aura de l’affluence.» Pense un autre exposant.

La foire industrielle commerciale et culturelle du Ngondo qui recense plus d’une centaine d’exposants se tient du 19 novembre aux 4 décembre 2011, jour de la clôture de cet évènement culturel

 

Voir les commentaires

Communiqué de presse des lions indomptables

18 Novembre 2011, 14:12pm

Publié par Hervé Villard

  Communiqué de presse des Lions 

 

 

Le dimanche 13 novembre, les joueurs de l’équipe nationale ont informé les responsables camerounais par écrit qu’ils n’iront pas en Algérie. Dans ce communiqué signé par tous les joueurs, ils évoquent les raisons de leur prise de position. Voici en intégralité cette déclaration des joueurs.

 

Communiqué de presse

 

Considérant l’absence de prime de présence, prime qui est une institution à chacun de leurs regroupements,

 

Considérant que le problème de paiement de la prime a été posé depuis une semaine et qu’aucune solution n’y a été apportée,

 

Considérant qu’ils ont pour leur part participé avec engagement et professionnalisme au stage de Marrakech et au tournoi LG Cup Africa, Ont décidé de ne pas effectuer le déplacement d’Alger en vue de participer au match prévu le 15 novembre contre l’Algérie.

 

Les joueurs de l’équipe nationale réitèrent leur engagement patriotique et en appellent aux autorités du football du Cameroun afin que les engagements minimum convenus soient tenus en leur endroit.

 

Fait à Marrakech le 13 novembre 2011

 source (lechaba)

Voir les commentaires

Samuel Eto’o:«Aujourd’hui, nos dirigeants doivent se remettre en question »

18 Novembre 2011, 12:29pm

Publié par Hervé Villard

photo lions indomptables-copie-2

Samuel Eto’o : «Aujourd’hui, nos dirigeants doivent se remettre en question »» 

 

 Rencontrée  à l'issu de l'incident qui est survenu au sein de l'équipe national du Cameroun au lendemain du match amical algerie Cameroun, incident qui a conduit à l'annulation de ladite rencontre, le capitaine des lions Indomptables du Cameroun Samuel Eto'o Fils qui a remporté la Lg Cup Samuel Eto’o Fils revient içi sur l'ambiance qu'il ya au sein de la tanière des lions. Celui qui ne fait lesine pas pas sur les mots a chargé les dirigeants du football camerounais. Entre  mauvaise foi, incompétence, gabegie, le capitaine des Lions Indomptables ne manque pas d'adjectifs pour qualifier les dirigeants du football camerounais.

 

Comment se porte l’équipe nationale

? L’équipe nationale se porte bien. C’est vrai qu’on a traversé une période difficile.

 

Mais le plus important c’était déjà de mettre tous ces enfants dans le même groupe, dans le même wagon pour qu’ils puissent faire ce voyage ensemble. Je crois que cette phase est acquise depuis quelques mois et nous avons des résultats positifs.

 

Vous dites que tout va bien, pourtant il y a toujours cette étiquette de joueur indiscipliné qui vous colle à la peau.

Ceux qui ont la chance de séjourner dans cette équipe remarquent que ces problèmes d’indiscipline ne sont pas toujours réels. Certains essaient souvent de nous diviser et c’est ce qui fait souvent qu’on se rebelle. Il n’y a pas d’indiscipline ici. Ce que nous souhaitons c’est qu’on nous mette dans de meilleures conditions pour mieux défendre notre Patrie. Et quand ce n’est pas fait, c’est normal qu’on se rebelle.

 

Est-ce que finalement ce n’est pas un problème de communication et de transmission de vos doléances

? Ça peut être un problème de communication quand il s’agit d’une fois ou deux. Mais quand les mêmes problèmes existent depuis des années, soit il y a de la mauvaise foi, soit il y a de l’incompétence. Il n’y a pas d’indiscipline à l’équipe nationale. Il faut le dire aux Camerounais. Le Camerounais qui vient voir jouer Samuel Eto’o Fils ou Idris Carlos Kameni, ou Nkoulou, a laissé derrière lui tous ses problèmes. Il vient passer du bon temps parce qu’il croit en cette équipe. Mais on lui dit : « Monsieur Samuel Eto’o a fait ceci, il était en boîte, etc. ». C’est des conneries pour justifier certains actes ou pour cacher certains actes qu’ils ont pu poser.

 

Est-ce que vous savez à quel moment j’ai commencé à préparer le match contre le Sénégal ? Je ne trouve jamais de justification à un échec. Nous avions très bien joué, mais j’ai raté un pénalty, ce qui arrive au football. Mais jusqu’au vendredi soir avant le match, j’étais encore à l’ambassade de France pour intervenir pour trois visas de mes jeunes coéquipiers (Ndlr Momasso, Ndame Ndame et Hugo Nyamé). Je l’ai fait parce que je me suis dit que ces jeunes, psychologiquement déjà, avaient en tête qu’ils devaient découvrir l’Europe en plus de l’équipe nationale. Vous voulez me dire qu’on n’a pas eu le temps, depuis que la liste était sortie, de prévoir qu’on devait effectuer ce stage en Europe ?

 

Mon rôle, en tant que grand-frère, c’est de réunir mes coéquipiers, mais de l’autre côté, d’exiger des dirigeants qu’ils fassent leur travail. Si Eto’o fait quelque chose, il faut qu’on le sanctionne. Mais il faut que ce soit vrai qu’il l’a fait. Mais si Eto’o n’a rien fait, qu’on ne vienne pas déranger les gens tout le temps avec « Eto’o a fait ceci », parce qu’on veut distraire les Camerounais pour faire autre chose. Aujourd’hui, on a dit de reconstruire. Alors, reconstruisons dans la vérité.

 

Qui doit fixer les règles du changement ? Surtout qu’on vous reproche, Samuel Eto’o, de vouloir imposer le diktat de vos millions.

Le débat est tout le temps-là. Quand Samuel Eto’o dit qu’il faut que les choses changent, on dit qu’il a tellement d’argent que personne ne peut lui parler. C’est faux. Ici on ne parle pas de l’argent de Samuel Eto’o. Quand je dis que les choses doivent changer, c’est parce qu’on ne peut pas parler éternellement des problèmes de primes. Il faut que les gens soient responsables. Ce n’est pas à quelques jours d’une rencontre qu’on doit nous dire qu’on n’a pas prévu de prime de présence. Ce n’est pas normal.

 

 

Nous avons joué au Congo il y a quelque temps. Nous avons fait le stage à Bruxelles. C’est parti d’une bonne intention. Mais on aurait pu faire ce stage à Yaoundé. On aurait dépensé moins d’argent, mais surtout, on aurait fait un voyage de deux heures jusqu’à Kinshasa pour jouer. On a préféré un stage à Bruxelles, on a fait un voyage de sept heures jusqu’à Kinshasa et en plus, à l’hôtel, on avait des joueurs qui logeaient au 30ème, d’autre au 45ème, au 47ème au 18ème. Ça c’est l’indiscipline. Est-ce que cette indiscipline était causée par les joueurs ? Non.

 

L’image que vous projetée ces derniers temps c’est celle d’un groupe solidaire, uni. C’est quelque chose de fort et de fragile en même temps.

C’est quelque chose de très fort. Nous avons passé plusieurs années sans bons résultats. Mais, nous les joueurs, nous avons fait ce que nous devions faire. Aujourd’hui, nos dirigeants doivent se remettre en question et se demander ce qu’ils n’ont pas bien fait. A partir de là, nous allons avancer dans la même direction.

 

Propos recueillis à Marrakech par Madeline Soppi Kotto et retranscrit par Jean-Bruno Tagne

Voir les commentaires

Nécrologie: Jules Koum Koum tué dans un accident de la circulation à yaoundé.

17 Novembre 2011, 18:55pm

Publié par Hervé Villard

 

JULES KOUM KOUM071111300Nécrologie
 
Un journaliste tué dans un accident de la circulation
 
Jules Koum Koum, directeur de publication du bimensuelle le jeune observateur et  correspondant de Reporters sans frontières au Cameroun, à été tué  dans circulation. C’était le vendredi  4 novembre 2011 à la sortie de Yaoundé.
 
 
«  On m’a appelé aux environs de 16h, j’étais à un séminaire organisé par le syndicat national des journalistes du Cameroun (Snjc) pour me faire comprendre que mon chef a fait l’accident. J’ai gardé mon sang froid question de ne pas perturber l’ambiance qui régnait pendant ce séminaire. J’ai fait appelle à Mireille Chimi, ma collègue pour l’informer de la situation. Après le séminaire, nous sommes rentrés au bureau. La- bas, on a trouvé tous nos collègues abattus. Puis, autour de 19h, on nous confirme le décès de notre patron. A 21h, Thierry Nyope le directeur de radio Hop a officiellement annoncé la nouvelle du décès de Jules Koum Koum à l’antenne. »  Telles sont les déclarations de Hervé Moukouri, le rédacteur en chef de radio Hop au  lendemain du décès de Jules Koum Koum le promoteur de la Radio Hop et directeur de publication du bimensuel Le jeune Observateur.
Abattu, déboussolé, celui qui  déclare avoir perdu un paravent dans le métier de la presse, un père et un patron  articule à peine ces quelques phrases. Car, il est  affecté par la disparition de son patron.
 
Rencontré à son domicile au « carrefour trois mort » le 5 novembre matin, celui-ci se préparait pour la réunion de crise qui devait avoir lieu à la radio.  Il se souvient des derniers instants  passés avec son patron. «Jules Koum Koum  a voyagé mercredi et il est rentré jeudi soir. Vendredi toute la matinée il était avec nous. Il a salué tout le personnel, on a passé un bon moment ensemble. Après un coup de fil anonyme, il décide d’aller à Yaoundé. Il devait faire un aller et retour. Des qu’il arrive à Yaoundé, il a appelé le directeur de la radio pour lui dire qu’il était bien arrivé. C’est à son retour qu’il fait cette accident et il trouve la mort » raconte-t-il.
Au sujet des circonstances de l’accident,  précise Hervé Moukouri, «rien n’a encore été élucidé. Tout ce que l’on sait c’est qu’un grumier est rentré dans lui. Le choc était tellement violent qu’il a rendu l’âme quelques minutes plus tard à l’hôpital Ad-Lucem. Suite à une hémorragie interne
 
Selon  des informations, Jules Koum Koum, le correspondant de reporter Sans frontières au Cameroun  était à bord de sa Rav 4 de couleur verte et roulait en destination de Douala quand il est entré en collision avec un camion grumier transportant des billes de bois. Le choc étant violent, il sera gravement blessé et rendra l’âme quelques minutes plus tard, après avoir été transporté à l’hôpital.
Reporter sans frontière croit en savoir plus des circonstances du décès de son correspondant. «Le 4 novembre 2011, aux alentours de 17 heures, Jules Koum Koum se trouvait au volant de sa voiture à la sortie de Yaoundé lorsqu'il a été percuté de plein fouet par un camion. Extrait vivant de son véhicule, le journaliste a été conduit à l'hôpital général de Yaoundé où il est décédé, trente minutes plus tard. Une autopsie devrait être pratiquée en début de semaine prochaine. Une enquête de police a été ouverte. »
D’après   des témoignages qui reviennent de bout en bout sur  les circonstances du décès de Jules Koum Koum, celui-ci  a été aperçu au volant  de sa RAV4 verte au niveau de  la barrière Ahala à 16H45. Son radiateur chauffe alors qu’il retourne à Douala. Selon le garagiste à 30 minutes avant l’accident, il s’arrête pour réparer. Selon le  diagnostic, il ne peut pas réparer tout de suite, la voiture a besoin d’une sérieuse révision. Il était  16H 50 quand il démarre et manœuvre pour retourner à Yaoundé, mais la voiture bloque sur la chaussée  sur une ligne droite de près de 400 m après  la barrière Ahala. Et c’est là qu’il est percuté par un grumier de couleur jaune chargé de quatre billes de bois, immatriculé à l’avant CE 121 AE, et à l’arrière LT SR 564 AE. Sur la Chaussée, il n’y a aucune trace de freinage, Le chauffeur a pris la fuite     Un inconnu a abandonné l’accidenté à l’hôpital Ad-Lucem d’OBOBOGO où il a rendu l’âme. Quelques temps après l’annonce de l’accident de la circulation, le ministre de la communication Issa Tchiroma, le délégué général à la sureté national, Martin Mbarga Nguéle et le procureur de la république de la ville de Yaoundé sont  descendus sur les lieux  de l’accident question de ce rendre compte de l’évidence.

Radio Hop observe le deuil
 Immédiatement après le décès de Jules Koum Koum, deux réunions de crise  se sont immédiatement tenues. L’une le vendredi et l’autre le samedi. Il était question d’alléger les programmes de la radio pour observer le deuil.
 Pendant le week-end, uniquement les musiques religieuses étaient diffusées à l’antenne. A partir de lundi, le programme est constitué des bulletins d’information des éditions de journaux et de la musique religieuse uniquement. Précise Hervé Moukouri, le rédacteur en chef.
Au sein de cette structure qui a reçu un coup dur suite à la disparition de son promoteur, le personnel s’est aminci, seul  le technicien est de permanence depuis vendredi dernier. Les portes de la radio sont restées  fermées tout le week-end.
 
Au domicile du défunt sis au quartier dit Dikayé à Km 10 par Ndokoti, c’est une ambiance de deuil qui y  règne. Des chaises blanches disposées dans la cour accueillent  les nombreux visiteurs qui arrivent. Les proches et familles de la victime, les uns assis à même le sol, les autres sur des tabourets sont inconsolables. Madame Koum, l’épouse du défunt ne sait à quel sain se vouer. Abattue par la triste nouvelle elle parait fatiguée et ne peut répondre à aucune question. Jessica,  la  fille «chouchou» de son père, reconnait du moins que l’avenir est difficile pour elle et sa famille. «C’est samedi matin qu’on m’a informé du décès de mon père. Au départ on nous avait  caché l’information la veille. Mon papa était tout pour moi. Je ne sais pas ce que je ferai sans lui » déclare-t-elle.
Selon cette dernière qui affirme que le corps de son père est encore entre les mains des autorités camerounaises pour  besoin d’enquête, le vœu des membres de sa famille est qu’on leur remette le corps afin qu’ils organisent les obsèques.
Jules Koum Koum laisse  une femme et trois enfants. Thierry, Jessica et Dorette. De même que de nombreux chantier en cours. Parmi lesquels  une chaîne  de télévision Hop-télévision, une chaine de radio en création à Yaoundé  Tropique Fm donc le projet de création  était avancé.
 
Le Snjc réclame des enquêtes.
 
Après le décès de Jules Koum Koum dans des conditions par encore élucidées,  le syndicat national des journalistes du Cameroun (Snjc) dont le premier secrétaire est  Alex Gustave Azébaze réclame une enquête en bonne et due forme et une célérité dans cette procédure judiciaire. Car,  il faut que les auteurs de ce genre d’acte soient punis.
Dans un communiqué publié à l’occasion de ce décès, il demande à l’Etat de protéger des journalistes qui font des enquêtes pour dénoncer les actions des bandits à col blanc qu’il y a au sein du pouvoir. «Quelles que fussent les critiques sur les méthodes professionnelles de notre confrère,  après Pius Njawé l'année dernière, le Cameroun, vient une fois  de plus, de perdre "accidentellement" un des journalistes les plus courageux de sa génération.
Non les accidents mortels ne doivent pas devenir au Cameroun la voie naturelle de fin de vie pour les journalistes courageux dans la dénonciation.
Au stade actuel, et sans vraiment verser dans la polémique, ce que l'ensemble de la profession de journaliste peut - et doit- faire, c'est d'exiger des plus hautes autorités de l'Etat, de bien souvent organiser les mesures de protection en faveur des journalistes ayant fait un certain nombre de dénonciations récurrentes à l'encontre de puissants détenteurs du pouvoir de l'Etat. Nul n'oublie effet que M. Koum Koum, qui certes a été reçu au Cabinet civil de la Présidence de la République en septembre dernier en compagnie du représentant pour l'Afrique de Reporters Frontières (RSF) - dont il était le représentant au Cameroun - redoutait au plus haut des représailles de la part d'un certain nombre de hauts responsables ou de leurs proches qu'ils dénonçaient pour enrichissement douteux.
» Précise le communiqué.   Il faut dire qu’avant son décès Jules Koum Koum a publié dans son journal des révélations troublantes portant sur la personne du ministre de la défense Edgar Alain Mebe Ngo’o.
Selon des indiscrétions, l’édition du journal qui devait paraitre ces jours –ci était plein d’autres révélations troublantes.  Il faut du moins noter que  Jules koum Koum décède dans des circonstances semblables à celles à de Pius Njawe directeur de publication du quotidien Le Messager de regrettée mémoire son ancien collègue décédé aux Usa percuté comme lui par un camion alors que son véhicule était tombé en panne.
 

Hervé Villard Njiélé.

Voir les commentaires

Interview;Tamfu Arison Tamfule pourcentage des programmes exclusivement de langue anglaise est minime à Equinoxe Tv »

17 Novembre 2011, 18:44pm

Publié par Hervé Villard

 Interview

 Tamfu Arison Tamfu

« le pourcentage des programmes exclusivement de langue anglaise est  minime à Equinoxe Tv »

 
Rencontré après la cérémonie de présentation de la grille des programmes de Equinoxe Télévision, Tamfu Arison Tamfu  rédacteur en chef  chargé du desk anglais à Equinoxe Tv parle du redéploiement du desk anglophone

 
Quel part des programmes est  accordé au public anglophone dans la grille des programmes d’Equinoxe Tv présente la dernière fois ?
 
 IL n’y a pratiquement rien de neuf pour le desk anglophone en ce qui concerne la nouvelle grille des programmes d’Equinoxe tv. On avait top stories  un magazine qui récapitulait l’actualité de la semaine avec un ou deux invités qui l’analysaient. L’émission revient chaque dimanche  de 18h et 19h et une rediffusion à partir de 23h le même dimanche. On a également un journal en anglais un prime time qui passe de 18h à 18h 30. Pendant les différentes éditions de journaux, du matin au soir, il y a également des informations diffusées en anglais pendant la partie anglaise du bulletin d’information ou du journal.  On a aussi Youth inside qui est un programme destiné aux jeunes  qui est également bilingue. Avec la nouvelle grille des programmes, on constate que  la répartition des programmes en fonction des deux langues officielles est inégale. Dans les années antérieures, les anglophones se plaignaient  qu’il y a  un grave  problème de  répartition des programmes  et que la majorité des programmes étaient accordés au desk français. Aujourd’hui le même problème revient. On a l’impression que c’est une sorte de marginalisation. Cela est vrai à un certain niveau si on regarde ce qui est actuellement présenté comme la nouvelle grille des programmes d’Equinoxe tv.  Mes collègues  du desk anglophone  et moi  avons constaté que dans la nouvelle grille des programmes  le pourcentage  des programmes exclusivement de langue anglaise est  minime.   Mais, Je voudrais  rassurer le public anglophone et le public  francophone qui comprend l’anglais  qui restent toujours fidèles à Equinoxe tv malgré tout  que  dans les jours avenirs  on va travailler sur  la nature du bilinguisme d’équipe qui reste un point central et un point fort pour équinoxe tv.
 Qu’est qu’il y a de neuf dans les émissions de langues anglaises qui reviennent dans la nouvelle grille de programme ?
  Je voulais dire comme je l’ai dit tantôt que le seul programme de langue anglaise qui revient dans la nouvelle grille des programmes d’Equinoxe Tv est Top stories. Il faut ajouter que beaucoup de choses vont changer avec cette nouvelle grille des programmes. Nous allons présenter au public une émission qui respecte strictement les règles de la télévision moderne ou temporaire. Au-delà des traditionnelle reportages, et l’invité qui reste le point focal de cette émission, nous allons aussi ajouter  press  review et  une rubrique consacrées uniquement u faits divers. Je dois insister ici avec emphase que top stories va  faire des investigations non seulement sous le territoire nationale mais aussi international. Nous allons redynamiser cette émission qui  ne va pas seulement informer le public mais  qui  va aussi le divertir. Durant cette émission, il y aura tout un débat sur l’actualité nationale et internationale.   Je voudrais dire que, en plus de Top stories, le desk anglophone est 100% près à nourrir  le public qui l’attend et à donner le meilleur de lui –même pour que la nouvelle grille de programme qui a été présentée jeudi dernier à l’hôtel AkwA Palace connaisse une réussite totale et bat les record d’audience au Cameroun et dans le monde entier.. C’est pourquoi  je voulais saluer l’initiative du Promoteur de Equinoxe Tv en La personne de Severin Tchounkeu qui malgré tout a un intérêt particulier pour le desk anglophone.
 
 Recueillis  par Hervé Villard Njiélé
 

Voir les commentaires

Interview: Polycarpe essomba; Nous allons nous élever aux standarts inernationaux.

17 Novembre 2011, 18:32pm

Publié par Hervé Villard

Polycarpe Essomba
 
« Nous allons nous éléver aux standarts internationaux»
 
Rencontré après la cérémonie de présentation de la nouvelle grille des programmes de la télévision équinoxe à l’hôtel Akwa palace le 10 novembre 2011, Polycarpe Essomba, le rédacteur en chef d’Equinoxe Tv donne ici des précisions sur   cette grille de programmes.
 
Pourquoi  avoir attendu  ce moment pour lancer la nouvelle grille des programmes que vous  avez présentés au public ?
 
C’est juste que il en ait de l’audiovisuel  comme des équipes de football ou des sportifs. Nous fonctionnons par saisons. Quand une saison est bouclée, quand on ouvre une saison on la referme. Et le lancement d’une nouvelle grille des programmes correspond à l’ouverture d’une nouvelle saison. On aurait dû faire cette cérémonie il y a un mois mais l’actualité de la présidentielle nous a contraint à repousser un peu cet évènement qui consacre aujourd’hui le lancement  réel et effectif des programmes de la chaîne de télévision Equinoxe.  
Ce que vous ne savez c’est que depuis le temps, depuis environ cinq ans que équinoxe tv existe on n’avait pas encore procédé au lancement d’une grille de programmes de manière solennelle. La chaîne existait certes, on a eu des émissions qui étaient en diffusion. Mais, nous considérions que nous étions encore dans une phase de rodage rodages des process, de rodage de la mécanique, de rodage des formules. Et nous croyons avoir trouvé non seulement le bon rythme mais aussi la bonne formule pour avoir la prétention de revendiquer une posture aujourd’hui. Vous vous  êtes rendus compte lors de la présentation qu’il y a des émissions qu’on a conservées, d’autres ont connu des améliorations mais sont maintenues. Des émissions changent dans leurs contenus et dans leurs habillages. Tous les plateaux sont nouveaux de 6h à 6h tous les habillages seront nouveaux. La charte graphique doit changer, les génériques vont changer, les présentateurs vont muter pour le cas de certaines émissions. Nous avons recruté certains talents qui vont venir s’ajouter à ceux que nous avions déjà. Cette nouvelle grille n’est pas nouvelle au sens propre du terme parce qu’elle contient des émissions que nous avions déjà mais, qui ont été améliorées et  des nouvelles émissions qui viennent d’être créées pour satisfaire aux besoins des auditeurs.  Voilà le dosage de la nouvelle grille des programmes que nous lançons à partir de lundi.
 
Est-ce que le lancement de cette grille signifie une nouvelle orientation pour Equinoxe télévision ?
 
Pas fondamentalement. Notre ancrage et notre ligne éditorial ne change pas. Equinoxe télévision s’est distinguée dans le paysage audiovisuel camerounais par son partie pris accordé à l’information.
Notre antenne est à 60% meublée par les programmes d’information. Ce positionnement, nous allons le conforter, le densifier et l’amplifier autant par les programmes d’informations, les éditions et les magazines du type « Droit de réponse », « La vérité en face » et plein d’autres qu’on va créer. Nous allons élargir la palette notamment sur le pendant divertissement dont on nous fait le reproche d’être abandonné chez nous. Il y a des programmes de divertissement qui vont intégrer la grille surtout le weekend pour apporter une palette plus large à tous les types  publics autant à ceux qui sont férues de l’information que ceux qui sont férues de divertissement. Un accent est mis sur les feuilletons qu’affectionnent surtout les femmes. Il y aura la production des sitcoms en internes surtout avec des thématiques précises. Le souci est surtout au niveau de la qualité et surtout de l’élévation au niveau des standards internationaux. Comme vous le savez, nous sommes reçu dans tous les continents et sommes captés dans une centaine de pays. Nous ne pouvons pas prendre le risque de faire une télévision pour le Cameroun uniquement. Nous allons essayer de nous élever au mieux au niveau des standards internationaux.
 
Recueillis par Hervé Villard Njiélé.

Voir les commentaires

Concurrence médiatique:Une nouvelle grille des programmes à Equinoxe Tv

17 Novembre 2011, 18:24pm

Publié par Hervé Villard

equinoxe Tv
 
 Des nouvelles émissions à Equinoxe Télévision
 
 Elles ont été officiellement  présentées au public  lors de la cérémonie solennelle de présentation de la  grille des programmes  qui a eu lieu à Douala, le jeudi 10 novembre dernier à l’hôtel Akwa palace.
 
 A partir de lundi 14 novembre 2011, les téléspectateurs d’Equinoxe télévision découvriront sur leur petit écran de nouvelles émissions, de nouveaux programmes et de nouveaux présentateurs.  
Parmi les nouvelles émissions « spécialement conçus pour répondre aux  exigences de ses nombreux téléspectateurs » comme l’a affirmé Éric Fernand Kouamo  rédacteur en chef et chargé des programmes dans cette chaîne de télévision basée à Douala, on distingue : 100% foot présenté par Jean Paul Choun Nyat diffusé tous les lundis de 21h à 23h,  « Youth Inside », une émission des jeunes diffusée tous les dimanches de de 7h à 9h et présenté par le duo bilingue Tomy Tamo et Eva Codoska. « Ils font le Cameroun » un autre programme présenté par  Polycarpe Essomba diffusé tous les mercredis  de 21h à 23h, et « Dimanche avec vous », programme de divertissement  retransmis tous les dimanches de 13h30 à 15h30,  viennent fermer la queue des émissions nouvellement créées à Equinoxe Télévision.
A ces émissions, il faut associer les anciennes.  Telles Cadence matinal qui a un nouveau présentateur en la personne de Martial Fanga,  Disons-tout, Fashion Tv, Equimag, Pidgin news, Droit de réponse,  La vérité en face et les autres. Sans bien sûr oublier  les téléfilms et de nombreuses sitcoms éducatives et constructives tirés des réalités sociales camerounaises qui viendront étoffer la grille des programmes.
 Selon  Eric  Fernand Kouamo,  rédacteur en chef chargé des programmes dans ce médias « la nouvelle grille des programmes met en valeur la rencontre entre le public et le programme. Les rénovations et les innovations se situent au niveau du fond et de la forme. Cette grille est le reflet de la société camerounaise et prend en compte tout le monde. Les enfants, les jeunes, les intellos, les bayam-sellam. Bref toutes les couches sociales sont prises en compte.» Précise-t-il.
A l’ouverture  de la cérémonie de présentation de la nouvelle grille des programmes d’équinoxe Tv qui a eu lieu dans les jardins de l’hôtel Akwa Palace le jeudi 10novembre 2011 dernier, Polycarpe Essomba, le rédacteur en chef d’Equinoxe télévision a apporté certaines précisions.« La grille des programmes que nous vous présentons aujourd’hui, est la toute première du genre à équinoxe télévision. Nous considérions que nous étions encore dans une phase de rodage rodages. Et nous croyons avoir trouvé non seulement le bon rythme mais aussi la bonne formule pour avoir la prétention de revendiquer une posture aujourd’hui»  A-t-il déclaré.
Personnalités
La cérémonie s’est déroulée devant un parterre de personnalités importantes parmi lesquels, le directeur général de Biopharma, le sieur Nana, le directeur général de Pmuc Jean Yves  Casamarta, le directeur général de Socaver M. kamgna, le directeur général de la communication de orange Cameroun Samuel Ngondi, M. Kemayou, le députe Abel Calvin Njocke , Hervé Emmanuel Kom, Michelle Ebongue, la délégué régionale de la communication pour le littoral, Njackson Njike, le directeur général de canal-sat Cameroun pour ne citer que ceux-ci .
 
Pendant cet instant mémorable   au cours duquel l’une des pages de l’histoire de la télévision équinoxe a été écrite, Severin Tchounkeu, le promoteur de cette chaine de télévision privée a saisi l’occasion pour remercier  le public du  soutien accordé à sa télé et présenté  les ambitions de cette  télé. «Je suis heureux  de vous accueillir ce soir pour la rentrée des programme d’équinoxe télévision. Depuis 2005 vous êtes nombreux à faire confiance à Equinoxe télévision, merci pour tout. Aujourd’hui nous posons le défi de l’appropriation et de l’information par les africains parce que jusqu’à ce jour, c’est le monde qui nous inonde de ses informations sans qu’on ait le regard africain. Nous faisons le pari de donner le regard africain à partir du Cameroun.» A-t-il déclaré.
Il a par ailleurs précisé dans ces propos que équinoxe télévision est assis sur trois satellites  à savoir ; Astra, 4 Globe cast, W3, et WB intelsat. Et que  la télé émet dans 58 pays au monde.
Aménagement technique
Parlant des dispositions prises pour le bon déroulement des programmes, des aménagements ont été faites.  Des plateaux ont été rénovés des équipements techniques aussi. «L’équipement mis sur pied est nouveau. Nous pouvons du direct dans tous les coins du pays. Bref des matériel du direct ont été acquis » précise Ephraïm Ymélé le chef service technique à Equinoxe tv. Selon  fabien Ndoumou et  Dallas Tchana tous cameraman, des caméras de haute performance ont été acquises. «Avec ces appareils, c’est un équinoxe New-look qu’on aura » affirment-ils.
Au chapitre des rénovations, le banc de montage, n’est pas en reste. Celui-ci a été entièrement renouvelé. «On est passé  d’une régie analogique à une régie numérique» affirme Bertrand Loka. « Des nouveaux appareils ont été acquis à la régie. Avec ça, on aura une bonne sinon parfaite qualité vidéo et  l’amélioration de la qualité sonore » ajoute-t-il.
M.Elimbi présent à cette cérémonie n’a pas manqué de couvrir d’éloge cette télévision qu’il qualifie «de montante» «Je voudrais dire beaucoup de bien de la soirée à laquelle je viens d’assister.  La soirée était très agréable. En ce qui concerne la nouvelle grille de programme, on connait le grand professionnalisme d’équinoxe tv. Voilà une nouvelle preuve. Aujourd’hui j’ai été séduit par la jeunesse de l’équipe  qui entre dans cette grille-là. Et j’ai espoir que ce sera  avec dynamisme. Et en tant que annonceur, nous ne pouvons qu’accompagner cette nouvelle grille là » a-t-il affirmé.  
Ainsi déployé la nouvelle grille d’équinoxe Tv déroulé n’attends que d’être réalisée. Les millions de téléspectateurs déjà sur leur soif sont déjà impatients de vivre ces changements. Le rendez-vous a été  pris pour lundi 14 novembre prochain  jour où ce programme entre en cours.
 
Hervé Villard Njiélé
 
 
 

 

Voir les commentaires

Medias:Les journalistes camerounais croupissent dans la misère

17 Novembre 2011, 18:23pm

Publié par Hervé Villard

Medias
 
Les journalistes camerounais  croupissent dans la misère
 
Le tableau noir de cette profession a été peint lors d’un atelier organisé par le syndicat national des journalistes du Cameroun. C’était à l’hôtel Somatel de Douala  le 4 novembre 2011
 
Les journalistes camerounais vivent mal et très mal d’ailleurs. Ces derniers se surpassent au quotidien pour accomplir la tâche  d’informer le public qui est la leur.  Ils  travaillent dans des conditions difficiles, vivent mal, logent mal se soignent mal. Bref ils sont pour la plupart des charges pour leurs familles.
C’est   du moins ce qui se dégage du séminaire de restitution des résultats d’enquête réalisée par le cabinet Rs Studies and Surveys  commandée  par  le syndicat national des journalistes du Cameroun (Snjc).  
 
La restitution des résultats de cette enquête a eu lieu le vendredi 4 novembre 2011 en présence du délégué régional de la communication pour le littoral, Michelle Ebongue, de Lanre Ogundipe  journaliste, directeur de publication  de The Premium Newspaper basé aux Nigéria et  de nombreux journalistes camerounais  de la ville de Douala et d’autres villes  du pays.
Selon les résultats de cette enquête qui portait sur les conditions sociales des journalistes au Cameroun, le revenu mensuel moyen d’un journaliste camerounais se chiffre à 176.865franc tandis que  le  salaire mensuel moyen de celui-ci est de  101.225franc CFA. L’enquête révèle pareillement que 46% des journalistes travaillent sans contrat de travail et 75% d’entre eux n’ont ni droit aux allocations familiales ni aux indemnités de logements ni à la pension vieillesse. Ceux –ci ne bénéficient non plus  des congés payés et des primes  d’invalidité et décès. Ils  travaillent pour  la majorité sans aucune assurance malgré les risques qu’ils courent et les graves dangers auxquels ils sont exposés au quotidien dans l’exercice de leur fonction.
 Autres révélations troublantes de cette enquête qui a été réalisées sur un échantillon de 232 journalistes, c’est la difficulté d’accès aux soins sanitaires auxquelles  sont confrontés les journalistes.    D’après l’enquête  de RS studies and Surveys, seul 6% d’entre eux bénéficient d’une assurance maladies. La majorité, soit 60% se soignent par automédication, c’est-à-dire à tâtons. Au niveau du logement, les résultats donnent une sueur froide au dos. L’enquête révèle par ailleurs que 91% des journalistes camerounais vivent en location et occupent des logements depuis plus de trois ans. Ils vivent en permanence avec des animaux tels des rats, des souris et des moustiques. Ce qui les expose aux risquent de contraction des maladies.
Emplois secondaires
La situation misérables des  journalistes camerounais ; salaires minimes et insuffisants, mauvaise condition de vie, pousse ces derniers à développer une activité secondaire pour  joindre les deux bouts. Les résultats de l’enquête commandée par le Snjc  révèlent que 52% des journalistes au Cameroun exercent une activité secondaire.   Et à défaut, plusieurs d’entre eux  sont obligés de faire usage des pratiques mafieuses pour obtenir de l’argent.
 Face à cette situation qui clochardise le journalisme et le journaliste, et qui empêche à ce dernier de pouvoir exercer librement son métier,  Michelle Ebongue le délégué régional de la communication pour le littoral a  invité les journalistes à plus de professionnalisme. Elle a demandé à tous les journalistes présents de rejoindre les syndicats pour améliorer leur condition de vie. « il est inconcevable que dans les entreprises de presse qu’il n’y ait pas de délégué de personnel dans les entreprises de presse. Monsieur Azebaze seul ou le bureau du Snjc seul ne peuvent pas faire pression sur les patrons de presse. Mais  c’est vous qui est à l’intérieur des  entreprises qui pouvez faire changer les choses en appliquant les décisions des syndicats. C’est ainsi que vous pouvez parvenir  à faire changer la donne. » A-t-elle déclaré. Pendant ce séminaire, quatre ateliers de réflexion visant à trouver des solutions pour améliorer  les conditions des journalistes ont eu lieu. Les résultats des dits travaux seront utilisés par le Snjc qui ambitionne revaloriser le  quatrième pouvoir au Cameroun. Au niveau des critiques, Dr Madiba enseignant au département de communication a l’université de Douala a regretté le fait que les catégories professionnelles n’ont pas été distinguées pendant l’enquête et le fait que le cabinet Rs studies and surveys a mélangé les employés dans son échantillonnage les journalistes de la fonction publique et ceux des médias privés.
 
Hervé Villard Njiélé.

Voir les commentaires

Ngondo 2011:Sous le signe de la paix

17 Novembre 2011, 18:18pm

Publié par Hervé Villard

 
 
ngondo.jpg
 
Le chronogramme  de la fête  traditionnelle du peuple Sawa  qui ce célèbre sous le signe de la paix a été  officiellement rendu publique le samedi 5novembre 2011 au plais Dika Akwa.
 
C’est devant la presse toute entière et de  quelques  dignitaires Sawa que sa majesté Din Dika Akwa III, président en exercice du Ngondo, a reprécisé d’une manière officielle le thème du Ngondo édition 2011. Adopté et rendu publique le  samedi, 23 juillet 2011 au cours d’une rencontre entre les  autorités traditionnelles, le  bureau du Ngondo et de nombreux invités, le thème « Musango » qui signifie « paix » en langue française retenu pour la fête du Ngondo 2011 n‘a pas été choisi par hasard.
 
Selon le président en exercice,  le nouveau thème de la fête traditionnelle du peuple Sawa « Musango », est un mot polysémique. « Il peut désigner un état  de calme ou de tranquillité. Tout comme une absence de perturbation et de conflit. Sur le plan Psychologique, la paix désigne un état d’esprit placide. C’est l’entente cordiale et fraternelle de tout ce qui compose la société. C’est  également  une situation calme mesurée et maitrisée de toute contrariété de la vie.  C’est  un élément indispensable pour le peuple Sawa, car c’est grâce à elle que  des objectifs que veut réaliser le Ngondo édition 2011 seront atteints. » Précise-t-il. Parlant des objectifs à atteindre par le Ngondo édition 2011,on peut citer ; l’union de tous les fils et filles Sawa du Nord au sud, de l’Est à l’ouest. Prôner l’amour au sein de la communauté Sawa de Manfé à Kampo et achever le projet de construction sur la zone de la Bessèke rétrocédée au peuple sawa grâce aux efforts des fils et filles sawa, du délégué de la communauté urbaine de Douala et u président de la république.
 Au sujet  du déroulement de cet évènement traditionnel qui se veut grandiose,  il débute le 5 novembre 2011 et s’achève le 4 décembre de la même année. Au programme  on aura, la foire culturelle et commerciale, les concours artistiques interscolaires, les conférences débats, les concours culinaires, le carnaval de Douala, les luttes traditionnelles, le mini marathon, le concours miss ngondo, la course de pirogue et l’immolation du vase sacré.
 
Comme innovation de l’édition 2011, Adolphe Sammet,  le secrétaire général du Ngondo précise que des journées d’hygiène et salubrité, les concours de chant et chorale et l’aménagement du concours de l’excellence culinaire qui sera pratique cette année font partie des innovations de l’édition en cours. Autres innovations précise-t-il. «C’est le changement du lieu de la foire culturelle et commerciale ». Celle qui se tenait au  parc des princes de Bali pendant les éditions précédentes se tiendra cette fois au stade Mbappe Leppe à Akwa.
Au niveau de la sécurité, «rien à craindre ». précise le secrétaire général du Ngondo. « Des mesures ont été prises pour que la sécurité règne. » Ajoute-t-il.
Concernant la visite des cantons, neuf au total seront visités cette année et la tournée commencera par le canton Bele Bele.
 
Pendant le point presse qui servait de lancement des activités du Ngondo en cours, sa majesté Din Dika Akwa,  le président en exercice du Ngondo en a profité pour présenter le Ngondo aux hommes de médias. Selon des explications qu’il a données, au delà de l’aspect festif que présente cet évènement, celui-ci revêt des aspects mystiques.  Créé par les dignitaires Sawa, dans les années 1700, cette institution avait pour but de réguler les problèmes dans les territoires Sawa. L’immersion du vase sacrée selon le dignitaire Sawa « n’est que la face visible de l’iceberg. C’est un ensemble de principe rigoureux qui régit la transmission des doctrines que seuls les initiés peuvent comprendre la pertinence » précise t-il. Pour erendre la fête belle et grandiose, le comité d’organisation entend associer toutes les tributs.  
 
Hervé Villard Njiélé

 

Voir les commentaires