Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

actualite

Communication: La ville de Douala coupée de la connexion internet.

12 Mai 2011, 20:04pm

Publié par hervy

link

 

 

L’orage qui s’est abattu sur la ville de Douala dans la nuit de lundi à mardi dernier  a endommagé la connexion Internet dans la capitale économique du Cameroun. Toute la ville a de ce fait été paralysée.


 

«N’y a-t-il pas également de connexion Internet dans votre cyber Café ? J’ai déjà fait le tour des  autres cybers de la ville sans succès. J’ai une communication urgente  à passer à mon cousin à l’étranger. Je ne sais comment le faire sans la connexion Internet. La panne apparemment  doit être  générale ».

 


  Telle est l’affirmation de Manefo Sandrine, une citoyenne camerounaise rencontrée  au  « Point prestige »,  un cyber Café situé non loin du carrefour dit « ancien collège des travailleurs » à Akwa.

 

Cette dernière,  par ces mots, exprimait son indignation face à l’absence de la connexion Internet dans la ville de Douala ce jour là.  Sortie communiquer avec son frère depuis la Belgique, elle  ne le fera pas ce jour, du moins pas à cet instant. Ceci à cause de l’absence de réseau Internet. 

 

Au «cyber café le Campus » situé non loin du  lieu dit  à Ange Raphaël,  la situation est la même, et les internautes ne cessent de ce plaindre. « Qu’est ce qui se passe avec le net ce jour » ? « Je dois dialoguer avec mon blanc depuis l’Espagne. Il vient de m’appeler et il n’ y a pas de réseau que vais-je faire »  L’absence du réseau Internet nous cause beaucoup de dommages »  

 

 

 A coté de ces multiples  plaintes qui fusent de par et d’autres,  l’un des cas les plus pathétiques, est celui de  Ngako Joseph. Etudiant à l’université de Douala, il est venu  envoyer son devoir de sociologie  via le net à son enseignant   . « Le date ligne de ce devoir est fixé ce jour.  Si je ne parviens  pas à faire parvenir mon devoir,  au prof  aujourd’hui, il va m’attribuer la note zéro au contrôle continu (CC) ; et je vais reprendre la classe » déclare-t-il avec inquiétude.

 


  A l’origine de se désagrément  une panne technique causé par un violent orage qui s’est abattu sur  la capitale économique du Cameroun la veille. Selon  un responsable du service client à Orange Cameroun, interpellé pour la circonstance, la rafale qui s’est abattue sur la ville à endommagé un des relais de transmission de la connexion, ce qui justifie l’absence du réseau Internet. Celui-ci rassure du moins les abonnés sur le retour imminent du réseau. « Nos agents sont en train de résoudre le problème, ne vous en faites pas ça sera rétablit bientôt » affirmait-il.


 

D’énorme perte économique.

 L’indisponibilité de la connexion Internet dans la ville de Douala et dans  le Cameroun tout entier a crée de nombreuses pertes économiques.

Selon les responsables des cybers café de la ville de Douala, la journée de lundi est  « tombée à l’eau. » «Quand il n’ y a pas la connexion Internet moi je ne gagne pas. La journée est gratuite chez moi. Puisque  les clients ne peuvent ni surfer ni passer des appels internationaux, domaines dans lequel j’exerce. Vous comprenez donc c’est une journée difficile pour moi. » Affirme  Bolo gérant de cyber.

 


 Pour Martin Ngounou, gérant du cyber  Point Prestige à Akwa,  «Cette journée de lundi est une journée blanche.  Les impressions que je fais habituellement et certains documents que je scanne sont tirés  du net. Les appels internationaux aussi se font grâce à la connexion Internet,  J’ai presque rien gagner aujourd’hui précise -t-il ».

A ces pertes réalisées par les gérants des cybers café, viennent s’ajouter ceux des micro finances faisant dans les transferts de crédits. Ici il était  impossible d’envoyer au clients des messages  les informant de l’envoie ou du  retrait des mandats.

 


 Dans d’autres entreprises les pertes se situaient  au niveau des échanges de services. Il était pratiquement impossible de communiquer.

 


 Cette situation regrettable pour l’économie du Cameroun, pourtant en malaise économiques depuis quelques années, suite à la crise économiques qui a frappée notre pays  vient  remettre sur la sellette le problèmes des infrastructures de communications dans notre pays et plus particulièrement celui de la gestion et la promotion des nouvelles techniques de l’information et de la communication dans notre pays.

 


 Secteur en pleine expansion en Europe et qui contribue au rayonnement de leur économie, il est grand temps que le Cameroun accorde du  sérieux au  développement de ce secteur et de ses services s’il veut sortir du sous développement dans lequel il se trouve.

 

                                             Herve Villard Njiélé.

Voir les commentaires

Hubert Mono Ndjana Interpelle les intellectuels camerounais et africains.

27 Avril 2011, 17:57pm

Publié par hervy

Dans une conférence au centre culturel Blaise cendras de Douala il a demandé à ces derniers de réfléchir sur les problèmes qui minent le Cameroun et l’Afrique.

 

  Le rôle de l’intellectuel  est de réfléchir sur les problèmes de la société. Il a pour mission à travers   les débats  sociaux qu’il soulève,   les réflexions qu’il mène d’influencer positivement la marche de la société et  surtout de contribuer  à son  développement et  de son épanouissement. Il joue un rôle capital dans une nation c’est pourquoi il  est indispensable.  Pour  assumer parfaitement son rôle, pour demeurer convainquant, il doit se documenter, se former  et s’informer en permanence.

 Ainsi peut se résumer  le message  que Hubert Mono Ndjana, professeur des universités et chef de départements de philosophie à l’université de Yaoundé I a adressé à la communauté intellectuelle  du Cameroun, d’Afrique, et aux membres  sympathisants du « Club du Mardi » le 26 avril  2011 dernier. C’était au centre culturel Blaise Cendras de Douala (CCF) à partir de 17h 30 minutes.

Pendant la conférence  qui  a servi de cadre à cette communication et qui avait pour thème « le Rôle de l’intellectuelle africain dans la société actuelle : Cas du Cameroun»,  le professeur Hubert Mono Ndjana  a instruit  le public présent sur la notion de l’intellectuelle.  Ainsi, on pouvait apprendre  que, bien que qu’il soit polysémique, le mot intellectuel, qui tire son origine du latin ’’inteligere’’,  désigne celui qui cherche à comprendre les rapports qui  existent entre les choses. Ce terme  permet de désigner tout spécialiste qui quitte son domaine de spécialisation pour s’intéresser aux problématiques plus globales. Il n’est plus qu’un simple diplômé d’université  mais quelqu’un qui essaye de trouver le rapport qu’il  existe entre son domaine de spécialisation et la société.

Pour être  un intellectuel, il faut s’intéresser aux problématiques de l’heure. S’attaquer aux problèmes de gouvernance, de corruption, de démocratie, en actualité aux Cameroun et en Afrique, afin de proposer des pistes et des solutions pour lutter efficacement contre ces fléaux qui inhibent le développement  de l’Afrique    

Pour  illustrer sa pensée et justifier le rôle prépondérant que joue l’intellectuel au sein de la société à laquelle il appartient, Hubert Mono Ndjana  a fait allusion à l’influence des philosophes  des lumières sur la politique  gouvernementale des pays européens au 18ème siècle.  «C’est grâce aux réflexions  qu’ils ont  menées et la rédaction du Contrat Social par Rousseau qu’ils ont renversé le régime politique en place. Les monarchies de droit divin ont ainsi  cédé la place à la république » a-t-il affirmé.  « Comme les philosophes de lumières, les intellectuelles africains et camerounais devraient agir de la sorte pour impacter la société, pour contribuer à son évolution » précise-t-il.

L’auteur de l’ouvrage  l’Idée social Chez Paul Biya,  s’est également intéressé aux différents conflits qui  se déroulent en Afrique  durant cette conférence. Il a décrié  l’ingérence de la communauté internationale dans la crise Ivoirienne et Libyenne. Pour  lui, c’est une injustice criarde que les intellectuels africains doivent dénoncer. Ces derniers doivent questionner le mode de gouvernance des  Nations Unies et réinterroger cette politique de gestion du monde. Cet  enseignant de rang magistral pense par ailleurs que, le moment est venu  pour les intellectuels camerounais et africains, de réfléchir et de proposer aux politiques des mesures de contournement de cette politique étrangère. Même s’ils ne sont pas souvent compris, il a exalté ces derniers à plus d’engagement et à plus d’efforts.

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Hubert Mono Ndjana Interpelle les intellectuels camerounais et africains.

27 Avril 2011, 17:57pm

Publié par hervy

Dans une conférence au centre culturel Blaise cendras de Douala il a demandé à ces derniers de réfléchir sur les problèmes qui minent le Cameroun et l’Afrique.

 

  Le rôle de l’intellectuel  est de réfléchir sur les problèmes de la société. Il a pour mission à travers   les débats  sociaux qu’il soulève,   les réflexions qu’il mène d’influencer positivement la marche de la société et  surtout de contribuer  à son  développement et  de son épanouissement. Il joue un rôle capital dans une nation c’est pourquoi il  est indispensable.  Pour  assumer parfaitement son rôle, pour demeurer convainquant, il doit se documenter, se former  et s’informer en permanence.

 Ainsi peut se résumer  le message  que Hubert Mono Ndjana, professeur des universités et chef de départements de philosophie à l’université de Yaoundé I a adressé à la communauté intellectuelle  du Cameroun, d’Afrique, et aux membres  sympathisants du « Club du Mardi » le 26 avril  2011 dernier. C’était au centre culturel Blaise Cendras de Douala (CCF) à partir de 17h 30 minutes.

Pendant la conférence  qui  a servi de cadre à cette communication et qui avait pour thème « le Rôle de l’intellectuelle africain dans la société actuelle : Cas du Cameroun»,  le professeur Hubert Mono Ndjana  a instruit  le public présent sur la notion de l’intellectuelle.  Ainsi, on pouvait apprendre  que, bien que qu’il soit polysémique, le mot intellectuel, qui tire son origine du latin ’’inteligere’’,  désigne celui qui cherche à comprendre les rapports qui  existent entre les choses. Ce terme  permet de désigner tout spécialiste qui quitte son domaine de spécialisation pour s’intéresser aux problématiques plus globales. Il n’est plus qu’un simple diplômé d’université  mais quelqu’un qui essaye de trouver le rapport qu’il  existe entre son domaine de spécialisation et la société.

Pour être  un intellectuel, il faut s’intéresser aux problématiques de l’heure. S’attaquer aux problèmes de gouvernance, de corruption, de démocratie, en actualité aux Cameroun et en Afrique, afin de proposer des pistes et des solutions pour lutter efficacement contre ces fléaux qui inhibent le développement  de l’Afrique    

Pour  illustrer sa pensée et justifier le rôle prépondérant que joue l’intellectuel au sein de la société à laquelle il appartient, Hubert Mono Ndjana  a fait allusion à l’influence des philosophes  des lumières sur la politique  gouvernementale des pays européens au 18ème siècle.  «C’est grâce aux réflexions  qu’ils ont  menées et la rédaction du Contrat Social par Rousseau qu’ils ont renversé le régime politique en place. Les monarchies de droit divin ont ainsi  cédé la place à la république » a-t-il affirmé.  « Comme les philosophes de lumières, les intellectuelles africains et camerounais devraient agir de la sorte pour impacter la société, pour contribuer à son évolution » précise-t-il.

L’auteur de l’ouvrage  l’Idée social Chez Paul Biya,  s’est également intéressé aux différents conflits qui  se déroulent en Afrique  durant cette conférence. Il a décrié  l’ingérence de la communauté internationale dans la crise Ivoirienne et Libyenne. Pour  lui, c’est une injustice criarde que les intellectuels africains doivent dénoncer. Ces derniers doivent questionner le mode de gouvernance des  Nations Unies et réinterroger cette politique de gestion du monde. Cet  enseignant de rang magistral pense par ailleurs que, le moment est venu  pour les intellectuels camerounais et africains, de réfléchir et de proposer aux politiques des mesures de contournement de cette politique étrangère. Même s’ils ne sont pas souvent compris, il a exalté ces derniers à plus d’engagement et à plus d’efforts.

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Hubert Mono Ndjana Interpelle les intellectuels camerounais et africains.

27 Avril 2011, 17:57pm

Publié par hervy

Dans une conférence au centre culturel Blaise cendras de Douala il a demandé à ces derniers de réfléchir sur les problèmes qui minent le Cameroun et l’Afrique.

 

  Le rôle de l’intellectuel  est de réfléchir sur les problèmes de la société. Il a pour mission à travers   les débats  sociaux qu’il soulève,   les réflexions qu’il mène d’influencer positivement la marche de la société et  surtout de contribuer  à son  développement et  de son épanouissement. Il joue un rôle capital dans une nation c’est pourquoi il  est indispensable.  Pour  assumer parfaitement son rôle, pour demeurer convainquant, il doit se documenter, se former  et s’informer en permanence.

 Ainsi peut se résumer  le message  que Hubert Mono Ndjana, professeur des universités et chef de départements de philosophie à l’université de Yaoundé I a adressé à la communauté intellectuelle  du Cameroun, d’Afrique, et aux membres  sympathisants du « Club du Mardi » le 26 avril  2011 dernier. C’était au centre culturel Blaise Cendras de Douala (CCF) à partir de 17h 30 minutes.

Pendant la conférence  qui  a servi de cadre à cette communication et qui avait pour thème « le Rôle de l’intellectuelle africain dans la société actuelle : Cas du Cameroun»,  le professeur Hubert Mono Ndjana  a instruit  le public présent sur la notion de l’intellectuelle.  Ainsi, on pouvait apprendre  que, bien que qu’il soit polysémique, le mot intellectuel, qui tire son origine du latin ’’inteligere’’,  désigne celui qui cherche à comprendre les rapports qui  existent entre les choses. Ce terme  permet de désigner tout spécialiste qui quitte son domaine de spécialisation pour s’intéresser aux problématiques plus globales. Il n’est plus qu’un simple diplômé d’université  mais quelqu’un qui essaye de trouver le rapport qu’il  existe entre son domaine de spécialisation et la société.

Pour être  un intellectuel, il faut s’intéresser aux problématiques de l’heure. S’attaquer aux problèmes de gouvernance, de corruption, de démocratie, en actualité aux Cameroun et en Afrique, afin de proposer des pistes et des solutions pour lutter efficacement contre ces fléaux qui inhibent le développement  de l’Afrique    

Pour  illustrer sa pensée et justifier le rôle prépondérant que joue l’intellectuel au sein de la société à laquelle il appartient, Hubert Mono Ndjana  a fait allusion à l’influence des philosophes  des lumières sur la politique  gouvernementale des pays européens au 18ème siècle.  «C’est grâce aux réflexions  qu’ils ont  menées et la rédaction du Contrat Social par Rousseau qu’ils ont renversé le régime politique en place. Les monarchies de droit divin ont ainsi  cédé la place à la république » a-t-il affirmé.  « Comme les philosophes de lumières, les intellectuelles africains et camerounais devraient agir de la sorte pour impacter la société, pour contribuer à son évolution » précise-t-il.

L’auteur de l’ouvrage  l’Idée social Chez Paul Biya,  s’est également intéressé aux différents conflits qui  se déroulent en Afrique  durant cette conférence. Il a décrié  l’ingérence de la communauté internationale dans la crise Ivoirienne et Libyenne. Pour  lui, c’est une injustice criarde que les intellectuels africains doivent dénoncer. Ces derniers doivent questionner le mode de gouvernance des  Nations Unies et réinterroger cette politique de gestion du monde. Cet  enseignant de rang magistral pense par ailleurs que, le moment est venu  pour les intellectuels camerounais et africains, de réfléchir et de proposer aux politiques des mesures de contournement de cette politique étrangère. Même s’ils ne sont pas souvent compris, il a exalté ces derniers à plus d’engagement et à plus d’efforts.

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Corpos foot 2011: Cacophonie autour des demi-finales.

19 Avril 2011, 11:00am

Publié par hervy

 

Sport

                                                                                                                             

La rencontre opposant  Ader fc à Huawei , comptant pour les demis finales retour de ce  tournoi  prévue samedi 16 avril  dernier  a été perturbée par les membres de l’équipe de la Socafer .

 

 

Les spectateurs du tournoi de football baptisé ‘’Sertral corpos foot’’ ont été  sevrés du spectacle dont ils ont l’habitude. Venus massivement  vivre en direct  du stade Cicam, le duel Ader Fc –huawei  comptant pour les demi-finales retour, ils n’ont eu droit qu’à un spectacle odieux.  A  16 h,  ce samedi, les membres de l’équipe de Socafer  vont envahir le stade  et empêcher la rencontre au programme d’avoir lieu.

Ils réclamaient par cet acte la tenue de  la première demi-finale  retour qui devait opposer  leur équipe à celle d’Orange Cameroun.  Rencontre  annulée à cause la qualification de l’équipe d’ Orange Cameroun  suite à la réserve  qu’elle a porté contre deux joueurs de Socafer . A savoir Akon  Abunaw et  Abang Takoh.

 

 

En effet, lors  des demi-finales aller opposant l’équipe de Socafer à celle d’Orange Cameroun, rencontre remportée  par l’équipe de Socafer par 4buts à zéro, Socafer avait fait jouer quatre joueurs qui, selon la réserve portée à la commission d’homologation par Orange Cameroun, ne font pas partie du personnel de cette entreprise.  Ils réclamaient donc la victoire par forfait car l’équipe de Socafer ayant violé les règles  de discipline qui stipule que seuls les employés  permanents ou temporaires doivent participer au tournoi.

 

 

Après production des documents justificatifs deux ont été retenues et deux rejetés.   Notamment les cas d’Akon Abunaw et Abang Takoh étudiants à l’école supérieure de gestion (ESG) en cours du jour et Stagiaires à la Socafer depuis 8 mois qui ont été jugés irrecevables par la commission d’homologation.

 

 

Selon Richard Moukollo président du comité technique et promoteur de ce tournoi, « il est difficile voire impossible pour un étudiant inscrit en cours du jour de faire le stage et les cours au même moment. » en plus poursuit-il, la socafer n’avait jamais produit des badges quand ils jouaient. C’est quand l’équipe d’Orange a  porté  réserve  qu’ils ont produits les badges. »

 

 

Argument battu en brèche par  Janvier Djob Directeur administratif du personnel à la Socafer  qui voit dans cette décision de la commission d’homologation du tournoi Sertrel Corpos foot une simple machination pour évincer son équipe et avantager  celle d’orange Cameroun sponsor de ce tournoi. « Le mail annonçant notre disqualification nous est parvenu hier (vendredi 15 avril 2011). Malgré les justifications que nous avons apportées.  A-t-il affirmé. « Je comprends qu’ils veulent favoriser l’équipe d’orange Cameroun parce que ce   sont eux les sponsors de l’évènement. »  Il martèle par ailleurs  son engagement à aller au bout de son action. «  ça va être ainsi. Si nous ne jouons pas, ils ne joueront pas. S’ils veulent que nous abandonnions, ils n’ont qu’à nous rembourser. » A-t-il  rallé.

 

 

En attendant que l’administration se saisisse du dossier et que la délégation des sports et de l’éducation physique arbitre le problème, le président Richard Moukollo rassure du moins  que la finale de ce tournoi se déroulera bel  et le bien le 30 avril prochain.

 

 

Co organisé par  Richard  Moukollo, les délégués de sport et de l’éducation physique et   des affaires sociales pour le littoral, le tournoi « Sertral Corpo foot » qui a débuté le 15 janvier 2011  au Stade Cicam à Douala a pour but  de distraire les employer des entreprises,  de faciliter la communication entre eux et surtout  de favoriser leurs  épanouissement. Elle regroupait au début dix équipes reparties en deux sous poules de cinq.

                                                                                                                                                                                                                                 Hervé Villard Njiélé.

Voir les commentaires

Elections présidentielles 2011:JEAN Delor Mbem désormais candidat.

17 Avril 2011, 19:16pm

Publié par hervy


Le président national de l’ESDC (Egalité sociale Démocratique du Cameroun) a déclaré officiellement sa candidature aux élections  présidentielles de 2011 le 9 avril dernier. C’était  au siège de son parti sis à Akwa Nord à Douala, en présence des hommes de médias et certaines autorités traditionnelles de cette contrée.

 

 

«Le Cameroun et l’Afrique toute entière ont beaucoup à attendre de la modernité.  Ils disposent des dons nécessaires pour la réussite. C’est l’égalité Sociale démocratique du Cameroun qui en sera le sujet. C’est bien nous qui allons sortir notre pays  dans l’impasse même par l’alternative au pouvoir. D’où ma déclaration de candidature à l’élection présidentielle de 2011 au Cameroun. »

 

 

 

C’est par ces phrases pleines de convictions et d’abnégation, que le président de l’ESDC a officiellement déclaré sa candidature aux élections présidentielles qui se dérouleront au Cameroun d’Ici la fin de l’année.

Jean Delor  Mbem puisqu’il s’agit de lui s’est proposé durant cette  déclaration de candidature, de redresser  le Cameroun.  Ce redressement  d’après lui  passe par   la réanimation de l’économie  mourante du pays   et l’amélioration de la condition de vie des camerounais.



 Sur le plan économique, l’ancien président de la section Rdpc du Nkam Nord se propose de mettre fin à la tradition diplomatique qui existe entre le Cameroun et le France, son ancienne puissance colonisatrice. Selon lui ce sont ces relations qui sont à l’origine de la dévaluation du Franc Cfa et de la  crise économique qui a mis à genou notre économie.


Il se propose par ailleurs de mettre fin aux rapports qui lient le Cameroun au fond monétaire international (Fmi) Car, selon ses analyses, le Fmi est responsable de la catastrophe économique actuelle. Et, on ne saurait compter sur lui pour redresser l’économie du Cameroun ni  celle de l’Afrique.

Le présidentiable propose en outre  comme mesure de restructuration de l’économie camerounaise, la nationalisation du secteur de la communication et plus particulièrement celui de la téléphonie mobile.   Ce secteur géré  par les étrangers est la source de notre appauvrissement. 

 

 

Selon  un calcul portant sur de consommation des crédits de communication qu’il a lui-même fait, en prenant pour échantillon une population de 10 millions d’habitants et la minute de téléphone à 100 francs CFA,  il constate  que le Cameroun  perd en moyenne près de trente six milles milliards de francs CFA en dépense téléphonique par mois

 

 

 

Au domaine sanitaire, le président de l’ESDC  entend améliorer la condition de vie des camerounais où qu’ils soient. En mettant sur pied une politique  d’assurance sanitaire qui permet  aux Camerounais de se soigner à moindre coup.

 


Sur le plan éducatif,  jean Delor Mbem entend revaloriser l’éducation au Cameroun en .améliorant la condition de vie des enseignants  et en subventionnant  les études.

 


Pendant  la conférence de presse organisée pour la circonstance,  l’ancien président de la section Rdpc du Nkam Nord a  donné les raisons de sa démission du parti au pouvoir. Il évoque  la contradiction au niveau des visions. « je pars du Rdpc parce que mes nombreuses propositions  pour l’amélioration des conditions  de vie des camerounais n’ont jamais été prises en compte au sein du parti. Notamment celles portant sur l’exploitation du bois  par l’Etat du Cameroun et celles portant sur l’assurance médicale »

 


Entre autres raisons de sa démission, le  présidentiable évoque  par ailleurs la place de député Rdpc du Nkam Nord  qui lui a été arrachée  au profit de Mme Eku, alors qu’il avait réellement  remporté les élections  dans cette contrée du Cameroun

                                                                                                                                                                             Hervé Villard Njiélé.

Voir les commentaires

Eto'o Fils qualifie l'inter de Milan aux quart de finales de la champions league

22 Mars 2011, 17:49pm

Publié par hervy

smuel-eto-o.jpg'" Eto'o fils est un joueur talentueux. Je ne suis pas certain que sa paire de godasse a été fabriquée dans les même usines que celle des autres joueurs. C'est un phénomène. Sans lui que serait devenu Inter de Milan?"

 

Ainsi s'exclamait un supporter de Inter de Milan à la fin la rencontre qui  l'a opposé l'équipe de Bayern de Munichdans la ville de Munich  le mardi  15 mars 2011 dernier. Cette rencontre comptant pour les huitièmes de finales retour, a été remportée par l'inter de milan de Samuel Eto'o fils sur un score de 3 buts contre 2.

Excellent durant cette rencontre, Samuel Eto'o fils ,buteur et auteur de deux passes décisives  a une fois de plus démontré qu'il démeure toujours le magicien du ballon rond.

 

Tous ceux qui ont régardé cette rencontre , même ses détracteurs, ont reconnu à l'unisson le talent incontestables de l'enfant de New-Bell.

Battu à Milan au match aller par zero but contre un, nul ne croyait à la qualification des interistes. Il  a fallu que l'enfant térrible de New-Bell comme  l'appelle affectueusement ses fans , se surpasse ce soir là ,pour offrir la qualification à son club.

 

Satisfait et tout excité de la qualité de jeu du terrible et imprévisible samuel Eto'o,du professionnalisme et de l'altruisme dont 'il a fait montre durant toute la rencontre, et surtout lors  du troisième but  qui a qualifié le seul club italien aux quart de finales de cette competition,ses coéquipiers ont reconnus qu'il est "un joueur talentueux et un goleador hors echelle".  Ses prouesses et ses merites ont pareillement été ventées par les commentaeurs et spécialistes du football pendant et après la rencontre .

 

Fantastique Samuel Eto'o! Les camerounais espèrent tout simplement que tu sauras faire usage de ce talent pour faireg agner les lions indomptables du Cameroun lors de la rencontre qui les oppose aux lions de la Teranga  du Sénégal le 26 mars prochain.

 

                                                                                                                                                               

                                                                   Hervé Villard.

Voir les commentaires

Culture: Les organisateurs d'Annual Show font le point

26 Novembre 2010, 17:57pm

Publié par hervy

 

Une conférence  de presse avec les journalistes s’est tenue ce vendredi 26 novembre 2010 au village du festival à Bonapriso.

Présenter aux hommes de médias présents  la suite du programme des  activités de la 5ème édition d’Annual Show qui a débuté le mercredi 24 novembre 2010. C’est  le but  visé par la conférence de presse qui s’est tenu au  Saint Njohn’s Plaza le vendredi 26 novembre 2010. En plus de la présentation des innovations de la 5ème édition à savoir ; la présence  de plusieurs mannequins venus de la France, du Sénégal, de la Côte d’Ivoire, la réalisation par les médias Stv, Canal2 international et Ltm Tv des émissions en direct du site de l’évènement, il était également question de faire découvrir le comité d’organisation qui pilote le festival depuis le début.  Grégoire Piwele le président du comité d’organisation, a profité de l’occasion pour remercier  la presse dans son ensemble pour la couverture de l’évènement  et la communication faite autour. Il a aussi félicité  ses collaborateurs  pour  les efforts déployés et les sacrifices consentis  pour la réussite de ce festival culturel. Les organisateurs  ont par la même occasion, répondu aux questions et inquiétudes des journalistes. Etaient présents à cette conférence de presse, les membres du comité d’organisation à savoir Grégoire Piwele, Pascal Pierre Bengono, Saytia Oblette, Lakisha Hillard, Liliane Massok, Patricia Boowen, Marion Obam, les responsables des entreprises partenaires et quelques artistes phares. Seule personnalité  surprise à cette conférence de presse, le directeur général de la chaîne de télévision française Africa 24, arrivé en Afrique et au Cameroun pour la première fois.

 

Hervé Villard

 

 

 

 

Voir les commentaires

La féderation camerounaise du sport pour personnes handicapées fait la promotion du Cecifoot

26 Novembre 2010, 16:07pm

Publié par hervy

Une rencontre qui opposait les joueurs de l’équipe nationale répartis en deux camps s’est déroulées hier au stade du lycée Joss à Douala.


« Par manque d’argent nous n’avons pas participé à la coupe du monde de football pour personnes handicapées. La rencontre que jouent les lions indomptables du cecifoot se situe dans le cadre de la vulgarisation de cette discipline inconnue du public. Notre objectif c’est de la faire connaitre par tous. » Ces propos sont de martin Luther Amahata Adibita  le vice président de la fédération camerounaise du sport pour personnes handicapées. Rencontré hier au lycée Joss à l’occasion de ce match qui opposait les anciens lions indomptables au lions cecifoot, il a affirmé  la détermination de la fédération camerounaise du sport pour personnes handicapées à vulgariser la cécité football (cecifoot) de même que d’autres disciplines  sportives pour personnes handicapées. « Si vous connaissez des personnes non voyantes qui aiment pratiquer du sport, conduisez les au centre on va les former. Aujourd’hui la fédération a des entraîneurs sur place. » A-t-il précisé.


 En plus du football pour personnes malvoyantes qui se pratique déjà sur le triangle national, d’autres disciplines telles que le torr Ball, l’athlétisme, la natation, la lutte africaine  sont également pratiquées par ces derniers. Selon Toussaint Akwe, l’entraineur national des lions indomptables Cecifoot,  les personnes handicapées sont  de parfaits sportifs ils aiment le sport c’est pourquoi il faut tout simplement bien les encadrer.

 

 

Un football pas comme les autres


S’agissant d’une rencontre de cecifoot, elle se déroule sur un stade entièrement clos. Ceci pour permettre aux joueurs de champs de ne pas sortir du stade. Le ballon utilisé porte un grelot. Le son émis par  celui-ci permet aux joueurs de suivre la direction de la balle et de jouer plus aisément. Pour une rencontre de cecifoot, on a cinq joueurs par équipe donc quatre non voyants et un joueur voyant qui est le gardien de but. La  rencontre dure cinquante minutes, soit vingt cinq minutes par partie. Les coaches et les guides que l’ont retrouvent aux abords du stade, orientent eux-aussi les joueurs avec des recommandations qu’ils donnent.

 

Hervé Villard

Voir les commentaires

Sport: La rencontre de cecifoot amuse le public

26 Novembre 2010, 15:58pm

Publié par hervy

 


Celle qui s’est jouée le mercredi 24 Novembre 2010 au lycée Joss a permis à plus d’un de se détendre

 

Tous ceux qui ont assisté à la rencontre de cecifoot qui s’est déroulée au lycée Joss à Douala hier ont rit au point de se tordre les côtes.  Même les éléments des forces de l’ordre reconnus pour leur nervosité, présents au stade n’ont pas résisté aux différentes actions menées par les joueurs du cecifoot.  Courir sans direction,  tâtonner  avec un ballon à l’entrée de la surface de réparation, confondre de temps à autre de camp, chercher sans trouver le ballon qui n’est pas loin d’eux,  tirer des ballons hors du stade, sortir sans s’en rendre compte de l’aire de jeu, voilà quelques actions que le public présent hier au lycée joss à vécu passionnément. Il fallait que les  guides placés aux abords du stade, repositionnent et  recentrent  de temps à autres les joueurs pour que la partie reprenne.

 Au-delà de cet aspect divertissant, c’était une rencontre de football très engagée qui s’est déroulée hier. Le public a assisté à des phases de feintes et de dribbles spectaculaires. « Des passes aveugles » qui sont le plus souvent fait pas des joueurs expérimentés  se faisaient sur le stade. L’exécution des remises en jeu et des coups francs  avec maestria a démontré à suffisance que les personnes malvoyantes ont du potentiel et, s’il avait la chance de voir, ils seraient très performants. Pour avoir arboré le visuel, ce morceau de tissue qui permet de fermer les yeux des joueur pratiquant le cecifoot, Joseph Antoine Bell l’ancien lions indomptables, Meiway, William Andem, Christian Tchuisseeu, Aïx et les autres  ont  reconnu le potentiel des pratiquants de cette activité. «Ce n’est pas facile de jouer au football sans voir » ont-ils remarqué.  Pour faire honneur au public et aux personnes handicapées visuels et moteurs présents, ces stars ont exécuté des sciences de tirs au but avec les visuelles  sur le visage.  L’un des moments les  plus émouvants de la rencontre de cécifoot hier a été l’inscription de l’unique but du match par l’équipe vêtue du maillot bleu. Le buteur en jubilant a quitté sans s’en rendre compte l’aire de jeu. C’est le guide qui la ramener quelques temps après sur l’aire de Jeu.

Bien qu’amusante la rencontre de cecifoot de mercredi 24 novembre 2010 a permis  de promouvoir ce sport et de valoriser les  personnes handicapées.

Hervé Villard.

 

Voir les commentaires