Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

actualite

 Ligue professionnel : Timide lancement à Limbe

13 Février 2018, 14:26pm

Publié par Hervé Villard

Le  general Semengue, Me Dieudonné Happi président du Comité de normalisation de la Fecafoot,N'djomo Kevin, Faustin Domkeu

Le general Semengue, Me Dieudonné Happi président du Comité de normalisation de la Fecafoot,N'djomo Kevin, Faustin Domkeu

 Le coup d’envoi de la saison sportive 2017-2018 a été donné ce dimanche 11fevrier 2018 dans l’antre du Centenary stadium de Limbe par le général Semengue, président de la ligue de football professionnel du Cameroun.

 Les responsables du football camerounais concentrés

Les responsables du football camerounais concentrés

C’est dans un stade du Centenary stadium à moitié vide que la nouvelle saison sportive a été lancée ce dimanche dans la ville de Limbe, département du Fako, région du Sud-ouest. L’ambiance un peu morose qui a régné à l’occasion de cette cérémonie ne surprenait personne. Encore moins les hommes de médias. Car, il fallait s’y attendre.

En choisissant la date du 11 février, date de la célébration de la fête nationale de la jeunesse au Cameroun, il était certains que l’évènement, même s’il est sportif, ne rassemble pas autant de foule comme ce fût le cas les années précédentes. Puisque les activités de cette fête devaient occuper une bonne partie de cette population pourtant accueillante. Et ce fut le cas.

 Cependant l’aspect morose de la cérémonie n’a en rien empêché le lancement officiel de cette saison sportive, pourtant porteuse d’espoir pour le Cameroun. Eliminé de manière prématurée au dernier championnat d’Afrique des nations de football, qui s’est déroulé au Maroc du  12 janvier au 4 février 2018, le Cameroun compte sur le bon déroulement de cette saison sportive pour rehausser le niveau de ses joueurs locaux et améliorer son palmarès dans cette compétition africaine.

Lors de ce lancement officiel qui a rassemblé tous les responsables de la Ligue de football professionnel du Cameroun, de la Fédération camerounaise de football et les responsables administratifs de la ville de Limbe , au rang des quels le préfet du Fako, le sous-préfet le délégué du gouvernement auprès de la commune urbaine de Limbe, le maire, Me Dieudonné Happi le président du Comité de normalisation, Djomo  Kevin, l’un des membres de ce comité, le général Semengue a invité tous les acteurs du football à avoir un esprit sportif et surtout au respect du Fair-play.

Respect des règles éthiques

Aux populations de la région du Sud Ouest à qui il a adressé sa gratitude, le général Semengue les a rappelés que leur région sera très sollicitée au courant de la saison sportive. Car, des rencontres de ligue 1 et ligue 2 ont été délocalisée dans la zone. Ces dernières devront donc de ce fait, se mobiliser pour venir soutenir les  équipes en compétition et découvrir des spectacles. Evoquant le fait que le Sud-ouest  accueillera l’une des poules de la Can 2019, le général Semengue dans son discours de circonstance a prescrit le strict respect des règles éthiques édictées par la Fifa et l’esprit patriotique au  courant de  cette  nouvelle saison sportive.

Bien avant le coup d’envoie de la rencontre inaugurale opposant  Feutcheu Football club contre Apejes de Mfou, rencontre remportée par Feutcheu par deux  buts+ contre un, le maigre public du Centenary stadium a eu droit à des prestations musicales ayant rehaussé  l’éclat de  l’évènement.

Hervé Villard Njiélé de retour de Limbe

Voir les commentaires

Tour Cycliste international du Cameroun : Le parcours est déjà connu

9 Février 2018, 20:49pm

Publié par Hervé Villard

 

Selon les responsables de la fédération camerounaise de cyclisme qui ont tenu une réunion  préparatoire ce 9 janvier 2018 à Yaoundé, cette compétition se déroulera uniquement  dans  cinq régions.A savoir  le Centre, le Sud, le Littoral,  Sud-Ouest et  l'Ouest

 

Honoré  Yossi  le président de la Fecacyclisme a présidé ce 9 février 2018 au siège de la fédération à Yaoundé la première  réunion préparatoire du Tour Cycliste international du Cameroun prévu du 10 au 18 mars 2018. Au cours  de  cette  réunion à laquelle prenait  part ses principaux collaborateurs que  sont le Directeur Technique National et l'entraîneur national, il  était question de  statuer sur le bon déroulement de cette compétition et surtout  de  mieux  s'organiser pour la  réussir. Car, après l'organisation réussite du championnat d'Afrique des national de cyclisme qui s'est déroulé  du  31 janvier  au  4 février 2018 dans les  régions du Littoral, du Sud-Ouest et du Centre, Il n'est  point question de s'amuser. Il faut s'activer pour maintenir la flamme  allumée pour pousser les  camerounais à aimer et à intéresser aussi  au cyclisme.

 

Pour réussir ce pari, ces derniers ont commencé par la définition du parcours  de  cette compétition parrainé désormais par l'Union du  cyclisme international (Ucy). Ainsi,  le parcours  arrêté  se  décline  en  8 étapes.La 1ère étape qui se court le 10 mars Pouma- Kribi, la 2eme le 11 mars Kribi- Douala, la 3eme le 12 mars Douala- Douala ( critérium), la 4 ème étape le 13 mars Douala -Limbe ( Semé Beach), la 5 ème étape le 15 mars Mbanga- Bafang, la 6 ème étape le 16 mars Bafoussam- Dschang- Bafoussam, la 7 ème étape le 17 mars Tonga- Bangangte- Tonga, la 8 ème et dernière étape le 18 mars Bafia- Yaoundé.

 

 Selon les  membres de  la  fédération  camerounaise  de cyclisme 10 équipes venues d'Afrique, d'Europe et du Cameroun seront invitées à prendre part à la compétition..

La compétition est inscrite sur le calendrier de l'Union cycliste internationale en classe 2.2 qui a déjà désigné le président du jury des commissaires de course.

 

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Tour de l’espoir: Joseph  Areruya  remporte le  trophée  final

9 Février 2018, 14:45pm

Publié par Hervé Villard

Le vainqueur de la tropicale Amisa  Mbongo a dominé la 1ere édition du championnat d’Afrique de cyclisme des moins de 23ans  qui s’est déroulé au Cameroun du 31 janvier au  4 février  2018.

image  archive  tour de l'Espoir

image archive tour de l'Espoir

Annoncé parmi les cyclistes favoris, qui prenaient part au championnat d’Afrique des nations de  cyclisme des moins de 23ans, organisé pour  la première fois en Afrique et  au Cameroun,  Joseph Areruya a respecté son  rang. Mieux que  ça, il a remporté le premier trophée africain de cette compétition. En dominant de bout en bout les intrépides cyclistes érythréens, marocains, sud-africains, algériens, congolais et burkinabés rompus à la tâche. Le coureur  rwandais vainqueur de  la  13ème édition du tour cycliste Amisa Mbongo qui s’est déroulé  au Gabon,  a été déclaré vainqueur de ce Championnat africain, après la dernière étape courue entre Akonono et Yaoundé, long de 80.5km. Bien que  remportée par l’Erythréen Muluebehan Henok avec un chronomètre de 1h50’44’’ c’est Joseph Areruya classé quatrième au classement par étape  avec 1h50’47’’ comme  chrono  derrière  le marocain Chokri El Mehdi (1h50'44'')deuxième et l’algérien Bengayou  Abdelraouf (01h50'47'') troisième,  qui  occupera  la première place au classement  général. 

Stratégie

 Il faut dire que Joseph Areruya le long de cette compétition aura été patient. Sachant à l’avance qu’il était attendu par les autres coureurs professionnels présents dans le tour notamment ; les Erythréens revanchards, les Marocains, les Burkinabés(…), il les a laissés  prendre légèrement de l’avance. Et a sorti les grands coups de pédales dans les dernières étapes.

 La preuve, lors des  deux  premières  étapes  courues  dans  la  ville  de Douala,  remportées  successivement par les Erythréens Mebrahtom Natnael (02h25'24'') et Habtemchael Daniel (3h41'32''), il n’était pas présent sur le podium. Car n’a remporté aucun des prix distribués. A savoir ;le maillot vert, maillot blanc à pois rouge, prix de la combativité. Il a fait mentir les  commentateurs de ce tour qui plébiscitaient l’Erythéen Selemun Zemenfes comme vainqueur de cette compétition puisqu’il a conservé le maillot vert de meilleur sprinteur durant deux  étapes.

Resté coller à la roue des  Erythréens pendant ces deux premières étapes, c’est à la 3ème étape que Joseph Areruya trahit son ambition d’être vainqueur de cette compétition africaine en terminant maillot jaune. Bien que classé 2ème a l’issue de cette étape remportée par son compatriote Mugisha Samuel (2h28'40''), il améliore sensiblement son chronomètre et réalise  son rêve à 4ème et dernière étape de ce tour. Son sacre qui ne surprend pas ses encadreurs,  permet une fois de plus de démontrer la suprématie du cyclisme rwandais sur le continent.

Le Cameroun à l’école

Pendant ce championnat d’Afrique des nations de cyclisme des moins de 23ans compétition dominée de fond en comble par les cyclistes rwandais, Erythréens ,Marocains qui ont eu au moins chacun un prix, les cyclistes camerounais n’ont pas été ridicules. Bien qu’incapable de remporter la moindre étape à domicile, ils n’ont pas abandonné la course comme certains cyclistes. Zang Ondoa Jacques Kamdem Fodjo Jordan, Priso Lobe Alain Junior,Voukeng Kemtsop Ismael ont mouillé le maillot et s’en sortent avec une mention honorable. Ce qui pousse Honoré Yossi à dire que «le cyclisme camerounais a des beaux jours devant lui».

Organisé par le groupe Vivendi Sport et la fédération camerounaise de  cyclisme, la première édition du championnat africain de cyclisme des moins de 23ans tenu au Cameroun a rassemblé 15 nations.

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Ascension du mont Cameroun:  Les problèmes anglophones menacent l’organisation de la compétition

9 Février 2018, 14:16pm

Publié par Hervé Villard

Selon les organisateurs de l’évènement les annonceurs rechignent à accompagner la 22ème édition de la course de l’espoir  prévue le 25 février 2017 prochain.

 

L’ascension du mont Cameroun encore  baptisé  «course  de l’Espoir»  est entrée dans sa dernière  phase préparatoire. Pendant que les  athlètes des  différentes régions peaufinent les derniers entraînements, le comité  d’organisation  quant à lui est à pied œuvre pour s’assurer du bon déroulement de l’évènement.  Sur le plan organisationnel, il n’y a vraiment aucune  inquiétude à se  faire.  Avec la  construction du stade de Molyko de Buéa  par l’Etat  du Cameroun  lors de la préparation de la Can féminine 2016, le  gros du  travail a été  fait. «On a  plus  besoin d’aller aménager le site et installer  les  tentes  comme  cela se faisait par le passé. Il y a le stade et les gradins. Le gros  du  travail à faire a déjà  été facilité  avec l’aménagement de  ce  stade.  Il reste  juste  la pose  des  tartans  pour la  piste  d’athlétisme»,  signale Yves  désiré Ekwalla, secrétaire  régionale  d’athlétisme  pour le Littoral et chef  de projet d’organisation de la «Course de l’espoir».Pour parachever l’organisation de cette compétition qui revêt désormais un caractère  traditionnel, une  dernière  réunion avec le  ministre des Sports et de  l’Education Physique  est  prévue  ce  jeudi à Yaoundé. Il sera question de  revenir sur les  difficultés rencontrées  pour la tenue de la 22ème édition de cette compétition et de  trouver rapidement les  solutions avant  le  jour-j. 

 Si tout semble marcher  comme sur des roulettes pour le Comité d’organisation au four et au moulin depuis la clôture de la 21ème édition de la course de l’espoir,   C’est  du  coté  des annonceurs  que  vient le  hic.  Ces  derniers  n’accourent pas  beaucoup. Et évoquent  comme  raison  la situation sociopolitique en vigueur dans la partie  anglophone du pays. Ils craignent pour  la mobilisation et l’engouement autour de l’évènement. Et pensent que l’évènement sera  un fiasco. «Ils ont peur que les populations de Limbé  Buéa, de Bamenda qui viennent souvent à l’évènement  ne viendront  plus», tente d’expliquer Yves  Désiré Ekwalla chef de projet de la course de l’espoir. Malgré les assurances apportées par les autorités administratives, les chefs traditionnelles et même les  populations des régions  autochtones qui  promettent tout faire pour que tout se déroule normalement, l’organisation de l’évènement reçoit des  coups durs de ce  coté là.  Les annonceurs rechignent à soutenir l’évènement comme ce fût le cas par le passé ce qui complique un peu la situation. «La course de l’espoir n’intéresse pas trop  les  annonceurs. Ceux que nous avons approché peinent à s’associer à l’évènement. Ils  sont dubitatifs  quand  à la  tenue de  la  22ème édition de  la course de  l’espoir », fait savoir avec un  peu  déçus Desiré  Ekwalla. 

Malgré cette situation, précise Charles Kouoh Kotte le secrétaire générale à la fédération  camerounaise  d’athlétisme, « la  fête  sera  belle ».  Car, la course de  l’espoir a  développé  la  ville de  Buea,  sur le  plan économique  cette  compétition est très  attendue  par  les  populations locale principaux  bénéficiaires « le nombre d’hôtels qu’il y a à Buea  aujourd’hui grâce à  de la course du mont  Cameroun rivalise avec d’autres grande ville du pays. Qu’était la ville de Buea avant l’avènement du mont Cameroun. Ce sont les populations  qui tirent le meilleur partie de cet évènement dont  elles  ne peuvent pas le boycotter. La  course de l’espoir est plus qu’une fête  nationale dans cette partie  du pays», explique Charles Kouoh Kotte tout en dénonçant l’attitude des annonceurs camerounais. «Dans d’autres cieux, ce sont les annonceurs qui courent après des évènements comme celui-ci. C’est quand  même désolant  dans notre pays  que des gens se cachent derrière cette pseudo raison  pour  ne pas soutenir l’évènement. Nous on sait comment les annonceurs  fonctionnent dans notre pays et c’est  regrettable» s’offusque ce dernier avant d’inviter massivement les populations à cette  grande fête nationale.*

Coup d’envoie

Sur le plan technique et pratique, toutes les régions sont déjà prêtes et  n’attendent que  le  coup d’envoie. Les tests  de  sélections   ont déjà  eu  lieu et  les  athlètes ne font que des derniers rodages. « Nous au Littoral sommes prêts », affirme Charles Essome président de l’association des marathoniens  du Littoral. «on a fait  travailler les cotes la  dernière  fois  dimanche dernier  sur le mont Beedi. Maintenant nous allons entamer la course de  fond ce  dimanche au stade omnisports de Bepanda. Nous avons des bons athlètes on espère qu’au niveau des courses individuelles cette année nous aurons des prix», espère-t-il. Selon des informations près  de 95 athlètes dans la région du Littoral attendent avec impatience le 25 février 2017 pour montrer de quoi ils  sont capables.

Hervé  Villard Njiélé

Voir les commentaires

Conseil Constitutionnel:Clement Atangana prend les commandes

7 Février 2018, 21:29pm

Publié par Hervé Villard

 

 Votre Blog a saisi l’occasion de la nomination des responsables de cette institution, pour revenir sur le rôle que cette dernière joue sur le plan constitutionnel et vous présenter la  biographie de ce  nouvel homme fort  de la République du Cameroun

Clement-AtanganaA.jpg

 

 Il s'appelle Clément Atangana, au moment de  sa nomination, il était magistrat hors hiérarchie  de 1er Groupe en service  à la Cour Suprême. Il devient  par cet  acte du chef de l’Etat Paul Biya  le premier  président de la Cour constitutionnelle de l’histoire politique du Cameroun, institution créée par la loi N°96/06 du 18 janvier 1996 par le chef de l’Etat Paul Biya.

Comme mission,  selon la constitution, c’est  lui avec l’appui de  ses membres qui  constatent la vacance du Président de la République, son incapacité à assumer ses fonctions de président de la République. C’est cet organe qui organise l’intérim et facilite donc l’organisation des élections  présidentielles pour remplacer  le président  sortant, incapable ou décédé.  Le Conseil constitutionnel  entre en fonction au moment où doivent se tenir au Cameroun, au cours de cette année, les élections législatives, municipales, sénatoriales, et présidentielles.

 Comme autre mission, le Conseil Constitutionnel  modifie les opérations liées à la proclamation des  résultats des scrutins en vue, le Conseil constitutionnel étant chargé de veiller à la régularité des élections présidentielles et parlementaires et d’en proclamer les résultats. Jusqu’ici, les résultats de la présidentielle étaient lus par le président de la Cour suprême. Cet organe est, par ailleurs, compétent pour statuer de la constitutionnalité des lois avant leur promulgation par le chef de l’Etat, ainsi que sur les conflits entre les institutions de l’Etat, entre l’Etat et les régions, ou entre les régions.

 

Portrait du premier homme fort de la Cour constitutionnelle

Né Le 20 septembre 1941 à Ekoumeyek dans  l’arrondissement de Ngomedzap, Département du Nyong et So’o, région du Centre, Clément Atangana fait ses  études Primaires à l’Ecole Régionale de Yaoundé jusqu’à l’obtention de  son  certificat d’étude  primaire et é (C.E.P).

Entré au Collège François Xavier Vogt de Mvolyé à  Yaoundé ilobtient avec brio son Brevet d’étude du Premier cycle la première(B.E.P.C.) et une partie de son Baccalauréat.  L’année suivante  sa  migration au Lycée de Manengouba à Nkongsamba lui permet d’obtenir  son  baccalauréat, 2eme partie, série Sciences expérimentales. Il s’inscrit à la Faculté de Droit et des sciences économiques de l’Université Fédérale du Cameroun et passe  avec  brio sa  la licence en droit privé.

Par la  suite,  il est admis à la division judiciaire de l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature jusqu’à l’obtention du diplôme de ladite école, puis s’en va l’Institut Internationale d’Administration Publique de Paris.

Intégré dans la Magistrature le 20 décembre 1968, a occupé tour à tour ;Juge d’Instruction au tribunal de première instance de Nkongsamba, Président des tribunaux d’instance d’Eséka, chargé de l’action publique, Président des tribunaux d’instance Bafia, chargé de l’action publique, Président des tribunaux d’instance Mora, chargé de l’action publique, Président des tribunaux d’instance Sangmélima, chargé de l’action publique. Il connait  une  promotion et est nommé Juge aux tribunaux hors classe de Douala et de Yaoundé, Président du tribunal hors classe de Yaoundé, Directeur Adjoint des Affaires judiciaires et du Sceau au Ministère de la Justice.  Sa riche  carrière lui permet d’occuper les  fonctions de Procureur général près la Cour d’Appel du Nord, Président de la Cour d’Appel du Centre, Conseiller à la Cour Suprême, et Président de la Chambre Administrative de la Cour Suprême.

Distinctions

Clément Atangana a par ailleurs été Président de la Commission Nationale de Recensement général des votes pour les élections législatives et pour l’élection présidentielle depuis 1997. Membre du Comité des Droits Economiques, sociaux et culturels des Nations Unies depuis trois mandats. Membre titulaire du Conseil Supérieur de la Magistrature. Il a reçu la distinction d’Officier de l’Ordre national de la valeur.

Le  nouveau président de la Cour suprême  déjà fatigué est marié, père de 8 enfants.

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Conseil constitutionnel : Paul Biya parachève la mise en place

7 Février 2018, 19:25pm

Publié par Hervé Villard

 Conseil constitutionnel
 
Paul Biya parachève sa mise en place;

 

 Il vient de  nommer les membres de ce conseil par décret  présidentiel rendu public ce mercredi 7 février 2018 au 17h du poste national

 

 

 

 

Après le décret créant cette institution important dans la transition politique au Cameroun, il vient de signer trois nouveaux décrets,l'organisant.Pendant que le premier décret définit et précise les missions du secrétariat général du Conseil constitutionnel, le second nomme les membres de ce Conseil et le dernier son président.

 

D'après ce décret au lieu de neuf ans comme préalablement annoncé,les membres du conseil constitutionnel ont un mandat de six ans renouvelable. Dans  la liste  de ces  membres  à majorité des cadres  du  parti des flammes, on  retrouve, des anciens ministres, un ancien  gouverneur.
 
Voici la liste des membres du conseil constitutionnel nommé par Paul Biya. 
 
President :
 
ATANGANA Clement.
 
Membres
 
Bondé Emmanuel  
Bipoun woum
 Essombé Émile 
Lekene Donfack ,
jean Baptiste Baskouda ,
Foumane Akame 
Mme Arrey  Bah
Oumarou Sanda 
Ahmadou Tidjani
 et Paul kwi

Voir les commentaires

Foire international des affaires et du commerce de Douala: La première édition dévoile ses atours

5 Février 2018, 20:08pm

Publié par Hervé Villard

 La première édition se précise

Les contours de cet évènement qui veut être la vitrine commerciale de l’Afrique centrale ont été présentés au courant de la conférence de presse organisée le 1er février 2018 à Douala.

«Je peux vous dire que la Foire international des affaires et du commerce de Douala aura bel et bien lieu du 24 au 30 mars 2017». Cette déclaration de Luc Magloire Mbarga Atangana le ministre du Commerce a sonné comme une assurance ce 1er février 2018 à la salle des fêtes d’Akwa à Douala. Le patron du commerce du  Cameroun voulait ainsi rassurer les opérateurs économiques de la ville de Douala et de la sous-région de la tenue effective de cet évènement le jour dit. A moins de huit semaines de cette échéance, il était important pour le  ministre du commerce de faire cette sortie pour rappeler ce rendez-vous important aux hommes d’affaires et aux populations. Et surtout leur présenter cet important rendez-vous économique et commercial qui prend progressivement corps.

Au cours de cette conférence de presse qui réunissait tous les acteurs impliqués dans l’organisation de cette grande foire  commerciale, Luc Magloire Mbarga Atangana est revenu sur les origines de cet évènement. On a appris en passant que  c’est pour satisfaire les entrepreneurs qui recherchent des opportunités de rencontre avec le marché des consommateurs que cet évènement a été créé par le chef de l’Etat. Différent de Promote qui se tient à Yaoundé depuis plusieurs années, la Fiac a davantage des visées commerciales.

Ainsi, elle a pour objectif, de rassembler dans un même site les opérateurs économiques, les chefs d’entreprises et les consommateurs, de promouvoir l’échange entre les entreprises dans un monde en concurrence, de faire la promotion des produits fabriqués au Cameroun et de faire l’apologie de la consommation des produits fabriqués au Cameroun. Bref, c’est un espace pour booster la production de l’économie local et sous régionale. «La Fiac est une plateforme de mieux vendre et de mieux consommer qui se tiendra désormais à Douala tous les deux ans», laisse entendre le ministre du Commerce qui précise que le choix de la ville de Douala pour abriter cet évènement a été fait à dessein. «Le poids démographique de Douala est une part du marché importante. Avec ses entreprises, Douala est un laboratoire commercial», déclare Luc Magloire Mbarga Atangana assez serein. Avant d’inviter tous les acteurs économiques à prendre part à la première édition de ce festival économique et commerciale qui se tiendra à l’espace Camtel du 24 mars au 8 avril 2018. Et surtout, de faire de cet évènement une réelle vitrine commerciale pour le Cameroun et l’Afrique centrale en général.

Plus de 500 exposants

Présent à cette conférence de presse le représentant de Pierre Zumbach Dg de la Fondation internationale Inter-progress qui a la charge  d’organiser cette foire a précisé que plus de 500 exposants prendront part à ce rendez-vous. 50 artisans choisis parmi les meilleurs de tous  les secteurs de l’artisanat en provenance du grand Nord seront présents, de même que 100 petites et moyennes entreprises choisies par le ministère des Petites et Moyennes Entreprises. Il y aura également à cette foire, plus de 50 commerçants de la ville de Douala. Des étrangers venant de la Communauté économique des Etats de l’Afrique Centrale (Ceeac) seront de cette fête commerciale. Une bourse de l’emploi pour les jeunes sera pareillement animée par le Fonds national de l’emploi. Pendant cet évènement, il est également prévu, des échanges entre les entreprises, des conférences débats sur les thèmes de la libre circulation en zone Cemac, l’intégration économique et commerciale africaine, comment tirer profit des accords de partenariats économiques et plusieurs autres sujets.

Herve Villard Njiele

 

Voir les commentaires

 Le Tour de l’Espoir: Daniel Habtemchael  vainqueur de  la  deuxième étape

2 Février 2018, 11:38am

Publié par Hervé Villard

l'Érythréen de 20ans a dominé la deuxième étape du championnat d’Afrique des nations de cyclisme des moins de 23ans qui s’est déroulée sur l’axe Idenau –Douala ce 1er février 2018.

 Le Tour de l’Espoir: Daniel Habtemchael  vainqueur de  la  deuxième étape

La joie de la délégation Erythréenne engagée dans le 1er championnat d’Afrique des nations des moins de 23 ans qu’organise le Cameroun était au paroxysme. A la fin de la deuxième étape de cette compétition africaine, une étape qui s’est  courue sur l’axe Idenau-Douala long de 147km, ces derniers ont crié a tue tête. Car, leur poulain venait de remporter une nouvelle étape dans cette  compétition. La deuxième du genre en autant d’étape. La joie de ce dernier  était plus grande parce que c’est Daniel Habtemcheal qui a remporté cette seconde étape. Classé 26ème au classement général après la première étape remportée par son compatriote Mebrahtom Nathanael 31 janvier2018, ce coureur s’est surpassé durant pour arracher la  victoire. Mieux que ça, il a puisé les dernières énergies au fond de ses tripes, pour battre au sprint le marocain El Kouraji Mohcine qui s’était échappé avec lui du peloton de tête. C’est donc tout heureux  qu’il traverse la  ligne  d’arrivée. «Ce  n’était pas facile. J’ai couru. Je me suis donné  à fond. J’ai été aidé par mes coéquipiers. Mon coach m’a  surtout demandé  de me donné à fond et c’est ce que j’ai fait. Je  remercie toute  l’équipe», déclare-t-il toute heureux. Avec un chrono de 3h 41min 32secondes, Daniel Habtemcheal remporte donc la deuxième étape du Tour de l’Espoir et améliore considérablement son palmarès dans cette compétition et sa position au classement général. Car, il passe désormais de la 26ème à la 16ème position.

Mebrahtom Nathanael toujours en jaune

Malgré la victoire d’étape remportée  par son coéquipier, l’érythréen Mebrahtom Nathanael  vainqueur  de la première  étape qui s’est déroulée sur un circuit  fermé à travers  les  artères  de la  ville de Douala , garde le maillot jaune. Classé  huitième à l’issue  de la  2ème étape  avec un  chrono de  3h42min 26secondes, il garde le meilleur chrono sur l’ensemble des deux étapes et occupe  légitimement la place de leader au classement avec un chrono de 6h07’39’’. Lors de la  cérémonie de remise des prix  à la fin de  cette étape, il a à nouveau été  acclamé par le public venus nombreux et les responsables administratifs  de la région du Littoral dont le gouverneur de la région du  Littoral Dieudonné Ivaha  Diboua, le préfet du département  du Wouri Joseph Bertrand Mache, le président de la fédération camerounaise de cyclisme Honoré Yossi.

En plus de la première place, l’équipe d'Érythrée conserve pareillement le maillot de meilleur sprinteur qui  remporté  par Selemun Zemenfes. Vainqueur de ce maillot lors de la 1ère étape, il l’a juste conservé. Le prix de meilleur grimpeur par contre, a changé d’épaule. Remporté lors de la première  étape par le Marocain El Medhi Chokri, c’est l’érythréen Henok Mulueberhan qui a arraché ce maillot à la deuxième étape. Si la razzia de l’Erythrée très engagée dans cette compétition a été effective durant cette deuxième étape, le Maroc a  réussi à arracher un prix. Il s’agit du trophée du coureur le plus combattif de l’étape remporté par El Kouraji Mohcine.

Toujours en quête d’une première victoire dans cette compétition, l’équipe  camerounaise n’a pas démérité. Pertubés par des problèmes techniques durant  cette course rapide, les coureurs camerounais amateurs pour la plupart, ont fini dans le peloton d’arrivée. Ce qui est «un exploit», déclare  Honoré Yossi  président de la Fédération camerounaise de  cyclisme. Le premier Camerounais Voukeng kemsop Ismaël occupe cependant le 13ème rang au classement général. Avec un écart de trois minutes quatre secondes sur le maillot  jaune. Malgré  cette  situation ces derniers gardent  l’espoir. Ils espèrent remporter au moins  une des deux étapes de ce championnat d’Afrique des nations qui se poursuit à Yaoundé  les 3 et 4 février prochain.

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Le Tour de l'Espoir:l'Érythrée remporte  le critérium de Douala

31 Janvier 2018, 22:26pm

Publié par Hervé Villard

Le Tour de l'Espoir.

Le Tour de l'Espoir.

Érythrée remporte le critérium de Douala

en jaune

Nathanael Nebrahtom de l’équipe de nationalité Erythréenne a remporté la première étape de la première édition de la coupe d’Afrique des nations de cyclisme de la catégorie de moins de 23ans qui se tient au Cameroun du 31 janvier au 4 février 2018.

 

Il est tout essoufflé.Pour arpenter les marches qui conduisent au podium de la première étape de la coupe d’Afrique des nations de cyclisme des moins de 23 ans, Nathanael Nebrahtom est obligé de faire des efforts supplémentaires. Malgré cela, son visage rayonne de joie. Car, il a remporté la première étape  de cette compétition africaine de cyclisme organisée par  le  Cameroun pour la première fois. Avant de se faire habiller par Dieudonné Ivaha Diboua le gouverneur de la région du Littoral venu lui remettre son prix, il reconnait que  la compétition était rude et que le jeu d’équipe a primé dans sa victoire. « Mon  partenaire Selemum Zemenfes m’a laissé gagner. Après avoir abattu un véritable travail, il m’a donné mon opportunité. Je profite de l’occasion pour lui dire merci de même qu’à toute l’équipe et à tous nos  encadreurs», explique-t-il.

Classé premier à  l’issue de ce critérium qui s’est déroulé à travers les artères de la ville de Douala avec un chronomètre de 2h,25min 24 secondes il a  arraché la première victoire de cette compétition et par ricochet le premier maillot jaune. Il a pédalé plus vite que les 83 cyclistes issus des 15 nations présentes à cette coupe d’Afrique des nations du vélo. Et s’est donc adjugé la première place de cette étape sous les youyous du public camerounais chaleureux et séduit par ses prouesses.

Heureux de ce premier titre, le nouveau  maillot  jaune  de cette compétition qui sera sur piste ce jour, durant la deuxième étape Idenau-Douala long de 147km, espère remporter à nouveau le maillot jaune et pourquoi pas, remporter ce tournoi qui s’annonce rude.

Autres  prix

Classé 2ème avec un chronomètre de 2h,25min51secondes, l’Erythréens Selemum Zemenfes a remporté le maillot vert réservé au meilleur sprinter de cette  première  étape. Le maillot blanc à pois rouge, celui de meilleur grimpeur est revenu au marocain  Chokri El Mehdi, vice  champion du Maroc des U23. Joseph Areruya de nationalité rwandaise quant à lui, a été classé 4ème au classement  général. Vainqueur  de la  13ème édition de la tropical Amissa Bongo qui s’est déroulée au Gabon, il s’en sort avec le prix du coureur le plus combatif de cette  première étape.

Les  camerounais à la traîne

 Au départ de cette course, les cyclistes camerounais n’ont pas  été  ridicules. Bien  que n’ayant  pas  remporté  de prix  durant  cette première étape, ils ont  promis  mieux  faire durant la  seconde  étape qui  commence ce  jour à Idenau. Voukeng Kemtsop Ismaël le  premier camerounais à franchir la ligne d’arrivée  était classé 14ème au classement général de. Les autres à savoir Kamdem Fodjo Jordan 36ème, Priso Lobe Junior Et Zang Ondo Jacques successivement 46ème et 47ème et le dernier Kuere Nounawe 52ème. Selon ces derniers  pas  démotivés, c’est  le jeu de l’équipe qui a primé durant cette première étape.

Organisée par le groupe Vivendi avec l’aval de la  fédération camerounaise de cyclisme, la  coupe  d’Afrique des nations de  cyclisme des moins de 23ans baptisée «le Tourde l’Espoir» qui se tient au Cameroun pour la  première fois , réunis 15 nations. A savoir, le Cameroun, le Maroc, le Rwanda, l’Erythrée, la Copte-d’Ivoire, la République démocratique du Congo, le Mali, le Vietnam, l’Egypte, l’Ethiopie, la Tunisie, l’Algérie, l’Afrique du Sud, l’Ile Maurice, le Burkina  Faso. Il est  qualificatif pour le  tour de l’Avenir en France

Hervé Villard Njiélé

 

 

 

Voir les commentaires

Complexe multisports de Yassa: Les travaux évalués à 20%

18 Janvier 2018, 15:53pm

Publié par Hervé Villard

Selon les responsables de la société Yenigun en charge de la construction de ce complexe sportif devant abriter la Can 2019, le stade sera  livré à temps

 Le  squelette  du stade omnisports de Japoma (vue du 16 janvier 2018)

Le squelette du stade omnisports de Japoma (vue du 16 janvier 2018)

Le comité local et régional d’organisation de la Can 2019 pour le Littoral a organisé une réunion visant à accueillir la mission de contrôle des chantiers de la  Can  2019 ce  jeudi  11 janvier 2017. Soucieux de la bonne marche des travaux et surtout du respect des délais impartis, le gouverneur de la région Ivaha Diboua, a pris le poule de l’avancement des travaux du complexe multisports de 50.000 places à Yassa.

D’après le responsable de l’entreprise Yenigun qui a rassuré tous les responsables du Comité local régional d’organisation que le chantier sera livré à temps, les travaux avancent avec sérénité. «Le  niveau d’avancement des  travaux  du stade de Japoma est de plus de 20%. Nous travaillons jours et  nuits sur le site avec des équipes  de  relais. D’ici le mois de septembre 2018, tous les stades seront prêts», déclare le porte parole de l’entreprise turque Yenigun. En présence. du préfet du Wouri, des sous-préfets de Douala, des responsables de différents corps de l’armée police et gendarmerie, des délégués régionaux et de plusieurs autres responsables le responsable de l’entreprise turque Yenigun Construction Industry & Comm réalisatrice des travaux a promis tout mettre en jeu pour que la date avancée soit respectée

Une descente sur le site de ce chantier, a du moins permis au reporter de La Nouvelle à qui  l’accès au chantier a été interdit, de découvrir que le chantier avance effectivement malgré le, les retards accusés dans son lancement en février 2017 dernier. Le stade commence à prendre forme. Les ouvriers s’activent à réaliser les multiplient tâches qui leurs sont assignés. Le terrassement terminé depuis des mois, c’est l’achèvement de la construction des différents poteaux dont plusieurs sont déjà élevés qui préoccupent. Et le parachèvement de la tribune officielle dont on peut apercevoir le squelette.Tandis que les uns s’attèlent à tisser les fers constituant le squelette des poteaux, d’autres plus concentrés apprêtent le matériel de coffrage. Sur le site des engins vont et viennent. Des bétonnières placées à des coins du chantier tournent sans repos. Elles moulent du béton directement utilisé pour la construction des poteaux et des différentes dalles. Des grues installées sont en pleine manutention. Tandis que certaines transportent le béton et les déverse dans  des coffrages bien aménagés, d’autres déplacent le matériel lourd d’un point à l’autre. Plusieurs poteaux dont la construction est  achevée sont visibles. Le tracé des différentes parcelles de ce stade est visible

Non loin, les ingénieurs turcs et camerounais veillent au grain pour s’assurer que c’est le travail demandé qui est fait. Ils ne s’empêchent pas de passer eux même à l’action pour montrer le bon exemple. Car, il faut tenir le pari

Parlant de cette phase importante dans l’évolution du chantier, Zeki Bozkurt le directeur du projet de construction du stade omnisports de Yassa  affirme qu’ils sont à l’étape finale des  travaux de la fondation. «On est  à la phase  des fondations. Les ouvriers sont à pied d’œuvre pour cette phase  décisive. Nous  travaillons jour et nuit  pour que les travaux avancent vite. Dans quelque jours on va finir cette étape», tente de rassurer» le technicien turque qui  reconnait cependant  que  les  travaux  ont  connu un retard.

 Son optimisme est partagé par Leonard Tsakem, le responsable du Groupe Leonardo  partenaire dans ce  projet.  «Le taux d’avancement des  travaux  est de  20%. Nous avons  déjà réalisé le premier plancher, les travaux  du  second plancher sont en cours, nous allons  finir  cette  partie d’ici la  fin du mois  d’octobre. Nous travaillons  jour et  nuit. Deux  équipes se  relaient sur le site et nous comptons respecter nos  délais », renchérit le responsable du groupe Leonardo. Avant d’ajouter que les ouvriers camerounais et turcs travaillent en  harmonie  sur le site.

Sur le site, les ouvriers sont assez concentrés et ne se laissent pas distraire. Ils effectuent  chacun la tâche qui est le sien. Six grues immobilisées sur le site tournent à plein régime.. 

Matériaux  préfabriqués

 On aperçoit également parquer dans  un coin de ce chantier, des outils repartis en désordre.  Des conteneurs une cinquantaine sont rangés dans un coin. Certains  déjà ouverts laissent découvrir des matériaux destinés à la construction de ce joyau architectural, d’autres   hermétiquement  fermés, sont bien disposés. «Ce  sont   les  matériaux  préfabriqués  qu’il y a  dans les conteneurs. Certains parties du stade ont été  fabriquées en Turquie on les transportés par bateau. Cela va permettre d’accélérer les  travaux», précise Zekier Bozkurt directeur de projet. Il ajoute d’ailleurs qu’après l’étape des fondations les travaux du gymnase multisports avanceront  plus  vite.

En attendant de voir les résultats des travaux en cours, il faut dire que ces derniers ont moins de dix sept mois pour livrer  le chantier.  Le complexe qui s’étend sur un espace de près de 45 hectares sera constitué d’un stade olympique couvert de 50 000 places, de deux terrains d’entrainement d’une capacité de 2000 sièges, d’une piscine olympique de 1000 sièges, de courts de tennis, parkings et espaces paysages, d’une annexe de l’Académie nationale de football. L’ouvrage était sensé être livré en 2018. Après le site de yassa, la délégation a pareillement visité le stade  de  la réunification qui sera bientôt  fermé pour  travaux.

Hervé Villard Njiélé

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>