Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

actualite

Sport: Adebayor : « Si Drogba avait été victime d'une fusillade, la CAN aurait été annulée »

14 Janvier 2010, 14:50pm

Publié par hervy

 

Le capitaine des Eperviers est très remonté contre la CAFLe capitaine de l’équipe togolaise de football est très remonté contre la Confédération africaine de football (CAF). L’attaquant de Manchester City accuse l’instance de laxisme et de « manque de respect » envers les Eperviers après la fusillade meurtrière du vendredi 8 janvier au Cabinda, province angolaise où le Onze devait disputer un match pour la CAN.


« Ce n’est pas dans les bons moments qu’on voit un leader ». Emmanuel Adebayor le dit et le répète, non sans fierté : il est resté jusqu’au bout avec les footballeurs de l’équipe togolaise de football, endeuillée par une
attaque de rebelles cabindais, le vendredi 8 janvier. « J’étais à la morgue pour voir les confrères qui sont morts. J’ai été le dernier joueur à porter les cercueils dans l’avion et à ramener nos combattants au pays », explique le capitaine des Eperviers à jeuneafrique.com. Toujours sous le choc, l’attaquant de Manchester City est aussi très en colère. En particulier contre le président de la Confédération africaine de football (CAF), Issa Hayatou… Confidences, recueillies par téléphone, d'Emmanuel Adebayor, rentré depuis le 10 janvier à Lomé.

Jeuneafrique.com : Comment s’est déroulée l’attaque ?

Emmanuel Adebayor : Nous étions dans le bus, on a traversé la frontière, on était fatigués... Et puis une roquette est tombée sur le bus de bagages, qui était derrière. Tout le monde a pensé que c’était une petite crevaison. Mais avec l’attaque de mitraillettes qui a suivi, on s’est rendu compte qu’on était comme dans un film. [Les hommes armés nous ont] tiré dessus. Je n’ai envie d’accuser personne. Je ne sais pas si c’est le Flec (Front de libération de l'enclave du Cabinda, ndlr) ou pas, mais c’étaient des gens très bien entraînés, qui étaient prêts à nous éliminer. Ils n’étaient manifestement pas là pour nous faire de cadeau !

  

Après la fusillade, l'équipe a décidé de rentrer au pays. Puis ils ont voulu participer à la CAN en hommage aux morts, avant de finalement repartir au Togo à la demande des autorités...

C’était très difficile. Vingt-quatre heures après la fusillade, tout le monde était encore sous le choc. J’ai été le premier à dire que tout ce que je voulais c’était retrouver ma famille. Mais au fur et à mesure que le temps passait, on se disait que si on avait été morts, ça aurait été du pareil au même. Alors à la fin de la journée, j’ai dit : « Quel hommage peut-on rendre à nos deux confrères qui nous ont quittés ? Jouer pour eux ! Défendre les couleurs de la nation ! » On a donc tous décidé de faire une bonne CAN pour eux. Mais on est quand même les enfants d’un pays où il y a un chef de l’Etat et un gouvernement, qui en ont décidé autrement. S’ils nous demandent de rentrer, cela veut dire que la menace n’est peut-être pas encore écartée. On est obligés de leur obéir. Franchement, je suis rentré au pays sans regret. Je suis très content. Mais si le gouvernement ou le chef de l’Etat m’avaient dit de continuer la Coupe d’Afrique des nations, j'aurais été prêt à le faire avec plaisir.

L’Angola et la CAF ont, semble-t-il, fait pression pour vous faire jouer coûte que coûte…

Nous n'avons reçu aucune pression. De qui que ce soit. Mais la CAF et le gouvernement angolais veulent étouffer l’affaire. C’est-à-dire qu’ils sont prêts à tout pour dire que tout va bien alors qu’ils savent que ça ne va pas. Par ailleurs, on s’est senti trahi. La CAF nous a manqué de respect. [Issa Hayatou] nous a dit : « Ecoutez, je sais que c’est difficile pour vous. Si vous voulez rester, restez. Si voulez partir, vous pouvez partir. » On a perdu des amis, des gens très chers, des gens prêts à faire la CAN. La moindre des choses, c'est de nous donner le temps de faire notre deuil. Mais cela n’a pas été fait. Je me rends compte qu’en Afrique c’est du n’importe quoi. On a deux morts sur la conscience. Moralement c’est difficile. Et lui (Issa Hayatou, ndlr) va dire à la presse qu’on nous a interdit de prendre la route. Mais si vous savez qu’un pays est menacé ou qu'il n’est pas en mesure de sécuriser la zone où il y aura une compétition de haut niveau comme la CAN, il ne faut pas organiser la CAN là-bas ! En tant que porte-parole de la Fédération togolaise de football, en tant que capitaine des Eperviers, je vous dit qu’on est très tristes et qu’on est très dégoûtés par rapport au comportement des membres de la CAF.

En parlant du trajet, pourquoi êtes-vous arrivés en bus ?

Tout le monde avait décidé que nous devions faire un stage à Pointe-Noire (Congo-Brazzaville) : le gouvernement, les membres de la Fédération et moi. Il se trouve que le trajet entre Pointe-Noire et Cabinda ne dure qu'une heure et demi par la route. On ne va pas nous accuser de décider d’aller de Pointe-Noire à Cabinda en bus... C’est un manque de respect !

Juste après la fusillade, les dirigeants de Manchester City vous ont-ils appelé pour vous demander de rentrer de peur qu’il y ait d’autres incidents ?

Oui, les dirigeants m’ont demandé si je pouvais rentrer à Manchester et je leur ai dit que je n'étais pas prêt à abandonner mon pays. Je leur ai dit que j'étais togolais, que n’importe quoi pouvait m’arriver, je retournerai un jour dans mon pays. Ils m’ont compris, m’ont dit de prendre le temps qu’il fallait, de prendre soin de moi, qu’ils étaient de tout cœur avec moi, qu’ils seront avec moi dans leurs prières pour que je rentre sain et sauf.

Qu’attendez-vous du Togo, de l’Angola et de la CAF ?

J’attends que le gouvernement soutienne les joueurs. Quant à l’Angola, je suis très déçu de leur comportement. Ils ne nous ont même pas présenté leurs condoléances. Et la CAF, c’est du n’importe quoi ! Si un gardien du Cameroun se retrouvait à l’hôpital ou dans un état critique, la CAN aurait été annulée. Mais aujourd’hui, comme c’est un petit pays comme le Togo...

Vous pensez vraiment que c’est parce que le Togo est un petit pays ?

Si Drogba ou [le bus de] la Côte d’Ivoire avait été victime d'une fusillade pendant 20 minutes, je pense que la CAN aurait été annulée. Mais comme c’est le Togo, Hayatou s’en fout carrément. Il a dit : la CAN va continuer. Et c’est tout !

 
Source jeuneafrique.com

Voir les commentaires

Cameroun:Société:400 bouteilles de gaz saisies à Douala pour non respect des prix homologués.

14 Janvier 2010, 14:31pm

Publié par hervy

 

 

 

 

 

 

C’est la conséquence de la phase de répression de la délégation du Commerce du Littoral auprès des commerçants véreux.

 

La brigade de contrôle des prix de la délégation du Commerce du Littoral a saisi 400 bouteilles de gaz de marque SCTM dans la ville de Douala. Cette saisine s’est effectuée dans le cadre d’une opération de contrôle  et de surveillance du gaz  domestique, engagée depuis le 22 décembre 2009, et qui se poursuit jusqu’à nos jours.

 

 Selon le chef de brigade de répression à la délégation régionale du commerce pour le littoral, les  400 bouteilles de gaz saisies sont le fruit de l’opération qui s’est étalée du 22 décembre 2009 au 04 janvier 2010.  Celle-ci se poursuit toujours affirme t-il. « Compte tenu de la rareté du gaz SCTM sur le marché à la veille des fêtes, nous avons commencé une phase de répression après celle de surveillance et de sensibilisation opérée auprès des commerçants et des consommateurs », confie un membre de la brigade de répression.

 

 D’après ses explications, les commerçants véreux qui vendaient le gaz aux prix non homologués de 6500 F et 7000 F ont été confondus grâce aux bordereaux de livraisons fournis par SCTM. « Cela nous a permis d’avoir la traçabilité des bouteilles de gaz. En opérant les contrôles, au-delà de la surenchère sur les prix, ces bordereaux nous ont permis de déceler des techniques de dissimulation du gaz, comme les détournements de destinations qui sont entre autres, le fruit des chauffeurs, afin de concéder le monopole de vente à certains commerçants, qui en usent par la suite pour hausser les prix », confie William Aze, chef de la brigade de répression.

 

Les bouteilles saisies sont actuellement en vente à la délégation régionale du Commerce du Littoral au prix homologué de 6000 F pour la bouteille de 12,5 kg. « Nous avons cependant constaté que certaines bouteilles pèsent moins. Dans ce cas, nous établissons un coefficient par rapport au poids. La bouteille de 10 kg revient ainsi au consommateur à 4800 F », déclare le chef de la brigade de répression. Afin de sanctionner les commerçants véreux, un prélèvement de 25% est opéré sur le prix de vente comme amende. Le reste étant reversé au commerçant avec les bouteilles de gaz vides. Ces mesures malheureusement ne dissuadent toujours pas les commerçants véreux, car des consommateurs se plaignent toujours de la rareté ou de la cherté du gaz domestique. La lutte contre la surenchère du gaz domestique engagée par la délégation régionale du commerce fait partie des actions engagées par cette délégation pour lutter contre la vie chère. Cette dernière depuis  2008, de intelligence avec le ministère du commerce du Cameroun ont signé des accords avec des distributeurs de produits de premières nécessités afin que ces produits soient vendus moins chèrs aux populations.

 

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Can 2010: Les mondialistes font piètre figure

13 Janvier 2010, 21:30pm

Publié par hervy

 

 

Après  la  déculottée de l’Algérie, la désillusion du Nigeria et le nul de la Cote d’ivoire, le Cameroun dernier mondialiste encore en lisse  vient  d’essuyer une défaite d’un but à zéro face au Gabon.

 

  Attendues en grande pompe dans cette 27ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations(CAN) qui se déroule en Angola, les équipes africaines qualifiées pour la coupe du monde n’ont pas jusqu’à lors fait montre de leur statut de mondialiste. Perçue par les médias et tous les chroniqueurs sportifs comme les favoris de cette compétition ces derniers  depuis le début du coup d’envoi de cette compétition dimanche 10 janvier dernier, n’ont pas encore satisfait les attentes des nombreux  spectateurs qui sont venus les voir évoluer.

Même s’il est hâtif comme le pensent de  nombreux commentateurs de cette Coupe d’Afrique des Nations, d’apprécier les mondialistes africains après leurs premières matches, il n’en demeure pas moins de relever au vue des résultats affichés, qu’elles risquent de décevoir nombreux de leurs fans, si le tir n’est pas rectifié, durant les derniers matches du premier tour de la Coupe d’Afrique des Nations. Beaucoup d’observateurs avertis pensent d’ailleurs, en regardant la CAN que, les mondialistes n’auront pas grande chose à prouver.  Ce qui sera une déception pour les nombreux supporters africains qui voudraient à travers cette Coupe d’Afrique des Nations vivre une petite coupe du monde avant l’évènement proprement dit qui aura lieu en juin prochain en Afrique du Sud.

 

Pour la petite histoire,  l’Algérie  a été laminée par le Malawi  lundi dernier par 0 buts à trois, la Cote d’Ivoire tenue en échec par le Burkina Faso zéro but partout. Tandis que le Nigéria  perdait face à l’Egypte par un but contre trois. Le  Cameroun le mondialiste le plus attendu de la compétition quant à lui vient de s’incliner devant le Gabon par zéro but contre un.   Le Ghana, le cinquième mondialiste encore dans la compétition, qui n’a pas livré de match même s’il venait à s’affirmer durant sa rencontre ne changera rien à ce décor déjà planté par ces prédécesseurs.
 

Même si la compétition n’est qu’à ses débuts, tous les regards sont du moins tournés vers ses représentants africains à la coupe du monde. Vivement que ces derniers fassent valoir leur statut pour rendre encore la fête plus belle..

 



                              Hervé Villard Njiélé.

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Angola 2010:Le Gabon obtient en fin sa revanche.

13 Janvier 2010, 20:24pm

Publié par hervy

Il a battu les lions indomptables du Cameroun par 1 but à zéro, lors de la toute première rencontre du groupe D qui se déroulait ce jour à Lubango.

Longtemps ruminée, la revanche gabonaise a été effective cet après midi à Lubango. Les panthères du Gabon se sont imposées par un but à zéro lors de la rencontre qui les opposait aux lions indomptables ce jour. Face au professionnalisme et l’esprit gagneur des lions indomptables, les gabonais conduit par leur capitaine Daniel Cousin ont opposé courage et détermination. Une attitude qui a porté fruit à la fin de la rencontre, car le Gabon va sortir victorieux. Dès l’entame de la rencontre, bien que dominée par une équipe du Cameroun très confiante et surtout sûre d’elle, c’est la panthère du Gabon qui s’offre la première occasion de cette rencontre. Sur une mauvaise relance de la défense camerounaise, le portier camerounais Idris Carlos Kameni, arrache le cuir sur le pied de Daniel cousin, l’attaquant gabonais alors prêt à le loger dans les filets. C’était à la deuxième minute du début de la première manche. Plus tard c'est-à-dire à la 16ème minutes exactement, sur un ballon mal récupéré par les lions indomptables du Cameroun le capitaine gabonais transperce les filets de Idriss Carlos Kameni. Le Gabon mène alors par un but à zéro à la première manche. A la reprise, sur un jeu purement défensif, et axé sur quelques contre attaques, le Gabon va conserver cet avantage jusqu’à la fin de la rencontre. N’eut été le réflexe de Idris Carlos Kameni, le portier Camerounais qui a paré un coup franc gabonais qui a échoué sur la traverse de ses buts, à la dernière minute, ceux-ci auraient inscrit le second but. C’est finalement un Gabon heureux d’avoir réussi son pari, celui de se venger de la déculottée que lui a infligée les lions indomptables du Cameroun, lors des éliminatoires couplées Can coupe du monde 2010 qu’on a vu ce soir après cette rencontre. Alain Giresse le sélectionneur gabonais, qui affichait déjà ses intentions dès son arrivé en Angola a eu raison de son compatriote Paul Le Guen qui, aura encore fort à faire avec les lions indomptables s’il veut se qualifier pour le second tour de la compétition. Pour l’instant, c’est le Gabon qui engrange les premiers points de cette poule.
                      Hervé Villard Njiélé.

Voir les commentaires

Nigeria: Wole Soyinka milite contre le vide politique.

12 Janvier 2010, 17:43pm

Publié par hervy

Au coté de certains ONG nigérianes et certains leaders politiques, le célèbre écrivain a organisé une marche ce jour pour demander la démission du président  Oumarou Yar’adua absent depuis quelques temps.

 
 
"Nous sommes mécontents du vide créé par l'absence du président", a déclaré à l'AFP Yinka Odumakin, le porte-parole de l'ONG "Save Nigeria Group" (SNG).ce jour pendant la marche de protestation contre le vide politique qui a été organisée dans la capitale du Nigeria par le célèbre écrivain Wole Soyinka qu’assistaient des responsables des organisations non gouvernementales (ONG) et des populations nigérianes.

Durant cette marche de protestation qui s’est dirigée vers le parlement nigérian  les militants voudraient demander aux députés de remplacer le président nigérian, absent de son poste depuis le 23 novembre 2009. Dans cette foule nombreuse, se trouvaient l'ancien chef rebelle biafrais durant la guerre civile de 1967 à 1970 Chukwuemeka Odumegwu-Ojukwu, de nombreux responsables de la sociétés civiles, et des populations de toutes les  couches sociales et religieuses.  Baptisé « Assez c’est Assez », le meeting politique qui a été organisé à la suite de la marche avait pour but de réclamer des informations sur l’état de santé du président de la république, informations gardées top secret depuis son hospitalisation il y a bientôt deux mois, et, protester contre le vide politique qui s’est installé à la tête du pays.

Selon les manifestants, la population nigériane est restée longtemps sans les nouvelles de son président. C’est pourquoi, il revendique sa démission et son éventuel remplacement par le vice président  Goodluck Jonathan comme le prévoit la constitution nigériane.

 Selon l'AFP, tous les gouverneurs nigérians se seraient   réunis hier lundi, pour discuter de sujets d'importance nationale, notamment l'absence prolongée du président. Selon cette même source, les deux chambres de l’assemblée nationale nigériane se seraient réunies pour la première fois, ce jour, à Abuja, pour  débattre  de la crise institutionnelle causée par l'absence du président depuis 50 jours.

Hospitalisé en Arabie Saoudite depuis le 23 novembre 2009, le chef de l'Etat nigérian a déclaré ce jour à la BBC que son état de santé s'améliore. Celui-ci qui ne s’était pas exprimé directement depuis son hospitalisation le 23 novembre dernier, souffre d’une affection cardiaque. Agé de 58 ans,  le président nigérian a été déclaré mort la semaine dernière par des rumeurs qui ont circulé dans tout le Nigéria.


Hervé Villard Njiélé

 

 

Voir les commentaires

Angola 2010:Stéphane Mbia forfait contre le Gabon

12 Janvier 2010, 15:52pm

Publié par hervy

 

 

 

Le milieu offensif des lions indomptables a été déclaré forfait par le sélectionneur national du Cameroun  pour  blessure.

 

 Stéphane Mbia ne jouera pas  le tout premier match des lions indomptables  à la 27ème édition de  la coupe d’Afrique des nations qui se déroule en Angola. Pour cause, le milieu  de terrain du Cameroun souffre d’une contusion au niveau de la cheville. Il est donc actuellement sous traitement et ne pourra pas disputer la  rencontre qui oppose le Cameroun au Gabon  demain mercredi à Lubango. Selon le médecin de l’équipe du Cameroun la blessure de Stéphane Mbia n’est pas grave. Car, celui pourra disputer le reste de la compétition. « Il sera bientôt sur pied » a-t-il. Rassuré au micro de Equinoxe radio.

 Pour des raisons de bonne médication et surtout pour faciliter sa remise sur pied, Stéphane a vécu la séance d’entraînement des lions indomptables d’hier dans les gradins.

 Dans la liste des blessés de l’équipe nationale du Cameroun se trouve également Samuel Eto’o Fils, l’attaquant de l’inter de Milan club italien. Celui-ci souffre d’une douleur au niveau du genou. Cette douleur d’après les médecins, est légère, et  ne pourra pas l’empêcher d’être sur le stade demain. Une nouvelle qui rassure les camerounais déjà inquiets. L’attaquant des lions déjà serein pense que le match contre la Panthère du  Gabon est une finale avant la finale. « Il est bien vrai que nous sommes toujours  la serein. Le match contre le Gabon est une  rencontre difficile ; mais le Cameroun c’est le cameroun. Il faudra tout faire pour le gagner car, pour penser à la finale ; il faut d’abord penser à ce match ».

 Comme bonne nouvelle pour l’équipe du Cameroun, Alexandre Song, le défenseur de l’équipe nationale et Idris Carlos Kameni le gardien de but ;  souffrant lors du stage préparatoire au Kenya, se sont rétablis et sont près pour la rencontre de demain.

Bien que bien préparée par Alain Giresse, le sélectionneur Gabonais qui ne cesse de doper le moral de ses poulains,  qui eux  aussi ont envie de se venger des défaites subies lors des éliminatoires couplées Can coupe du monde 2010, la rencontre de demain promet du moins beaucoup de spectacles.

 

Hervé Villard Njiélé  

Voir les commentaires

Can Angola 2010 : Samuel Eto’o Fils reconcilie les lions avec la presse

12 Janvier 2010, 14:28pm

Publié par hervy

  PDF Imprimer Envoyer

  
 

etoo Selon une interview réaliser  par Nana Paul Sabin journaliste de La nouvelle expression à Luanda en Angola, le capitain des lions indomptables du Cameroun, 
  se dit serein pour le match de demain contre le Gabon. Il propose par ailleurs un cadre de collaboration entre les joueurs et la presse. Après un incident survenu dimanche, à l’aéroport.

 

 

 

 " Le Cameroun C'est le Cameroun

Le capitaine des Lions indomptables propose un cadre de collaboration entre les joueurs et la presse. Après un incident la veille, à l’aéroport.

Dimanche soir, à l’aéroport de Lubango. L’arrivée de la délégation camerounaise, l’une des quatre logées dans la poule D de la phase finale de la coupe d’Afrique des nations de football, est annoncée. Les reporters ont pris position dans le carré tracé par le comité local d’organisation. Le principe voudrait que, sortis du hall des bagages, les joueurs y marquent un temps d’arrêt pour répondre aux questions des hommes de médias. Les délégations gabonaise, tunisienne et zambienne, qui ont précédé la délégation camerounaise, se sont pliées à ce jeu.

 

Lorsque arrive le tour du Cameroun, personne, du moins les membres de la délégation les plus représentatifs, n’a daigné répondre aux préoccupations des journalistes. L’un des envoyés spéciaux d’Equinoxe télé et radio a cru bien faire en fonçant sur Samuel Eto’o, avec l’espoir d’arracher un mot à celui qui est, depuis environ cinq mois, le capitaine de la sélection camerounaise. Espoir perdu, le sociétaire de l’Inter de Milan s’est refusé à toute déclaration. Le reporter, téméraire, a insisté. En esquivant le micro et son porteur, Samuel Eto’o s’est légèrement heurté à un édifice. Mais, plus de peur que de mal. Toutefois, le triple ballon d’or, mécontent, et le reporter, dans tous ses états, se sont regardés en chiens de faïence. Toujours est-il que le comportement des Lions n’a pas manqué de courroucer les journalistes présents.

 

Le lendemain, les deux hommes se sont retrouvés en matinée dans un stade, à la faveur de la première séance d’entraînement des Lions en terre angolaise. Quand il sort du bus de la délégation camerounaise, Samuel Eto’o fonce vers le reporter, lui prend la main pour une explication apaisée entre hommes sur l’incident d’hier. Ensuite, les deux hommes vont s’avancer vers  les autres journalistes : « J’étais en train de dire à votre confrère que les Lions ne refusent pas des interviews. Mais, elles se feront désormais de manière organisée. Par exemple, j’ai demandé qu’après chaque séance d’entraînement, deux joueurs soient mis à votre disposition », a-t-il déclaré. Prêchant par l’exemple, il s’est lui-même présenté à la fin des entraînements pour répondre à la préoccupation de la presse, en compagnie de Jean II Makoun.

 

Ainsi, les deux parties, condamnées à évoluer ensemble, ont mis une croix sur l’incident de la veille, à l’aéroport.

 

 Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Angola 2010: La Caf suspend le Togo de la compétition.

12 Janvier 2010, 12:16pm

Publié par hervy

 

 

Rentrée au bercail sur décision du premier ministre pour trois jours de deuil national, la Confédération africaine de football (Caf)  a refusé à l’equipe du Togo de reprendre la compétition.

 

 La nouvelle est  déjà connue de tous. L’équipe nationale du Togo ne participera plus à la 27ème  édition de la coupe d’Afrique des nations qui se déroule en Angola. Cette décision a été rendue publique  hier après midi par la direction de la Confédération africaine de Football.

 

Selon la BBC,  la chaîne de radio qui a relayé cette information durant son journal de 13h hier, la CAF (Confédération Africaine de Football) a refusé officiellement  l’hypothèse  du retour des Togolais dans la compétition, sans toutefois donner  de justification.

 Les retransmissions télévisées, ou l'impossibilité de faire jouer la dernière journée du groupe  du Togo (Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Ghana) en même temps comme il est de rigueur pour l'équité sportive, seraient des excuses avancées, même si l’on croit  savoir que des divergences politiques seraient au coeur de cette décision.

 

Revenu dimanche au pays pour un deuil de trois jours afin de pleurer les victimes de l'attaque du bus dont ils ont fait l'objet vendredi, les Eperviers souhaitaient par la suite être réintégrés à la compétition.

                                              Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Can 2010:L’Angola laisse filer sa chance

11 Janvier 2010, 16:55pm

Publié par hervy

 

 

 

 

 

Alors que le public s’attendait à une victoire fleuve des palancras négras sur les aigles de Carthage hier à Luanda,  par quatre  buts à zéro,ils se sont fait  rattrapés au score lors des quinze dernier ses minutes.

 

 

Le public Angolais était déçu hier  soir, après le match d’ouverture de la 27ème coupe d’Afrique des nations, qui a opposé l’Angola pays ôte de cette compétition, au Aigle du Mali. Cette rencontre qui s’est soldée par un score fleuve  de quatre buts  partout n’a pas fait les affaires des supporters angolais qui croyaient être rentrer de plein pied dans cette compétition  jamais  remporté par leur pays.

Maître de cette rencontre des le coup d’envoie de la compétition donné à 20h, heure du Cameroun, les Angolais ont dominé de fond en comble cette rencontre. Volonté de gagner, jeu collectif, passes réussies, un jeu porter vers l’avant, assurance et sérénité des joueurs, attaques flamboyantes, réussites dans les actions conçues. Bref  tous les atouts étaient du coté Angolais qui ont fait rêver leur public pendant 75 minutes de jeux.   Les angolais ont démontré qu’ils pouvaient tutoyer les grandes nations du football africains telle le Mali.

 

Domination totale  de l’équipe d’Angola  pendant  la première manche de la rencontre ; ces derniers sont rentrés  aux vestiaires avec une avance de deux buts. Un doublé de Flavio Amado.   Profitant de la passivité de la défense malienne sur un coup franc à l’entrée de la surface de réparation,  l’attaquant angolais va surgir devant les défenseurs et cloué le portier malien qui n’avait que ses yeux pour constater les dégâts dans ses filets.  L’Angola mène à la 37ème minutes au score par un but à zéro.  D’un jeux effervescent  et d’une maîtrise de balle de qualité, sur une remonté de balle   du milieu offensif angolais sur le coté droit, Flavio Amado va à la 42ème minute, dévier dans les buts du portier maliens le centre fait dans la surface de réparation de cette équipe. Il va par le même fait porter le capital de buts Angolais à deux. Avant la mi-temps.

 

Euphorie Totale

 Des la reprise de la seconde manche, les supporters Angolais La palancras  seront fous de joie. Car  leur équipe est revenue dopée des vestiaires. Sur deux fautes dans la surface de réparation sur leurs attaquants, elle va bénéficier de deux penaltys indiscutables concrétisés successivement par Gilberto à la 67ème minute et Manucho  à la 73ème minutes. Les angolais  sont certains que le tour est joué et la joie contamine tout le stade. La première dame angolaise sur les coups d’éclats de ses joueurs n’a pu retenir sa joie. Ella a sauté de joie à plusieurs reprises à la vue de cet exploit qui n’a été que de courte durée.

 

 Le Mali revient de loin

 Et puis, le Mali, enfin se réveille. Il reste une dizaine de minutes à jouer et l’Angola mène 4buts à zéro.

 Mais les hommes de Stephen Keshi n’entendent pas s’en laisser compter. Keita réduit tout d’abord la marque, mettant en évidence les lacunes défensives de l’Angola. Tout le stade pense qu’il s’agit là d’un but pour l’honneur (4-1). Mais, en 5 minutes, les Aigles vont renverser la vapeur.

Kanouté (88e), suivi de Keita (93e) et Yatabaré (94e) ont permis à l’équipe nationale du Mali de renverser la vapeur. Une folle remontée qui permet aux deux formations de se quitter dos à dos, sur un match nul arraché au bout du bout. 4-4, score final. Une avalanche de buts qui ferait presque oublier le drame des derniers jours. Et jettera une tristesse sur les supporters angolais en joie il y a quelque temps.

 

Hervé Villard Njiélé

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Angola : Insécurité dans la tanière des Lions

8 Janvier 2010, 16:24pm

Publié par hervy

 
MohLions4Selon NaNa Paul Sabin envoyé spécial de Radio équinoxe à Lubango, en Angola, la Caf a passé au peigne fin l’hôtel dans lequel Samuel Eto’o et ses coéquipiers doivent loger. La direction de la structure a été sommée de renforcer la sécurité.


Can 2010 :La Caf passe au peigne fin l’hôtel des Lions indomptables à Lubango

 


 Selon le correspondant de Equinox Radio au journal de sport de 6h 30 que présentait Erick Kouamo, Le Mauritanien Massa Dira a passé au scanner hier après midi, l’hôtel Serra Da Chela, qui sera la tanière des Lions du Cameroun au moins durant le premier tour de la phase finale de la Can.

Alors que trois responsables de l’hôtel servent de guide à la délégation de la Caf (Confédération africaine de football), arrivée de Luanda hier jeudi pour s’assurer que les hôtels réservés aux équipes du groupe D de la Can remplissent les normes prescrites.

Le Mauritanien Massa Dira et sa suite, ont été conduits dans les chambres, la terrasse, les salles de conférences, et autres coins et recoins. Au terme de cette tournée d’inspection, le coordonnateur général de la Can à Lubango n’a pas souhaité se prononcer sur les observations. « Venez au siège de la Cocan mardi, votre confrère du comité d’organisation qui est votre interlocuteur, vous donnera les conclusions arrêtées au terme d’une réunion de mise au point que nous allons tenir lundi soir ». Cependant, pendant sa visite, Massa Dira a fait remarqué aux gérants de l’hôtel, que la sécurité n’était pas renforcée, et que c’était l’un des points à améliorer. Les responsables de l’hôtel ont pris les engagements de tout mettre au point avant l’arrivée des Lions indomptables. Samuel Eto’o et compagnie sont attendus dans leur tanière dimanche soir, en provenance de Nairobi au Kenya où ils sont en mis au vert depuis trois jour.

Une ville touristique

 

 


Quartier Senora De Monte Lubango. La montagne qui surplombe la ville, porte une ancienne église catholique construite à l’époque coloniale par des missionnaires. Situé à près de 10 000 mètres d’altitude, elle est devenue un lieux sacré de retraite et de pèlerinage. Au pied de la montagne, un hôtel flambant neuf qui donne une nouvelle allure à ce quartier de classe moyenne. « C’est quand l’Angola a gagné l’organisation de la  phase finale de la coupe d’Afrique des nations qui démarre dimanche, que l’Etat a décidé de construire cet hôtel. Il a été construit en un temps record, moins d’un an» raconte Joao Faustino Kiese. L’absence de clôture expose l’immeuble sur la chaussée et à un  vaste parking d’une capacité de 1150 véhicules.

Sur l’enseigne fixée à l’entrée de l’hôtel, il est précisé que le joyau architectural, un immeuble carré de 108 chambres quatre niveaux a été inauguré le 29 décembre 2009 par Antonio Paulo Kassoma, Premier ministre de l’Angola. La nuitée vaut en moyenne 250 dollars américains, la monnaie étrangère utilisée en dehors du Kwanza qui est la monnaie locale…

À l’entrée principale, quatre hommes en veste sombre facilitent, sous le regard de deux hommes en tenue armés, l’accès au  hall de l‘hôtel. Une fois à l’intérieur, c’est une photo présentant de grands antilopes qui vous accueillent. « Vous avez là, ce qu’on appelle les Palancas negras, véritable symbole du pays » affirme sous anonymat, la responsable, chargée de la clientèle. Une autre photo imposante des Palancas negra trône derrière le bureau de la réception. Les personnels masculins et féminins des races noires et blanches, vaquent à leurs occupations.

 


 

 

 


 

Voir les commentaires