Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

societe

Pratique du journalisme :L’avenir de la profession menacée en Afrique Centrale

7 Août 2014, 16:56pm

Publié par Hervé Villard

photo de famille séminaire de  l'Usypac à Douala
photo de famille séminaire de l'Usypac à Douala

La migration de l’analogique au numérique telle que recommandée par l’Union international de télécommunications, les violations fragrantes de la liberté de la presse parmi les multiples menaces qui freinent l’épanouissement des médias et des journalistes dans la sous région.

 

C’est avec beaucoup de retenues  que les journalistes  membres de l’Union des  professionnels de la presse et communication d’Afrique Centrale (Usypac),  réunis à Douala ce mercredi 6 aout 2014, n’ont pas coulé de larmes. Après le  bilan de la pratique de cette profession dans les différents  pays de la sous région Afrique Centrale, tous les participants ont souri.  Ce sourire malheureusement ne traduisait pas la joie comme l’on pouvait s’y attendre. Mais plutôt  la déception. Et plus encore, la prise de conscience collective  de ce que l’avenir des médias  et celui du métier de journaliste sont sérieusement menacés.

Parmi les différents facteurs qui menacent l’avenir de la profession de journaliste en Afrique centrale,  les différents  participants venus des pays de la sous région tels que le Gabon, le Tchad, la République centrafricaine (Rca), le Congo Brazzaville, la République Démocratique du Congo (Rdc) et Cameroun ont dénoncé de manière unanime  le non respect et les nombreuses violations de la liberté de la presse.

Si au Cameroun d’après le Syndicat national des journalistes du Cameroun (Snjc), cela se traduit par le non respect des lois qui encadrent la profession, l’incarcération, la suspension des journalistes et des medias par  des instances n’ayant pas qualité (le Conseil National de la communication), il faut dire qu’au Tchad, le pouvoir en place est plus rude  à l’égard de ces derniers.

 En plus des brimades récurrentes, des intimidations et même des persécutions, le journaliste tchadien vit pratiquement dans la crainte. Il est inquiété tous les jours et ne peut pas exercer librement son métier.  Beaucoup d’entre eux selon les confrères en provenance du pays d’Idris Deby, sont handicapés à cause des ses pratiques là. «Parfois, quand tu es en train de mener une enquête, tu es menacé par les agents des renseignements généraux. C’est tout ça qui fait que le journaliste tchadien ne peut pas exercer librement. Ils vivent dans la peur », déclarent-ils.

En République Centrafricaine (Rca) et en République Démocratique du Congo (Rdc), le chapitre de violation de la  liberté de  la presse  est noirci par les exécutions sommaires et l’assassinat des journalistes pendant l’exercice de leur fonction. «Trois journalistes ont perdu la vie  pendant la période de transition en Rca donc deux tués pendant l’exercice de leur fonction », souligne amèrement Jules Gautier Ngbapo, journaliste centrafricain, correspondant local de l’agence de presse internationale Apa.

 D’après  Stanis Nkundiye, président de l’Usypac  journaliste en exercice au Congo, un journaliste au moins  est assassiné au Congo chaque année depuis 2005 et les auteurs ne sont pas  inquiétés. Pour celui qui fait savoir que la situation de conflit dans son pays  est l’une des causes de cet acte ignoble, 116 situations de  violations de la liberté de la presse ont été enregistré en 2013 au Congo. «Il est toujours difficile d’exercer le métier de journaliste au Congo. En 2013, nous avons enregistré 16 journalistes incarcérés, 21 interpellés, 18 torturés agressés et maltraités, 21 menacés,  20 pressions administratives, économiques ou judiciaires recensées (…) », déclare-t-il courroucé.

 

 

Précarité

A coté du non respect de la liberté de la presse essentielle à la pratique du journalisme, la situation de précarité dans laquelle se trouvent les journalistes de la sous région est un autre facteur non négligeable.  Les journalistes et davantage ceux exerçant dans la presse privée sont clochardisés. «Ils ne sont pas affiliés à la Cnps, ne bénéficient d’aucune indemnisation. Ils sont obligés  d’avoir un métier connexe pour joindre les deux bouts. Nombreux d’entre eux menacent d’ailleurs de quitter la profession », déclare Noé Ndjebet Massoussi, membre du Snjc.

Cette situation qui profite aux  patrons de presse, est encouragée par l’Etat qui ne joue pas son rôle de régulateur. Pis encore celui-ci enfonce d’avantage le clou en réduisant l’aide public à la presse apprend-on. (100 millions au Tchad, 275 millions au Cameroun,  500 millions au Gabon). Cette situation de précarité,   encourage la corruption dans la profession et amène  les journalistes à ne plus être objectif.

Elle est à l’origine d’autres dérives telles la manipulation, le  journalisme à gage et plein d’autres encore.  Avec cette situation, conclu les membres de l’Usypac, le journaliste ne peut pas bien informer et ne peut être un acteur de développement de sa société.

Migration vers le numérique

Cette précarité ambiante dans la presse dans la sous région, va pareillement faciliter sa disparition. Car, pour passer de l’analogie au numérique comme le recommande l’Union internationale des télécommunications en juin 2015 prochain, il faut beaucoup de moyens aux médias et aux patrons de presse. Moyens que ces  derniers n’ont pas. D’après  les membres de cette association,  les chaines de radio et de télévision de la sous région Afrique Centrale ne sont pas à même de réunir les moyens qu’il faut pour  importer les matériels adéquats. Ils sont aussi incapables de payer la formation de leur personnel. C’est pourquoi,  ils sont appelés à disparaitre si rien n’est fait. Et, cela aura comme conséquence  la disparition la mise en chômage des journalistes une chose que l’on cherche ç éviter. «La migration de l’analogique au numérique est fixé en juin 2015. Jusqu’à présent les médias de la sous région n’ont pas des moyens pour le faire. Nous sommes fatigués d’attirer l’attention du gouvernement sur ce sujet. Si cela n’est pas fait ces médias disparaitront. Et les journalistes avec. Ne pourrons exister que ceux qui sont sur les satellites et Dieu seul sait combien de télé ou de radio sont à même de payer ces  frais là. Nous exhortons encore nos gouvernement à réagir », déclare Stanis Nkundiye, le président de l’Union des  professionnels de la presse et communication d’Afrique Centrale(Usypac). Ce séminaire qui entend produire des ébauches de solutions pour d’autres problèmes qui minent le milieu de la presse se poursuit ce jour.

 

Hervé Villard Njiélé

 

 

 

Photo de Famille syndicat de la presse sous régionale.(Afrique centrale)
Photo de Famille syndicat de la presse sous régionale.(Afrique centrale)

Photo de Famille syndicat de la presse sous régionale.(Afrique centrale)

Voir les commentaires

Douala: Les artistes rendent hommage à Koulibaly

14 Juillet 2014, 12:02pm

Publié par Hervé Villard

Douala: Les artistes rendent hommage à Koulibaly

Un hommage artistique en mémoire de cet artiste humoriste décédé il y a quelques semaines de suite de maladie a été organisé ce vendredi 11 juillet 2014 à la salle des fêtes d’Akwa à Douala.

 

«Koulibaly system était un artiste de renommé internationale. Dès son décès, il a été enterré très vite à cause de sa religion et n’a pas eu droit aux hommages de ses amis, de ses collègues et de tous ceux qui aimaient et aiment ce qu’il faisait.  Il fallait marquer  cet esprit en lui rendant un hommage digne de son talent. C’est pourquoi, nous avons organisé cet hommage artistique pour permettre  à tout le monde de venir rendre hommage à cet artiste que nous aimons tous ». Cette déclaration est de Serges Alain Ottou, qui a dirigé le Comité directoire chargé de l’organisation de l’hommage artistique en mémoire de l’artiste Ahmed Meffire Ngapout, plus connu sous le pseudonyme de Coulibaly system, décédé  le mardi 24 juin 2014 à l’hôpital Laquintinie de suite de maladie. A pied d’œuvre depuis plus de deux semaines, ce comité directoire constitué des journalistes télé et radio de la ville de Douala, des animateurs et des humoristes ont chacun mouillé le maillot pour que un hommage mérité soit rendu à Koulibaly system.  

Le comité directoire qui a minutieusement préparé cette cérémonie a mis les petits plats dans les grands pour que tout se déroule comme prévu, à l’esplanade de la salle des fêtes d’Akwa. « Nous avons voulu fédérer tout le monde autour de ce projet puisque, Koulibaly System, n’était pas seulement un artiste humoriste de  Equinoxe radio et télévision. Il était l’ami des humoristes, des artistes, des animateurs et de plusieurs autres personnes. C’est pourquoi avec eux on s’est associé pour lui rendre ensemble hommage»,  précise le journaliste d’Equinoxe télévision.

Parlant du déroulement de cette soirée qui était très riche en animations humoristique et musicale et qui était pareillement riche en témoignage, on a eu droit  deux temps forts. Le premier constitué d’un culte œcuménique qui célébré de 19h à 21h et le second  constitué d’une suite de témoignages et des prestations artistiques. «On a pensé faire un culte œcuménique parce que les amis de Koulibaly  System se recrutent dans toutes les obédiences religieuses», précise Melissa Marthe Kouya, chargé du marketing et de la communication autour de cet évènement. «On est animé par l’esprit du bénévolat. Nous voulons tout simplement rendre hommage à Koulibally. C’était vraiment une star. Il mérite cela », déclare-t-elle.

 Parmi les artistes musiciens, humoristes qui se sont succédé sur le podium des Brasseries du Cameroun ayant soutenu cet évènement, on pouvait reconnaitre,  Beko Sadey, Narcise Prize, Mathématik de Petit Pays, Junior Eyango, Lady B, Kengne Tendance, le président Antonio, Djakass, Djasso, Marcus, Paracetamol, pour ne citer que ceux-ci. C’est une pléthore d’artistes et d’humoristes se recrutant dans toutes les couches sociales qui sont venus rendre hommage à Koulibaly system  cet animateur radio qui a marqué son temps, son époque et ses nombreux fans présents pendant cet ultime hommage à lui rendu. Pour ne pas l’oublier et surtout  pour le faire vivre  à jamais, deux jeunes artistes peintre  ont fait le portrait de cet animateur vedette. Le public présent  estimé à  plusieurs  milliers est resté éveillé  pendant toute la cérémonie. Même la pluie qui s’est abattu sur la ville n’a pas découragé ces derniers décidés à rendre à Koulibaly, une partie de  l’affection qu’il leur a donnée de son vivant. «Nous disons merci  à ceux qui ont pensé organiser cette cérémonie d’hommage à Koulibaly System. Il le fallait puisqu’il a immédiatement été enterré après sa mort. Le seul regret que nous avons  c’est qu’Equinoxe télévision n’a pas retransmis ça en direct pour permettre à tout le monde de vivre ce spectacle», déclare  jules Haman, qui reconnait que la cérémonie a été bien organisée.

Le comité d’organisation n’a pas manqué de remercier les Brasseries du Cameroun et le Délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Douala, pour leurs soutiens. «Je remercie grandement serges Njapoum des Brasseries du Cameroun et le Dr fritz Ntone Ntone pour leurs soutiens», déclare Serges Alain ottou.

 Décédé  le mardi 24 juin 2014 à l’hôpital Laquintinie de Douala,  Ahmed Meffire Ngapout, plus connu sous le pseudonyme de Coulibaly system, était malade. Selon des informations, «le plus camerounais des ivoiriens » que les spectateurs et les auditeurs de radio et télévision Equinoxe n’avait plus vu ni entendu était malade depuis environ quatre mois était drépanocytaire.

 En service à Radio équinoxe depuis près de 10ans, Koulibaly system qui décède à la trentaine  avancé était un humoriste talentueux dont le son de la voix et  les histoires qu’il connaissait seul  les origines et le secret vont manquer aux millions d’auditeurs et de téléspectateurs de ces médias. C’est un hommage méritée qui lui a été rendu vendredi dernier.

 

Hervé Villard Njiélé

Douala: Les artistes rendent hommage à Koulibaly
Douala: Les artistes rendent hommage à Koulibaly
Douala: Les artistes rendent hommage à Koulibaly
Douala: Les artistes rendent hommage à Koulibaly
Douala: Les artistes rendent hommage à Koulibaly
Douala: Les artistes rendent hommage à Koulibaly
Douala: Les artistes rendent hommage à Koulibaly
Douala: Les artistes rendent hommage à Koulibaly

Voir les commentaires

Aide aux réfugiés : Le cameroun menacé de saturation

11 Juillet 2014, 17:56pm

Publié par Hervé Villard

Aide aux réfugiés : Le cameroun menacé de saturation

Selon des informations, plus de 137.000 réfugiés demandent l'asile au Cameroun depuis le mois de janvier 2014.

L’information reprise par le site d’information  « Journal du Cameroun » a été diffusée  par l’agence Pana presse.  D’après cette agence de presse mondiale, la situation des réfugiés au Cameroun est au centre des préoccupations du gouvernement. Une rencontre interministérielle à ce sujet  s’est d’ailleurs tenue à Yaoundé vendredi dernier.  René Emmanuel Sadi, ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation qui présidait cette réunion chargée de la gestion des urgences liées aux réfugiés, avait parmi les dossiers inscrit à l’ordre  du jour,  la situation de quelque 137 000 réfugiés demandeurs d'asile installés au  Cameroun depuis janvier 2014.  Ces ressortissants des pays voisins  sur le territoire national depuis plusieurs mois veulent que l’Etat régularise leur situation afin qu’ils puisent pour la plupart trouver un emploi et continuer à vivre en attendant de rentrer chez eux.

 

Selon des informations, l’Etat jusqu’à présent ne s’est pas encore prononcé sur le sujet puisque, les  dossiers  des différents demandeurs sont en étude apprend-on.
 
 D’après le bureau Afrique du Haut commissariat des réfugiés, la demande sans cesse grandissante du droit d’asile au Cameroun, se justifie par la situation paisible et globalement calme qu’il y a au pays de Paul Biya depuis plusieurs dizaines d’années.  Il est pareillement sollicité parce qu’il a toujours ouvert ses frontières aux demandeurs d'asile et est signataire de tous les grands traités internationaux et régionaux protégeant les  réfugiés.  Il accorde une protection et un asile aux personnes qui relèvent de la compétence du Hcr en allouant des terrains pour les camps de réfugiés de Nandoungué et de Minawao. Les autorités facilitent également l'accès des enfants réfugiés aux écoles et aux centres de santé locaux, avec le soutien du Hcr une chose qui amènent ces derniers à affluer vers notre pays.
 
Ces réfugiés et demandeurs d’asile qui  pour la majorité, ont fui  les conflits et les situations d’insécurité ambiantes dans leur pays sont originaire de 28 pays. Parmi lesquels, la République centrafricaine (Rca), le Nigeria et le Tchad, la Côte-d’Ivoire, du Rwanda pour ne citer que ceux-ci. Leur nombre a gonflé ces derniers mois avec la guerre en Rca.
Les réfugiés centrafricains qui ont afflué par millier ont  été accueillis dans plus de 308 sites, répartis sur un territoire national. Leur présence massive a pareillement posé le problème de leur gestion puisque, l’Etat n’a pas toujours les moyens de les encadrer. Une chose qui selon des informations, seraient à l’origine du retard observé dans l’octroie du droit d’asile aux milliers de demandeurs.
 
Selon le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, le Cameroun compte en ce moment 247.000 réfugiés dont plus de 137.000 demandeurs d’asile au premier semestre de l’année.
 
Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Douala: Plus de 107millions emportés à Razel

10 Juillet 2014, 20:56pm

Publié par Hervé Villard

La direction générale de l’entreprise chargée de la construction de la pénétrante Est de Douala a été cambriolée le 26 juin 2014 dernier à Douala.

L’information publiée par le Quotidien de L’Economie est reprise par l’agence  d’information Ecofin.  Selon  ces derniers, des malfaiteurs déguisés en combinaison de travail des employés de Razel Cameroun, se sont introduits, le 26 juin 2014, dans les locaux abritant le siège de cette entreprise spécialisée dans le Btp, au quartier Bonapriso à Douala, la capitale économique camerounaise. C’était aux environs de 15h ce jour là.

 
A l’aide des armes à feu qu’ils avaient, ils ont neutralisé le délégué du personnel de même que les employés de cette entreprise présents au moment des faits.  Ils se sont par la suite dirigés au service de la paie. Où, ils ont emporté la somme de 107 millions de francs Cfa, que les agents du service ici, rangeaient dans des enveloppes, afin de procéder, dès le lendemain 27 juin, au payement des salaires du mois de juin.  

 

Après leur forfait, rapporte la source d’information, ces visiteurs inattendus se sont enfuis à bord de motos-taxis, préalablement garés à l’extérieur du bâtiment, sans être inquiétés.  D’après des employés de cette entreprise de Btp, Razel Cameroun a l’habitude de manipuler d’importantes sommes d’argent en période de paie. Une chose qui leur a couté la somme de 107 millions il y a quelques jours.
Malgré l’enquête qui a été ouverte au sein de cette entreprise par les forces de l’ordre  descendues sur les lieux de l’incident quelques temps seulement après le cambriolage, aucune information jusqu’à présent n’a encore filtrée.
Cependant, des sources révèlent que la taupe ne serait pas loin de l’entreprise. «C’est quelqu’un qui sait comment fonctionne la maison et qui sait qu’à ce moment précis des opérations de paie se font au sein de Razel Cameroun», fait remarquer  un élément des forces de l’ordre sous l’anonymat. «Ce genre de coup se fait souvent avec la complicité de quelqu’un de l’entreprise où de quelqu’un qui maitrise mieux le milieu », ajoute-t-il.

 

 Un doigt accusateur est pareillement pointé vers la direction de cet entreprise qui manipule encore l’argent liquide alors qu’elle pouvait tout simplement payé ses employés dans les différentes micro-finances ou banques qu’il y a au Cameroun.

 

Au siège de cette entreprise hier à Douala, aucune information ne filtre sur cet incident. Aucun responsable ne souhaite se prononcer là dessus. «Personne n’a été blessée. C’est l’essentiel.  Ils ont emporté tout simplement l’argent», fait remarqué un employé. Ce braquage rappel pareillement ceux effectués à Ecobank Bonabéri et Ecobank Ancien troisième au cours desquels, plusieurs centaines de millions de fcfa ont été emportés.

 

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Nécrologie:L’artiste Koulibaly system n’est plus.

24 Juin 2014, 22:49pm

Publié par Hervé Villard

L’artiste en service à la Radio et télévision est décédé hier de suite de maladie à l’hôpital Laquintinie de Douala.

 

 Le ciel vient de s’abattre sur  le groupe la Radio et télévision Equinoxe. Le groupe de presse audiovisuelle à capitaux privés vient de perdre  l’un de ses célèbres animateurs radio et télévision. Ahmed Meffire Ngapout, plus connu sous le pseudonyme de Coulibaly system est décédé  ce mardi 24 juin 2014 à l’hôpital Laquintinie. Selon des informations, le plus camerounais des ivoiriens que les spectateurs et les auditeurs de radio et télévision Equinoxe n’avait plus vu ni entendu était malade depuis environ quatre mois. La nouvelle de son décès qui a endeuillé toute la rédaction de ce media de la ville de Douala hier est tombée  aux environs de 20h 30 minutes. Julie Ngué, Sandrine Yamga, Vincent Bika, serges Alain Ottou, Dallas Tchana,  et plusieurs de leurs collègues sont tous en larmes. «Il est passé ici il y a quelques jours,  nous tromper qu’il allait mieux», déclare Sandrine Yamga  toute éplorée. «C’était quelqu’un de vraiment amusant. Il n’arrêtait  pas de singer  nos responsables  et ses propres collègues. Sa bonne humeur va nous manquer», se souvient-elle avec regret. Plus amoché, encore, c’est son jumeaux Djasso. Son collègue avec qui il formait une paire  presqu’indivisible est ébranlée par la nouvelle. C’est à peine qu’il esquisse une phrase. «Je n’arrive pas à y croire. S’il faut parler de carrière, c’est avec lui en 2004 que je commence ma carrière à Equinoxe. Ça fait dix ans que je travaille avec lui. C’est une partie de mon corps que je viens de perdre. Le corps humain à trois parties, avec sa disparition, il ne m’en reste plus que deux. Je suis abattu», déclare-t-il tout abattu.

En service à Radio équinoxe depuis près de 10ans,  Koulibaly system qui décède à la trentaine  avancé était un humoriste talentueux dont le son de la voix et  les histoires qu’il connaissait seul  les origines et le secret vont manquer aux millions d’auditeurs et de téléspectateurs de ces médias. Que la terre de nos ancêtres lui soit légère.

 

Hervé Villard Njiélé

Koulibaly ,animateur camerounais,radio Equinoxe,déces,maladie

Koulibaly ,animateur camerounais,radio Equinoxe,déces,maladie

Voir les commentaires

Patrice Beling Nkoumba :La santé de tous les étudiants qui prennent part aux jeux universitaires nous préoccupe

30 Mai 2014, 15:47pm

Publié par Hervé Villard

Patrice Beling Nkoumba :La santé de tous les étudiants qui prennent part aux jeux universitaires nous préoccupe

Rencontré à l’université de Douala, lieu où se déroule la 17ème édition des jeux universitaires, Patrice Beling Nkoumba secrétaire général de la fédération nationale des sports universitaires (Fenasu) revient sur les cas d’intoxications alimentaires observés à l’université de Douala durant ces jeux. Dans une interview accordée à La Nouvelle Expression, il revient également sur les cas d’injustices dénoncés par le recteur de l’Université de Yaoundé1 lors des finales de Judo.

Le recteur de l’université de Yaoundé 1 dénonce une  forme d’injustice contre les athlètes de son établissement que pensez-vous de cela en tant que responsable de l’organisation?

 Chacun à son niveau ne fait que son travail. Les jeux sont organisés  pour permettre à chacun d’exprimer son potentiel. Et, C’est celui qui est le mieux préparé qui va pouvoir gagner. Et par conséquent, les juges et les arbitres sont là pour faire leur travail et ils ont prêtés serment. Je pense qu’ils sont en train de faire leur travail. Et si d’aventure, nous remarquons dans leurs comportements de  l’impartialité, nous seront obligés de les sanctionner. Puisque l’objectif des jeux c’est que, tout se déroule dans  le cadre le plus meilleur possible.

Que dites vous des cas de favoritisme dénoncés par les responsables de l’université de yaoundé1 ?

Nous n’avons pas encore été saisis. Parce qu’il est impossible que dans un match ou dans une compétition une équipe estime qu’elle a été lésée. Mais, quand les hommes font des réserves, nous ne pouvons pas agir quand nous n’avons pas été saisis.

On a relevé des cas d’ingestions durant ces jeux et cela concernait les étudiants de l’université de Yaoundé1. Quand est-il exactement ?

Ça ne concerne pas seulement les étudiants de l’université de Yaoundé1. Pourquoi se focaliser seulement sur le cas des étudiants de l’université de Yaoundé1. Ça peut également concerner toutes les autres universités qui participent aux jeux. La santé de tous les étudiants qui prennent part aux jeux universitaires nous préoccupe autant que ceux de Yaoundé1. Il y a une commission d’organisation locale qui s’occupe de ce genre de situation. C'est-à-dire l’organisation de Douala. Et, les médecins sont à pied d’œuvres pour résoudre ce genre de chose.

Est ce que cela signifie qu’il n’ya pas d’inquiétude ?

Il n’ya pas encore de cas alarmant jusqu’à présent.

Les responsables déclarent que cela déteint sur les jeux ?

Ça dépend de quel coté on se place. Parfois, on est bien placé, c'est-à-dire au coté de ceux qui critiquent. Vous savez quand on est organisateur, on doit donner le meilleur de soi. Et la seule motivation qu’on a c’est que les jeux se déroulent bien.

Est-ce que ce problème de diarrhées ne met pas en mal la commission culinaire ?

Il existe une commission qualité au sein de l’université de Douala. Et elle a pour devoir de faire toutes les investigations nécessaires pour ce genre de chose. C’est à elle de répondre à la question.

Que comptez-vous faire pour que ce genre de chose ne se reproduise plus ?

Les autorités sont déjà alertées. Et c’est sûr qu’elles sont  déjà en train de faire ce qui est de leur devoir.

Réalisée par Hervé Villard Njiélé

 

Voir les commentaires

Enseignement secondaire:Emile Yomkil prend les commandes dans le Littoral

30 Mai 2014, 14:33pm

Publié par Hervé Villard

Le nouveau délégué régional des enseignements secondaires pour le Littoral a été installé dans ses nouvelles fonctions vendredi 16 mai 2014 par Ludovic Étienne, Ngbwa représentant le gouverneur de la région empêché

 Le sourire qui illuminait le visage d’Émile Yomkil, ce vendredi 16 mai 2014  traduit à suffisance le sentiment de joie qui l’anime. Au coté de son épouse  qui tenait en main un bouquet de fleur  que venait de lui remettre un de ses meilleurs amis, il était tout heureux. La présence de ses collègues  de service, des membres de sa famille, des amis et pleins d’autres personnes venus lui apporter leur soutien et lui adresser leurs encouragements lui a donné un boum au cœur.  Il était pratiquement heureux. «Je suis un homme comblé et je remercie tous ceux qui m’ont aidé dans ce sens là. Et précisément le ministre de l’enseignement secondaire qui m’a fait cette confiance. J’ai un sentiment de lourde responsabilité et je  crois que je dois résolument me mettre au travail pour mériter la confiance qui a été  mise en ma modeste personne», déclare-t-il tout joyeux.

 

 La joie qui anime Émile Yomkil est d’autant plus grande parce qu’il vient  d’être Installé comme  délégué régional des enseignements secondaires pour le Littoral par le secrétaire général du service du gouverneur de la région du Littoral.  Il  remplace ainsi à ce poste Guillaume Hondt.  Délégué départemental des  enseignements secondaires pour la  Sanaga Maritime, où il a exercé pendant plus de dix ans, Emile Yomkil a été nommé par le ministre des enseignements secondaire, délégué régional des enseignements secondaires pour le Littoral le 11 mars 2014

.

Pendant son installation à la salle des banquets de la région, Ludovic Étienne Ngbwa, le représentant du gouverneur de la région du littoral lui a rappelé ses nombreuses missions. Parmi cette liste non exhaustive, il a été demandé au nouveau délégué des enseignements secondaires pour le Littoral, de faire des élèves de la région des véritables vecteurs de développement pour un Cameroun émergent à l’horizon 2035. Entre autres missions, le nouveau délégué  a été sommé de rechercher des moyens  pour une éducation de qualité dans la région, pour un résultat escompté. De rechercher des stratégies de formation pratique, pour une gestion qualitative de l’éducation  dans la région du Littoral.  Et surtout de construire une base de données fiable et faire la promotion de l’éducation à l’excellence dans le Littoral.

 

Portrait

Né en 1956 dans le département de la Sanaga Maritime, Émile Yomkil est titulaire d’une licence en lettre bilingue. Il est pareillement titulaire d’un Dipes2 obtenu à l’Ecole Normale supérieure de Yaoundé. Marié, il est père de deux enfants. Professeur et animateur pédagogique, le nouveau  délégué régional des enseignements secondaires pour le Littoral est pareillement chef traditionnelle de troisième degré dans la Sanaga maritime. Avant sa nomination à la tête de la région, il était délégué départemental des enseignements  secondaires pour la Sanaga Maritime. Après son installation officielle, celui qui est promu délégué régional après environs trente un ans de service a  reçu séance tenante une bénédiction de ses pairs chefs traditionnels.

 

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Cameroun: Paul Biya parmi les 16 chefs d’Etat agonisants du monde

30 Mai 2014, 13:54pm

Publié par Hervé Villard

Cameroun: Paul Biya parmi les 16 chefs d’Etat agonisants du monde

Selon le journal américain The Huffington, le président de la République Paul Biya fait partie des dictateurs de la planète malade qui vont bientôt mourir.

L’information  qui parait anodine au départ est pourtant vraie. Le nom du président de la république du Cameroun Paul Biya  figure bel et bien dans la liste des présidents de la planète terre qualifiés de dictateurs  et donc le décès n’est plus loin.  Cette information a été publiée par le  journal Américain The  Huffington Post et repris par plusieurs autres sites internet présents sur la toile.

Selon le journal américain en ligne qui  publie cette information, l’intérêt n’est nullement de nuire. Mais, de permettre aux gouvernements des puissantes nations d’anticiper sur la mort des dictateurs et de miser sur des remplaçants potentiels pour garantir leurs intérêts.  

Selon des informations, The Huffington Post s’est inspiré d’une liste que l’organisation mondiale de la santé (Oms) a mise sur pied pour produire la liste de ces chefs d’Etat croulants.  Au nombre de seize au total ces  chefs d’Etat cités ont en commun, leur longévité au pouvoir, leur vieillesse, la dictature et le fait qu’ils sont tous malades.

 L’Afrique se taille la part du Lion

Des seize chefs d’Etat de la planète qui  vont bientôt mourir selon The Huffington Post, la majorité se trouve en Afrique. Le continent africain se taille la part du Lion dans ce classement avec sept chefs d’Etat sur les 16 annoncés.  Parmi ces derniers, on compte  Paul Biya du Cameroun au pouvoir depuis 1982. Le site d’information américain  qui s’est d’ailleurs trompé sur l’âge du président de la république déclare que  Paul Biya a plutôt  79ans au lieu de 81ans  comme il en est exactement.  Il est suivi par Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, président de la  Guinée équatoriale. Au pouvoir depuis 1979  il est aujourd’hui âgé de 71 ans. Denis Sassou Nguesso, le président du Congo-Brazzaville  figure aussi dans cette liste. Ayant accédé au pouvoir  à deux reprises, c'est-à-dire de 1979 à 1992  puis en 1997,  il y est toujours  malgré son âge avancé. 71 ans. José Eduardo dos Santos de  l’Angola y est également. Au pouvoir depuis 1879, il est âgé de 70 ans.   Dans la suite de cette liste se compte  le président Ougandais Yoweri Kaguta Museveni,  qui est  pouvoir depuis 1986, le président Ouattara de la République de Cote d’Ivoire, au pouvoir depuis 2011, et âgé de 70 ans. Robert Mugabe de la  Zimbabwe vient sceller ce tableau. Agée de  88 ans, il est au pouvoir  depuis 1987.

Dans la suite de cette liste, on note la présence de Abdullah Bin Abdul-Aziz Al Saud,  d’Arabie Saoudite au pouvoir depuis 2005 et  âgé de 88 ans, Qaboos Bin Said Al Said de la république d’Oman, 73 ans, au pouvoir depuis 1970,  de Raúl Castro président du Cuba qui a 81ans au pouvoir depuis 2006, d Ali Hosseini-Khamenei de l’Iran avec 73ans et au pouvoir depuis 1989, de Jaber Al Hamad Al Sabah du Koweit  83ans ,au pouvoir depuis 2006, Noursoultan Nazarbaïev , président  du  Kazakhstan au pouvoir depuis 1990,et âgé de 72 ans, Ratu Epeli Nailatikau  du Fidji âgé de71 ans, Tony Tan Keng Yam  du Singapour ,au pouvoir depuis 2011et âgé de  72 ans, et de Choummaly Sayasone de l’Etat du Laos  âgé de 76 ans.

 

Hervé Villard Njiélé

 

Voir les commentaires

Décentralisation: L’Allemagne vole au secours du Cameroun

30 Mai 2014, 13:03pm

Publié par Hervé Villard

Le pays de la chancelière Angela  Meckel vient d’octroyer près de 57 milliards  de Fcfa  au gouvernement camerounais pour soutenir ce processus qui tarde à être effectif.

 

http://www.cameroun24.net/images/news/paul_biya_angela_merkel670.jpg

Proclamée par la loi constitutionnelle du 18 Juin 1996, le processus de  décentralisation engagée au Cameroun peine à trouver ses marques. Il n’est pas encore ancré dans les mœurs des responsables de collectivité décentralisées, malgré les efforts que  fournit le gouvernement chaque jour. Si l’on peu déclaré que le processus est en cours  avec la création du Feicom et la distribution au commune de la région du Sud et de l’Est, les retombées des fruits de l’exploitation du bois, il n’en demeure pas moins  que des efforts doivent être conjugués pour que  les résultats de cette décentralisation soit visible dans toutes les contrés du pays.

Pour donc faciliter cela et rendre la décentralisation au Cameroun visible,  la République fédérale Allemande a signé le week-end dernier des accords de financements avec le gouvernement camerounais pour booster ce processus. Selon  l’agence Pana Press qui  rend public cette information, les accords de financement ont été signés le week-end  dernier par le ministre camerounais de l’Economie, Emmanuel Nganou Djoumessi et l’ambassadeur d’Allemagne au Cameroun, Klaus-Ludwig Keferstein. D’après les termes de l’accord, la République fédérale d’Allemagne va soutenir  le processus de Décentralisation en cours au Cameroun, ainsi que le développement local à hauteur de 86,5 millions d’euros, soit environ 56,7 milliards Fcfa, sur une  période  de deux ans (2014-2016).


Ces accords de financement paraphés entre les deux pays, à en croire le ministère camerounais de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire, Emmanuel Nganou Djoumessi, comportent un don de 38,5 millions d’euros, soit 25,2 milliards FCFA, et un prêt de 48 millions d’euros, soit 31,5 milliards FCFA. Il faut dire en passant que, ce n’est pas la première fois que l'Allemagne vole au secours du Cameroun. Pour le compte de la triennale 2011-2013, la République fédérale d’Allemagne avait déjà débloqué en faveur du gouvernement camerounais environ 99,5 milliards FCFA, au titre de l’Aide publique au développement, enveloppe qui a été revue à la hausse de 11 pour cent en 2014-2016 pour un montant de 110 milliards FCFA.

En avril dernier, l’Agence de développement et de coopération allemande (Kfw) a octroyé un financement de 10 milliards FCFA, disposés pour 16 communes camerounaises, dans le cadre du «Programme de décentralisation villes moyennes (Pvdm) et le Fonds d’équipement intercommunal (Feicom)».

D’après, l’ambassadeur de l’Allemagne au Cameroun, Klaus- Ludwig Keferstein,  engagé dans ce processus, la sollicitude de son pays est la résultante des négociations intergouvernementales entre les deux pays entamées en 2013.  L’on annonce d’ailleurs de nouveaux appuis financiers de la République fédérale d’Allemagne en faveur du Cameroun dans le cadre du développement rural, en plus du financement du processus de Décentralisation, de la santé et de la gouvernance, les domaines traditionnels dans lesquels la coopération Cameroun-Allemagne est implémentée ces dernières années.

A titre de rappel, il faut dire que L’enjeu majeur de la décentralisation est de promouvoir le développement durable en impliquant les populations de la base à la gestion de leurs affaires. Il s’agit d’aller bien au-delà de ce que l’institution communale permettait de faire jusque-là. Et oser franchir le pas décisif d’une grande responsabilisation des populations. Une incitation à prendre des initiatives au plan local et de s’investir dans la recherche des solutions idoines aux problèmes locaux

 

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

L’Eec vole au secours de l’environnement.

30 Mai 2014, 12:13pm

Publié par Hervé Villard

 A Travers les actions de reboisement engagé dans ses différentes régions synodales, l’Eglise Evangélique du Cameroun entend limiter les actions du gaz à effet de serre.

 

 

Amener  le monde entier à lutter contre la destruction de la couche d’ozone, pousser ces derniers à lutter contre tout processus de destruction de l’environnement, notre cadre de vie. Mieux encore amener  les chrétiens  et le monde entier à prendre conscience que l’environnement est devenu folle et qu’il faut poser des actes allant dans le sens de sa protection. Voilà entre autres les missions que s’est assigné l’Eglise Evangélique du Cameroun depuis quelques  années.

Consciente  du fait que Jésus  Christ ne prêchait pas seulement l’Evangile de la Vérité, qu’il ne sauvait pas seulement des vies, mais qu’il posait  aussi des actes concrets en enseignant et guérissant les malades, l’EEC en plus de sauver les âmes  à travers les missions d’évangélisation s’est pareillement porté garante de sauver la terre, milieu de vie des hommes.

Pour joindre l’acte à la parole, les responsables de cette congrégation ont lancé depuis plusieurs années déjà, l’opération «Grow with tree» ou encore  « un enfant un arbre »  dans la région du Moungo Nord plus précisément à Ntolo. Dans ce grand orphelinat qui existe ici et sur la supervision d  la directrice de la Diaconie, Mme Josette Fossuo, les responsables de cet orphelinat initie les enfants à la protection de la nature en donnant à chacun d’entre eux  un arbre à planter chaque année.

Selon les responsables de cette congrégation religieuse, avec le projet «grow with tree», chaque enfant qui plante un arbre a le droit de le surveiller et surtout de veiller sur sa bonne santé et sa croissance jusqu’à sa sortie de l’orphelinat ou de l’école. Ainsi, pendant que  l’enfant grandit,  son arbre aussi fait pareil.

 D’après Josette Fossuo directrice de la diaconie à l’Eec, cette initiative a déjà permis à l’Eglise évangélique du Cameroun  de créer une réserve d’arbre fruitier important dans la localité  de Ntolo où se trouve l’orphelinat de  l’église. Pour y parvenir à la création de cette  réserve d’arbre, l’église prend la peine de créer des pépinières  d’arbres en disparition tel le kolatier, le fruit noir et autres arbres importants encore.

A coté de cette initiative qui prend progressivement corps et qui est copiée par les autres régions synodales, l’église d’après ses responsables, ne cesse de sensibiliser sur ce sujet.  Elle procède pareillement par des plaidoyers sur les questions de reboisement pour atteindre le maximum de personnes. Le 7 décembre de chaque année à l’occasion de la  journée d’action de la jeunesse des jeunes  chrétiens de l’Eec  sensibilisent sur la protection de l’environnement.

 

Hervé Villard Njiélé

 Une savane en perdition fruit de la dstruction de la couche d'ozone par l'action des hommes

Une savane en perdition fruit de la dstruction de la couche d'ozone par l'action des hommes

Voir les commentaires

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 > >>