Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Publié depuis Overblog

26 Juin 2019, 12:55pm

Publié par Hervé Villard

Voir les commentaires

Football: Ahmad Ahmad, sort libre de sa garde à vue

7 Juin 2019, 11:07am

Publié par Hervé Villard

Le Malgache avait été interpellé dans le cadre d’une information judiciaire pour association de malfaiteurs, corruption, abus de confiance et faux et usage de faux.

Football: Ahmad Ahmad, sort libre de sa garde à vue

Le président de la Confédération africaine de football (CAF), interpellé à Paris, jeudi 6 juin, par l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF), est ressorti libre de sa garde à vue, sans poursuite à ce stade, a annoncé vendredi le procureur de Marseille à l’AFP. Le Malgache Ahmad Ahmad avait été interpellé dans le cadre d’une information judiciaire ouverte par la juridiction interrégionale spécialisée de Marseille, le 28 mai, notamment pour association de malfaiteurs, corruption, abus de confiance et faux et usage de faux, a précisé le procureur Xavier Tarabeux.

C’est Jeune Afrique qui avait lâché la bombe, jeudi, en milieu de matinée : « Ahmad Ahmad a été interpellé vers 8 h 30 », pour être entendu au sujet d’un « contrat rompu unilatéralement par la CAF avec l’équipementier allemand Puma », écrivait l’hebdomadaire. M. Ahmad était présent à Paris dans le cadre du congrès électif de la FIFA, qui s’est tenu dans la capitale française mercredi, juste avant le coup d’envoi du Mondial féminin, vendredi au Parc des princes.

Jeudi, la FIFA s’était contentée d’indiquer que le numéro un du football africain était « interrogé par les autorités françaises ». La FIFA « prend note des événements présumés concernant M. Ahmad, qui est interrogé par les autorités françaises » pour des « allégations liées à son mandat de président de la CAF ». La fédération avait indiqué ne pas connaître « les détails » de cette enquête, ne pas être en mesure de « commenter » et avait demandé « aux autorités françaises toute information » qui pourrait intéresser sa « commission d’éthique ».

« Tolérance zéro »

« Il n’y a plus de possibilités pour la corruption. C’est tolérance zéro ! Ce qui s’est produit ne doit plus se répéter. Cela doit être clair pour ceux qui sont dans cette salle et en dehors », avait prévenu, mercredi, Gianni Infantino, le président de la FIFA, avant sa réélection, évoquant les scandales passés de l’ère Sepp Blatter, son prédécesseur. Dans l’affaire révélée jeudi, Puma, après rupture présumée du contrat de façon unilatérale, « a demandé une compensation de 100 000 dollars [près de 90 000 euros] mais la CAF n’a pas payé la somme », a exposé à l’AFP Amr Fahmy, l’ex-secrétaire général de la CAF.

Selon des documents consultés par l’AFP, la CAF avait dans un premier temps passé contrat en décembre 2017 avec Puma pour la fourniture d’équipements destinés notamment à habiller les 580 volontaires du Championnat d’Afrique des nations (CHAN) 2018, épreuve réservée aux joueurs africains évoluant sur le continent. Peu de temps après, la CAF aurait rompu ce contrat au profit d’une autre société basée en France et fournissant, elle, du matériel Adidas, et ce pour un montant supérieur au contrat initial.

 

Selon des sources concordantes, M. Ahmad est également l’objet d’une enquête de la commission d’éthique de la FIFA, ouverte notamment suite à une plainte pour « mauvaise gestion » transmise en mars à la justice interne de la FIFA par Amr Fahmy. Ce dernier a été licencié en avril par la CAF.

Polémique monstre

L’interpellation de son patron tombe mal pour la CAF, déjà engluée dans une polémique monstre pour sa décision de faire rejouer la finale retour de la Ligue des champions africaine, qui s’était achevée avant son terme et dans la confusion, vendredi dernier, après une panne de l’assistance vidéo à l’arbitrage (VAR). « J’ai vu qu’il y a eu des problèmes. C’est malheureux. C’est une question de crédibilité pour toute l’Afrique », avait déclaré Gianni Infantino, mercredi.

Le football africain est bien à un tournant de sa crédibilité : déjà affaibli par le processus heurté de désignation de l’Egypte comme pays hôte de la prochaine CAN, après que le Cameroun a été destitué de l’organisation dans la confusion, il aborde une nouvelle période de turbulences.

Avant le match d’ouverture, le 21 juin, les incertitudes nées des délais serrés, des craintes sécuritaires et des problèmes d’organisation planent toujours au-dessus du pays des Pharaons, qui n’a eu que six mois pour préparer la plus grande CAN de l’histoire, à 24 sélections.

 

Sources le Monde

Voir les commentaires

Soupçon de corruption: Le président de la Caf dans les salles draps

7 Juin 2019, 10:30am

Publié par Hervé Villard

photo Ahmad

photo Ahmad

De passage dans la capitale française où il devait assister à l’assemblée générale extraordinaire de la Fifa ayant abouti à la réélection de son président exécutif, Ahmad Ahmad a été interpellé par les autorités judiciaires française
 
Sale temps pour Ahmad Ahmad le président de la Confédération africaine de football. C’est du moins ce que l’on peut dire au regard des turpitudes que vit le président de la Caf depuis quelques jours.
A deux  semaines du coup d’envoi de la plus prestigieuse des compétitions africaines, la coupe d’Afrique des nations donc le glissement de date l’a obligée à se tenir plutôt en Egypte et non au Cameroun comme  préalablement annoncé du 16 au 27 juillet 2019 prochain, le président de la Confédération africaine de football (CAF) était obligé de s’expliquer devant les autorités judiciaires français hier jeudi 6 juin 2019.
Selon les confrères de jeune Afrique qui semblent mieux maitriser le sujet, Ahmad Ahmad a été interpellé jeudi matin vers 8h30 à l’hôtel de Berri, à Paris, et a été entendu par les services de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (Oclciff). Comme raison de cette interpellation précise Jeune Afrique, il serait reproché au président de la caf d’avoir rompu de manière unilatérale un contrat avec  l’équipementier  allemand  Puma pour s’engager avec la société Tactical Steel, basée à La Seyne-sur-Mer. Une signature de contrat qui, selon l’ex-secrétaire général de l’instance continentale Amr Fahmy, aurait été favorisée par la proximité entre Ahmad Ahmad et un des dirigeants de l’entreprise française, et dont le surcoût atteindrait 830 000 dollars (739 000 euros). « Toutes les décisions ont été prises de manière collégiale » et « transparente », s’était défendu en mi-avril le patron du foot africain. D’après  les informations, l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (Oclciff) voulaient  tout simplement entendre le Malgache Ahmad Ahmad sur ce sujet.
Même si ses  proches déclarent qu’il n’y a pas matière à s’inquiéter et que ce n’était qu’un contrôle de routine, il se susurre que le président de la Caf aurait perçu beaucoup d’argent dans la signature d’un nouveau contrat avec le nouvel équipementier de la Caf. Il se dit que Le Malgache aurait notamment forcé la CAF à acheter des vêtements de sport en passant par une société française plutôt que directement auprès des fabricants, et à des prix gonflés. Des soupçons de harcèlement sexuel pèseraient également contre le patron du foot africain apprend-on. «Effectivement l’interpellation a eu lieu. A ce  stade, la Caf attend de savoir exactement pour quel dossier Ahmad a été interpellé. Son avocat est  avec lui. Nous sommes en train de suivre la situation», a précisé Constant Omari vice président de la CAF et membre du conseil de la Fifa au journal l’Equipe
Dans un communiqué rendu publique sur sa page, la Fédération international of football association confirme l’interpellation du président de la Caf. Il prend acte et dit ne pas en savoir d’avantage sur le sujet. «La FIFA  prend note des évènements présumés concernant M. Ahmad, qui est interrogé par les autorités françaises pour des allégations liées à son mandat de président de la CAF. Mais la fédération internationale ne connaît pas les détails  de cette enquête, n’est pas en mesure de commenter et demande aux autorités françaises toute information qui pourrait intéresser son  comité d’éthique », précise ce communiqué. Il faut dire qu’Ahmad était  présent à Paris dans le cadre du congrès électif de la FIFA, qui s’est tenu dans la capitale française mercredi et a reconduit Gianni Infantino dans ses fonctions de président.
Le mois dernier, le comité d'éthique de la Fifa avait été saisi par le secrétaire général de la CAF, Amr Fahmy, sur des soupçons de corruption et de harcèlement sexuel à l'encontre d'Ahmad Ahmad. Dans la foulée, le secrétaire général avait été limogé.
L’interpellation du président de la caf intervient quelques heures après  que la Confédération africaine de football (CAF) a décidé de faire rejouer la finale de la Ligue des champions entre l’Espérance de Tunis et le WAC de Casablanca. Le match retour avait été interrompu vendredi 31 mai à cause d’une défaillance du vidéo-arbitrage. Les Marocains avaient quitté le terrain et refusé de reprendre la partie. Au moment  où nous  allions sous presse, le  président de la Caf était encore  en train d’être  auditionné. Nous y reviendrons.
Hervé Villard Njiélé
 

Voir les commentaires