Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Medias:Les journalistes camerounais croupissent dans la misère

, 15:57pm

 


 

Medias
 
Les journalistes camerounais  croupissent dans la misère
 
Le tableau noir de cette profession a été peint lors d’un atelier organisé par le syndicat national des journalistes du Cameroun. C’était à l’hôtel Somatel de Douala  le 4 novembre 2011
 
Les journalistes camerounais vivent mal et très mal d’ailleurs. Ces derniers se surpassent au quotidien pour accomplir la tâche  d’informer le public qui est la leur.  Ils  travaillent dans des conditions difficiles, vivent mal, logent mal se soignent mal. Bref ils sont pour la plupart des charges pour leurs familles.
C’est   du moins ce qui se dégage du séminaire de restitution des résultats d’enquête réalisée par le cabinet Rs Studies and Surveys  commandée  par  le syndicat national des journalistes du Cameroun (Snjc).  
 
La restitution des résultats de cette enquête a eu lieu le vendredi 4 novembre 2011 en présence du délégué régional de la communication pour le littoral, Michelle Ebongue, de Lanre Ogundipe  journaliste, directeur de publication  de The Premium Newspaper basé aux Nigéria et  de nombreux journalistes camerounais  de la ville de Douala et d’autres villes  du pays.
Selon les résultats de cette enquête qui portait sur les conditions sociales des journalistes au Cameroun, le revenu mensuel moyen d’un journaliste camerounais se chiffre à 176.865franc tandis que  le  salaire mensuel moyen de celui-ci est de  101.225franc CFA. L’enquête révèle pareillement que 46% des journalistes travaillent sans contrat de travail et 75% d’entre eux n’ont ni droit aux allocations familiales ni aux indemnités de logements ni à la pension vieillesse. Ceux –ci ne bénéficient non plus  des congés payés et des primes  d’invalidité et décès. Ils  travaillent pour  la majorité sans aucune assurance malgré les risques qu’ils courent et les graves dangers auxquels ils sont exposés au quotidien dans l’exercice de leur fonction.
 Autres révélations troublantes de cette enquête qui a été réalisées sur un échantillon de 232 journalistes, c’est la difficulté d’accès aux soins sanitaires auxquelles  sont confrontés les journalistes.    D’après l’enquête  de RS studies and Surveys, seul 6% d’entre eux bénéficient d’une assurance maladies. La majorité, soit 60% se soignent par automédication, c’est-à-dire à tâtons. Au niveau du logement, les résultats donnent une sueur froide au dos. L’enquête révèle par ailleurs que 91% des journalistes camerounais vivent en location et occupent des logements depuis plus de trois ans. Ils vivent en permanence avec des animaux tels des rats, des souris et des moustiques. Ce qui les expose aux risquent de contraction des maladies.
Emplois secondaires
La situation misérables des  journalistes camerounais ; salaires minimes et insuffisants, mauvaise condition de vie, pousse ces derniers à développer une activité secondaire pour  joindre les deux bouts. Les résultats de l’enquête commandée par le Snjc  révèlent que 52% des journalistes au Cameroun exercent une activité secondaire.   Et à défaut, plusieurs d’entre eux  sont obligés de faire usage des pratiques mafieuses pour obtenir de l’argent.
 Face à cette situation qui clochardise le journalisme et le journaliste, et qui empêche à ce dernier de pouvoir exercer librement son métier,  Michelle Ebongue le délégué régional de la communication pour le littoral a  invité les journalistes à plus de professionnalisme. Elle a demandé à tous les journalistes présents de rejoindre les syndicats pour améliorer leur condition de vie. « il est inconcevable que dans les entreprises de presse qu’il n’y ait pas de délégué de personnel dans les entreprises de presse. Monsieur Azebaze seul ou le bureau du Snjc seul ne peuvent pas faire pression sur les patrons de presse. Mais  c’est vous qui est à l’intérieur des  entreprises qui pouvez faire changer les choses en appliquant les décisions des syndicats. C’est ainsi que vous pouvez parvenir  à faire changer la donne. » A-t-elle déclaré. Pendant ce séminaire, quatre ateliers de réflexion visant à trouver des solutions pour améliorer  les conditions des journalistes ont eu lieu. Les résultats des dits travaux seront utilisés par le Snjc qui ambitionne revaloriser le  quatrième pouvoir au Cameroun. Au niveau des critiques, Dr Madiba enseignant au département de communication a l’université de Douala a regretté le fait que les catégories professionnelles n’ont pas été distinguées pendant l’enquête et le fait que le cabinet Rs studies and surveys a mélangé les employés dans son échantillonnage les journalistes de la fonction publique et ceux des médias privés.
 
Hervé Villard Njiélé.