Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Erratum ;Award  de  Caf :Riyad MAHREZ  ballon d’or  africain de l’année 2016

6 Janvier 2017, 14:02pm

Publié par Hervé Villard

 

 L’attaquant de l’équipe  Algérien  vient d’être  voté  par la  confédération africaine de  football. Il est  suivi de  près par  le  Gabonais Aubameyang  et du Sénégalais Sadio MANE.

Erratum ;Award  de  Caf :Riyad MAHREZ  ballon d’or  africain de l’année 2016

 

Les résultats des Awards de la confédération africaine de  football (Caf ) très  attendus  par les footballeurs  africains ont livré leur  secret  ce  5 janvier 2017. Même si l’on regrette qu’il n’y ait aucun Camerounais parmi  les détenteurs de  ce  prestigieux trophée  chez  les  footballeurs masculins, on  retient  que  c’est  à l’Algerie que revient  la  couronne  la  plus  convoitée. Contrairement à ce que nous avons publié précédemment, c'est  l’attaquant  algérien Riyad MAHREZ qui évolue  au sein du Leiceister, club de  première  division  Anglaise  qui a  raflé  le  ballon d’or  chez  les  hommes avec un  voté  évalué à près e 362 et  Non  le  gabonais Pierre Aubameyang. Vainqueur de l'édition 2015. L'’attaquant Gabonais Pierre Aubameyang qui évolue au Borussia Dormund a été classé plutôt deuxième avec 313 points.  La troisièmeplace revient au Senegalais Sadio Mane évoluant à Liverpool .

 Chez  les  femmes  l’attaquante  nigériane  Asisat OSHOALA  sacrée  meilleur  buteur de la  dernière  Can féminine  de  football qui s’est  déroulée au Cameroun a arraché le titre de  ballon d’or féminin. Elle a remplacé  l’attaquante  camerounaise   Gaëlle Enganamouit ballon d’or 2015.  Sa  coéquipière  Gabrielle ABOUDI ONGUENE  sacré  meilleure  joueuse de cette  compétition  aussi en course  pour ce  sacre a échoué à sur la  troisième. Elle a été battue comme en finale de la Can de football féminin Asisat OSHOALA. Elle a occupé la troisième place derrière la  ghanéenne Elizabeth ADDO. A coté de Gabrielle ABOUDI ONGUENE  qui  n’a pas arraché le soulier d’or,  l’équipe  nationale  féminine  de football du Cameroun meilleure équipe nationale féminine de l’année  2015 a perdu le  titre de meilleure équipe féminine. Les Supers  falcones du Nigeria championne de la Can féminine 2016 ont succédé les lionnes Indomptables.

 

Herve Villiard Njiele

 

Résultat

 

 

African Player of the Year

1. Riyad MAHREZ (Algeria & Leicester City) – 361 votes

2. Pierre-Emerick AUBAMEYANG (Gabon & Borussia Dortmund) – 313 votes

3. Sadio MANE (Senegal & Liverpool) – 186 votes

 

African Player of the Year – Based in Africa

1. Denis ONYANGO (Uganda & Mamelodi Sundowns) – 252 votes

2. Khama BILLIAT (Zimbabwe & Mamelodi Sundowns) – 228 votes

3. Rainford KALABA (Zambia & TP Mazembe) – 206 votes

 

Women’s player of the Year

Asisat OSHOALA (Nigeria & Arsenal Ladies)

 

Most Promising Talent

Kelechi IHEANACHO (Nigeria & Manchester City)

 

Youth Player of the Year

Alex IWOBI (Nigeria and Arsenal)

 

Coach of the Year

Pitso MOSIMANE (Mamelodi Sundowns)

 

Club of the Year

Mamelodi Sundowns

 

National Team of the Year                                                    

Uganda

 

Women’s National Team of the Year

Nigeria 

 

Referee of the Year

Bakary Papa GASSAMA (Gambia)     

 

Football Leader of the Year

Manuel LOPES NASCIMENTO, President of Guinea Bissau Football Federation

 

Legend Award

Laurent POKOU - Former player of Cote d’Ivoire

Emilienne MBANGO - Former player of Cameroon

 

Platinum Award

His Excellency Muhammadu Buhari, President of the Federal Republic of Nigeria

Africa Finest XI

Goalkeeper: Denis ONYANGO (Uganda & Mamelodi Sundowns)

Defenders: Serge AURIER (Cote d’Ivoire & Paris Saint-Germain), Aymen ABDENNOUR (Tunisia & Valencia), Eric BAILLY (Cote d’Ivoire & Manchester United), Joyce LOMALISA (DR Congo & AS Vita)

Midfielders: Khama BILLIAT (Zimbabwe & Mamelodi Sundowns), Rainford KALABA (Zambia & TP Mazembe), Keegan DOLLY (South Africa & Mamelodi Sundowns),

Forwards: Pierre-Emerick AUBAMEYANG (Gabon & Borussia Dortmund), Sadio MANE (Senegal & Liverpool), Riyad MAHREZ (Algeria & Leicester City)

 

Substitutes

Aymen MATHLOUTHI (Tunisia & Etoile du Sahel), Kalidou KOULIBALY (Senegal & Napoli), Salif COULIBALY (Mali & TP Mazembe), Islam SLIMANI (Algeria & Leicester City), Mohamed Salah (Egypt & Roma), Kelechi IHEANACHO (Nigeria & Manchester City), Alex IWOBI (Nigeria and Arsenal)

 

 

Voir les commentaires

Award  de  Caf:  Pierre Emerick  Aubameyang  ballon d’or  africain de l’année 2016

4 Janvier 2017, 19:14pm

Publié par Hervé Villard

 L’attaquant de l’équipe  du Gabon  vient d’être  voté  par la  confédération africaine de  football. Il est  suivi de  près par l’Algerien  Riyad MAHREZ et du Senégalais Sadio MANE.

Award  de  Caf:   Pierre Emerick  Aubameyang  ballon d’or  africain de l’année 2016

Les résultats des Awards de la confédération africaine de  football (Caf )  très  attendus  par les footballeurs  africains vient de  livrer ses  secrets. Même  si l’on  regrette  qu’il  n’y ait aucun Camerounais  parmi  les détenteurs de  ce   prestigieux trophée  chez  les  footballeurs masculins, on  retient  que  c’est  au Gabon  que revient  la   couronne  la  plus   convoitée.   L’attaquant  gabonais Pierre Emerick  Aubameyang  qui  évolue  au sein du Borussia Dortmund, club de  première  division  allemande a  rafflé  le  ballon d’or  chez  les  hommes. Il est  suivi de  près par l’Algerien  Riyad  MAHREZ  attaquant de  Leicester  en  Angleterre et du Senégalais Sadio MANE de  Liverpool.

 Chez  les  femmes  l’attaquante  nigériane  Asisat OSHOALA  sacrée  meilleur  buteur de la  dernière  Can féminine  de  football qui s’est  déroulée au Cameroun a arraché le titre que  gardait  jusque  là l’attaquante  camerounaise  Enganamouit.  Sa  coéquipière  Gabrielle ABOUDI ONGUENE  sacré   meilleure  joueuse de  cette   compétition  aussi en course   pour ce  sacre a échoué  à  sur la  troisième  marche  du  Podium. Elle a occupé la  troisième  place  derrière la  ghanéenne Elizabeth ADDO. En  plus  de  Gabrielle ABOUDI ONGUENE  qui   fait  honneur  au Cameroun avec  cette  belle  troisième  place,   l’équipe  nationale  féminine  de football du Cameroun  remporte  la palme de  meilleure  équipe nationale  féminine de  l’année.

 

Hervé Villard Njiélé

 Liste des  awards de l’année  2016.

 

African Player of the Year

Pierre-Emerick AUBAMEYANG (Gabon & Borussia Dortmund)

Riyad MAHREZ (Algeria & Leicester City)

Sadio MANE (Senegal & Liverpool)

 

African Player of the Year – Based in Africa

Denis ONYANGO (Uganda & Mamelodi Sundowns)

Khama BILLIAT (Zimbabwe & Mamelodi Sundowns)

Rainford KALABA (Zambia & TP Mazembe)

 

Women’s Player of the Year

Asisat OSHOALA (Nigeria & Arsenal Ladies)

Elizabeth ADDO (Ghana & Kvarnsvedensik)

Gabrielle ABOUDI ONGUENE (Cameroon & Rossyanka)

 

Most Promising Talent

Elia MESCHAK (DR Congo & TP Mazembe)  

Kelechi IHEANACHO (Nigeria & Manchester City)

Naby KEITA (Guinea & RB Leipzig)

 

Youth Player of the Year

Alex IWOBI (Nigeria and Arsenal)

Eric AYIAH (Ghana and Charity FC)       

Sandra OWUSU-ANSAH (Ghana and Supreme Ladies)

 

Coach of the Year

Florent IBENGE (DR Congo national team)

Pitso MOSIMANE (Mamelodi Sundowns)

Florence OMAGBEMI (Nigeria women’s national team)

 

Club of the Year

Mamelodi Sundowns

TP Mazembe    

Zesco United

 

National Team of the Year                                                    

DR Congo

Senegal

Uganda

 

Women’s National Team of the Year

Cameroon

Nigeria 

South Africa

 

Referee of the Year

Bakary Papa GASSAMA     

Ghead Zaglol GRISHA    

Malang DIEDHIOU           

 

Football Leader of the Year

Manuel LOPES NASCIMENTO, President of Guinea Bissau Football Federation

 

Legend Award

Laurent POKOU, Former player of Cote d’Ivoire

Emilienne MBANGO, Former player of Cameroon

 

Africa Finest XI

Goalkeeper: Denis ONYANGO (Uganda & Mamelodi Sundowns)

Defenders: Serge AURIER (Cote d’Ivoire & Paris Saint-Germain), Aymen ABDENNOUR (Tunisia & Valencia), Eric BAILLY (Cote d’Ivoire & Manchester United), Joyce LOMALISA (DR Congo & AS Vita)

Midfielders: Khama BILLIAT (Zimbabwe & Mamelodi Sundowns), Rainford KALABA (Zambia & TP Mazembe), Keegan DOLLY (South Africa & Mamelodi Sundowns),

Forwards: Pierre-Emerick AUBAMEYANG (Gabon & Borussia Dortmund), Sadio MANE (Senegal & Liverpool), Riyad MAHREZ (Algeria & Leicester City)

 

Substitutes

Aymen MATHLOUTHI (Tunisia & Etoile du Sahel), Kalidou KOULIBALY (Senegal & Napoli), Salif COULIBALY (Mali & TP Mazembe), Islam SLIMANI (Algeria & Leicester City), Mohamed Salah (Egypt & Roma), Kelechi IHEANACHO (Nigeria & Manchester City), Alex IWOBI (Nigeria and Arsenal)

Voir les commentaires

Ordinateurs de Paul Biya: Du flou autour de la distribution

4 Janvier 2017, 18:45pm

Publié par Hervé Villard

D’après le Pr Marcel Ndjodo Fouda, inspecteur général chargé des affaires académiques au ministère des l’Enseignements Supérieurs, les 500.000 ordinateurs  portables promis par le président de la République Paul Biya ne sont  pas encore  fabriqués

Ordinateurs de Paul Biya:  Du flou autour de la distribution

Le ministre de l’Enseignement Supérieur Jacques Fame Ndongo a signé le mercredi 27 juillet 2016 dernier une convention avec la société chinoise Sichuan Telecom Construction Engineering Co Ltd chargée de fournir  500.000 ordinateurs portables au Cameroun. Des ordinateurs  évalués  à près de  75 milliards de francs que  l’Etat  paiera  grâce  à un prêt  fait au  près de  la banque chinoise Exim Bank. Don du chef de  l’Etat Paul  Biya  qui s’inscrit  dans  le projet «un étudiant un ordinateur» l’objectif est de permettre à 500.000 étudiants de s’arrimer aux Technologies de l’information et de la communication(Tic)  et à l'économie numérique.

Quelques  jours  après  la communication faite autour de  cet  important don du  chef l’Etat, des marches de soutien et de remerciement organisées se  sont  observées à Bamenda et à Yaoundé.  Des milliers d’étudiants  ont défilé en scandant des messages de remerciement au chef de l’Etat

 Seulement, malgré la campagne organisée autour de cet évènement aucune date de distribution effective de ces ordinateurs n’a été avancée ni par le président de la république ni par Jacques Fame Ndongo le ministre de l’enseignement supérieur. Celui-ci annonce cependant une probable distribution en début d'année académique 2016-2017 mais  ne dit rien sur  la clé de répartition devant  faciliter   la distribution de ces ordinateurs.  En plus,  nul  ne sait d’ailleurs si ce don concerne tous les étudiants des universités du Cameroun à  savoir publiques  et privés ou  si elle  concerne seulement  les étudiants des universités et écoles supérieures publiques.

 Invité de l’émission « Inside de présidency »,  un  programme diffusé tous  les  lundi sur  la télévision nationale  la Crtv,  le Pr Marcel Ndjodo Fouda, inspecteur général chargé des affaires académiques au  ministère  de  l’Enseignement supérieur  a plutôt entretenu  le flou autour de la distribution des 500.000 ordinateurs. Répondant aux questions d’Yves Marck Medjo le présentateur du jour, le fonctionnaire du  Minsep est  resté dubitatif quant à la date  du début de distribution des 500.000 ordinateurs promis  par  Paul Biya.

Il a déclaré que les étudiants devraient attendre encore un  peu pour voir la promesse se concrétiser. « Ces ordinateurs  ne sont pas encore  fabriqués. Les étudiants doivent attendre que l’opérateur économique chinois chargé de  la fabrication de ces 500.000 ordinateurs le fabrique d’abord  puis  l’achemine  au Cameroun.  Puis, on  va les distribuer aux étudiants», a affirmé  le professeur Marcel Ndjodo Fouda. 

D’après celui qui a semblé ne pas maitriser la clé de répartition des dites machines,  « Tous  les étudiants auront  chacun  une machine au moment de la distribution », a-t-il  rassuré. Parlant des différents  programmes à incorporer dans  les ordinateurs, il  n’a pas été  précis. «Il y aura  beaucoup de choses dans ces  machine», a-t-il  affirmé.

Au sujet  du caractère politique et électoraliste de ce don, le professeur Marcel Ndjodo Fouda a renié avec la ferme énergie toute intention politique du  président de  la  République. «Le président Paul Biya a tout simplement honoré une promesse faite en janvier 2016 à l’endroit de la jeunesse camerounaise. Ce geste contribue à la mise en œuvre du programme «e-national higher education», a déclaré l’inspecteur général chargé des affaires académiques au  ministère de l’Enseignement supérieur.

Pendant  l’entretien sur  la Crtv  celui-ci est aussi revenu sur l’offre internet au Cameroun.  Reconnaissant le faible taux de pénétration d’internet au pays  de Paul Biya, celui-ci a apprécié  à sa juste  mesure l’offre proposé. « Au Cameroun  la plupart des étudiants sont connectés et  l’offre internet  du pays est  parmi  les meilleurs en Afrique », a narré le professeur. Au sujet de l’offre de formation dans  les universités du Cameroun, il a déclaré que 60% des enseignements au Cameroun sont déjà professionnels de nos  jours.

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Reconversion des  anciens  footballeurs:  La Fifve passe à l’action

3 Janvier 2017, 13:41pm

Publié par Hervé Villard

La Fédération internationale de football vétéran d’Europe créée il y a quelques années entend donner une seconde vie professionnelle aux footballeurs camerounais qui ne sont plus en activité.

 Fred Siewe;  président de  la  fédération  internationale de  football  vétéran  d'Europe

Fred Siewe; président de la fédération internationale de football vétéran d'Europe

Permettre aux footballeurs camerounais en cessation d’activité de continuer à œuvrer pour le  développement du football ou u sport  dans l’ensemble. Donner la possibilité à ses derniers de continuer à vivre et à exprimer leur passion. Voilà entre autres objectifs visés par la Fédération internationale  de  football  vétéran(Fifve) qui vient de voir le  jour.

 

Officiellement créée le 19 juin 2016à Düsseldorf  Allemagne, la fédération internationale de  football  vétéran d’Europe existait depuis plus trois ans sous l’appellation Association de football vétéran.Cette dernière s’employait à organiser des tournois de football entre les anciens footballeurs de la planète. Ayant  partagé  à  de nombreuses occasions  la  joie  des retrouvailles  entre  les  anciens footballeurs venus des associations sportives résidant en France, de la Belgique, des Pays-Bas, d’Allemagne et des  Royaume-Unis, cette  association  qui a partagé  la  joie des retrouvailles entre les  anciens  joueurs du monde a décidé de mettre sur pied une fédération pour densifier leur activités.

Parmi les objectifs visés par la Fifve que dirige le  Camerounais  Fred  Siewe un amoureux  du ballon  rond, figure en  droite  ligne ; la reconversion des   anciens  footballeurs aux  métiers liés au football ,   la pérennisation des relations  entre les anciens footballeurs, la mise  sur pied d’un tournoi international de  vétérans.  Bref, la fédération ambitionne aussi constituer un  fichier des  anciens footballeurs ayant eu une  licence de la Fédération  camerounaise de  football et ceux d’autres  pays.  

«Notre objectif est de reconvertir les anciens  footballeurs. A la fin de leur carrière sportive, beaucoup sont abandonnés à  eux-mêmes. Ils  ne  font  presque rien  et sont obligés de mener  d’autres activités pour survivre. Or en leur permettant d’avoir des  formations d’encadreurs  de  football  pare  exemple, on  peut les maintenir  autour de l’’aire d  jeu et leur permettre de continuer à  exprimer leur  passion. En  Europe  par exemple, les clubs sont  plus structurés et œuvrent pour la reconversion de leurs joueurs à la fin de leur carrière. En Afrique et chez nous au Cameroun, les  clubs  n’ont pas  les moyens. Nous voulons à  travers la fédération leur donné  une seconde chance, une  seconde vie», affirme Fred Siewe.  Avant de poursuivre «On veut dans nos objectifs arriver à former des  équipes  nationales de  vétérans  dans  chaque  pays. Qui  n’aimerait pas bien vivre un match  entre les  vétérans  du Cameroun  contre les vétérans d’Argentine. C’est ça aussi notre  mission», précise  tout  serein  le président de la Fifve.

En visite au  Cameroun  depuis  plusieurs jours, le président de la Fédération internationale de  football vétérans d’Europe invite les  footballeurs  camerounais  en cessation d’activité  à rejoindre cette plateforme en créant une branche  camerounaise de la fédération. Celui qui est venu  sensibiliser les instances faîtières du football sur l’opportunité de sa fédération, envisage rencontrer les  responsables de football des autres  pays pour un  éventuel  partenariat.

Avec plus de 400 membres repartis dans les associations sportives vétérans de différents pays d’Europe et d’Afrique, la Fifve qui entretien de bon rapport avec la fédération Allemagne de  football  compte  sur la bonne coopération des responsables du football dans le monde pour réussir ses  différentes missions.

 

Hervé  Villard  Njiélé

Voir les commentaires

Discours Paul Biya du 31 décembre 2016

3 Janvier 2017, 12:25pm

Publié par Hervé Villard

Camerounaises, Camerounais,
Mes chers compatriotes,
L’année 2016 qui s’achève a été riche en événements pleins de signification
pour notre nation.
Cette année, nous l’avons commencée sous de très bons auspices. La
résilience de notre économie, malgré un contexte défavorable, était saluée par les
bailleurs de fonds, dont le Fonds Monétaire International.
Nos forces de défense et de sécurité avaient repoussé et mis Boko Haram sur
la défensive.
Notre pays s’engageait résolument dans une nouvelle phase de son grand
projet pour l’accélération de la croissance, la création d’emplois et des richesses.
Les circonstances, au fil des mois, ont mis à rude épreuve cet élan prometteur.
De même, un certain frémissement sur le front social et politique a semblé, par
moments, fragiliser les fondements même de notre vivre ensemble. Mais nous avons
toujours su tenir bon au bout du compte.
Je voudrais donc, avant toute autre chose, vous dire solennellement, ce soir,
que le Cameroun est un pays plus que jamais debout. Un pays UN et INDIVISIBLE,
fier de sa diversité culturelle et jaloux de sa liberté. Un pays riche de ses hommes
talentueux et entreprenants. Un pays doté de ressources importantes. Un pays
regardant l’avenir avec confiance et détermination, décidé à relever les défis pour
garantir le progrès social et la prospérité de tous.
Au moment où l’année 2016 s’achève, je ne saurais oublier le deuil qui, de
façon inédite, a frappé notre pays, lors de la catastrophe ferroviaire survenue à
Eseka. C’était un moment de grande douleur pour la nation entière. Notre peuple a
su faire preuve de solidarité dans ce drame.
L’enquête approfondie que j’ai prescrite dira la vérité. J’en tirerai les
conséquences, je m’y suis engagé.

Mes chers compatriotes,
Je voudrais maintenant m’appesantir sur les derniers événements survenus
dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Ces événements nous interpellent
profondément dans notre chair et dans notre esprit.
Par le fait d’un groupe de manifestants extrémistes, manipulés et
instrumentalisés, des Camerounais ont perdu la vie ; des bâtiments publics et privés
ont été détruits ; les symboles les plus sacrés de notre nation ont été profanés ; les
activités économiques ont été paralysées momentanément.
Tout cela, vous en conviendrez, est INACCEPTABLE.
Les libertés politiques et syndicales sont effectives dans notre pays. Elles sont
garanties et encadrées par nos lois et règlements.
Dans ce cadre, chaque citoyen est bien fondé d’exprimer son opinion sur tout
sujet de la vie nationale, y compris par l’observation pacifique d’un mot d’ordre de
grève, dûment déclaré.
Il s’agit d’un droit fondamental du citoyen, voulu par le peuple camerounais
puisque garanti par la Constitution.
Ce droit est inaliénable dans l’idéal démocratique que j’ai proposé au peuple
camerounais et que, quotidiennement, nous construisons ENSEMBLE, patiemment
et obstinément.
Il n’est pas convenable que certains veuillent se servir de ce cadre de liberté
pour poser des actes de violence et chercher à porter atteinte à l’unité de notre pays.
En pareille circonstance, l’Etat a le devoir impérieux de rétablir l’ordre, au nom
de la loi et dans l’intérêt de tous. Agir autrement, c’est compromettre notre
démocratie ; c’est laisser l’anarchie s’installer à la place de l’état de droit.
Je condamne de façon énergique tous les actes de violence, d’où qu’ils
viennent, quels qu’en soient les auteurs. Nous tirerons toutes les conséquences des
différentes enquêtes en cours à ce sujet.

Que l’on se comprenne bien, il n’est pas interdit d’exprimer des préoccupations
dans la République. En revanche, rien de grand ne peut se construire dans la
surenchère verbale, la violence de rue et le défi à l’autorité. Seul le dialogue serein
permet de trouver et d’apporter des solutions durables aux problèmes.
Les voix qui se sont exprimées ont été toutes entendues. Elles ont, dans bien
des cas, soulevé des questions de fond que l’on ne saurait négliger. J’ai instruit le
Gouvernement d’engager un dialogue franc avec les différentes parties concernées,
pour trouver des réponses appropriées aux questions posées. Je les invite à
participer, sans préjugés, aux différentes discussions.
Mais, ne l’oublions jamais, nous marchons sur les pas des pères fondateurs de
notre pays, de nos héros nationaux, qui ont versé leur sang pour léguer à la postérité
une nation unie dans sa diversité.
L’unité du Cameroun est donc un héritage précieux avec lequel nul n’a le droit
de prendre des libertés. Et quelle que soit la pertinence d’une revendication, celle-ci
perd toute légitimité, sitôt qu’elle compromet, tant soit peu, la construction de l’unité
nationale.
Le peuple camerounais, comme un seul homme, s’est engagé à construire une
nation unie, inclusive et bilingue. Il s’agit là d’une expérience unique en Afrique.
Comme toute entreprise humaine, notre expérience n’est pas parfaite. Elle a des
aspects perfectibles. Nous devons donc rester à l’écoute les uns des autres. Nous
devons rester ouverts aux idées mélioratives, à l’exclusion toutefois, de celles qui
viendraient à toucher à la forme de notre Etat.
En dehors des instances dont j’ai prescrit la création au Gouvernement, et qui
fonctionnent déjà, nous sommes prêts à aller plus loin. Nous sommes disposés, à la
suite et dans l’esprit des artisans de la Réunification, à créer une structure nationale
dont la mission sera de nous proposer des solutions pour maintenir la paix, consolider
l’unité de notre pays et renforcer notre volonté et notre pratique quotidienne
du VIVRE ENSEMBLE.
Et cela, dans le strict respect de notre Constitution et de nos Institutions.

Dois-je le redire ? LE CAMEROUN EST UN ET INDIVISIBLE ! Il le
demeurera…
Il tire sa richesse et sa force de la diversité de son peuple, de ses cultures et
de ses langues. C’est ce pluralisme qui vaut à notre pays, considération, respect et
admiration.
Le Cameroun est un pays démocratique, un Etat de droit. Les problèmes
doivent y être réglés dans le cadre de la loi et par le dialogue.
Nos compatriotes veulent vivre dans la paix et la concorde. Il ne faut pas les
troubler.
C’est aussi pour cela que notre pays s’est engagé dans la lutte contre Boko
Haram.
A ce propos, je crois pouvoir dire que l’année 2016, a permis de pousser ce
groupe terroriste dans ses derniers retranchements. On peut, semble-t-il, espérer que
cette nébuleuse aura du mal à se relever des coups qui lui ont été portés. Mais il
faudra rester vigilant, l’éventualité d’attentats-suicides isolés, comme celui du 25
décembre dernier, n’étant pas à écarter.
Cette évolution favorable est à mettre au crédit de nos forces de défense et de
sécurité nationales, de la Force Multinationale Mixte et de la coopération avec les
autorités nigérianes. C’est le lieu de nous féliciter également de l’appui de nos
partenaires internationaux, que je tiens à remercier.
Je dois aussi mentionner le rôle important des comités de vigilance qui, par
leur bravoure et leur dévouement, ont réussi, à maintes reprises, à déjouer des
tentatives d’attentats. Je tiens à saluer une nouvelle fois l’attitude du peuple
camerounais dont le patriotisme, dans ces moments difficiles, n’a jamais fait défaut.
Oui, l’unité nationale se forge dans les épreuves.
Nous devons maintenant consolider la sécurité intérieure, reconstruire,
organiser le retour des déplacés et ranimer l’économie locale. Pour tout dire,

redonner vie et sérénité aux régions sinistrées. L’Etat y pourvoira dans toute la
mesure de ses moyens, en comptant sur le dynamisme des populations et
l’accompagnement des partenaires au développement.
Malgré le poids des dépenses de sécurité, le Gouvernement n’a pas relâché
ses efforts pour favoriser la croissance de notre économie.
Plusieurs de nos grands projets de première génération sont pratiquement
opérationnels ou sur le point d’entrer en service, tels que le port de Kribi, le barrage
de Lom Pangar et les centrales de Memve’ele et de Mekin.
Pour réduire la fracture énergétique et mettre fin aux délestages, d’autres
grands chantiers, comme les centrales de Bini à Warak, Menchum, Song Dong et
Nachtigal, vont compléter ce programme. Avec la création de la Société Nationale de
Transport d’Electricité, nous entendons régler nos problèmes de transport et de
gestion de l’énergie.
Le développement de notre réseau routier est également en progrès. Un vaste
programme de construction ou de réhabilitation de routes est en cours d’exécution à
travers tout le pays. Je ne citerai que les plus remarquables comme les autoroutes
Yaoundé/Douala et Nsimalen/Yaoundé dont les travaux avancent normalement, mais
aussi les entrées est ou ouest de Douala ainsi que le deuxième pont sur le Wouri.
A plus long terme, nous envisageons la création d’un réseau routier et
ferroviaire à vocation inter-régionale pour faciliter l’accès à nos gisements miniers et
stimuler nos échanges avec les pays voisins. Le Cameroun se trouve à la jonction
des deux grands ensembles économiques d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique Centrale.
Pourquoi n’ambitionnerait-il pas de devenir cette plaque tournante à laquelle la
géographie le prédispose ?
Le développement de notre capacité énergétique et l’extension de notre
réseau routier ont pour finalité principale la création des conditions optimales pour
l’industrialisation de notre pays. Celle-ci est notre grand défi des prochaines
décennies. En même temps, on peut en attendre une confirmation de l’évolution
favorable de la situation de l’emploi constatée ces dernières années. A titre

d’exemple, jusqu’en octobre 2016, 320 mille nouveaux emplois ont été recensés. Par
rapport à l’exercice précédent, ceci représente une augmentation de près de 20 %.
Cette performance est à saluer, au vu de la morosité ambiante. Toutefois, nous
devons faire mieux. Et pour cela, nous avons l’obligation d’assainir la gestion de
l’ensemble des économies de notre sous-région.
C’est pour cette raison, que j’ai jugé utile de réunir récemment à Yaoundé,
l’ensemble des Chefs d’Etat de la CEMAC. Cette rencontre nous a permis de prendre
des mesures destinées à redynamiser la croissance dans notre zone, tout en
accélérant l’intégration de nos économies et la libre circulation des biens et des
personnes.
Le Cameroun fera son devoir à cet effet.
Au service de notre aspiration pour l’émergence à l’horizon 2035, nous
travaillons continuellement à l’augmentation de notre production agricole, à la
transformation industrielle de nos matières premières et à l’expansion de l’économie
numérique.
Le budget de l’Etat pour l’année 2017 est un juste reflet de cette volonté
d’amplifier la dynamique autour de ces secteurs hautement stratégiques.
Mes chers compatriotes,
Les chantiers sont nombreux, pour assurer le progrès social et la prospérité à
notre pays. Nos atouts sont connus de tous. Mais nous avons encore de la difficulté à
transformer notre potentiel en réalité gagnante.
C’est pour y réfléchir que j’ai initié la Conférence Economique Internationale
« Investir au Cameroun, Terre d’Attractivités » au mois de mai 2016.
Bien au-delà des rencontres d’affaires non négligeables à l’occasion, cette
initiative inédite, du reste saluée par nos partenaires au développement, a permis un
partage d’expériences fort utile au sujet de la marche vers l’émergence économique.

Dans ce monde interconnecté, nous avons voulu accueillir, en toute simplicité,
le regard des autres sur notre capacité à intégrer l’économie globale.
La moisson a été abondante, en termes de principes d’actions retenues en vue
de l’amélioration du climat des affaires au Cameroun. Dans un avenir proche, nous
en verrons la traduction concrète dans nos institutions.
Je me suis déjà exprimé sur ce sujet à maintes occasions : diverses
manoeuvres de résistance ou d’inertie freinent nos avancées.
Il nous faudra lever ces obstacles pour générer un environnement des affaires
sain et attractif, accélérateur du progrès dans notre pays, par un arrimage adéquat
aux dynamiques globales. Il est de la responsabilité de la puissance publique d’y
veiller. Je vais m’y employer fermement.
Si je pense que l’Etat doit jouer un rôle de régulateur et de facilitateur, voire
d’investisseur dans certains domaines précis, je pense également qu’il appartient au
secteur privé d’investir partout où existent des opportunités.
Par ces temps où la diversification est une véritable bouée de sauvetage pour
les économies de la CEMAC, il est bon que nos investisseurs se montrent à leur
avantage, par exemple pour capter les opportunités qu’offrent l’intégration régionale
ou les différents accords de partenariat économique auxquels le Cameroun est partie.
Je lance donc un appel en direction de nos créateurs de richesses pour qu’ils
prennent toute leur part afin de stimuler la croissance de notre économie. Il y va de
l’intérêt de tous.
Le peuple camerounais, qui commence à percevoir le bénéfice des sacrifices
qu’il a consentis pendant des années, ne veut pas revenir à l’austérité. Je suis en
accord avec lui.
Ceci nous commande de mettre tous la main à la pâte, dans un parfait
engagement patriotique, à l’exemple de nos valeureuses Lionnes Indomptables.

Elles se sont données à fond depuis de longues années, sans rechercher de
vaines et précoces gloires ; elles se sont déployées avec détermination, talent et
bravoure ; elles ont convaincu par la qualité de leur expression dans le jeu ; elles ont
séduit par leur qualité morale et l’éthique du jeu qui leur a mérité le trophée du fairplay
; elles ont reflété la diversité camerounaise forte dans la défense du drapeau
national ; et bien qu’elles n’aient pas remporté le trophée final lors de la CAN
féminine 2016, elles ont procuré de la joie et de la fierté à toute une nation.
Ce bel engagement patriotique est un appel à tous, chacun et chacune dans
sa situation particulière, pour servir partout le devenir du Cameroun, avec sens de
l’exemplarité.
Mes chers compatriotes,
Je voudrais, avant de conclure, vous inviter à avoir une pensée pour nos
soldats et nos citoyens civils tombés pour la défense de la patrie tout au long de
l’année 2016, ainsi que pour les victimes de la catastrophe ferroviaire survenue à
Eseka il y a peu.
Le moment est maintenant venu, de formuler pour notre nation le voeu que
l’année 2017 porte, en abondance, des fruits de paix et de concorde, de progrès et
de prospérité économique pour tous.
Bonne et heureuse année 2017 !
Vive le Cameroun !

Voir les commentaires