Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Attentat suicide: Maroua baigne dans le sang

23 Juillet 2015, 11:42am

Publié par Hervé Villard

Deux Kamikazes appartenant à la secte islamique Boko Haram ont explosé leurs charges explosives en plein coeur du marché central de Maroua hier 22 juillet 2015. le bilan provisoire fait état de 13 morts et 32 blessés selon une source officielle.

Fotokol  en fumé

Fotokol en fumé

Le bilan du deuxième attentat à la bombe qui vient de se dérouler  au marché Central de Maroua, capitale de la région de l’Extrême Nord du Cameroun est effroyable.  Treize morts et près de 32 blessés graves  d’après des sources proches du gouvernement.  Les attentats se sont produits à deux endroits différents ciblés à dessein pour  leur  popularité par ces adeptes de la secte Boko Haram.

Le premier kamikaze a explosé  au marché Central de Maroua  tuant au passage neuf personnes tout en  blessant  plus d’une quinzaine  d’autres, tandis que  le second qui s’est déroulé  au marché de Balmaré au quartier Haoussa, faisait  six morts et plus de 16bléssés  graves. Ces blessés nt été conduits de manière urgente à l’hôpital de Maroua où,  ils sont sous soins intensifs tandis que les corps ont été déposés à la morgue en  attendant des familles pour leur inhumation.

D’après des informations en provenance du septentrion, les deux jeunes filles ayant  explosé ces bombes  étaient âgées d’environ 16ans. Elles se baladaient dans le marché au vu et au su de tous sans inquiétude.  Personne  n’imaginait que ces dernières qui selon les témoignages jouaient les mendiantes au marché, étaient des adeptes de Boko Haram en mission suicidaire, jusqu’à ce qu’elles commettent leur forfait.  Le premier kamikaze a explosé aux environs de 14h 35min selon des informations et le second quelques minutes  seulement après.

 Autorités

Après  ces deux attentats meurtriers, le gouverneur de la région du Littoral Midjiyawa Bakari et toutes les autorités administratives et sécuritaires de la région de l’Extrême Nord du Cameroun sont descendus sur les lieux de l’incident pour s’enquérir de la situation. Ils se sont successivement rendus au marché Central de Maroua et au marché Balmaré situé au quartier Haoussa. Après avoir persuadé les populations, ils se sont pareillement rendus à l’hôpital central de Maroua pour apprécier l’état des blessés de ces attentats. Une enquête a pareillement été ouverte. Pendant  que les autorités faisaient le tour des sites du sinistre, Midjiyawa Bakari a profité de l’occasion pour attirer l’attention des populations sur le respect des mesures sécuritaires prises dans son territoire de commandement pour prévenir et limiter les attentats terroristes. A savoir l’interdiction du port du voile intégrale ou de la buqua. La circulation des engins à deux roues durant la nuit pour ne citer que ceux-ci. Celui-ci a d’ailleurs instruit  les  autorités sécuritaires  de la région de veiller au  respect  strict de ces  mesures sécuritaires prises dans la région.

Condoléances de Paul Biya

Quelques heures  seulement après ces attentats, le président de la république Paul Biya par la plume de son secrétaire général Ferdinand Ngo Ngo. Dans un communiqué radio presse  publié au 17h du poste national de la Crtv, celui-ci a adressé ses condoléances aux familles des victimes et un prompt rétablissement aux différents blessés. Il a pareillement invité tout le monde au calme tout en  les rassurant de ce  les mesures  énergétiques prescrites en court de d’aboutissement contribuera à mettre l’ennemie Boko Haram hors d’état de nuire. Dans ce communiqué condamnant  l’acte terroriste,  Paul Biya a pareillement demandé aux populations de l’extrême Nord et du reste du Cameroun de collaborer franchement avec  les forces de l’ordre pour  éradiquer le terrorisme. ce communiqué annonce aussi qu’on a enregistré 13 morts et 32 blessés durant ces deux attentats.

26 morts et plusieurs blessés.

Les  es attentats qui se sont  produits au marché de Maroua ce mercredi 22 juillet 2015, viennent alourdir le nombre de décès enregistrés suite aux attentats au Cameroun. D’après les informations,  le bilan de ces attentats affiche déjà 26 morts et plusieurs blessés. Puisque le premier attentat s’étant déroulé à Fotokol il y a seulement 10 jours (12 juillet 2015) avait  tué  13 personnes et blessé plusieurs autres

 

Hervé Villard Njiélé

Attentat suicide: Maroua baigne dans le sang
Attentat suicide: Maroua baigne dans le sang
Attentat suicide: Maroua baigne dans le sang

Voir les commentaires

Douala: Deux chiens dévorent un enfant

22 Juillet 2015, 11:10am

Publié par Hervé Villard

 Rottweiler  mangeur d'homme

Rottweiler mangeur d'homme

Le drame s’est déroulé au quartier Makepe Saint Tropez dans la matinée du dimanche 19 juillet 2015 dernier en l’absence des parents de la victime.

 

 La nouvelle continue d’alimenter les conversations dans ce quartier à Douala et  dans les environs. Même si elle est racontée tout bas par  des riverains qui clouent leur bec à la vue d’une personne étrangère, il n’en demeure pas moins vrai  que  celle-ci sort de l’ordinaire. 

Selon des informations, un enfant de sexe masculin âgé d’environ trois ans a été tué et dévoré en partie par les chiens de garde d’une habitation se trouvant dans ce quartier. L’enfant sans défense qui jouait dans la cour  avec  ses frères a été attaqué par deux chiens ; le  Rottweiler et  un Berger allemand.  Certainement affamés, les deux animaux  féroces selon des sources d’information se sont jetés sur leur «proie» avec toute la rage. Après l’avoir longuement trainé au sol,  ils l’ont mortellement mordu au cou, à la nuque puis à la jambe  avant de lui enlever ses deux yeux. Leur sale besogne terminée, ces deux animaux  ont abandonné le corps de leur victime dans la cour, sous le regard impuissant de ses frères effrayés, témoins de la tragique scène. C’est l’un des habitants de la maison de retour de son lieu de travail, qui a alerté le voisinage  aux environs de 10h.

 Corps déchiqueté

 

D’après des riverains, des  enfants étaient seuls à la maison au moment où les faits se produisaient. Leur maman étant  sortie  faire des achats dans une boutique de la place. C’est dans delà  qu’elle a été alertée via le téléphone. «C’est quand nous avons vu la mère des enfants revenir en criant que, nous avons su qu’il y avait quelque chose de louche dans cette maison. Nous sommes allés là-bas et avons  découvert le corps inerte de ce bébé gisant dans la cour », raconte un témoin encore terrifié.

Pour celui qui déclare que le corps de cet enfant a été déchiqueté par endroit, les chiens en question devaient être  affamés pour poser cette action là.

 Pour neutraliser ces chiens et les enchainer, les populations de Saint Tropez qui ont au préalable  alerté les forces de l’ordre, ont dû recourir à un dresseur de chiens.  La police descendue sur les lieux a ouvert une enquête, le corps de cet enfant a été transporté dans une morgue de la place.

Au quartier Saint Tropez, ce mardi 21 juillet 2015, c’est la loi de l’omerta qui règne ici. Personne ne veut se prononcer sur ce drame produit dans ce quartier. L’identité du propriétaire de la maison ni celui de l’enfant décédé n’est révélées. «L’enfant est déjà mort. Vous voulez encore quoi, Nous ne voulons plus de commentaires », déclare  l’air courroucée, une riveraine au reporter qui cherchait à en savoir d’avantage. 

La maison où le drame  s’est déroulé est fermée.  En dehors des deux chiens qui aboient, il n’y a l’ombre de personne. « Ils sont tous partis après la mort de l’enfant », déclare un gamin au passage. Seuls quelques vêtements séchés à la véranda sont visibles ici.

 Le propriétaire de  la villa de type R+2 carrelé de blanc selon des informations, seraient en Europe avec son épouse et sa famille depuis plusieurs jours déjà. Et, c’est sa belle sœur qui  gardait la maison en son absence qui a vu son fils être tué par ces chiens.

Il faut dire que ce n’est pas la première fois que cela arrive dans la ville de Douala. Le 11 octobre 2013 du coté de Bonaberi non loin du lycée bilingue  qu’il y a dans ce quartier de la ville de Douala,  deux chiens (Rottweiler)  ont attaqué un quinquagénaire qui faisait son jogging aux environ de 5h du matin ce dimanche là.  Très enragés, ils ont tué leur victime à coup de griffes et de dents avant d’être tués à leur tour par les éléments de l’Esir (équipe spéciale d’intervention rapide) qui ont utilisé près de 15 balles pour  les deux chiens.

 

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Fédération camerounaise de football: Les amendements plombent l’adoption des textes dans le Littoral

22 Juillet 2015, 10:40am

Publié par Hervé Villard

L’assemblée générale d’adoption des nouveaux textes de la fédération camerounaise de football qui se tenait à Douala ce mercredi 15 juillet 2015 a été renvoyée pour plus tard.

 

Aucun texte n’a été adopté dans la région du Littoral ce jeudi 15 juillet 2015. Ni les nouveaux textes de la Fecafoot proposés par le Comité de Normalisation représenté à Douala par Amadou Evelé,  ni la version amendée que proposaient les membres de l’Assemblée générale élective de la région du Littoral constituée en majorité des membres de Littoral maison mère (Lmm).

Tous les membres de cette association engagée dans la bataille électorale dans le Littoral qui croyaient sortir de cette assemblée  générale avec la copie des textes adoptés portant leurs amendements, ont un tout petit peu été  déçus.  Ils attendront encore quelques jours pour savoir si les amendements apportés à ces textes ont été pris en compte  par le Commission de normalisation au niveau de Yaoundé ou pas. Même les journalistes ayant fait le pied de grue devant l’hôtel Lewat qui abritait ces travaux ont été un peu déçus, parce que n’ayant presque rien  à se mettre sous la dent.

 

C’est que l’assemblée générale d’adoption de nouveau texte de la fédé ration camerounaise de Football qui se tenait à Douala ne s’est pas déroulée comme  l’a voulu  les membres de Littoral Maison mère (Lmm), seule faction présente à cette Assemblée générale. Alors qu’ils croyaient que les amendements qu’ils ont apportés au texte devaient directement être pris en compte  durant l’Ag et  la mouture du texte final adopté. Ils ont été surpris par la réaction d’Ahmadou Evelé,  chargé de mission du Comité de Normalisation à Douala. Celui qui a apprécié  le dialogue franc qu’il y a eu durant les travaux a déclaré que seul le Comité de normalisation à Yaoundé a le pouvoir de valider les amendements apportés au statut proposé. «Les textes n’ont pas été adoptés parce que le membres de l’Assemblée Générale ont demandé qu’on amende les textes séance tenante pour les adopter. Je ne suis pas contre les amendements de texte sur le principe. Mais, ce sont des statuts types mis sur pied par le Comité de normalisation et qui ont fait l’objet de plusieurs consultations. Pour les amender il faut d’bord soumettre les amendements au Comité de normalisation», a déclaré Ahmadou Evele à la sortie de cette assemblée. D’après celui qui déclare que les travaux  de l’Assemblée Générale du Littoral ont été suspendus, c’est le Comité de Normalisation qui va décider de la suite de ce feuilleton.

 

 Lueur d’espoir

 

Selon les délégués  de Littoral Maison mère (Lmm) présents en salle,  les travaux se sont bien déroulés et  l’avenir est prometteur. Car,  le dialogue avec l’émissaire du Comité de normalisation était franc et  les observations faites, notées. «Les textes proposés ont été étudiés. Nous avons observé quelques améliorations à apporter. C’est ce que nous avons soumis à l’équipe de la normalisation venue nous rencontrer. Nous nous réjouissons que les choses se soient déroulées dans un esprit convivial. Le président qui a géré cette Assemblée Générale est d’avis que ces observations doivent être portées devant le Comité de Normalisation et que véritablement, l’on colle avec les spécificités des régions. Nous avons l’espoir que les amendements notés doivent être pris en compte pour que les textes qui seront publiés collent effectivement à la spécificité du Littoral», a déclaré  Emmanuel Kwadicka, président de Léopard Football Club de Douala après les travaux. Argument partagé par  Eugene Ekeke, président d’Eugene Ekeke Académie qui pense que les amendements faites à Douala seront pris en compte par le Comité de normalisation à Yaoundé.

 

Absence de la Mutuelle

L’assemblée générale d’adoption des textes dans le Littoral a été marquée par l’absence des délégués de la Mutuelle. Pour justifier  le boycott de cette Assemblée, Pierre Batamack joint au téléphone par  La Nouvelle Expression, évoque la situation de désordre créée par le Comité de normalisation. «Le comité de normalisation a créé une situation sans précédente. Elle a choisi des délégués dans la Sanaga Maritime qui n’ont pas été votés. Elle les a désignés en disant qu’elle cherchait l’apaisement. Ce sont ces délégués qui créent le problème que vous avez vu là. Pour que nous participions encore à une élection ici, il faut que l’on vote les délégués par devant les journalistes. La désignation des  délégués doit se passer devant tout le monde », a déclaré le président de la Mutuelle. Une déclaration qui laisse entendre que le climat de tension électorale dans la région du Littoral n’est pas près de se calmer.

 

Hervé Villard Njiélé

Fédération camerounaise  de football: Les  amendements plombent l’adoption des textes dans le Littoral
Fédération camerounaise  de football: Les  amendements plombent l’adoption des textes dans le Littoral
Fédération camerounaise  de football: Les  amendements plombent l’adoption des textes dans le Littoral

Voir les commentaires

Innovation technologique: Trois millions de francs cfa pour les meilleures applications Web

22 Juillet 2015, 10:21am

Publié par Hervé Villard

A travers «Mtn Innovation challenge », un concours que vient de lancer Mtn Cameroon, les responsables de cette entreprise veulent pousser les informaticiens développeurs Camerounais à créer des projets générateurs des revenus et des emplois.

 Tout le monde peut gagner

Tout le monde peut gagner

 

Trois millions de  francs cfa  à repartir aux trois meilleurs projets qui seront retenus par les  membres du jury de Mtn Innovation challenge 2015, six mois de  programme d’incubation a passé  au sein de l’entreprise Activ Spaces  entreprise partenaire de ce projet. Voilà présenter de manière succincte  la cagnotte du  concours Mtn Innovation Challenge que vient de lancer Mtn Cameroun à Douala.  Ouvert  aux informaticiens développeurs résidant au Cameroun uniquement, il a pour objectif de pousser les ces derniers à être plus créatif et à mettre sur pied des projets compétitifs, originaux prometteurs.

 

Conscient du fait que toutes les applications que l’on retrouve sur internet sont des applications venant de l’hexagone,  les responsables de Mtn Cameroon ont  bien voulu que les  camerounais s’essaient à cette initiative là. D’où  le Mtn innovation Challenge 2015 qui vient d’être lancé.

 

Une entreprise

Pendant la conférence presse de lancement de ce concours, les responsables de Mtn Cameroon ont précisé qu’il ne s’agissait pas seulement d’un concours mais une occasion pour les jeunes développeurs camerounais de se mettre à l’épreuve.  Et surtout  de  mettre sur pied des applications pouvant résoudre des problèmes que rencontrent des camerounais au quotidien. «Nous Mtn Cameroun voudrions  contribuer à travers ce concours  à l’amélioration du quotidien des camerounais», a déclaré Linda Kouam, directrice Marketing de Mtn Cameroon.

Un argument partagé par Fritz Ekwoge l’un des mentors  de ce projet invité pour la circonstance. D’après ce  jeune patron d’entreprise aujourd’hui installé à son propre compte, Mtn Cameroon via ce concours est en train de donner l’opportunité aux jeunes développeurs camerounais de créer une entreprise et de trouver non seulement de l’emploi pour eux mais aussi  pour les autres camerounais. «Ne considérer pas seulement ceci comme un concours. Mais prenez ça comme une opportunité et mettez vous à fond » a-t-il conseillé.

 

Parlant de ce concours, il faut dire que Mtn Challenge innovation est une compétition de développement d’applications web qui a débuté depuis le 20 juillet 2015 derniers et s’achève le 30 octobre prochain avec la promulgation des résultats.

Le concours se déroule en deux étapes. La première qui va du 20 juillet au 8 septembre, permet d’évaluer  les travaux des différents candidats et de retenir les 10 meilleurs travaux. Et  la seconde phase qui va du 30 septembre au 25 octobre  2015,  permettra de retenir les trois meilleurs prototypes vainqueurs de cette compétition.

D’après les organisateurs, les applications web développés doivent être des applications androïd, Windows8, windows phone 8 et doivent être fait par deux personnes basées au Cameroun. Pour être éligible,  rappelle Linda Kouam, «l’application doit s’intégrer avec le service Mtn Mobile Money » Selon des informations en dehors de trois meilleures applications retenues,  la fondation Mtn Cameroon primera également à la fin de la première étape, les meilleures applications basées sur le développement communautaire.  L’inscription à ce concours se fait via le site  Mtn Innovation challenge

 

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Inondation à Douala: Près d’une trentaine de maisons détruites à Douala 5ème

7 Juillet 2015, 13:58pm

Publié par Hervé Villard

Le coup d’envoie de cette vaste campagne de démolition forcée qui vise à libérer les emprises des drains occupées par les habitations a été donné ce lundi 6 juillet 2015 à Makepe Missoke Par Fritz Ntone Ntone.

  les familles victimes des démolitions en détresse

les familles victimes des démolitions en détresse

 

Lazare Tchinda Tchio,  jeune camerounais habitant au quartier Makepe Missoke est dépassé par ce qui vient de se produire dans sa vie. Debout près de ses affaires, il ne sait   plus à quel saint se vouer. Pour grignoter du temps et trouver des réponses à ses nombreuses interrogations, ils rangent le reste de ses affaires et  entassent quelques parpaings issus de sa maison démolie.

 

Habitant à Makepe Missoke depuis  bientôt 15ans, ce père de cinq enfants qui croyait déjà avoir trouvé un logement définitif, dans une  ville du Cameroun connaissant  une crise  criarde de logement comme Douala est obligé de tout recommencer. Il a assisté de manière impuissante à la démolition de son domicile ce lundi 6 juillet 2015. Debout le regard hagard, il est presque perplexe. « On  n’a cassé ma maison avec toutes mes choses à l’intérieur. Actuellement, je ne sais pas où aller », raconte-t-il l’air désespéré. «Mon voisin m’a demandé de faire une chambre sur son terrain pour conserver mes choses avant de trouver où aller. C’est ce que je suis en train de faire», poursuit-il.

Tout prêt de lui on pouvait apercevoir  soigneusement rangés, des canapés, des lits, un réchaud à gaz, une bouteille de gaz, des ustensiles de cuisine, des matelas et un ventilateur.  «Ma femme et mes enfants sont allés chez ma belle mère. Je ne sais plus où aller ni quoi faire », affirme Lazare Tchinda Tchio tout malheureux.

 

A un patté de lui,  Brigitte Djomgang, une autre habitante de Makepe Missoké est dans  tout ses états. Assise à même le sol comme si elle venait de perdre un membre de sa famille, elle se lamente à grosses gouttes de larme. Les consolations de ses voisines n’altèrent aucunement  sa douleur. Celle qui vient de voir une partie de sa maison rasée se demande bien où vont dormir les nombreux enfants en vacance chez elle. « On vient nous casser maintenant qu’on aille où. Je vais faire comment avec me enfants », se demande-t-elle en sanglotant.

 

Comme Lazare Tchinda Tchio et Brigitte Djomgang, c’est près de  40  familles  qui ont été témoins de la démolition de leur maison  ce lundi matin. Armées de massettes, de gourdins, de pelleteuses  et autres engins de destructions, les agents de la communauté urbaine de Douala conduits par Fritz Ntone Ntone, le délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Douala sont descendus très tôt à Makepe Missoké  quartier de  l’arrondissement de Douala 5ème. Sans le moindre mot, ils ont commencé la démolition des maisons situées sur la rive du drain qui traverse  ce  quartier. Pendant deux heures d’horloge, ils ont fini leur besogne et se sont rendus  dans d’autres quartiers de la ville de Douala où les casses doivent avoir lieu.

 

D’après les informations en provenance de la communauté urbaine de Douala, les démolitions  de ce matin ne sont que le début d’une longue série qui va se poursuivre durant tout le mois de juillet et  au delà. 

Ce processus qui vise à  lutter contre les inondations à Douala a pour objectifs de libérer, les drains en détruisant toutes les constructions qui ont été faites sur les lits d’eau. Les quartiers Makepe Missoke, Cité des palmiers, saint Thomas  dans l’arrondissement de Douala 5ème sont les plus concernés.  Pour cet arrondissement seulement d’après le délégué du gouvernement, plus de 300 habitations et autres constructions  seront détruites durant cette campagne.  Et après cette première phase, les lits d’eau seront également curés et élargis.

 

Contestations

S’il est vrai que  Fritz NtoneNtone  ne fait que respecter les  décisions de la réunion de crise  qui s’est tenue à Douala avec le gouverneur de la région du Littoral au lendemain des inondations qui avaient sinistré plus de 2000 familles à Douala, les populations se plaignent du mauvais déroulement de ces casses. Ces derniers dénoncent le non respect de l’espace à démolir et  surtout du non respect du délai de démolition. « On avait marqué l’espace à casser. Nous avons pris des mesures pour cela mais aujourd’hui ils n’ont pas respecté cela. Ils ont même gâté mes choses. Je vais faire comment », se plaint  dame Brigitte Djomgang dont la  moitié de la maison a été rasée. « Le maire de Douala 5ème nous avait dit que la rigole devait avoir 6 mètres de rive. Maintenant, on n’a pas respecté cela. On a débordé la limite. Quand on veut faire un travail, qu’on le fasse bien », s’indigne Lazare Tchio en affirmant que les démolitions ont commencé dans ce quartier depuis le 4 juillet.

Cette situation révolte  également  Jean Bertin kemajou   responsable de l’organisation de la société civile, Dynamique citoyenne. Celui qui est contre ces démolitions, invite  les agents de la communauté urbaine de Douala «à revêtir ces démolitions d’un visage humain». 

 

Hervé Villard Njiélé

 

 

Voir les commentaires

Ligue 1 : Union éteint les Astres de Douala

2 Juillet 2015, 18:23pm

Publié par Hervé Villard

Les Nassaras Gamakai ont battu les brésiliens de Bépanda par un but à zéro. C’était ce mercredi 1er juillet 2015, à l’occasion de la 21ème journée de la ligue 1 jouée au stade de la Réunification de Bepanda.

 

 

Le  penalty inscrit en deux temps par Nlend Paul à la 55eme minute de  la rencontre qui opposait les Astres de Douala à Union de la même ville  est le seul  but de cette partie qui a permis aux poulains du coach Dialo Siewe de remporter les trois points du jour. Suite à  une faute de main du défenseur des Astres de Douala dans la surface de réparation, Nlend Samuel qui a renvoyé les cuirs dans les filets après avoir vu son tir repousser par le portier des Astres, a pleuré de joie comme ses nombreux coéquipiers au coup du sifflet final. Car son but venait ainsi de permettre à son équipe de gagner trois précieux points et surtout d’améliorer sa position au classement général.

 

Cette joie a été partagée par les milliers de supporters du club et davantage par le coach qui gagne au fur et à mesure de l’estime auprès de l’équipe dirigeante de l’Union de Douala, après un début de championnat très difficile.  «Je remercie mes joueurs pour tous les efforts fournis. La rencontre n’était pas facile parce qu’on avait en face un véritable adversaire. Malgré cela, ils ont fait preuve de volonté de combativité pour obtenir ce résultat », affirme tout heureux le coach de l’Union de Douala qui totalise désormais 34points.

 

 

Déçu pour avoir perdu cette rencontre, le coach des Astres Richard Towa a reconnu la témérité de son adversaire du jour. «Je ne suis pas tellement déçu parce que mes joueurs n’ont pas démérité. C’est vrai qu’ils ont manqué deux ou trois occasions. Mais, il faut du moins reconnaitre que le dispositif de l’Union de Douala ne nous a pas permis de dérouler notre football. Ce n’est que partie remise. On va se préparer pour le prochain match», déclare-t-il le regard hagard.

 

 

Duel de choc

Parlant de cette rencontre, il faut dire qu’elle a tenu ses promesses sur tous les plans. Sur le plan technique, tactique, les vingt-deux acteurs ont servi  un spectacle digne des grands jours à tous ceux qui ont fait le déplacement de la cuvette de Bepanda. Seulement, l’envie de gagner absolument qui animait les deux équipes, est venu ternir un peu la qualité du spectacle. Durant la seconde manche, il y a plus d’agressivité dans le jeu et surtout  beaucoup de fautes.  Ce qui a poussé le central  de la partie très réservé durant la première manche à sortir à six reprises son carton jaune. Car, il fallait calmer les esprits surchauffés. Une chose qui suscité le courroux des supporters qui ont obligé les flics à escorter le trio arbitral aux vestiaires à la fin  de cette rencontre gagné par l’Union de Douala.

 

 

Bien avant ce match de titan, la première rencontre du jour qui opposait New stars de Douala à Bamboutos de Mbouda s’est soldée par la victoire de New Star par 3buts contre 1. Ebah Tobie Junior très virevoltant durant ce match a fait le doublé (19e et 7oe).  Baba Basile a inscrit le troisième but (22e)et  Mbele Irénée a réduit la marque pour les visiteurs.

 

Herve Villard Njiele

Ligue 1 : Union éteint les Astres de Douala
Ligue 1 : Union éteint les Astres de Douala

Voir les commentaires