Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Javier Clemente, nouveau sélectionneur des Lions indomptables du Cameroun

18 Août 2010, 11:18am

Publié par hervy

 

Fini les spéculations. C’est officiel. L’espagnol Javier Clemente succède Paul Le Guen à la tête des Lions indomptables du Cameroun. L’ancien technicien de l’Olympique de Marseille a signé un précontrat de deux ans avec la Fédération camerounaise de football (Fécafoot). Le nouveau sorcier blanc a pour mission principale : qualifier et remporter la coupe d’Afrique des nations de football Gabon-Guinée Equatoriale 2012. Des détails restent à régler concernant son contrat final et l'identité de ses adjoints.

 

Un technicien expérimenté…

Agé de 60 ans, Javier Clemente est présenté par des observateurs de la scène footballistique comme le technicien qu’il faut pour le Cameroun. Sa carrière de footballeur s’est achevée très tôt pour cause de blessure. Par la suite, il a entamé une carrière d’entraîneur. Il a ainsi entraîné entre autres l’Athlético Bilbao (1981-1986, 1989-1990, 2005-2006), l’Espanyol Barcelone (1986-1989, 2002-2004), l’Athlético Madrid (1989-1990), l’Olympique de Marseille en 2000 et sélectionneur de l’équipe nationale d’Espagne entre 1992 et 1998. Ses résultats avec cette dernière sélection ont été plutôt mitigés. Mais Javier Clemente conserve une bonne cote dans la péninsule ibérique. Avant la signature de son précontrat, il était pressenti pour prendre les commandes de la sélection de l’Iran. Le destin en a décidé autrement.

Des soucis se présentent déjà à Javier Clemente. D’abord, il n’a, en revanche, aucune expérience en Afrique. Ensuite, il y a le climat tendu au sein de l’équipe nationale du Cameroun avec un mondial 2010 raté a cause des tensions entre certains cadres de l’équipe. Javier Clemente va donc devoir rebâtir une tanière où règne l'instabilité. La victoire 3-0 en Pologne, en match de préparation, est toutefois un signe encourageant pour lui avant le début des éliminatoires de la CAN 2012, le  3 septembre, à l’Ile Maurice.

Voir les commentaires

Société/ Environnement: La cité sic a son banc public

17 Août 2010, 16:43pm

Publié par hervy

Cet espace de divertissement est d’avantage visité par les habitants de ce quartier de la capitale économique du Cameroun et ceux des quartiers voisins La cité sic a son banc public Depuis son aménagement il y a environ trois mois, le banc public de la cité sic accueille beaucoup de monde. Jeunes vieux enfants, tous visitent espace de loisirs.

 

 

 

Situé à la Cité sic, le long de l’axe carrefour Agip –Ndokoti, plus particulièrement à l’entrée Camrail, cet espace grouille de monde chaque après midi et particulièrement le week-end. Parmi les nombreuses personnes qui visitent cet endroit, se recrutent les amoureux et des personnes de toutes les couches de la société. Constitué de six bancs, faits en bétons et disposés dans les différents angles cet espace public, le banc public de la cité sic est aujourd’hui le site touristique de ce quartier de Douala. Il lui donne une fière allure et est visité de jour comme de nuit.

 

 

Aménagé sur une surface d’environ vingt mètres carrés, les pavés qui recouvrent le sol empêchent à ce lieu touristique d’être boueux pendant la saison des pluies. Un lampadaire à trois ampoules éclaire cet espace pendant la nuit. Des espaces verts aménagés en ce lieu et où sont plantées des fleurs de variantes qualités rendent attrayant cet espace qui redonne à la cité sic un nouveau et beau visage. Cet espace fait par ailleurs la fierté des populations dudit quartier et de la ville de douala en général.

 

 

 

Selon joseph Galemo un habitant de la cité sic, depuis la construction de ce joyau, les habitants de ce quartier ont changé leur mode de vie. Chaque après midi, ils se rassemblent en ce lieu pour discuter. Beaucoup ne vont plus au stade. « Depuis que cet espace a été aménagé, c’est ici que nous passons la majorité de notre temps. Ici, il y a de l’air frais qui passe. » Déclare-t-il en souriant. Assis sur l’un des bancs publics de cet espace, celui-ci discute calmement avec son amie chantal. Non loin de lui, Josiane très concentrée lit un roman photo. Venue se distraire avec ses enfants elle trouve l’espace attrayant. « Quand j’ai un peu de temps pendant le week-end je viens me distraire ici avec mes enfants. Pendant qu’ils s’amusent, je me repose un peu. » Affirme t-elle.

 

 

Aménagé par la communauté urbaine de Douala dans le cadre du programme de l’embellissement de la capitale économique du Cameroun, le banc public de la Cité sic fait la fierté de quartier qui connaissait un manque criard d’espace de loisirs. Ces derniers saluent l’initiative du délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Douala, Frizt Ntone Ntone. « La construction du banc public de la cité sic est une bonne chose. C’est la preuve que le délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de douala veut réellement embellir la ville de douala. Nous sommes fiers de cet acte. Car, nous irons plus au « plateau Joss » ou à la « douche municipale » nous détendre. » Affirme Gaétan Ndi tout joyeux. Joseph Mbah ?étudiant à l’université de Douala est plutôt critique et pense à l’entretient de cet espace de loisirs. « C’est bien de penser à la construction des espaces publics comme celui-ci. Mais qui va entretenir? » S’interroge-t-il. Il évoque pareillement le problème de l’ameublement donc souffre ce lieu. « Ici il y a que six bancs pour environ 24 personnes ce qui est insuffisant. Regardez le nombre de personnes debout, ce n’est pas normal. A quoi servent ces espaces vides là ? Il faudra multiplier les bancs pour permettre au moins à quelques personnes de pouvoir s’asseoir. » Propose-t-il.

 

 

Parmi les nombreux problèmes évoqués par les nombreux visiteurs du banc public de la cité sic, figure celui de l’insécurité. « On peut facilement se faire agresser ici la nuit. Il faut que la Cud pense à sécuriser les lieux. » Affirme une jeune dame. Pour Samuel qui prend du bon temps en lisant un roman, il faut que la Cud aménage des espaces similaires dans tous les quartiers de la vielle de Douala car, « cela permet de s’épanouir »

 

 

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Hommage à Pius Njawe:Ascom au coté du Messager

3 Août 2010, 19:48pm

Publié par hervy

 La journée de vendredi généralement moins saturé dans les rédactions des quotidiens était une fois de plus laborieuse pour Jacques doo-bell le sécrétaire général des rédactions du Messager la semaine dernière. Pour cause celui-ci a reçu la visite de plusieurs groupes de personnes venues annoncer leurs condoléances et  apporter leurs soutiens au personnel du Free Media Group éploré depuis le décès de Pius Njawe le Directeur de publication de Le Messager. Parmi ces nombreux groupes qui ont pris d’assaut la direction de la rédaction du Messager ce vendredi 16 juillet dernier,   Se trouvait le personnel du cabinet de conseil en communication Ascom.    Conduite  par leur Duvalier Kamdoum Soh  son Directeur général, cette délégation était constitué d’une douzaine de personnes parmi lesquelles des communicateurs et des journalistes.  Ces derniers comme a su bien le dire leur directeur général sont venus assistés un ami un grand frère et surtout partagé sa douleur  «  Le Messager est notre ami. Il nous a toujours accompagnés dans notre action. J’ai des amis dans cette maison à l’instar de Alain Njipou (le chef service culture ndrl). Nous sommes venus après la nouvelle compatir à votre malheur. Cette jeunesse croit que Le Messager doit survivre à Puis Njawe c’est pourquoi nous sommes venus vous apporter notre soutien. » A- t-il déclaré   Jacques Doo-Bell, agréablement surpris  par cette marque de compassion accordée au Messager par cette jeune structure de Communication a tenu à les remercier tout en les encourageant dans le geste qu’ils sont entrain d’accomplir. Après avoir fait état du coup que tout le personnel de Le Messager a subi il a rappelé du moins que tout le personnel souffre. « Depuis la mort de notre directeur de publication, Le ciel nous est tombé sur la tête. Ceux qui me connaissent me disent que j’ai perdu au moins 5kg. Ce qui veut dire que nous sommes vraiment touchés » Ila par ailleurs rappelé à ces derniers l’engagement de tout le personnel à poursuivre les œuvres du « camarade » « la tache que nous lègue Pius est grand. Mais au nom de mes collègues je peux vous dire que nous nous battrons pour que ces œuvres survivent » Dans ces propos il a exalté les membres de Ascom à tenir le bon bout et à continuer à leur manière à perpétrer les œuvres de Njawe. Car il faut le mentionner, ce sont les nombreux combats mené par le Dp du Messager de son vivant qui est à l’origine aujourd’hui de la libéralisation de la presse. Dans la forte délégation de L’Ascom, se trouvaient Dora Notio, Esther Polena,Tchouta Rosine, Friede Flore Ngo Yetna, Laetitia Mekolo, Fanny Meniaga, Laure Christiane Djeune, Matoko Mbongo,…

 

Hervé Villard Njielé

Voir les commentaires

Compassion:L’Upc rend hommage à Pius Njawe

3 Août 2010, 19:46pm

Publié par hervy

Une délégation des membres de l’union  des populations du Cameroun s’est rendue au siège de la rédaction de L e Messager vendredi dernier Sise à la Rue des Ecoles.

« Pius Njawe était un véritable combattant des libertés, un homme qui a marqué  les consciences et qui  a œuvré  pour l’évolution de  la démocratie au Cameroun ».  En témoignent les nombreuses visites et condoléances que reçoit la rédaction du quotidien Le Messager de Douala sise à la Rue des écoles, et le personnel du Free Media group en général.    Les acteurs de la société civile, les hommes de média  les citoyens camerounais de plusieurs ordres, les membres du gouvernement, les lecteurs, et les hommes politiques ne cessent de boycotter leur emploi de temps pour accourir  au siège de Le Messager depuis l’annonce de la disparition subite et tragique de Pius Njawe, le Directeur de publication du journal qui est à l’écoute du peuple depuis sa création en 1979.  

Vendredi 16 juillet dernier, c’était au tour de l’union des populations du Cameroun (Upc) de rendre hommage à  « ce combattant  invétéré de la liberté mort au front ». Conduite  par le professeur Moukoko Priso le secrétaire générale de l’Upc, la  forte délégation constituée des membres du bureau national parmi lesquels Jose Kombi Baya  le secrétaire national  à la coordination administrative,  Hilaire Han Ekwe le secrétaire national à la communication sont venus rendre un vibrant hommage et apporter leur soutient à la rédaction de Le Messager et du Free Media Group. 

Le professeur Moukoko Priso, le chef de cette délégation, a affirmé être meurtri après avoir appris la nouvelle du décès du désormais Ex-Dp de LE Messager  « Quand un de nous  s’en va, il y a un grand vide qui se créée » Il a pareillement affirmé le soutien de son parti au groupe tout entier. « L’importance que l’Upc portait à ce journal du vivant de Njawe, nous allons continuer à le porter. Car, ce malheur est  un malheur pour nous tous.  Si vous avez un problème et pensez que l’Upc peut vous aider à quelques niveaux que ce soit, n’hésitez pas à nous solliciter. Nous répondrons dans la dimension de nos possibilité» A-t-il déclaré. 

Dans ces propos, l’imminent professeur a en outre  exalté l’équipe rédactionnelle du journal de rester solidaire et de ne pas baisser les bras malgré les difficultés qu’elle rencontre. Car ajoute-t-il « Quand on est frappé par un tel drame, des gens attendent pour voir ce qui va se passer. Il ne faut pas faire plaisir à ces derniers, il faut que l’œuvre de Pius Njawe survive à lui.» 

Dans un échange avec le secrétaire générale des rédactions Jacques Dooh Bell et  le Chroniqueur Jean Baptiste Sipa, qui ont accueilli la délégation de l’Upc, le professeur Moukoko Priso a émis l’idée de la création d’une fondation Njawe. Ceci dans le but de pérenniser ses œuvres  et l’élever au panthéon des hommes qui ont marqué l’histoire du Cameroun, de l’Afrique et même du monde entier. «  Njawe doit être un prototype, un référent pour la jeunesse camerounaise et africaine. Car, il n’est pas un vulgaire personnage. C’est un homme d’une renommé internationale et il faut qu’il survive à travers  ses œuvres » 

Jacques Dooh Bell  réconforté comme toute la rédaction par cette visite a réaffirmé la détermination de l’équipe du journal à poursuivre  l’œuvre laissée par Njawe malgré les difficultés. « Je peux vous assurer que nous sommes déterminés  à faire vivre le journal. Quand je vois chaque fois ces jeunes qui sont constamment là malgré les problèmes que nous avons je sens qu’il y a de la volonté » A sa suite, jean Baptiste Sipa  s’est  dit déterminer à faire survivre ces œuvres « Le meilleur hommage à rendre Njawe c’est d’arroser et de fertiliser le jardin qu’il a laissé. Puis est un arbre que j’ai vu grandir pour devenir un baobab il est donc hors  de question de laisser ces œuvres en déperdition. » A-t-il rappelé afin d’inviter tout le monde à se joindre à ce projet.

 

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Probatoire 2010:Les élèves célèbrent le succès

3 Août 2010, 19:37pm

Publié par hervy

Rencontrés dans les différents établissements de la ville de Douala  hier,  les élèves criaient et chantaient de joie à la vue de leur nom sur la liste des admis au probatoire 2010.

« Je suis très ému d’avoir réussit à cet examen. Je remercie le ciel de m’avoir aidé. Je savais que j’avais bien composé mais, j’avais peur d’échouer. Maintenant que j’ai passé le probatoire, mon nouveau défi c’est de passer le bacc l’année prochaine. Je mettrai tout en jeu pour que cela se réalise. » Ces propos sont de Simon Pierre Cieyon  Kamgo lauréat du probatoire C édition 2010. Rencontré au sous centre du Lycée d’Akwa hier après midi, celui-ci était fou de joie. « J’ai enfin passé Cet examen »déclarait-il  joyeusement  à qui veut l’entendre. Présentant le probatoire pour la deuxième fois, ça joie a atteint le paroxysme quand il a aperçu son nom sur la liste des admis.

 C’était le même son de cloche au lycée de Bépanda hier. Auberline  Ngandjibué  Ngandeu  débordait de joie. Accompagnée de ses deux camarades  de classe Rosine et Carole qui ont tout comme elle passé le probatoire série A4 allemande, elle courait dans tous les sens  criant et sautillant. «  Rien de plus merveilleux  que de passer un examen. J’attendais ces résultats avec beaucoup de patience. Aujourd’hui, je suis contente. Je pense qu’avec mes amis on va organiser une fête pour célébrer ça » affirme-telle avec plein d’émotion.

L’ambiance qui régnait dans ces deux établissement hier, était la même dans le reste des sous centres d’examen de la ville de Douala. Du Collège Libermann au lycée Joss, en passant par le lycée de Nylon Brazzaville, l’ambiance était la même. Les admis au probatoire sautaient de joie.  Affiché depuis hier soir dans  les différents centres et sous centres de la ville de Douala, ces résultats drainaient des foules de personnes. L’affluence observée  devant les babillards, parlait d’elle-même. Attendu depuis le 21 juillet dernier, c’est à partir du 26 juillet 2010 que la publication des résultats du probatoire  2010 a débuté.  Selon   Tiwo Pascal un enseignant  à Bépanda, «  les résultats sont disponibles dans les centres d’examen  depuis mardi  27 juillet 2010. Malgré le fait que le poste national poursuit la lecture des résultats »  Déclare-t-il. Pour cet enseignant qui partage  la joie des admis, celui-ci pense également qu’il faut les encourager. « C’est bien d’encourager ces enfants car, il ils ont fait un bon travail. Surtout que cet examen cette année n’était pas facile. »Ajoute-t-il. D’après Joseph Moumi enseignant d’histoire, ce succès temoigne aussi l’engagement des enseignants et surtout leur dévouement. C’est la preuve qu’ils font bien leur travail. « La réussite de l’élève  est d’abord celui de l’enseignant. Parce qui, malgré les vicissitudes liés aux conditions et au mode de vie de l’enseignant que nous sommes, c’est pour nous une grande fierté » Affirme –t-il.

Le paradoxe des résultats obligeant, A coté des admis joyeux, se trouvaient également des échoués. L mine triste et sans dire un mot ces derniers après avoir cherché en vain leur nom s’en allaient en pleurant. Angoulou Blaise, candidat libre vient d’échouer encore, cet examen qu’il compose pour la troisième fois. Entièrement déçu, il est inconsolable. « Je ne sais pas ce que j’ai fait à cet examen. Chaque année, On dirait que c’est une malédiction pour moi » déclare –t-il. Tous les  efforts que fait son ami Paul pour le consoler sont vains. Comme lui de nombreux candidats ayant échoué à cet examen abandonnent le babillard sans crier gare. Selon les statistiques du ministère de l’enseignement secondaire, le pourcentage de réussite à ce diplôme qui crée beaucoup de polémique au Cameroun depuis quelque temps pour l’année 2010 est de 39 pour cent. Et est de 7 pour cent supérieurs à celui de 2009.

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Compassion: Canal+Cameroun rend hommage à Pius Njawe.

3 Août 2010, 19:33pm

Publié par hervy

Une Délégation de cette entreprise de distribution des images par satellite a rendu visite aux employés du quotidien  « Le messager ».

Depuis le décès du  directeur de publication de « Le Messager » Pius N. Njawe aux Etats-Unis (Usa) le 12 juillet 2010, suite à un accident de la circulation survenue en Virginie, le siège du groupe de presse  Free Media Group  situé à Akwa sise à la Rue des écoles  ne désemplie plus. A la suite des nombreuses personnes ayant  défilé à la rédaction de Le Messager, la délégation de l’entreprise Canal+Cameroun est elle aussi venue adresser ses condoléances à l’ensemble du personnel de la rédaction et  celui du Free Media Group éploré  et orphelin depuis la disparition de leur patron. Conduite par Jackson  Njike, leur  directeur général Canal+ Cameroun tenait par ce geste à réconforter les employer du Messager encore sous le choc. «  Nous sommes venus vous adresser nos condoléances et vous demandez de tenir bon. Car, nous savons d’avance que ce  n’est pas facile pour vous depuis la disparition de Njawe. » Jackson Njike. Malgré son état  de santé qui s’est d’ailleurs  santé dégradé, le directeur général de Canal+Cameroun  qu’accompagnait  Romain Eyheramendy, le directeur commercial et marketing de cette organisation a tenu à adresser personnellement ses condoléances au personnel  du Messager et rendre un  hommage à Puis Njawe. « C’est dans la nuit du 12 juillet 2010 que moi j’ai appris la triste nouvelle. Un ami m’a appelé pour m’annoncer la triste nouvelle. Et l’information m’a été confirmée la veille. C’est vraiment triste. J’espère qu’on n’arrive pas tardivement. » A-t-il ajouté.  Jacques Doo Bell  le secrétaire  générale des rédactions de « Le Messager » qui a accueilli la délégation n’est pas passée par quatre chemins pour manifester la joie du personnel de la rédaction du personnel tout entier. «  Il n’est jamais trop tard pour rendre visite à une famille éplorée.  Nous sommes très contents de votre visite et nous savons que Le Messager peut désormais compter sur vous. C’est un plaisir de vous avoir parmi nous ce jour » A-t-il déclaré en guise de souhait de bienvenue à la délégation de Canal+Cameroun. Durant l’échange  convivial qui s’en est suivi, Jackson Njike s’est interrogé sur l’avenir  du Journal « Le Messager ». Jacques Doo-Bell et Jean Baptiste Sipa toujours au nom de la rédaction ont rassuré ce dernier sur le fait que le personnel est dévoué. « J’ai la chance d’avoir des bons collaborateurs qui tiennent  le bon bout. C’est vrai que durant la semaine du décès, c’était vraiment difficile, mais le vin est tiré et il faut le boire. » Ont –ils déclaré.   A la fin de cette visite le responsable de Canal+ Cameroun a  émis  le vœu de voir Le Messager continuer à paraître sans problème. Et espère que le comité de gestion qui sera mis sur pied fera tout dans ce sens. Il a clairement promis peser de tout son poids pour que Canal+Cameroun soutiennent Le Messager dans cette dure épreuve qu’il traverse.

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Baccalauréat 2010: Le pourcentage de réussite inquiète

3 Août 2010, 19:30pm

Publié par hervy

 

Les pourcentages de réussites du  dernier baccalauréat  de l’enseignement secondaire suscitent la polémique au sein de la population camerounaise qui  pense que c’est un moyen pour le pouvoir de préparer les élections présidentielles. 

 

Le taux de réussite du baccalauréat de l’enseignement général pour l’année scolaire 2009-2010 sur l’ensemble du triangle national est de 60 pour cent. Ce  pourcentage de réussite brandit comme trophée par la communauté éducative camerounais  ne  fait pas  l’unanimité  au sein de la population camerounaise. Au regard de la  prestation de ces lauréats  d’aucuns s’étonnent du fait que ce taux  de réussite reflète réellement le niveau de l’éducation au Cameroun.  « Un bachelier aujourd’hui est incapable d’écrire une demande d’emploi. Quand celui-ci s’exprime il est difficile de s’imaginer qu’il a un bac. Car, il parle si mal » Affirme Guy Pascal Temo  tenancier d’une échoppe à akwa.  Ce parent  qui conteste la qualité de l’éducation en cours au Cameroun remarque que celle-ci a perdu sa valeur. « Est-ce qu’on forme encore les jeunes aujourd’hui c’est du jeu tout cela. Le bac d’aujourd’hui n’a pas la valeur du C.E.P.E du temps. A notre époque  un bachelier, cela avait de la valeur. Aujourd’hui, tout est banalisé les enfants n’ont pas de niveau. »  Si pour ce parent d’élève qui est déçu par la qualité de l’enseignement au Cameroun, le baccalauréat a perdu ça valeur d’antan, celle de 2010 l’ait d’avantage. C’est pourquoi celui-ci pense que c’est le baccalauréat de campagne. «  Un baccalauréat délibéré à 08/20 c’est quel genre de bac, si ce n’est un bac de campagne électorale. J’ai l’impression que l’on veut plus contenter les parents que de prôner la méritocratie. » Ajoute-t-il pour finir. Si pour ce dernier le bac 2010 n’a pas de valeur, Désiré Kamwa enseignant d’histoire  au Lycée d’Akwa et surveillant général dudit établissement  pense  le contraire. « Les pourcentages de réussites reflètent à peu près la réalité parce que le système éducatif camerounais est l’un des  plus rude dans son double aspects pédagogique et disciplinaire en Afrique et voire dans le monde. La preuve c’est que tous les lauriers bacheliers camerounais  qui se frottent aux bacheliers des autres pays dans des cadres concurrentiels internationaux étalent toujours une vivacité intellectuelle qui accrochent toujours  tous les avertis de la communauté universitaires  » affirme-t-il.   Pour ce dernier qui pense qu’affirmer que les résultats au bacc 2010 avaient pour objectif de contenter la population est une aberration. «  Dire que les résultats c’est pour contenter le politique et les parents c’est manquer de fondement scientifique et pédagogique. C’est également affirmer que les enseignants  que nous sommes, ne faisons  rien durant l’année scolaire. C’est une insulte à notre égard. »  S’agissant  du système pédagogique que l’on estime en décrépitude,  le professeur des lycées d’enseignement général pense que c’est un problème de fond lié à la communauté pédagogique. «  Le système éducatif camerounais est constitué de plusieurs imputs. Il n’y a qu’à observer nos enfants pour s’en rendre compte. Ceux-ci sont capables de bien  de chose que nous ignorons. » «  La pédagogie camerounaise  est une politique de récupération qui encourage les efforts de ceux des élèves   conscients  qui ont besoin de parchemin pour  servir leur nation. » Poursuit-il. Ce dernier pense par ailleurs que, la baisse de niveau intellectuelle  que l’on observe  chez les élèves aujourd’hui est du à l’illusion du gain  facile et la démission des parents dans l’encadrement des enfants. Concernant la délibération du bac 2010 que l’on dit faite à 08.50 en moyenne par le journal Dikalo, il dit mettre tout le monde à défi que l’examen n’a pas été délibéré à cette moyenne. Tout compte fait, avec le pourcentage générale et le niveau des lauréats que nous avons aujourd’hui,  on est loin de se convaincre que les bacheliers  de l’année 2010 ont passé tous avec une note supérieure ou égale 10 sur 20.

Hervé Villard Njiélé

 

 

Voir les commentaires

Douala : une conférence de presse d’Adamou Ndam Njoya annoncée

3 Août 2010, 19:29pm

Publié par hervy

Selon un communiqué signé de Ahidjo Mongwat, secrétaire national à la communication, le président national de l’Union Démocratique du Cameroun, le Dr Adamou Ndam Njoya, donne un point de presse le mercredi 04 août 2010 à 12 heures 30 à Douala (Restaurant la chaumière sis en face Polyclinique Soppo Priso rue Njo Njo. Le président de l’Udc reviendra sur sa participation aux Usa à la conférence de la Camdiac (Cameroon Diaspora for Change), organisée par les Camerounais de la diaspora, le décès de Pius N Njawe, président de Free Media Group société éditrice du quotidien le Messager. La presse nationale et internationale y est conviée. L’homme qui s’adressera à la presse a plusieurs cordes à son arc. Il fut brièvement membre du ministère des Affaires étrangères (1960-1970), avant de rejoindre la faculté de droit à l'Université de Yaoundé. Il aura également travaillé pour la Fondation Carnegie pour la Paix Internationale au Cameroun en tant que directeur du programme de formation diplomatique. Dans le même temps, il collabora à la création et devint le premier directeur, de 1972 à 1975, de l'Institut des Relations Internationales du Cameroun (Iric). En 1975, il fut nommé vice-ministre des Affaires étrangères. En 1977, Ndam Njoya fut nommé au ministère de l'Éducation nationale. Son projet d'introduire sévérité et moralité dans le système éducatif rencontra une forte résistance, notamment de la part des riches familles francophones, dont les enfants réussissaient dans le primaire et le secondaire grâce à l'argent, et qui faisaient quelques dons aux écoles. Face à de telles pressions, le président Ahmadou Ahidjo renvoya Ndam Njoya de son poste, en 1980, et le fit ministre délégué à la présidence en charge de l'inspection générale de l'État et des réformes administratives, un poste relativement ingrat.

 

 

Voir les commentaires

Douala; Le renouveau charismatique prépare son congrès

3 Août 2010, 19:27pm

Publié par hervy

Un 3ème congrès national pour le Renouveau charismatique catholique

 

Placé sous le thème : la réconciliation : «  tout vient de Dieu qui nous a réconcilié avec lui par le Christ et nous a confié le ministère de la réconciliation », ce 3ème congrès coordonné par  la coordination diocésaine du renouveau charismatique de Douala s’articulera autour d’une messe d’ouverture  ainsi qu’une cérémonie de clôture dudit congrès à la cathédrale St Pierre et Paul de Douala le 4 août à 9 heures. Pour ce qui est des cérémonies de clôture, elles se dérouleront au collège notre dame des Nations à Yassa le 8 août 2010 à 9 heures. Plusieurs intervenants du clergé sont annoncés. Le Renouveau charismatique ou encore renouveau spirituel s’inscrit au nombre de ces grands courants que Dieu fait jaillir dans son Eglise. Il n’est pas un mouvement dans l’Eglise, mais l’Eglise en mouvement. En son sein, tous les états de vie s’y trouvent, toutes les vocations peuvent en vivre, tous les âges s’y côtoient, tous les milieux de vie s’y rencontrent. De façon historique, ce courant de grâce commence dans les années 1900 et s’intensifie au sein de l’église dans les années 1967. Des Etats-Unis, celui-ci passe par le Canada puis s’étend progressivement comme un feu dans une forêt, dans le monde catholique tout entier

Voir les commentaires

L'aumonerie protestante et universitaire de Douala organise "l'opération 50 stages"

3 Août 2010, 18:42pm

Publié par hervy

L’opération 50 stages en gestation

 

Organisée par l’aumônerie Protestante Universitaire de Douala, la deuxième édition de l’opération 50 stages  se déroule depuis la semaine dernière à l’Eglise Protestante de la Cité Sic Paroisse Université. Cet évènement qui vise à former les jeunes élèves et étudiants aux différentes techniques de recherche d’emploi et préparer ces derniers à l’entrée dans le monde professionnel, se déroule chaque samedi du mois. Pendant les séances de travail animées par le conseiller paroissiale Mbialeu Jules, cadre d’entreprise, le président de l’aumônerie universitaire Meupeyou Hervé, certains membres du bureau exécutif de cette association expérimentés dans le domaine et les chefs d’entreprises, les différents participants sont édifiés sur les techniques de rédaction d’un Curriculum Vitae (Cv), les techniques de recherche d’emploi à travers  Internet et les techniques de rédaction d’une demande de stage.

 A la fin de cette opération  qui s’achève le 14 Août prochain, les  participants ayant rédigé les meilleurs curriculum Vitae (Cv) bénéficieront des stages de vacances dans les entreprises partenaires de cet événement.  A titre de rappel, pour la première édition qui s’est déroulée l’an dernier, près de 30 participants avaient bénéficié de stage  de vacance parmi lesquels trois sont aujourd’hui employés. 

Voir les commentaires

1 2 > >>