Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Près de 200  jeunes  de New-Bell à l’école des Tic

23 Décembre 2016, 12:04pm

Publié par Hervé Villard

Avec l’appui de l’institut africain d’informatique(Iai) près de 180 jeunes de ce quartier populeux  de la ville de  Douala, sont formés depuis  le 29 novembre 2016 à la maîtrise des logiciels parmi lesquels Word et Excel (…).

L’initiative est d’El hadj Relouanou, une élite du quartier New bell. Conscient du taux de chômage élevé dans la ville de Douala et au quartier New-bell, certains  du fait qu’une  formation en  informatique pourra  permettre à nombreux de ces  jeunes de maîtriser non seulement l’outil informatique et surtout de s’installer à leur propre compte. El hadj Relouanou avec l’appui de l’institut africain d’informatique(Iai) a lancé une séance de formation des  jeunes de New-Bell à l’usage de l’outil informatique. Une initiative qui a débuté depuis le 29 novembre 2016 et qui se  poursuit d’ailleurs. 

Il est question durant cette séance de formation qui se fait par vague de  60 personnes de former à terme près de 180 jeunes de New-bell. Sont concernés par ce projet qui bat déjà sont plein des  jeunes âgées de  6 à  11ans pour le niveau 1, des  jeunes de 12 à 14ans  pour le   niveau  2 et des  ceux  de 15 à 25ans pour  le  niveau 3.

D’après El  Hadj  Relouanou  qui a supporté tous les frais de cette formation qu’il pense important  pour la jeunesse de  New-bell et pour le développement de  ce quartier  en  générale, ce sont  les jeunes de niveau 3 qui sont  nombreux. «Ce sont les plus nécessiteux», affirme-t-il.

 Module de  formation

 Pour permettre aux jeunes de New-Bell de manier avec aisance l’outil  informatique, ces derniers  sont  formés  à l’usage des logiciels Word, Excel, à la pratique de l’internet, à l’usage innovants des  technologies de l’information et de la communication(Tic), à l’usage des réseaux sociaux.  Des cours sur le montage des projets facilitant leur insertion sociale et sur le management des projets sont  pareillement dispensés.

 Des unités de formation qui  font la fierté  des participants très  heureux  de participer à une telle  formation. «Les  modules qui nous  sont enseignés sont très intéressants. Nous avons jusqu’ici travaillé sur Word et Excel. Sur Word, nous  avons  appris les différentes options qui permettent de saisir et de traiter  un texte, les Lettrines. Les  encadreurs  nous  ont demandés  de poursuivre la  recherche pour maitriser les autres logiciels et programmes. J’espère qu’à l’issu de cette formation je serais suffisamment apte pour me mettre au service des autres», affirme  Mouhamadou Rabiou, l’un des  participants à cette  formation.

 Selon les responsables de l’Iai qui reconnaissent avoir réduit le coût de cette formation, celle-ci s’inscrit dans le  cadre de l’«Opération Mijef 2035» donc  l’objectif est de  former plus d’un  million de femmes de jeunes et d’enfants à l’usage de l’outil informatique d’ici 2035. L’objectif de ce  projet est de contribuer à l’autonomisation des  femmes et des  jeunes afin de leur permettre de réaliser des  projets personnels et professionnels pour ainsi  participer au  développement du Cameroun.

 

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Publié depuis Overblog et Facebook et Twitter

23 Décembre 2016, 11:53am

Publié par Hervé Villard

 Chirurgien dentiste

L’avenir de la profession en débat

L’assemblée générale de l’ordre des chirurgiens  dentistes  s’est  tenue ce  15  décembre 2016  dans  la  ville de Douala compte améliorer les conditions de travail des professionnels de ce secteur  d’activité.

Sensibiliser les membres  sur les conditions d’exercice  de  la profession de chirurgien dentiste au  Cameroun. Les  amener  à respecter la réglementation en vigueur  en matière d’exercice de cette profession au Cameroun. Inviter les  membres  à rejoindre  rapidement l’ordre pour une  bonne pratique   professionnelle. Voilà  présenter de  manière  précise  les  objectifs de la 2ème assemblée  générale  de l’ordre des  chirurgiens dentistes du Cameroun. Réunis  ce jour à Douala, ces  derniers  au cours de  cette  assemblée  qui se veut  déterminante pour la pratique de cette  profession  au  Cameroun compte de battre de l’avenir de cette profession et trouver les solutions aux  nombreux  problèmes  gangrenant l’exercice de  cette  profession.

Il est aussi  question durant cette assemblée  générale, de discuter des conditions d’accueil des nouveaux  chirurgiens  dentistes qui  sortent  fraichement des  écoles et  qui embrassent nouvellement  la  profession. «Quand on sort  fraichement de  l’école, on a besoin  d’encadrement. C’est  pourquoi il était  important au courant de cette assemblée  générale que l’on  pense  à  accueillir nos jeunes collègues. Il faut les  préparer, leurs  montrer le chemin», déclare Dr Jean  Jacques  Awouken, chirurgien dentiste et membre du conseil de l’ordre des chirurgiens  dentistes du  Cameroun

Difficultés

Parlant des difficultés, les chirurgiens dentistes en rencontre plusieurs dans le cadre de l’exercice  de  cette profession. Parmi ces dernières, on peut citer, l’exercice illégal de la profession, le problème d’assurance des chirurgiens dentistes, l’envahissement de la profession par des charlatans traditionalistes, le coût des soins souvent décrié par les patients qui le trouvent exorbitant. Et le reclassement dans la  fonction publique de la profession de chirurgien-dentiste.  Pour ne citer que  ceux-là. Bref au  cours de  cette  deuxième Assemblée générale de l’Ordre des  chirurgiens dentistes, les professionnels de ce  métier veulent trouver des solutions à ces  problèmes.  Des  solutions qui selon Dr Tankoua-Sunou cHantal   chirurgienne  dentiste  et  présidente de   l’ordre  national des  chirurgiens  dentistes  passent  par la  prise des mesures fortes.«Nous avons des   personnes qui  exercent  cette profession de   manière égale. C’est vrai que nous  allons  commencer par  les  sensibiliser.  Pour la suite  je ne vous  dis plus rien»,a fait savoir celle  qui reconnait que  cette   profession a besoin d’être disciplinée. «Notre mission est de  veiller à la  bonne  pratique  médicale, à la  qualité  de la formation continue», a-t-elle  précisé   durant son  discours d’ouverture.

Pendant cette cérémonie très  courue, le représentant du ministre de la santé  Publique, a invité  les  participants à  l’Assemblée  générale  à  une  réflexion mûrie sur  la profession. Il les  a aussi invités  à  lutter  contre  son  exercice illégal et surtout à payer  leur  cotisation.

 

Hervé Villard Njiélé 

Voir les commentaires

Publié depuis Overblog et Facebook et Twitter

23 Décembre 2016, 11:36am

Publié par Hervé Villard

Anniversaire

 Ucb  souffle  sur  sa 44ème bougie

Les festivités  marquant la célébration de cet anniversaire ont été marquées par la présentation officielle de la  K44, une nouvelle  bière produite par l’Union  camerounaise  des  brasseries(Ucb).

 Demeurer un acteur majeur du secteur agroalimentaire en  fournissant  des produits de  qualité  supérieure à  forte  valeur ajoutée aux clients  et aux consommateurs. Atteindre et pourquoi  pas  dépasser 15% de part de marché dans le secteur brassicole  au Cameroun. Offrir un environnement de travail gratifiant et épanouissant à son personnel. Garantir  un excellent retour sur investissement à ses  actionnaires, être une entreprise citoyenne  respectueuse de son environnement et de la  société. Voilà  les  objectifs  que se sont fixés les responsables de l’Union camerounaise des  brasseries (Ucb) lors de la célébration des quarante quatrième anniversaires de cette entreprise le 12 décembre 2016 dernier.

Durant cette célébration  à laquelle ont pris part des  autorités  administratives politiques et traditionnelles au rang desquelles Dieudonné Ivaha Diboua le gouverneur de la région du Littoral, le  préfet du Wouri Naseri Paul  Bea  pour ne  citer que  ceux-ci, les  responsables de Ucb ont saisi l’occasion pour  présenter l’entreprise  brassicole. 

 Ainsi, on a  pu  apprendre que  l’Union  Camerounaise des  brasseries (Ucb) à  lancé ses activités en tant qu'industrie professionnelle dans le secteur brassicole en 19720. Cette initiative encadrée de mains de maître par le fondateur Fua Toula'a Kadji Defosso s'engage alors dans la production de bières avec la marque Bock. Le marché croissant confortera UCB dans ses ambitions de développement du portefeuille produit. Ceci se manifestera avec la mise en place des innovations, principalement dans le segment des boissons gazeuses, catégorie de produits qui renforcera le pilier basé sur la bière au début des années 80. En 1990, dans un souci de compétitivité prenant en compte les défis en termes d'expertise, Ucb s'engage dans un contrat de franchise  avec  une brasserie autrichienne OTTOKRINGER BRAUEREI. Avec l'appui technique de son partenaire, Ucb produit la marque Gold Fassl dont les souvenirs restent inscrits dans l'histoire de la compagnie. King Beer et Gold Fassl seront donc les marques de bières produites par Ucb. En 1999, Kadji Beer,  la  boisson qui  fait la grande satisfaction du promoteur Fua Toula'a Kadji Defosso voit le  jour et  un slogan «il a fallu du temps», innovant.

 Remise  des médailles

Après cette phase protocolaires ponctuée de nombreux discours sur  les prouesses de l’Ucb, on  a  marqué  un arrêt  pour encouragé les employés  qui sont à l’origine de tous les succès  glanés par   l’entreprise  brassicole. Ainsi  105 employés de  la  société  seront décorés. «ce sont des employés  ayant  travaillé  pendant 15 ans à Ucb qui ont été  décorés»,  explique le responsable de la communication de cette  entreprise très heureux.

 Un autre moment  fort  de cette  célébration a été  la  présentation  officielle de la  K44 le  nouveau  né  de l’Union camerounaise des  brasseries (Ucb). «D’une  capacité de 50 centilitre, c’est un produit indiqué pour consommateurs jeunes et responsables qui commencent à se familiariser à des marques arrimées à leurs habitudes et styles de vie tel que souhaité de générations en générations», explique le brand  Manager de Ucb. Après la visite de la deuxième chaîne de production  de la société brassicole, c’est  à  travers les réjouissances populaires que cette  cérémonie s’est achevée.

 

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

 Fête de fin d’année: Le Pmuc dans la peau de papa noël

23 Décembre 2016, 10:59am

Publié par Hervé Villard

Cette entreprise de course hippique a remis d’importants dons à la prison centrale de Douala. C’était ce lundi 19 décembre 2016 en présence des responsables de la prison de New-bell et des responsables administratifs de Douala 2ème.

La prison Centrale de Douala, toujours lugubre à cause de la  mauvaise condition de vie qu’il y a là-bas, s’est muée, le temps de la visite des responsables du Pmuc, en un lieu de fête où il fait bon vivre. A l’occasion des fêtes de fin d’année qui pointent déjà à l’horizon, les responsables du Pari mutuel urbain camerounais (Pmuc) ont décidé d’aller rendre visite aux prisonniers du pénitencier de New-Bell.  Pour  leur permettre de passer des fêtes de fin d’année mémorables, comme leurs frères et amis qui ne sont pas emprisonnés, ces derniers ont emporté avec eux, plusieurs  cadeaux. Dans la liste des dons offerts à ces prisonniers, on pouvait distinguer ; vingt sacs  de riz de 50 kg, dix sacs de tapioca, seize cartons de sucre, onze cartons d’huile d’arachide, dix  sacs de sels, cinq sacs d’arachides, vingt un cartons de savons antiseptiques, et plusieurs autres outils importants pour la santé de ces prisonniers et pour leur épanouissement. Selon des informations  ces dons sont évalués à plus trois millions  de francs cfa.

Bien avant la remise  de ces dons,  Alain Cyrille Kodjo,  directeur marketing du Pmuc  représentant du Directeur général a demandé aux prisonniers, de garder la foi et surtout l’espoir d’une vie meilleure.  Car, le Pmuc  viendra  toujours  les  assister. «Le Pmuc accompagne cette  fête depuis 20 ans. Notre  objectif  est  d’apporter un  peu de  couleur à la  vie  des  detenus à la  veille de  cette  fête de  fin d’année», a  fait savoir Alain Cyrille Kodjo

 Très content de ce geste, le régisseur de  la prison n’a pas manqué de saluer l’initiative du Pmuc qui devient déjà une tradition. Puisque à cette même période depuis bientôt 21ans, cette entreprise vient distribuer des cadeaux aux détenus. Même si cela ne suffit pas toujours pour prendre en charge de manière efficiente  les nombreux prisonniers, il fait du moins savoir que cela va lui permettre mieux s’occuper  des prisonniers. Tout en saluant à nouveau cette initiative, Dieudonné  Engonga Mintsang le régisseur de la prison Centrale de Douala a invité d’autres entreprises à suivre les pas du Pmuc pour l’aider à humaniser d’avantage les conditions de vie difficiles dans ce pénitencier. «Nous vous témoignons la gratitude de toute la prison.  Comment  ne  pas  vous  dire  merci pour cet  encadrement  sportif et  culturel. La 21ème édition de cette cérémonie de remise de don traduit la longue amitié entre le Pmuc et la prison Centrale de Douala», a-t-il déclaré.

 L’entreprise qui fait dans la course hippique a pareillement remis des trophées aux vainqueurs des tournois joués dans ces mêmes locaux. Par ce geste du cœur, renouvelé depuis bientôt deux décennies, le Pmuc apporte un bol d’air frais dans le  quotidien difficile de l’univers carcéral, surtout en cette période des fêtes où l’isolement, se fait plus ressentir pour ceux qui sont sous le coup de peines privatives de liberté. C’est sous une pluie d’applaudissement et des youyous des détenus heureux que «cette fête avant les fêtes», s’est achevée.

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires