Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Interview;Minkréo  Birwe:«On peut continuer à rêver tout en restant réaliste, On n’a plus les mêmes hommes qu’en 2009»

28 Avril 2017, 14:48pm

Publié par Hervé Villard

Entraîneur principal de Coton sport de Garoua, Minkréo  Birwe commente le tirage au sort de la phase de poule de la Ligue africaine des champions. Dans une interview accordée à La Nouvelle Expression, il apprécie les  chances de qualification de l’équipe  camerounaise.

 

 

Le tirage au sort de la phase de poule de la Ligue africaine des champions. Quelles appréciations faites-vous de la poule de Coton sport taxée de difficile ?

Je ne sais si cette poule est plus difficile que les autres. Les 16 équipes qualifiées pour cette  phase de poules sont pratiquement  les  meilleures  équipes  du continent. Donc nous  étions  préparés à tomber dans une poule difficile. Je ne pense pas que notre poule soit plus difficile que les  trois autres. C’est vrai que nous avons un adversaire comme al Alhy du Caire un habitué et est même le recordman dans cette compétition. Mais de l’autre  coté  aussi, il y a des équipes  comme le Mamelodi Sundowns, le Zamaleck, l’Union des mouvements sportifs d’Alger qui méritent quand même  beaucoup de respect. Vous savez avant le tirage, il y avait des pots où des chapeaux qui étaient constitués. Nous  étions  logés pratiquement au troisième pot. Cela veut dire que par rapport aux autres, nous sommes moins cotés et ce n’est pas un fait de hasard. Car, depuis plusieurs  années, nous n’avons pas  accéder à ce niveau de la compétition.Nous sommes  conscients de notre statut d’outsiders et nous allons dans cette compétition avec  confiance, avec la plus grande humilité possible, et la sensation de pouvoir créer  la surprise.

Au vu des dernières performances de Coton sport de Garoua dans notre championnat, ya-t-il un coup à jouer?

 Si on s’en tient aux résultats en championnat, je dirai non. Parce que  nous  sommes au milieu du championnat, les  résultats  ne  suivent pas. Mais, nous  restons cependant optimistes puisque  cette  situation  va  constituer pour nous  une motivation supplémentaire. Cela  va nous pousser à redoubler d’ardeur et à prendre conscience qu’il y a encore beaucoup d’efforts à faire pour aborder cette  compétition au niveau  africain. Il y a encore des petits réglages à faire et on pense qu’avant le  début de cette  compétition, ces  petits réglages seront faits.

 Coton sport de Garoua a toujours  joué les premiers rôles dans le championnat local qu’est ce qui justifie la contre performance d’aujourd’hui ?

 Ce que nous vivons là c’est la conséquence de la fin de la saison dernière. L’équipe a eu beaucoup de difficulté à terminer le championnat malgré  la place honorable de vice champion. Le  club  n’a pas  pu  avoir  les joueurs qu’il avait  ciblés faute de moyens financiers. Les joueurs cadres qui étaient là  sont partis et on se retrouve handicapé en qualité  mais  aussi en  nombre. La politique du club s’est  d’orientée  vers le recrutement des jeunes  issus du centre de formation. Et cela  va prendre du temps. Ce sont des jeunes qui découvrent la compétition. Moi-même aussi responsable technique en chef, je suis venu trouver une équipe  qui était déjà constituée. Maintenant il faut un temps d’adaptation  et cela dure un peu. On aurait souhaité que ce temps soit court. Mais, on va travailler pour que  les résultats reviennent plus vite et réoccuper la position que l’on occupait dans ce championnat.

 Cela fait plusieurs saisons que Coton n’a pas atteint ce niveau de la  compétition. Est-ce que vous n’avez pas envie de rééditer l’exploit de  2009 ?

 Non.  Je voudrais être  réaliste. Ça fait plusieurs  années qu’on n’a pas atteint ce niveau de la compétition. Le premier rêve était d’arriver à ce niveau. Nous  l’avons  fait. Maintenant, on peut continuer à rêver tout en restant réaliste. On  peut créer la surprise mais, on voudrait rester dans  notre  posture d’outsiders. On ne voudrait pas se mettre la pression de réaliser la prestation de 2008 -2009. On n’a plus les mêmes hommes. Pour  vous  faire  la  confidence on a que deux  joueurs  qui ont déjà  fait cette  compétition, il s’agit de Douada Kamilou et le capitaine Souleymanou Moussa. Les autres y compris moi découvrons la compétition. Nous n’avons pas encore  joué à ce niveau.

Interview réalisée par Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Ligue des Champions : Coton sport face à son destin

28 Avril 2017, 12:53pm

Publié par Hervé Villard

Le tirage au sort de la phase de poule de la ligue des champions réalisé au Caire ce mercredi 26 avril 2017 a révélé  les adversaires de Coton sport de Garoua seul représentant du Cameroun dans cette compétition.

 

La phase de poule de la Ligue africaine des champions ne s’annoncent pas  facile pour Coton sport de Garoua, le seul club camerounais encore en  compétition en coupe  africaine. D’après les informations, le club de la ville de Garoua devra cravacher dur pour se démarquer à cette étape de la déterminante pour la phase finale de la Ligue africaine des champions. Car à l’issue des tirages au sort de la phase de poule, le club de la région du Nord hérite de la  poule D constituée d’Al Ahly du Caire, de Widad athletic club du Maroc, et le Zanaco de Zambie. Des adversaires pas du tout faciles à manœuvrer. Il va  falloir à l’équipe que dirige désormais l’entraîneur  de l’équipe  nationale de football féminin des moins de 17 ans Minkréo  Birwe, beaucoup d’effort et  d’abnégation pour  sortir  parmi les  meilleures dans cette poule.

Pour le coach Monthé entraîneur de Pwd de Bamenda club de ligue 2,  c’est  une  mission périlleuse pour le représentant camerounais. «Je pense que nous  pouvons  souhaiter  une  bonne  chance à notre  équipe Coton sport de Garoua. Mais du point de vue objectif, notre équipe est mal barrée parce que les équipes magrébines sont des  équipes très  expérimentées avec  des gros budgets  et un   championnat  largement au dessus de la  notre. Quand  vous  regardez  un peu  le traitement salarial et contractuel au niveau d’Al Alhy ou de Raja de Casablanca, c’est nettement au dessus du championnat camerounais.  S’agissant de  l’équipe  zambienne,  je  pense que  c’est  là  où  Coton sport  peu  un peu s’exprimer parce que la Zambie n’est  pas  trop au dessus  de nous. Techniquement, ce sont des joueurs trop rapides et mieux organisés que nous», affirme-t-il.

 D’après celui qui pense que l’exploit de Coton Sport de Garoua dans cette  poule va relever de l’extraordinaire, l’équipe  actuel de Coton  ne  fait pas  rêver. Car, elle  n’a les ni les joueurs ni les performances des années 2008-2009. «Avec tout ce qui s’est passé au sein de cette équipe comme réajustement structurel au courant de cette année ne peut pas faire d’elle  une  machine de  guerre. Coton a réussit  l’exploit de se qualifier pour les  phases  de  poule. Mais  quand  vous  regarder l’équipe  d’aujourd’hui, elle  n’a rien de coton il y a  8 ou  10 ans. Pour  moi  c’est  l’équipe  la moins  favorite. En tant que  Camerounais on  lui  souhaite  bonne  chance, mais  avec  l’œil d’un technicien, il faut dire que Coton  n’a plus de joueurs de cran. Coton ne fait plus peur. Avant elle gagnait à domicile et à  l’extérieur. Mais aujourd’hui,  ce n’est plus ça. Ce n’est plus cette  grosse machine avec de gros  budget.  L’équipe peine à asseoir son autorité  dans  le  championnat », rajoute  le coach Monthé .

Espoir

Si  d’après  le tirage au sors, le sort de l’équipe du Nord Semble scellé, il y a quand même des raisons d’espérer. Car, en football la balle est ronde  et l’équipe  camerounaise peut créer la surprise. « On a vu  l’équipe  nationale du Cameroun  dont  nul ne  vendait la  peau cher en coupe  d’Afrique des nations Gabon 2017 remporter  le tournoi, Coton peut faire sensation on ne sait jamais», affirme  très stoïque un  joueur de  l’équipe  sous anonymat. Ce dernier  pense d’ailleurs qu’ils ont leur chance à jouer et ils  le joueront sur le terrain.  Comme son entraîneur Minkréo  Birwe,  «le statut d’outsiders de Coton sport sera un atout  pour  nous », déclare ce dernier.  Lors du tirage au sors, le club de la région du Nord était logé dans le pot 3 en position D3. La phase de groupe débute le 12 mai 2017 prochain.

Hervé Villard Njiélé

Résultats complets du tirage

Groupe A : Etoile du Sahel, El Hilal, El Merreick, Ferroviaro Beira

Groupe B : Zamalek, USM Alger, Ahli Tripoli, Caps United

Groupe C : Mamelodi Sundowns, Esperance de Tunis, AS Vita, Saint-George

Groupe D : Al Ahly, Wydad Athletic Club, Coton Sport,  Zanaco

Voir les commentaires

 Itw:Camille Njoh Ekitti:« Il y a des modifications qui doivent être faites à cause de cette délocalisation du site »

28 Avril 2017, 12:04pm

Publié par Hervé Villard

Secrétaire générale de la fédération camerounaise de basketball, Camille Njoh Ekitti se prononce sur la délocalisation du pays d’accueil de l’Afrobasket 2017. Dans une interview accordée à La Nouvelle expression, il revient sur les conséquences de cette délocalisation sur le programme de l’équipe nationale de basketball masculin.

 

 La Fiba Afrique a décidé  de faire jouer l’Afrobasket 2017 plutôt en Angola qu’au Congo Brazzaville où c’était prévu. Comment  appréciez-vous  cette  information.

C’est avec beaucoup d’appréhension que nous avons accueilli cette délocalisation. Le Congo étant voisin au Cameroun, il y a un plan de travail qui avait déjà été établi après une discussion entre le staff technique et les membres de la fédération. Un plan de travail qui prenait en compte un certain nombre de choses donc le climat, la proximité avec le pays, certains sites d’hébergement et d’entrainement. Ces sites prenaient aussi en compte la présence des supporters. Maintenant le changement est en train de nous faire  changer le cap.

Quelles sont les changements que cette délocalisation va entrainer dans la préparation de  l’équipe du Cameroun ?

 Il y a  des modifications qui doivent être faites à cause de cette  délocalisation du site. Ce qui n’est que normale. Il y a des  modifications liées  au climat. Parce que le climat qu’il fait  au Congo était  un climat proche de celui du Cameroun. Maintenant, il faut commencer à réfléchir sur le climat qu’il fait en Angola à partir du  mois d’aout et réfléchir sur les stratégies d’acclimatation. Il y a certains  éléments du  programme comme le tournoi de Chine qui ne change pas. Mais, le gros du programme a véritablement changé. Parce qu’il faut que l’équipe puisse véritablement se préparer pour  être au top durant la compétition.

On caressait le rêve de remporter cette compétition organisé en Afrique centrale. Est ce qu’il faut craindre pour le Cameroun avec cette  délocalisation ?

 Il ne faut pas craindre seulement pour l’équipe nationale du Cameroun. La  crainte c’est pour  toutes  les équipes nationales qui  prennent part à cette compétition. Nous venons d’apprendre que  depuis quinze ans, l’équipe nationale d’Angola n’a pas perdu le moindre  match de basketball à domicile. Mais je rappelle qu’en 2007 nous avons failli battre l’équipe nationale d’Angola à Luanda. Donc, je  crois que nous avons encore notre chance dans cette compétition. Surtout que notre entraineur nationale de basketball  évolue du  coté  de l’Angola. Il est l’entraîneur de Petro Athletico de Luanda une  équipe de basketball d’Angola. Donc, nous ne serons pas complètement dépaysés en Angola.

 La fédération camerounaise de basketball connait des problèmes financiers. Cette délocalisation ne vient-elle pas aggraver la  situation?

 Le budget de l’Afrobasket 2017 a déjà été arrêté et soumis aux autorités publiques. La modification du site et des dates ne nous amènent pas à modifier toute l’ossature du budget. Il est  question ici, de modifier seulement quelques dates et programmes de stage tout en respectant le budget qui a préalablement été  établi.

 Le Cameroun s’est qualifié haut la main lors des éliminatoires de l’afro basket zone 4. Est-ce que cette prestation augure  une  bonne  compétition en Angola ?

Le Cameroun est le leader en matière de basketball en Afrique centrale  depuis  plusieurs  années déjà. Nous  ne souffrons plus de problème de qualification à ce jour. Maintenant pour ce qui est de l’Afrobasket, le Cameroun est toujours attendu. Depuis au moins six compétitions successives, nous sommes attendus malgré le fait que les résultats ne suivent pas toujours. Nous espérons que tous nos joueurs évoluant en Nba aux  Etats  Unis  seront  là. En dehors de Joël Embid qui est blessé, nous croyons que tous nos joueurs  professionnels évoluant du coté de l’Europe seront présents. On espère qu’ils seront tous en  jambe  pour  permettre au Cameroun de bien  se  comporter dans  ce tournoi.

A quelques  mois  du début de la compétition, quelle est  l’actualité au sein de la fédération camerounaise de basketball ?
 Nos compétitions continuent de se dérouler. Il y a dix  jours, nous  étions du coté de Buea pour le  2ème  regroupement senior messieurs. Dans quelques jours nous seront du coté de Bafoussam pour le troisième regroupement de cette compétition d‘ici le mois de mai. Ensuite  viendra  le final 4 et le championnat national au mois de juin.

Interview réalisée par Hervé Villard Njiélé


 

 

 

Voir les commentaires

Afro Basket 2017: La  délocalisation influe sur la préparation des équipes

28 Avril 2017, 11:54am

Publié par Hervé Villard

En plus du Cameroun qui doit  revoir certaines  lignes de son budget  et son programme de préparation, les autres pays prenant part à cette compétition sont obligés de revoir leur  chronogramme de préparation.

La nouvelle est tombée il y a quelques jours comme un couperet. L’afrobasket 2017 prévu se au Congo Brazzaville se tiendra plutôt en Angola du 19 au le 30 aout 2017. Selon la  Fédération internationale de Basketball zone Afrique (Fiba) qui a rendu public cette information, le Pays de Sazou Nguesso n’est pas prêt pour accueillir la compétition. C’est pourquoi ils ont décidé pour la réussite du seul tournoi majeur de promotion du basketball  masculin en Afrique de l’organiser en Angola. Le choix de l'Angola est intervenu après une réunion tenue vendredi à Bamako entre la Fédération Angolaise de Basketball et l’Exécutif de Fiba Afrique

 Selon Alexie Siewe  Expert Fiba qui soutien cette délocalisation, après l’organisation des  jeux africain, organisation qui nécessite la mise sur pied de moyens  colossaux,  la République  démocratique du Congo n’était plus à même de supporter l’organisation d’une aussi  importante compétition comme l’Afrobasket 2017. Pis encore, après les élections  présidentielles ayant mobilisé une très grande énergie chez tous les Congolais, le pays ne pouvait pas supporter  l’organisation de la plus belle compétition africaine de basketball. «On a  confié  l’organisation à l’Angola  parce que  le pays  a une  grosse  expérience. Elle est une  nation de basketball. Car a remporté la coupe d’Afrique à plusieurs reprises. Elle a des infrastructures sportives. Avant de lui confier l’organisation de l’Afrobasket 2017, la Fiba s’est rassuré que toutes les conditions sont réunies. Il n’ya  pas des  raisons de  s’inquiéter », rassure Alexis  Siewe  Expert  à la  Fédération Internationale de Basketball pour l’Afrique.

 Perturbation

Si la délocalisation de cette compétition arrange les a affaires de l’instance faitière du Basketball africain qui pense d’abord à sauver la tenue du tournoi, il faut dire que cette  décision  a  des conséquences sur  les  seize équipes  prenant  part à cette compétition.  Car en plus de revoir à la hausse leur  budget, les différentes  fédérations doivent revoir  les lieux de  préparation de cette compétition. «Il y a des modifications qui doivent être faites à cause de cette délocalisation de site. Ce qui n’est que normale. Il y a des modifications liées au climat. Parce que le climat qu’il fait au Congo était un climat proche de celui du Cameroun. Maintenant, il faut commencer à réfléchir sur le climat qu’il fait en Angola à partir du mois d’aout et réfléchir sur les stratégies d’acclimatation», déclare Camille Njoh Ekitti le secrétaire  générale de la fédération camerounaise de basketball. Mieux encore, ajoute le Camerounais, il faudra revoir quelques lignes du budget de la compétition et choisir les sites pour les  équipes. «Certains sites d’hébergement et d’entrainement avaient été choisis Ces sites prenaient aussi en compte la présence des supporters. Maintenant le changement est en train de nous faire changer le cap », ajoute-t-il.

 D’après Alexis Siewe qui minimise ses perturbations, le Congo et l’Angola  sont des  pays  voisins et dans le même pays règne le même climat. « Le seul problème c’est la  réactualisation du programme de préparation des équipes », relativise l’expert Fiba et  consultant International. «Si tous les pays se préparent bien ils auront les chances de gagner », affirme ce dernier. L’Angola qui l’accueille la compétition l’organise pour la quatrième fois après  les éditions de  1989, 1999 et 2007.

Parmi les 16équipes qualifiés pour ce tournoi se recrutent le Nigéria, champion en titre, l'Angola, le Maroc, la Tunisie, le Mali, le Sénégal, la Côte d'Ivoire, le Cameroun, la République démocratique du Congo, l'Égypte, l'Ouganda, le Mozambique et l'Afrique du Sud, qui ont tous validé leurs tickets suite aux éliminatoires du FIBA AfroBasket  2017 tandis que la Guinée et le Rwanda ont reçu chacun une wild card.

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Ligue 1 :Coton Sport  accroche Astres à Douala

28 Avril 2017, 11:48am

Publié par Hervé Villard

En match  avancé de la 12ème journée de Ligue1 les  deux  équipes  se sont séparés sur  un score nul d’un but partout.

 

Les  Astres de Douala ont été ténus en échec  sur leurs propres installations ce jeudi 27 avril 2017 par  l’équipe de Coton sport de Garoua (1-1). Croisant le fer  avec  l’équipe de le région du Nord pas  très  en forme depuis  le  début du championnat, les brésiliens de Bépanda  croyait arracher la victoire  qui les fuit depuis  plusieurs journées . Malheureusement  pour eux, ils n’ont pas pu faire  mieux  qu’un match nul (1-1). Car l’équipe  de Coton sport de  Garoua présente dans le Sud Cameroun depuis plusieurs semaines, n’est pas  venu en victime  résignée. En mal de performance  dans  ce  championnat  depuis  le début de saison, elle avait aussi envie de se relancer. Ce qui a  compliqué  la tâche aux poulains de Charlemagne Mbongo qui ont arraché in extremis le point du match nul (1-1).

Dès  l’entame  de cette rencontre, Coton sport de Garoua  qui n’a pas  digéré le nul(2-2) devant  New-stars de Douala  lors de la 11ème  journée veut  faire d’une  bouchée son adversaire du  jour. Malgré  sa  large domination,  celui-ci ne  trouve malheureusement pas  le chemin des buts. Ses  nombreuses occasions  sont mal exploitées  par une  ligne offensive peu expérimentée. Les attaquants buttent aussi  sur un portier des Astres  des grands  jours.  C’est sur un score  de zéro but partout que les  deux  équipes  vont à la mi-temps.

 A la reprise, Coton sport de Garoua continue  sa domination et trouve finalement la faille. Sur une  bonne phase de jeu bien  menée, Allafi Mayakamon ouvre  la marque pour Coton sport de Garoua (1-0) 48ème minute. Dix  minutes  après  l’ouverture du score il passe à coté du second but. Servi dans le dos de la défense des Astres de Douala, son  lobe n’est pas cadré. Coton sport domine la rencontre mais  ne trouve pas la faille pour le second  but.

Avec  les entrées de Barka Mahamat  à la place d’Ernest Nsombo et Maxim Matiara à la place de Simo,  Les Astres  de Douala vont revenir à la marque. Sur un contre à la 82ème, Matiara sert Barka Mahamat à l’entrée de la surface, sa frappe croisée à ras du sol bat le gardien Ibrahima.  Le  club de  Douala va manquer  dans les ultimes minutes, d’inscrire  le second  but. La frappe de Didier Yimga sera stoppée de justesse par  le portier Ibrahima. Avec ce nul, Astres enchaine un 7ème match sans succès et totalise désormais 13 points tandis que Coton Sport 16 points.

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Logement sociaux de Banga Bakoko:Jean Claude Bwentchou prescrit certains réajustements

28 Avril 2017, 11:00am

Publié par Hervé Villard

En plus de la construction de la clôture de l’école qu’il y a au sein des logements sociaux  de Banga  Bakoko, le ministre du Développement Urbain et de l’Habitat qui a visité le site ce jeudi 27 avril 2017 a demandé à l’entreprise chinoise réalisant les travaux de revoir la finition des portes.

 

Toucher du doigt l’état des travaux en cours dans la ville de Douala et donner quitus à la Commission technique de procéder à une réception provisoire des ouvrages.Se rendre compte de l’évidence de la réalisation des 20.5km de route construites à hauteur de 19 milliards francs cfa par des petites et moyennes entreprises camerounaises dans la ville de Douala. Voilà  présenter les objectifs de la visite de travail de la délégation  ministérielle  que  conduisait Jean Claude Bwentchou, le ministre du développement urbain et de l’habitat dans la ville de Douala.

Accompagné d’une longue délégation ministérielle au  rang des quels Jacqueline Nkoung A Bessike le ministre du Cadastre et des Affaires foncières, le gouverneur de la région du Littoral, le délégué du gouvernement au près de la Communauté  urbaine de Douala pour ne citer que ceux-ci, Jean Claude Bwentchou s’est rendu à Banga Bakoko sur le site des logements sociaux de la ville de Douala. Après avoir fait le tour du propriétaire et apprécié à sa juste valeur les 660 logements achevés ici, il n’a  pas caché sa satisfaction. 

Seulement, la joie de celui qui a fait de la construction des logements sociaux au Cameroun son cheval de bataille depuis son accession au poste de ministre n’a pas été totale. Car,  il y avait encore des choses à revoir pour que ce projet soit reluisant. Lors du point de presse  qu’il a organisé après la visite, Jean Claude Bwentchou à parlé de la qualité des portes des  différents logements. «Nous voulons dire que  les logements sociaux ont été exécuté  conformément aux règles de l’art. Seulement, la  finition des portes sont  à revoir. Surtout au centre de santé et au niveau de l’école», a déclaré  le ministre. Il a par ailleurs invité l’entreprise chinoise en charge de la construction des dits logements sociaux de revoir cette situation là.

Autres instructions non des moindres, Jean Claude Bwentchou a instruit la construction d’une barrière pour sécuriser l’école qu’il y a dans ce camp de même que la construction des  escaliers à l’arrière de l’école. «Vous n’allez pas demander aux élèves qui veulent aller de l’autre coté de faire le tour de  l’école  pour se retrouver en  arrière. Il  faut construire des  escaliers en arrière de l’école», a instruit le ministre du Développement Urbain et de l’Habitat.

Voirie municipale

Après  le site des logements sociaux de Banga Bakoko, Jean Claude Bwentchou a fait le  tour des différents chantiers en cours dans la ville de Douala. Il est  descendu sur les différents  sites  de  drainages  des eaux usées et de drainages d’eaux fluviales de la capitale économique du Cameroun. Il a visité les travaux de réhabilitation de 20.5km de route dans la ville de Douala. Au sujet de ce projet qui a coûté 19 milliards et qui a été réalisé par trois petites et moyennes entreprises camerounaises, celui-ci a félicité les autorités de la ville de Douala pour la qualité des travaux  réalisés et surtout pour le suivi fait. Car, «c’est  tout  cela qui a facilité la bonne réalisation de ces travaux. Il a profité de l’occasion pour féliciter les  entreprises Mag, Bung, Hab», réalisatrice des  dits  travaux.

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Elections présidentielles françaises: Vers une élection  de Macron au second tour

23 Avril 2017, 20:40pm

Publié par Hervé Villard

 

 

Immédiatement après la publication des résultats du premier tour des élections  présidentielles françaises, les différents candidats déchus invitent déjà leurs électeurs à voter  pour Macron au second  tour.

 

Le  futur président de la République française

 

Emmanuel Macron qui totalise 23,7% de vote et Marine Le Pen 21,7 sont  les deux candidats  qui s'affronteront au second tour des élections présidentielles française  le  7 mai 2017 prochain.

Selon les résultats du premier tour des élections présidentielles françaises de 2017 rendues  publics ce 23 avril,  ces deux candidats ont fini en tête du classement et s’affronteront donc au second tour. Ils ont devancé les  autres 9 candidats en lice pour le siège de  l’Elysées. A savoir François Fillon et Jean-Luc Mélenchon qui sont pour l'instant donnés à égalité (19,5%), Benoît Hamon qui totalise 6,2% des voix, François Asselineau, Jean Lassalle, Jacques Cheminade, Philippe Poutou, Nathalie Arthaud, Nicolas Dupont-Aignan.

Emmanuel Macron plébicité

Seulement immédiatement après la publication des résultats de ce premier tour ce 23 avril 2017, des appels au soutien de la candidature de Emmanuel Macron  n’ont pas tardé à se faire entendre.  C’est voix ne sont pas venus du Camp de Macron comme on pouvait s’y attendre.  Ce sont les adversaires d’Emmanuel Marcron au premier tour qui se sont mués en ses partisans immédiatement après leur disqualification. Comme si il y avait un accord tacite qu’ils ont passé.

C’est d’abord Benoit Hamon qui a commencé l’appel  au soutien de Macron. Après avoir remercié ses électeurs, il a immédiatement demandé à ces derniers de voter  pour Emmanuel Macron au second tour « Je fais une distinction entre un adversaire politique et une ennemie de la République. L'heure est grave, rassembler", face à "la gravité du moment." J'appelle donc à battre le Front national en votant pour Emmanuel Macron second  tour, même si celui-ci n'appartient pas à la gauche et n'a pas vocation à la représenter demain », a-t-il déclaré.

Le jeune candidat aux élections présidentielles françaises qui n’a que 39 ans à tour à tour reçu  les soutiens de François Fillon, Jean-Pierre Raffarin et Christian Estrosi. Tous ont également appelé à voter pour l’ancien  ministre  français.

 Dans la même logique  Laurent Wauquiez, vice-président du parti Les Républicains,  Bernard Cazeneuve, l'ancien Premier ministre Manuel Valls tous ont appelé à voter Emmanuel Macron  durant le  second tour.

 Les appels au vote pour Macron donnent l’impression que les dés sont déjà pipés. Et que  l’issue des élections est déjà connue. D’ailleurs on n’est pas loin de vivre un second tour similaire à celui qu’il y a eu entre Sarkozy et Ségolène Royale en 2007. Second  tour  qui avait vu  l’élection de Michael Sarkozy comme président de la France.

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Breaking News :  Internet  rétabli dans les régions anglophones du Cameroun

20 Avril 2017, 21:05pm

Publié par Hervé Villard

 

 Selon les instructions du président de la république, la  connexion internet coupée dans les régions du Sud-ouest et du Nord Ouest depuis l’avènement de la crise anglophone a été rétabli ce 20 avril 2017. 

 

Serges  Tchagoué enseignant d’histoire et géographie  au Lycée Classique de Bamenda est  tout  heureux. Informé de la  nouvelle  du retour d’internet dans les  régions du Nord- Ouest et du Sud Ouest du Cameroun, il n’a pas pu cacher sa joie. Car, cela va lui  permettre de  recontacter  ses amis et de  communiquer avec  eux  via  internet sans  le moindre souci. Pour cet  enseignant du secondaire qui reconnait  que vivre sans la connexion internet était vraiment difficile pour lui. « Il était vraiment difficile de s’informer. En dehors de la télé et de la radio, tous les autres moyens de communication  ne  fonctionnaient pas. Je lisais même plus  les  journaux en ligne. Même ton  blog  je ne  lisais plus. J’étais  presque  coupé de toute  l’actualité. J’avais l’impression qu’on vivait dans  un  autre  monde. Je suis  vraiment heureux  pour cette  nouvelle »,  déclare-t-il  en propageant  la  nouvelle à tout son  voisinage.

Celui qui  court  brancher  son ordinateur pour s’assurer de  l’effectivité  du retour d’internet dans  la ville de Bamenda  et la  région du Nord-Ouest déclare que plusieurs  annonces  similaires avaient été  faites  par le passé et par la suite  elle s’étaient avérées fausses.

 Non loin de lui Fréderic  Takang correspondant de la radio Broascasting corporation (BBC) et du  journal La Nouvelle Expression  dans  la région du Nord-Ouest est  heureux.  Celui qui  faisait parvenir des  informations à  la rédaction centrale de La  Nouvelle Expression via  les  SMS  peut désormais  écrire ses articles  sans avoir besoin de  l’assistance d’un des journalistes de la rédaction centrale.

  Comme ces deux habitants de  la région du Nord  Ouest, ce sont les  habitants des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest  qui sont  heureux  du retour de l’internet.  Pour ces  dernières  la  décision de rétablir internet est similaire à cette pluie qu’attendent  impatiemment les  cultivateurs pour  commencer  les  semis.

 «On n’était  au chômage. On avait  fermé  tous  nos cybers café. Maintenant, on peur recommencer  à travailler», déclare John Tambe. Pour les nombreux  start Uper de la région, c’est  une satisfaction totale. « J’ai abandonné mes  travaux  depuis trois  mois  à cause de la  coupure de l’internet. J’étais  obligé souvent d’aller à Douala pour poursuivre  mes  travaux. Maintenant  je vais  le faire à partir de chez moi », clame tout heureux  un autre jeune.  Pour  Kuffor  qui fait  dans  le  commerce en  ligne,   le rétablissement de la  connexion internet  sonne  le glas du retour de ses activités  commerciales .

Décision présidentielle

Parlant de la  décision de reconnecter  les régions du Nord Ouest et Sud-ouest, il faut dire que cette   décision  relève du  président de la  république. D’après le communiqué signé du ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary et lu au journal parlé de 17h du poste  nationale ce 20 avril 2017, le président de la République instruit le ministre des Postes de Télécommunication Minette Libom Li Likeng, de « demander aux opérateurs de téléphonie mobile, de rétablir les connexions internet dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest ».  Ce retour d’internet dans  ces  régions du  pays vient mettre fin à la plus longue période de suspension d’internet dans  un pays  africain.

.Certains pensent que  le président de la république  par cette  décision vient de ceder à la  pression du secrétaire  général de l’Onu François Louncény Fall. Dans un communiqué rendu public le 13 avril 2017, le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU pour l’Afrique centrale, François Louncény Fall, avait exhorté les autorités camerounaises à examiner avec diligence les difficultés des populations et des entrepreneurs des régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, privés d’Internet depuis mi-janvier 2017. «C’est une situation déplorable. Mais je suis persuadé que cet important outil de développement, de communication et d’épanouissement collectif sera progressivement rétabli sur l’ensemble du territoire camerounais », avait-t-il indiqué avant de quitter le Cameroun le 13 avril au terme d’une visite officielle de quatre jours.

Hervé Villard Njiélé

.

 

Voir les commentaires

Affaire d'escroquerie: Serges Branco dans la nasse de la police

12 Avril 2017, 10:52am

Publié par Hervé Villard

Arrêté lundi dernier par la police judiciaire, alors qu’il devait  participer à l’émission 100% foot à la  télévision  équinoxe, le manager général de Bamboutos de Mbouda est encore gardé à la  direction de la police judicaire de Bonanjo.

 Serges Branco Namekong le manager de Bamboutos de Mbouda  dans  les filets de la police

Serges Branco Namekong le manager de Bamboutos de Mbouda dans les filets de la police

Serges Branco Namekong le manager général de Bamboutos de Mbouda a passé sa  deuxième  nuit dans les geôles de la direction régionale de la police  judiciaire du Littoral ce mardi 11 avril 2017. Au moment où La Nouvelle Expression allait sous presse, il y était encore. Et ce malgré les nombreuses négociations entreprises par son conseil.

Selon des informations des éléments de la direction de la police  judiciaire de Bonanjo,  c’est  le procureur de la république qui a demandé qu’on le garde encore. «Je ne sais  pour combien de temps. Nous ne sommes que des exécutants », commente cet officier de police joint au téléphone. Au sujet du jour où de la date de sa libération, aucune information ne filtre. «Seul le procureur qui nous a mandatés de l’arrêter et de l’entendre peut juger de l’opportunité de sa libération ou non. C’est notre patron et nous on ne  fait que  notre  travail», ajoute un  autre commissaire rencontré  par La Nouvelle Expression.

Arrêté le lundi 10 avril 2017 aux environs de 21h par les agents de la direction de la police judiciaire du Littoral, il a été conduit de force  dans  les  geôles de ce commissariat. L’ancien Lion Indomptable du Cameroun a été  arrêté manu militari au moment où, il se rendait à Equinoxe télévision pour participer à l’émission 100% foot. Après avoir été entendu sur  procès verbal, le champion Olympique de Sydney 2000 n’a pas  été  libéré comme beaucoup  le pensait

Escroquerie et détournement de fonds

 Selon des informations en provenance  de la direction de la police judiciaire il est  reproché  à Serges Branco Namekong manager général de Bamboutos de Mbouda, les faits d’escroquerie et de détournement des  fonds alloués à la gestion du club des départements des Bamboutos. «C’est le club qui a porté  plainte par l’intermédiaire de son avocat. Il est reproché  à serges  Branco, d’avoir perçu de l’argent aux élites  du village qu’il n’a pas reversé dans les caisses du club. Et surtout d’avoir créé un compte personnel à Mupeci pour garder l’argent du club sans l’aval du conseil d’administration», fait savoir une source proche du dossier. Celui-ci laisse par ailleurs entendre que la plainte contre l’ancien Lions Indomptable est pendante  dans leur bureau depuis un mois. Et que c’est après avoir servi trois convocations à l’ancien footballeur international camerounais sans réaction, qu’un mandat d’emmener a été signé par le procureur de la république pour  l’entendre de force.

D’après Serges Branco qui balaie toutes ses accusations de la main, le Pca de Bamboutos  de Mbouda Justin Tagouh est derrière cette manœuvre .D’après ce dernier, ce n’est pas la  première fois que la police le menace. «On a tenté de m’arrêter plusieurs fois à Mbouda. Mais, les populations se sont interposées. Je suis venu normaliser la gestion de Bamboutos de Mbouda. C’est pour cela que je me bats. Si ça ne dépendait que de moi, je serai rentré en Allemagne. J’ai abandonné ma famille et mes  cinq enfants là-bas»,clame l’ancien  international camerounais qui se dit prêt à tout sacrifier pour l’organisation du club Bamboutos de Mbouda. Bien avant son interpellation, il avait dénoncé à gorge  déployé sur son mur facebook la mauvaise gestion de l’actuel Pca du club de Mbouda.  En attendant de voir claire  dans  cette histoire, le feuilleton  n’est pas  près de s’arrêter.

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires