Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Insécurité à l’Est: Le maire de Laddo et les 15 autres otages oubliés

31 Août 2015, 20:33pm

Publié par Hervé Villard

Insécurité à l’Est

Le maire de Laddo et les 15 autres otages oubliés

Quatre mois après leur enlèvement, aucune information ne circule sur leur situation

 

Emotion, stupeur et angoisse sont les différents sentiments qui animent les différents proches des seize otages camerounais enlevés dans la région de l’Est Cameroun le 19 mars 2015 dernier. Depuis que ce rapt a été commis, les parents des victimes, les proches de la famille, les amis et connaissances des différents otages sont dans l’angoisse totale.  Quatre mois après  ce rapt, ces derniers ne savent plus quoi faire surtout qu’aucune information ne filtre sur l’état de santé de ces otages. Ils sont partagés par l’angoisse et la tristesse «Depuis leur enlèvement, on ne sait effectivement pas s’ils sont vivants ou morts. D’où cette inquiétude qui gagne les différentes familles», déclare un habitant de cette partie du Cameroun.

Lagdo, sentiment mitigé

Si  l’inquiétude est toujours au goût du jour dans cette région du Cameroun à cause de cet enlèvement, l’émotion n’est plus forte dans l’arrondissement de Lagdo comme au début. Sans leur maire depuis quatre mois exactement, les populations commencent déjà à s’adapter à cette situation là. Des gens commencent  déjà à penser que  le maire et les otages ne seront plus retrouvés vivant.  Surtout qu’aucune information sur leur situation ne filtre. C’est un silence totale de tous les cotés. S’il est vrai que l’absence du maire a presque paralysé les activités dans ses services depuis près de quatre mois,  la gestion de la mairie a déjà été confiée à un intérimaire. «Plusieurs activités sont bloquées depuis l’absence du maire.  Seulement, on ne peut pas aussi resté sans rien faire. Il faut que la mairie vive. Même si on a espoir que  le maire sera retrouvé vivant, on ne peut pas tout bloquer pour l’attendre», déclare  un employé de la mairie de Lagdo,  qui reconnait que  c’est tout le personnel de la mairie qui est angoissé depuis le 19 mars 2015, date à laquelle le rapt a été commis.

Puisque,  en plus de Mama Abakaï, le maire kidnappé, parmi les otages se comptent aussi Sylvie Djenang conseiller municipal à la commune de Lagdo, Jacqueline Nene, présidente de la section Rdpc de Lagdo Sud 2 et autres personnalités importantes dans cet arrondissement. Les proches du maire et plusieurs autres ressortissants de cette unité administrative se comptent aussi  parmi  ces otages. «C’est plusieurs familles qui sont ainsi éplorées depuis la commission de ce rapt. C’est la confusion et la tristesse totale», précise une source joint au téléphone par La Nouvelle Expression. «Nous ne savons pas le sort réservé à notre Maire et les autres parents partis de Lagdo pour l’Est. On prie tous les jours pour qu’ils soient bien traités et qu’on ne les tue pas», indique David, agent de la commune de Lagdo.

La recherche se poursuit

Depuis cette prise d’otage qui n’est pas le premier dans la région de l’Est Cameroun, réputée pour son insécurité, les autorités administratives et sécuritaires multiplient des réunions stratégiques pour libérer les otages. C’est toute la région qui est mobilisée.  Les réunions se multiplient pour redéployer les troupes, organiser la battue et retrouver ces otages. «La police, la gendarmerie et les autres éléments des forces de l’ordre travaillent main dans la main pour retrouver sains et saufs tous les otages. Vous savez que l’armée ne parle pas, cela ne signifie pas qu’elle ne travaille pas. Dès qu’il y aura des résultats, la presse sera informée», déclare une source sécuritaire dans cette partie du pays. Mais en attendant, on est toujours sans nouvelle de ces 16 otages.

Le rapt

 Enlevé par les gangsters depuis le 19 mars 2015 dernier le maire de Lagdo et  ces autres victimes qui rentraient d’un deuil, étaient à bord des bus de l’agence «Lux Voyage» à environ 11 km de Garoua-Boulai, ville de région de l’Est Cameroun. Leur bus est tombé dans une embuscade tendue par des hommes  lourdement armés.

Selon le convoyeur de l’agence Lux Voyage qui les conduisait, le bus a été braqué et vidé de ses passagers «Ils ont pointé des fusils sur nous et ont demandé que tout le monde descende du bus. Quand nous sommes descendus, ils ont amené les passagers dans la brousse et ils nous ont demandé de partir avec notre bus», expliquait le convoyeur à la gendarmerie après le forfait. D’après celui-ci, les kidnappeurs, vu le français qu’ils parlaient, ne seraient pas des Camerounais. « Certainement des rebelles Centrafricains », pense-t-il.

Hervé Villard Njiélé

 

La liste des otages enlevés à Gbabio, dans la nuit du 19 au 20 mars Source: Cameroon Tribune du 23 mars 2015

 

1- Mama Abakaï, maire de Lagdo

2- Jacqueline Nene, présidente de la section RDPC Lagdo Sud 2

3- Dama, Infirmière et présidente du réseau des femmes

4- Sylvie Djenam, Conseiller municipal à la commune de Lagdo

5- Odile Tchambia, opérateur économique

6- Oumarou Sadou, chef traditionnel de 3e degré

7- Alidou Abba, chef traditionnel de 3e degré

8- Danda, chef traditionnel

9- Alhadji Oumarou Liman, commerçant

10- Alhadji Souaïbou, commerçant

11- Ibrahim, commerçant

12- Aboubakar Abdoulaye, commerçant

13- Hamadou, chauffeur

14- Inoussa Malkaba, membre du comité local de vigilance

15- Robert Ndinga, membre du comité de vigilance

16- La seizième personne est le convoyeur qui n'a pu être identifié.

 

Voir les commentaires

Mariage collectif: 51 couples unis à Bonabéri

31 Août 2015, 20:31pm

Publié par Hervé Villard

Ils se sont mariés ce samedi 6 décembre 2014 à l’occasion de la cérémonie de mariage collectif organisé au centre d’Etat civil de Ngwele.

 

 

La tradition a une fois de plus été respectée au centre d’état civil secondaire de Ngwele. Ce samedi 6 décembre 2014, Robert Ndafeut l’officiel d’Etat civil, maitre des céans a unis de nouveaux couples. Cinquante un au total, ces hommes et femmes qui vivent en concubinage depuis plusieurs années ont manifesté de manière officielle leur désir de vivre ensemble jusqu’à la fin de leur vie.

Au centre d’Etat civil de Ngwele qui a servi de cadre à  cette cérémonie, c’est une ambiance des grands jours. Le centre d’état civil est bondé de monde. Pas moyen de se déplacer sans bousculer des gens. Car, parents enfants amis et connaissances des différents couples se sont massivement déportés ici. Il était question pour eux, de vivre en direct ces moments importants de l’histoire de la vie de leur fils et de leurs filles.

Prenant la parole pendant cette cérémonie, le délégué de la Promotion de la femme et de la Famille de l’arrondissement de Douala 4ème a félicité l’officier d’Etat civil de Ngwele pour cette initiative avant de rappeler le contexte dans lequel cela se tient.

D’après  madame Kenfak, la célébration des mariages collectifs en vigueur au Cameroun est une initiative du gouvernement de la république et du ministère de la promotion de la Femme et de la Famille. Elle a pour objectif de promouvoir l’essor de l’unité familiale légalement établie par l’Union des personnes vivant en concubinage depuis de longue année gage de la paix et de la cohésion sociale. Favoriser  la légitimation des enfants  naturels nés hors mariage, renforçant ainsi  leur intégration et leur protection sociale. La célébration des mariages collectifs   apprend- on permet aussi au couple démunis qui hésitent encore de convoler en noce  faute de moyens financiers liés aux charges d’un tel évènement, à accéder au statut  de mariés car, la célébration est gratuite.

En unissant les cinquante couples de l’année 2014 ; Robert Ndafeut leur a prescrit amour persévérance et surtout complicité. «Car, le mariage n’est pas toujours  un long fleuve tranquille», a rappelé le maire.  Comme d’habitude, des prix ont été remis au couples le plus vieux couple et au plus jeune couple. Les couples Teadjo et Sikod successivement âgés de 54ans et 52ans et 24 et 23ans ont arraché les prix mis en jeu.

L’officier d’Etat civil de Ngwele a profité de l’occasion pour remettre  un carton de savon et des palettes d’eau à quinze couples unis l’année dernier qui ont fait des jumeaux.

 

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Grace Decca rend grâce à Dieu

31 Août 2015, 20:22pm

Publié par Hervé Villard

Le dernier album de la sœur cadette de Ben Decca est une série de louanges et de remerciement au Dieu tout puissant.

Les hommes de médias invités à la conférence de presse de présentation du nouvel album de Grâce Decca ont tous été surpris du nouveau ton musical que vient d’adopter la diva de la musique camerounaise, reconnue  parmi les meilleurs voies féminines du Makossa. Alors que tous  les fans de l’auteur de l’album «Donne-moi un peu d’amour» sorti en 2001 s’attendaient à un album similaire plein de sensualité et d’amour, Grâce Decca qui déclare être née dans une famille chrétienne vient de faire un virage à 90°.  ‘’Muna’’ Son nouvel album, présenté aux hommes de médias le 5 décembre 2014 dernier  à Douala est une louange, une adoration. «C’est une manière pour moi de dire merci à Dieu pour tout ce qu’il a fait pour moi et continue à le faire », déclare-t-elle toute heureuse.

 

D’après celle qui déclare assumer  le choix de son style musicale et qui dit l’avoir choisi à dessein, il était temps pour elle d’être reconnaissant  à Dieu. Et de lui remettre un peu de  ce qu’il lui a donné. «Dieu est suprême et je suis son instrument. Je fais ce que  la parole de Dieu me recommande de faire. Tous les soucis s’estompent quand tu es avec Dieu. Mon album est un cadeau à Dieu», explique-t-elle à l’assistance stupéfaite.

 

Intitulé « Muna » qui signifie difficultés en langue Douala, le nouveau bébé de Grâce Decca  est un album de 13 titres  dans lequel  l’artiste fait usage de plusieurs langues pour louer Dieu. Les rythmes aussi sont variés. De l’Essewe, un rythme qui lui est familier parce que lui permet de faire sa mise en forme pendant toutes ses prestations scéniques, Grâce pour rendre hommage à «celui qui veille sur elle, sur toute sa famille et le monde entier », convoque pareillement le Makossa, qui l’a révélée au monde entier et plusieurs autres rythmes pour dire merci à Dieu. Bref c’est un mélange de Gospel, de blues, de funk et de jazz.

 

Pour continuer l’œuvre d’évangélisation par la  musique, mission qu’elle vient de s’assigner  Ndom’A Deccah Grâce, de son vrai nom, a pareillement repris des titres à succès des artistes émérites. Il s’agit de  ‘’Imagine’’ de l’anglais Kirt Franklin, ‘’You are my people’’ de George Duke, ‘’You raised me up’’ de Josh Graban. L’artiste a pareillement convoqué des cantiques populaires congolais dans ce nouvel opus pour passer son message d’amour.

 

Pour produire cette musique gospel qu’elle veut différente de celle qui se fait en Afrique, Grâce Decca s’envole aux Etats Unis. La-bas, elle rencontre George Duke, l’arrangeur de cet album. Séduit par cette voie suave et angélique qui vient de l’Afrique et du Cameroun, il accepte d’arranger son album. Avec l’appui des autres musiciens américains de renom tels Sheila E , jeffary osborne, Jonathan Butler, Chino IX, Paul Jackson, Sarah Thomton, Alex Al, Erik Zobbler pour ne citer que ceux-ci, le chef d’œuvre de la diva camerounaise est produite. Le cinquième album de Grace Decca qui a pris plusieurs années pour voir le jour n’est pas totalement différent des autres.

 

 

En dehors de quelques rythmes qui varient et d’avantage les messages ; le timbre vocale de la star de la musique camerounaise reste le même.  Même si l’auteur déclare avoir été «égoïste» pendant la production de cette galette musicale, parce qu’elle a pensé à elle seule et à sa relation personnelle avec Dieu, elle appelle du moins tout le monde à croire en Dieu et à vivre selon sa volonté. Car ; «seul lui peut résoudre tous les problèmes que nous rencontrons dans notre vie quotidienne, dans notre pays ». L’album ‘’Muna’’ est déjà présent sur le marché discographique camerounais.

 

 

Hervé Villard Njiélé

 

 

Voir les commentaires

Ligue1: Le titre fuit Coton sport de Garoua

31 Août 2015, 13:00pm

Publié par Hervé Villard

 Ligue1:  Le titre  fuit Coton sport de Garoua

L’actuel leader de la ligue 1 a été battu (2-1) par News Stars de Douala lors de la 32ème journée de la ligue 1 qui se jouait au stade de la réunification de Bépanda ce dimanche 30 aout 2015

Coton sport de Garoua doit attendre les deux dernières journées du  championnat national de 1ère division pour s’assurer de sa place de Champion du Cameroun. Cette place, elle devra bataillée dur sur le stade pour  la garder. Car, on a l’impression que le titre de champion qui lui colle à la peau depuis plusieurs années déjà est  en train de le fuir. Pour sécuriser  la première  place qu’elle occupe  jusqu’à présent avec 58 points au marquoir, l’équipe de la ville de Garoua devra  marcher sur  Tonnerre de  Yaoundé lors de la 33ème journée et  battre Botafogo à Garoua à la 34ème et  dernière journée. Des rencontres  qui ne s’annoncent pas facile quand on s’est que le suspens reste élevé et les chances d’Union de Douala et New-Stars, ses poursuivants directs au titre intactes. Le club de  la capitale régionale du Nord n’a plus droit à l’erreur s’il veut conserver le titre de champion du Cameroun d’ici la 34ème journée.

 

 En  déplacement à Douala  lors de la 32ème journée de ligue 1 Coton sport de Garoua qui n’avait que deux point de plus (58pts) sur son dauphin Union de Douala (56pts) a été battu par New-Star de Douala  classé 3ème avant le début de cette rencontre avec 53points.  Durant cette rencontre  qui a commencé avec une ouverture de score très rapide de Coton, c’est  New-Star de Douala qui a  finalement remporté la partie (2-1).

 

Bien que mené au score l’équipe du président  Faustin Domkeu qui avait  réduit  ses chances de jouer le titre en concédant à domicile un match nul (2-2) contre le Tonnerre de yaoundé   premier relégable  à la 30ème journée a su remettre les chances de son coté cette fois ci.  L’équipe est revenue au score puis à inscrit vers la fin du match, le second but qui  leur a permis de remporter les trois points mis en jeu. Avec cette victoire saluée à la fois par le président du club, les joueurs et les supporters du stade de la Réunification de Bépanda, New-stars de Douala totalise désormais 56 points et se relance dans la course au titre de champion du Cameroun.

 

Même si New-Stars est à un point de l’Union de Douala, qui raté l’occasion d’occuper la première place du championnat en faisant un match nul (0-0) contre Yong sport Academy de Bamenda lors de cette 32ème journée et à deux longueurs d’onde de Coton sport qu’il vient de battre, ce club doit gagner tous les deux derniers matchs pour garder ces chances. Et surtout compter sur le faux pas d’Union ou de Coton. Dans l’ensemble la défaite de Coton sport de Garoua a remis du suspens dans la course au titre de champion de la ligue 1. Le match nul d’Union de Douala qui allait tirer le bon parti de cette défaite du leader du championnat a choqué les sympathisants de ce club.  Union totalise désormais 57 points et n’est plus qu’à un point du leader coton dont le compteur a été stoppé à 58points. Ces chances sont aussi intactes.

 

Dans le reste  des rencontres de la journée, Botafogo a battu  les Astres de Douala (2-0), Fovu de Bayam a dicté sa loi sur Apejes de Mfou (3-2) pendant que  Cosmos de Bafia battait également Bamboutos de Mbouda (2-1). Lion Blessé de Fotouni en déplacement à Loum  a neutralisé Union des mouvements sportifs de Loum (0-0). Panthère de Bangangté  a eu raison de Tonnerre (3-2) tandis que Unisport du haut-Nkam faisait match nul (2-2) avec canon à Yaoundé.

 

Hervé Villard Njiélé

 

 

 

Voir les commentaires