Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Culture:Sexion d’assaut fait un tabac à Douala

28 Décembre 2011, 21:12pm

Publié par Hervé Villard

 

Culturesexion-dassaut-lecole-des-points-vitaux.jpg

  Sexion d’assaut fait un tabac à Douala

 

Le groupe de rap français attendu avec effervescence au Cameroun satisfait les attentes du public de la capitale économique du Cameroun lors de leur prestation dans la capitale économique du Cameroun.

«J’ai passé un moment vraiment fantastique avec ce groupe ce soir. J’étais venu les voir prester en life parce que  je l’ai écoutait uniquement à travers les vidéogrammes diffusés à la télé. Pour dire vrai, j’ai été satisfait. Je ne regrette pas d’avoir assisté à ce concert. »

Très détendu et enthousiasmé, Christian M, qui reprend encore quelques refrains de «je suis désolé», titre de l’album qui a rendu d’avantage le groupe Sexion d’Assaut célèbre dans le monde entier, ne tari pas d’éloge à l’endroit de ce concert inédit qu’il vient de vivre à la maison de parti de Bonanjo ce  10 novembre 2011.  « C’est le plus meilleur groupe de rap français. Ils chantent bien et ls jeunes adorent leur rythme »

Habillé en tee-shirt barrée du nom du groupe Sexion d’assaut, tee-shirt  qui lui a été offert par un membre du comité d’organisation des concerts du groupe des rappeurs français au Cameroun, d’un Pantalon bleue jeans et d’une casquette portée à l’envers,  Christian M qui aime s’habillé  comme les membre du groupe Sexion d’assaut est bondé d’enthousiasme. A l’entendre, il a passé une saison mémorable de même que ses camarades Yanick, Michel, François et Gauthier qui crient encore d’émotion. Comme eux,  des milliers de personnes qui se sont déplacés pour vivre en live ce concert ont eu pour leur argent. Chacun d’eux est rentrés satisfait tout en demandant qu’on remette ça pour la prochaine fois.  

Coté évènement, quelques couacs ont cependant été observées. Il s’agit  des bousculades au portail pendant l’entrée des fans et le retard accusé au lancement de l’évènement.

 S’agissant du retard, celui-ci a porté un sérieux coup à l’évènement d’autant plus que, las d’attendre, certaines personnes ont du rentré. Prévu pour 16h, c’est à partir de 18h que l’évènement a effectivement commencé avec la monté sur scène des artistes camerounais tels que Tizeu No Name crew, Franky P, le jeune Franco pour ne citer que ceux-ci. Ces artistes  camerounais qui ont animé  la première partie du spectacle ont assuré.

 Pendant leur prestation, ils ont servi au public qui connaissait la plus part de leur  titres un régal.   En utilisant des « mots », le Tizeu et Franco ont dénoncé des maux de notre société. Et Franky P est venu arroser et amplifier l’ambiance avec du « champagne-up ». Le groupe Bouki dance  pour  sa part  a déchaîné une pluie d’applaudissements et d’encouragement  avec  le street dance. Le groupe en a profité pour confirmer sa suprématie en matière de danse dans le Littoral. Ces artistes évoluant dans le hip-hop ont une fois de plus prouvé de part leur prestation que le Cameroun peut désormais compter sur eux. Tout à côté, on a eu droit aux prestations des groupes : Métissage, Sissongho Mc’s.

A  19h15, moment choisit par Black M, le premier membre du groupe Sexion d’Assaut  pour faire son apparition sur le podium, c’est un branle-bas émotionnel total. Les fans retardataires  encore à l’extérieur de l’enceinte de la maison du parti Rdpc de Bonanjo se bousculent pour entrer. Dans la cour, les cris fusent de toute part. Les flashs des appareils photos crépitent à n’en point finir. A l’entame des différentes chansons du groupe, la cour s’est immédiatement transformée en un vaste champ d’artistes. Les voix tonnent. Les refrains sont repris en chœur.  La maison de partie se transforme en un bar dancing.  Bref, l’émotion est à son paroxysme. Sur le podium des titre tels « Casquette en l’envers », « Paris va bien », « Echouer », « Ecole des points vitaux », « Waiting by night », « Désolé » sont les redemandés par les fans qui en raffolent. Petro Dollars, Lefa, Doumans, Black M., Maska, Maître Gims et les autres membres du groupe ont réussi leur pari. Ils  ont servi au public ce qu’il attendait. Beaucoup ont déclaré avoir passé une soirée de rêve et compte renouveler l’initiative si l’occasion se prêtait encore.

 

Hervé Villard Njiélé

 

 

Voir les commentaires

Sanction de Samuel Eto’o Fils:Benoit Ambwa et Jean II Makoun menacent de quitter l’équipe nationale

28 Décembre 2011, 20:57pm

Publié par Hervé Villard

 

Sport

 Benoit-Angbwa.JPGjean II Makoun

Sanction de Samuel Eto’o Fils

 

Benoit Agbwa et Jean II Makoun menacent de quitter l’équipe nationale

 

Les deux joueurs cadres de l’équipe fanion du Cameroun menacent de ne plus déferrer à la convocation de l’équipe nationale si les  sanctions infligées aux capitaines Samuel Eto’o Fils et Enoh Eyong ne sont pas levées. 

 

 

«Monsieur le présidant nous avons appris avec amertumes  les sanctions injustifiées et iniques infligées à notre capitaine Eto’o  Fils Samuel et son vice Enoh par la commission d’homologation de la Fécafoot.  Motif pris de ce que la décision de ne pas aller à Alger avait été prise par l’ensemble des joueurs, nous manifestons notre solidarité à l’égard de nos coéquipiers qui ne sont que nos portes paroles et contestons formellement les sanctions prononcées à leur encontre. Aussi, n’entendons nous plus répondre de notre présence à l’équipe nationale tant que les sanctions décriées ne seront pas levées. Veuillez agréer monsieur le président l’expression de notre parfaite considération.»

 

Voilà la quintessence de la lettre servie à  Adoum Garoua, le ministre des sports et de l’éducation physique du Cameroun, à la fois par Jean II Makoun et Benoît Angbwa, tous joueurs à l’équipe nationale du Cameroun.  Cette lettre a été notifiée au successeur de Michel Zoua par la voie de maître Mah Ebenezer Paul, Huissier de justice  à la 10ème charge près de la cours d’appel du centre et des tribunaux de Yaoundé, le 27 décembre 2011.

 Ces derniers, présents à Marrakech  au moment où tous les évènement qui  ont contribué à la non participation des Lions Indomptables du Cameroun au match amicale qui les opposait au fennec d’Algerie   le 15 novembre 2011 se produisaient, demandent au ministre des sports et de l’éducation physique  de retirer  successivement les sanctions  de 15 matches de suspension infligée à Samuel Eto’o fils le capitaine de l’équipe fanion du Cameroun et celle  de deux matches de suspension  prescrite à Eyong Enoh son vice capitaine, par la commission d’homologation de la fédération camerounaise de football.  

Selon ces derniers qui affirment par ce geste  leur solidarité à leurs capitaines, Samuel Eto’o et Eyong Enoh  ne sont en rien responsables de ce qui s’est passé  à Marrakech.  Le boycott du match amical contre l’Algérie a été décidé par l’équipe toute entière et les deux joueurs sanctionnés  ne sont  que le porte parole de l’équipe. Pour ces derniers toujours, si la Fécafoot veux sanctionner des joueurs, c’est toute l’équipe qu’il faudra sanctionner.  Les deux joueurs cadres de l’équipe nationale qui tiennent absolument à ce que la sanction infligée à leurs coéquipiers soit annulée menacent de ne plus déférer aux convocations de l’équipe nationale fanion si ces sanctions ne sont  pas annulées.  Les copies des lettres notifiées au ministre des sports et de l’éducation physique  ont pareillement  été envoyées à la fédération camerounaise de football (Fécafoot) afin que cette association qui à la charge de la gestion du football au Cameroun  puisse prendre les dispositions qui s’imposent.

Les deux joueurs cadres de l’équipe fanion sont pour l’instant les premiers coéquipiers de Samuel Eto’o et de Eyong Enoh à pouvoir prendre position dans cette affaire qui fait couler d’encres et de salives depuis son déclenchement. La menace de démissionner de l’équipe nationale  brandit par  les deux cadres de l’équipe nationale viennent une fois de plus remettre en cause cette sanction infligée aux capitaines des Lions Indomptables. Et,  demander aux dirigeant du football camerounais de revoir de près ces sanctions afin de ramener la sérénité et surtout consolider l’ambiance de groupe absente au sein de l’équipe nationale depuis des années et qu’on a recommencé à revoir au Maroc lors de la compétition de la Lg-Cup remportée par l’équipe du Cameroun.   

 

Hervé Villard Njiélé

 

 

Voir les commentaires

Sanction de Samuel Et'o'o Fils: Aux sources du problème

23 Décembre 2011, 13:54pm

Publié par Hervé Villard

 

Invité sur la chaîne de télévision Canal 2, le capitaine des Lions indomptables est revenu sur la crise, qui a entraîné le boycott du match amical contre l’Algérie. Il soutient qu’il jouera toujours en sélection nationale, même après avoir purgé sa sanction. Tout en espérant que ce geste ne sera pas négligé.

 

 

 

Marrakech, dimanche 13 novembre 2011. Les Lions Indomptables viennent de gagner la Lg Cup face à l’équipe marocaine aux tirs aux buts. Dans l’euphorie de cette victoire qui signe le retour du triomphe dans l’équipe nationale après l’élimination à la coupe d’Afrique des nations Gabon-Guinée Equatoriale 2012, une surprise attend les responsables de la Fécafoot. De retour à l’hôtel, les joueurs refusent de prendre le dîner du sacre avec les dirigeants. Après cet acte qu’ils justifient par le non paiement de la prime de présence qui s’élève à 22 millions de Fcfa pour l’ensemble de l’équipe, ils refusent également de libérer leurs chambres. C’est ainsi qu’un round de négociations va s’engager entre les joueurs et les dirigeants de la Fecafoot présents à Marrakech de cet instant-là jusque très tard dans la nuit. Ces négociations sont en fait le prolongement d’une série de pourparlers entre joueurs et dirigeants au sujet du paiement de cette prime de présence dont le principe a été acquis à Bilbao en 2005 sous le magistère de Philippe Mbarga Mboa, alors ministre des Sports et de l’éducation physique.

 

Selon la Fecafoot, des éclairages ont été apportées à Samuel Eto’o Fils, capitaine des Lions Indomptables le 8 novembre au sujet de ladite prime et des comptes financiers de la Lg Cup par l’entremise de Francis Mveng, vice-président de la Fecafoot et représentant de cette association au tournoi de la Lg Cup. «Déjà, au début du tournoi de la Lg Cup, j’ai demandé au vice-président Mveng de me montrer le contrat, il m’a dit qu’il n’y en avait pas. Je lui ai dit que ce n’était pas sérieux. Or, avant moi, Alexandre Song lui avait posé la même préoccupation. Imaginez que je me blesse en allant prendre part à ce tournoi, sans aucune garantie. C’est un manque de sérieux. A partir de ce moment là, nous avons décidé de ne plus nous laisser abuser», explique Samuel Eto’o Fils. Puis, tout se gâte quand il faut payer les primes. «C’était une situation curieuse. Il fallait voir comment les responsables de la fédération et ceux du ministère des Sports et de l’Education physique se rejetaient la responsabilité sur qui doit ou non nous payer les primes», poursuit-il.

 

 

Abcès

 

En réalité, tout cela a commencé à sentir le roussi pour les joueurs, surtout qu’il devenait clair qu’ils ne pourraient entrer en possession de leur prime qu’au terme de nombreuses transactions. Ce qui n’était pas pour leur plaire, ni pour les rassurer. «Si on nous avait donné les primes, on aurait continué et l’abcès ne se serait jamais percé. Nous avons donc saisi cette occasion pour mettre de l’ordre et trouver des solutions au problème du football camerounais en général et des Lions indomptables en particulier. Si notre geste n’est pas pris en compte, ce serait regrettable», admet-il.

 

Par ailleurs, «à aucun moment, on voulait créer un problème avec nos frères algériens. Nous voulions défendre notre cause, en présentant le décalage qui existe entre les dirigeants et les joueurs», confesse-t-il. Or, à cause du match amical avorté du 15 novembre dernier, la fédération algérienne de football demande un dédommagement d’1 million de dollar.

 

Le capitaine des Lions indomptables et son vice seront convoqués devant la commission d’homologation et de discipline et les sanctions suivront. «Depuis le début, personne ne parle de la gravité de la situation en amont. Il y a une implication financière que le Cameroun doit assumer. Sans oublier l’implication en terme d’images», a soutenu Junior Binyam sur les ondes de la Crtv radio. «Cette crise pose le problème de la double tutelle de la sélection nationale, qui n’est pas assez scindée. D’où la dissolution de la responsabilité. Il y a une urgence à donner des pré-requis», a-t-il conclut. C’était la première fois que la Fécafoot s’exprime sur la question depuis la sanction infligée le vendredi 16 décembre dernier.

 

Au reagrd de toutes les passions soulevées par cette décision, le Minsep Adoum Garoua a recommandé aux uns et autres l’apaisement. Surtout qu’après la finale de la coupe du Cameroun, le chef de l’Etat Paul Biya lui avait dit qu’il le verrait spécialement pour parler du sport en général et du football en particulier.

 

 

Samuel Eto’o Fils: Après ma sanction, je reviens en sélection nationale

 

Il demande à tous de rester calme en cette période de fête tout en reconnaissant avoir été sali mondialement par cette sanction.

 

Visiblement serein devant les caméras de Canal 2 international, un sourire en coin ne quitte pas le visage de Samuel Eto’o Fils. Ce qui pourrait faire croire qu’il n’est pas affecté par cette décision. Oh que non ! «J’ai été mondialement sali. Je l’accepte parce que je n’ai pas choisi d’être Camerounais», lâche-t-il.

 

En réalité, avec 15 matches de suspension, le joueur d’Anzhi Makhachkala n’avait pas de chance d’être désigné meilleur joueur africain de l’année pour la cinquième fois (2003, 2004, 2005 et 2010). Pourtant, il faisait partie des cinq nominés au départ. Et depuis hier, son nom ne figure plus sur la liste des trois définitivement retenus que sont : le Ghanéen André Ayew de l’Olympique de Marseille ; le Malien Seydou Keita du Fc Barcelone et l’Ivoirien Yaya Toure de Manchester City. Le successeur de Samuel Eto’o Fils sera donc connu aujourd’hui, jeudi, 22 décembre 2011, du côté d’Accra au Ghana.

 

Néanmoins, «j’ai pris acte de leur décision. Toutefois, jusqu’à preuve du contraire, je reste le capitaine des Lions indomptables. Quand vous défendez une cause juste, vous vous attendez à ce que ces sanctions soient prises», poursuit-il. Puis, «15 matches ou plus de suspension, je continuerai encore à jouer au sein de l’équipe nationale. J’attendrai que cette sanction passe. Je n’ai pas encore arrêté ma carrière de footballeur», indique-t-il. A la question de savoir pour quelles raisons, il refuse de faire appel, Samuel Eto’o Fils déclare : «Pourquoi dois-je faire appel ? Pourquoi ? J’ai eu le même chef d’accusation qu’Enoh Eyong et en plus, il avait une autre accusation, on lui a donné deux matches de suspension et moi, j’en ai eu 15. C’est compliqué! Quand j’aurai purgé mes 15 matches, je reviens en sélection nationale».

 

Mais, ce qu’il souhaite retenir de cette sanction, c’est le fait qu’«ils ont compris qu’on ne nous manipulera plus. Je tiens à saluer mes frères pour le courage qu’ils ont eu. Je sais désormais que, que je sois là ou pas, mes coéquipiers ne se laisseront plus abattre». Et surtout : «A un moment, l’équipe était divisée, la faute revenait à Samuel Eto’o. Maintenant que le groupe est soudé, c’est encore à cause de moi. Qu’est-ce qu’on veut finalement ?»

 

Au courant des nombreuses marches pacifiques que prévoient d’organiser certaines associations à Yaoundé et à Edéa pour dénoncer la décision de la commission d’homologation et de discipline, sans oublier les nombreux coups de fils reçus et autres messages envoyés sur son compte Facebook, le capitaine des Lions indomptables exhorte : «Restez calmes et ayez la tête froide. C’est la période des fêtes. Restez sages. J’ai appris que vous voulez marcher. Il n’y a que le temps, qui résout les problèmes. Nous allons être calmes et réfléchis.»

 

P. G. M.

 

 

 

Les plaies de la Fécafoot: L’argent du football et la mauvaise organisation dans la tanière

 

Ces deux volets sont en réalité les griefs latents, qu’ils ont dénoncés en boycottant le match du 15 novembre dernier contre l’Algérie.

 

Jusqu’ici, les responsables de l’équipe nationale de football expliquait qu’il était plus facile et plus pratique d’organiser des regroupements de la sélection nationale en Europe, puisque les joueurs y vivent.

Des dispositions qui gênent d’ailleurs les joueurs. «Notre dernier match des éliminatoires contre la République démocratique du Congo (Rdc) devait se jouer à Kinshasa. Quelle idée de nous amener à Bruxelles pour le regroupement ? Avoir 8h de vol pour rallier Douala. Et au départ de la capitale économique, nous avons passé 45 minutes pour arriver en Rdc. Et là, la température est de 40°c alors que nous nous sommes entraînés à Bruxelles sous -2ºc», a dénoncé Samuel Eto’o Fils.

 

Cet exemple était pris pour présenter l’amateurisme qui règne dans la gestion des Lions indomptables.

 

C’est d’ailleurs pour dénoncer cette mauvaise organisation que Benoît Assou Ekotto a décidé de ne plus répondre aux convocations en sélection nationale. «Mettez-nous dans les meilleures conditions. Ce qui signifie mettre l’accent sur notre confort en terme de transport aérien et terrestre, en terme d’hébergement, en terme de restauration. Bref, nous devons être au petit soin. Quand on est responsable, on anticipe, on prévoit», souhaite-t-il. Sur quoi comptent les Lions indomptables pour exiger un traitement princier ? «Sur l’argent que nous générons et dont on ne connaît pas la destination», révèle Samuel Eto’o Fils. En outre, la question centrale reste : «Qui gère l’argent?»

 

 

Divisions

 

En ce qui concerne le nerf de la guerre, le capitaine des Lions indomptables s’interroge notamment sur le sort réservé à l’argent des transferts de tous les joueurs camerounais, reversé à la Fécafoot. Idem en ce qui concerne les sponsors. «Vous nous vendez, vous prenez l’argent et nous ne savons pas à combien. A certains moments, on nous donne 35.000 Fcfa pour les primes de sponsors. Parfois, c’est 500.000 Fcfa. Et même 2 millions. On veut être fixé une fois pour toute sur cette question, pour ne plus être confrontés aux montants aussi variés», affirme-t-il. «On ne sait toujours pas ce qu’on a fait des 8 millions de dollars générés par notre participation à la coupe du monde 2010. Déjà, avant la coupe du monde, 1 million de dollar ont été donnés par la Fifa pour préparer notre participation. Où est passé tout cet argent ? Et toutes les retombées de nos participations aux précédentes coupes du monde ?», s’est-il interrogé.

 

Et le plus curieux pour lui, «c’est que les primes sont payés par le gouvernement. Alors que nous générons beaucoup d’argent. L’Etat n’a plus à sortir son argent.» Pour marquer son désaccord par rapport à la mauvaise gestion du football, il adoptera une attitude. «Pendant 5 ans, et même plus, je n’ai pas parlé au président Iya Mohammed, parce que je n’étais pas d’accord avec sa politique. Puis, pour détendre l’atmosphère, il nous a invités, Rigobert Song et moi, au Mont Fébé. Il nous a parlé des difficultés qu’il avait. Nous avons pensé l’aider, mais, je ne pouvais pas donner une certaine impulsion, puisque Rigobert Song était encore capitaine à cette époque», raconte-t-il.

 

Par ailleurs, selon Samuel Eto’o Fils : «à partir du moment où il était question de gérer l’argent en sélection, ils ont préféré créer des divisions dans le groupe.»

 

 

Réactions

 

Vahid Halilhodzic, coach algérien

Je suis satisfait par la décision de la Fédération du Cameroun. Ce qui s'était passé est vraiment scandaleux de la part d'une grande nation de football en Afrique. Je regrette toujours l'annulation de cette rencontre qui aurait pu nous servir.

 

Adoum Garoua, Ministre des Sports

Je n’ai pas encore été notifié de cette décision de la Fecafoot ; je ne peux encore rien dire pour le moment.

 

Kalkaba Malboum, Président du Comité national olympique

Nos tribunaux ne devraient pas être comme les tribunaux civils. L’exigence c’est de faire respecter la discipline il faut également protéger le sportif parce que même sur un stade les vedettes sont protégées par les arbitres. Et La Fecafot ne doit pas sacrifier sa star parce que sans athlète il n’y a pas de fédération. J’espère que la raison va l’emporter sur la passion et l’émotion.

 

David Mayebi, président du Synafop

Le Synafop prend acte de la décision de la Fecafoot qui a été prise afin de se faire disculper dans cette affaire qui a jeté la honte sur le football camerounais. En attendant de se réunir extraordinairement dans les tout prochains jours afin de discuter des actions à mener, le Synafop exprime son indignation par rapport à cette décision qui est loin d’apaiser la tension en vue de la relance de notre football mais exprime le détonateur pour que tout explose.

Voir les commentaires

Déguerpissement au marché Ndokotti:Les commerçants sommés de libérer les trottoirs après les fêtes de fin d’année

20 Décembre 2011, 22:07pm

Publié par Hervé Villard

 

Déguerpissement au marché Ndokotti

 

 

Les commerçants sommés de libérer les trottoirs après les fêtes de fin d’année

 

 

La décision a été prise par le sous préfet de Douala 3ème descendu dans ce carrefour hier, suite à un mouvement d’humeur initié par les commerçants déguerpis  par les agents de la communauté urbaine de Douala. 

 

Tous les commerçants qui ont transformés la chaussée et les trottoirs du carrefour Ndokoti en un espace marchand doivent le libérer après les fêtes de fin d’année qui pointe à l’horizon. Cette phrase qui est répétée par la majorité des commerçants de Ndokoti rencontrés hier après midi, est celle prononcée par le sous préfet de Douala 3ème pendant son passage au carrefour Ndokoti hier.

Venus en sapeur pompier mettre fin au mouvement d’humeur initié par les vendeurs à la  sauvette et les commerçants du carrefour Ndokoti, déguerpis très tôt le matin et qui avait ériger des barricades sur la route en signe de protestation, le chef de terre pour calmer la tension qui était  grandissante a demandé aux éléments de la communauté urbaine de Douala de stopper leur action. Après une communication avec les commerçants courroucés par les actes posés par  des agents de la Cud, actes  qu’ils qualifient «d’inhumaines », le sous préfet de Douala 3ème  qui a demandé à ces derniers de continuer à exercer,  les a rappelé qu’ils seront déguerpis après les fêtes de fin d’année  et plus précisément à partir du 4 janvier 2012.

 Selon les commerçants et des riverains témoins de la scène qui s’est déroulée au carrefour Ndokotti très tôt hier matin,  les agents de la communauté urbaine de Douala ont fait irruption dans ce lieu  très tôt hier matin.  Déterminés à libérer  ce carrefour très engorgé à cause des commerçants qui occupent la chaussé et les trottoirs de ce grand carrefour de la ville de Douala, les éléments du service de la voirie urbaine de Douala chassaient  les commerçants déjà installés en cassant et emportant leur étals au passage. Dans cette foulée, plusieurs commerces ont été mis à sac et plusieurs comptoirs et étals cassés. C’est suite à ces casses que les commerçants qui ont ravitaillé les étals et qui comptent faire de bonnes affaires pendant cette période de fin d’année, ont manifestés leur colère. Après les altercations avec les éléments de la communauté urbaine de Douala, ces derniers ont barricadé les routes empêchant ainsi aux véhicules de circuler pour manifester leur colère. C’est la venue du sous préfet de Douala 3ème qui va décanter le situation.  Selon des témoins, c’est dans l’après midi que le calme est revenu en ce lieu. «C’est maintenant que je suis entrain d’installer mes marchandises. » Déclare dame Emilienne Pougoie vendeuse de friperie avec courroux. Rencontré hier après midi au marché Ndokotti celle qui n’a pas échappé au déguerpissement orchestré par les agents de la Cud raconte sa colère. «Depuis ce matin, les agents de la communauté urbaine  de Douala ont cassé tous nos comptoirs. Tous ce que vous voyez installé là, on vient d’acheter. Ils sont venus nous demander de partir. Pourtant on vient d’acheter les marchandises pour les fêtes. Nous nous sommes endettés pour cela. Quand  on nous chasse maintenant, c’est pour  qu’on fasse quoi de ces marchandises la ? Le Cameroun est dur et c’est ainsi qu’on se débrouille. Ils doivent comprendre ça » poursuit–elle. Et jacques vendeur de chaussure de dire « C’est avec ces chaussures que je vends là que je paye mon loyer et m’occupe de mon frère quand on nous chasse là c’est pour nous demander de voler il n’ y a pas d’emploi au Cameroun qu’on nous laisse nous débrouiller. Ce n’est pas sérieux ce que fait la communauté urbaine »

 

 

 Absence de suivie

Ce déguerpissement  initié au carrefour Ndokoti n'est pas le premier du genre. Depuis plusieurs années, la cellule de lutte contre le désordre urbain à la communauté urbaine de Douala avait détruit des commerçants dans ce carrefour et confisqué des marchandises. Mais la situation n’a pas changée.  Libéré, de ces commerçants, le carrefour était aussitôt réoccupé le lendemain. Ce qui fait dire à certaines personnes que c’est un manque de suivi. «Si le déguerpissement à Ndokotti était suivi, c’est que les commerçants ne reviennent plus. Aujourd’hui les éléments de la communauté sont là  demain pas. C’est tout ce désordre dans le suivi de cette décision qui justifie cet état de fait. Et cela pénalise les usagers que nous sommes » pense Jean Jacques  chauffeur de taxi. Selon  ce dernier, il faudra trouver des mesures pour libérer  une fois pour tout ce carrefour qui permet de desservir une partie de la ville de Douala.

 

Hervé Villard Njiélé

 

Voir les commentaires

Suspension de Samuel Eto’o Fils:Adoum Garoua invite le peuple camerounais au calme

20 Décembre 2011, 21:46pm

Publié par Hervé Villard

Suspension de Samuel Eto’o Fils

 

Adoum Garoua invite le peuple camerounais au calme

 

 Dans un communiqué qu’il a rendu public  le lundi 19 Adoum-Garoua.jpgdécembre 2011, le  ministre des sports et de l’éducation physique promet réexaminer le dossier de plus près.

 

 

« Suite aux sanctions prises à l’encontre de certains joueurs de l’équipe nationale de football,  les Lions indomptables après la rencontre avortée  contre l’équipe nationale de football d’Algérie, par la commission d’homologation et de discipline de la fédération Camerounaise de football réunie  à l’hôtel Mount Febé  de Yaoundé le 12 décembre 2011, Le gouvernement de la république tient à rassurer l’opinion qu’il suit de très prêt cette affaire et examine en ce moment même toutes les voies permettant une concertation entre les parties dans l’optique d’une gestion sereine et responsable de cette affaire. »

Ce communiqué  est d’Adoum Garoua ministre des sports et de l’éducation physique du Cameroun. Rendu public le lundi 19 décembre 2011, c'est-à-dire une semaine après la tenue du conseil de discipline de la fédération camerounaise de football (Fécafoot), qui a infligé la lourde sanction de 15 matches de suspension à Samuel Eto’o fils, le capitaine des lions Indomptables du Cameroun, de deux matches à Ayong Enoh vice Capitaine et un million de franc CFA d’amende à Benoit Assou Ekotto, le communiqué du ministre des sports et de l’éducation physique appelle les camerounais au calme.  Adoum Garoua tente ainsi de jouer les sapeurs pompiers dans cette affaire taxée de rocambolesque et de dénigrante par les professionnels du football. Dans ce communiqué commis à l’endroit du peuple camerounais désagréablement surpris par cette décision grotesque qui, selon les statistiques, met fin  à la carrière internationale du  footballeur  le plus cher de la planète terre en ce moment, Adoum Garoua qui est cueilli à froid quelques jours seulement après sa nomination au poste de ministre des sports et de l’éducation physique, affirme  être en train d’étudier ce dossier  afin de trouver des voies et moyens pouvant permettre une concertation entre les parties, dans l’optique d’une gestion sereine et responsable de cette affaire.

 Le communiqué  signé d’Adoum Garoua qui parle au nom du gouvernement camerounais, sans le dire d’une manière ouverte  laisse transparaître   l’embarras du gouvernement,  lui aussi surpris par cette sanction jamais infligée à un joueur dans l’histoire du football mondial.

En plus, Samuel Eto’o fils étant l’un des joueurs les plus adulés de la planète terre  en ce moment et surtout celui qui fait flotter le drapeau camerounais le  plus haut en cette période, il n’est point question de rester de marbre face à cette situation.

Surtout que,  en plus de l’ambassadeur Itinérant  Roger Milla, qui a critiqué avec véhémence cette décision de la Fécafoot ,  d’autres  hautes personnalités sportives du pays telles  Kalkaba Malboum, président du comité national olympique et sportif du Cameroun, Joseph Antoine Bell, ancien Lion Indomptable, Michel Kaham, entraîneur de Football, David Mayebi, président du syndicat national des  footballeurs  camerounais (Synafoc), lui ont emboîté le pas. Ces derniers ont décrié avec la plus grande énergie cette sanction taxée de « rancunière », « d’irrationnelle » et « d’extrême.»   

Des fans du pichichi comme on l’appelle affectueusement, ont d’ailleurs déjà initié des marches pour amener la Fécafoot à revenir sur cette décision qui écarte le meilleur buteur de l’histoire de la coupe d’Afrique des Nations et de l’équipe nationale, de l’effectif des Lions Indomptables, à l’aube des éliminatoires de la Can 2013 et de la coupe du monde 2014.  Selon des médias basés dans le sud Ouest du Pays, des fans de Eto’o Fils ont effectué une marche de protestation de Limbé à Tiko quelques jours après la publication de ladite sanction. Samuel Eto’o ayant refusé d’interjeter appel, la réaction du gouvernement  camerounais reste attendue.

 

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

sanction de la Fécafoot : Les anciens Lions soutiennent samuel Eto’o

20 Décembre 2011, 21:34pm

Publié par Hervé Villard

Amenées à réagir aux sanctions prises à l'encontre des Lions Indomptables, les anciennes gloires interrogées par notre rédaction, Jean-Paul Akono, Michel Kaham et Joseph Antoine Bell, jugent la suspension de Samuel Eto'o disproportionnée.

 

Jean Paul Akono: «La main de ceux qui ont eu à trancher cette affaire a été plus que lourde»

jean_paul_akono.jpg«Je suis très attristé, parce que ça me semble être une sanction qui veut dire que c’est fini pour Eto’o au sein de l’équipe nationale. Je crois que la main de ceux qui ont eu à tranche
 r cette affaire a été plus que lourde. J’ai été stupéfait. Un calcul rapide nous amène à comprendre que cette sanction met fin à sa carrière internationale avec les Lions indomptables. Samuel Eto’o, c'est quand même une icône qui est très respectée dans le monde entier. Il est vrai qu’il doit y avoir certains éléments de cette affaire qui nous échappent. Les auditions ont eu lieu à huis clos. Mais, pour ce que ce joueur représente, je pense qu’on aurait pu traiter le problème autrement…»

 



 
kaham-michelMichel Kaham: «Ce qui est fait à Eto’o, c’est de l’humiliation «C ’est a-bra- c a-da-brantesque ! Je le dis bien, c’est un cataclysme! Je ne peux pas comprendre, la sanction est disproportionnée. Le monde fait des lois pour gérer des hommes. Chaque pays sait comment il s’organise pour vendre ses valeurs. Au Cameroun, la seule chose qui a de la valeur qui pote dans le monde entier et où on va se défendre, c’est notre football. Et alors, la megastar, le seul joueur qui peut rivaliser avec les blancs à tous les niveau, c’est Samuel Eto’o. On se doit de le protéger. Mais, on constate plutôt que on s’est arrangé pour le crucifier sur la place publique mondiale. Quel que soit le bord dans lequel on se situe, le football camerounais a marqué là un point négatif. Que l’on ait donné une sanction à Benoit Assou-Ekotto, je le salue parce que là on lui déroule le tapis rouge. C’est un joueur qui a de la valeur, qui est le meilleur de son poste dans l’équipe du Cameroun, et qu’on a voulu par des manigances écarter par un moyen ou un autre. Là, on lui dit "reviens on t’aime". Pour le cas Enoh, vice-capitaine, il prend deux matches, il va s’en sortir. Mais à Eto’o, on ne lui donne aucune chance. On lui dit carrément "fous le camp, on ne te veut plus, dégage !". 15 matches de suspension, c’est trop. C’est le condamner à vie. Est-ce qu’on a le droit de poser un tel acte ? Je dis non, on est allé trop loin. Je suis contre le boycott d’un match. Moi, si j’avais été à Marrakech, j’aurais oeuvré pour qu’on ne manque pas ce match. Maintenant que la faute est là, on devrait résoudre le problème autrement. Faire porter le chapeau à une seule personne comme cela est fait maintenant, pour moi ce n'est pas normal. Cela touche quelque chose de très sensible. On verra bien la suite que ça donnera. Ce qui est fait à Eto’o, c’est de l’humiliation. Ils n’ont même pas tenu compte de tout ce que cet enfant a fait pour ce pays. Toutes les grandes nations protègent leur star. La Fédération doit être clémente. Il y a eu faute mais la sanction est trop lourde.»

 

 


Joseph Antoine Bell: «C'est dramatique de sanctionner le capitaine»

bell« Dans cette affaire, je note deux choses. La première, c’est que tout le monde focalise sur l’attitude des joueurs qui est une réaction à une situation, personne ne va à l’origine de cette situation-là. Qu’est-ce qui a poussé les joueurs à ne pas jouer ? Voilà la vraie question. Et pourquoi cela est il arrivé ? Maintenant, au-delà, revenons à l’actualité qui est la sanction. Lorsqu’on sanctionne Assou-Ekotto pour ne pas être venu à un rassemblement, première chose, il a posé un acte individuel. Vous le sanctionnez ça peut paraitre normal. Sauf que, il a dit "je ne veux pas jouer dans votre équipe", et vous vous lui dites "la sanction c’est que tu ne vas pas y venir". Le deuxième cas c’est celui des deux capitaines. Ils ont fait quoi ? Ils sont simplement dans leur rôle de capitaine. Vous ne pouvez donc pas leur appliquer une sanction individuelle autre que la déchéance du brassard. Ils ont représenté l’ensemble du groupe. Une équipe du football n’est pas composée de deux joueurs. Si le match n’a pas eu lieu, ça ne peut pas être uniquement la faute des deux.

Si tous les autres ont suivi, ils sont tous majeurs et ce sont des joueurs de haut niveau. Donc, chacun savait parfaitement ce qu’il faisait. Si vous vouliez sanctionner, vous auriez donc sanctionné l’ensemble de l’équipe et éventuellement décider de changer de capitaine. Ce dernier est là pour représenter les autres. Et dans ce cas si, il n’est pas logique de dire qu’on prive les capitaines de matches pour avoir représenté leurs partenaires. Je dis donc que c‘est dramatique de pouvoir aujourd’hui penser sanctionner le capitaine parce qu'il a représenté les autres. »

 

Hervé Villard Njiélé

 

 

 

 

Voir les commentaires

Suspension de Samuel Eto’o Fils:Le coach de la sélection algérienne exulte de joie

20 Décembre 2011, 21:28pm

Publié par Hervé Villard

 

Suspension de Samuel Eto’o Fils

   

 Le coach de la sélection algérienne exulte de joie     

 

 

valid-Halilhozid.jpgVahid Halilhodzic a manifesté sa joie face à la sanction infligée à Samuel Eto’o Fils samedi 18 décembre 2011. C’était sur les ondes d’Algérie internationale, une radio algérienne.

 

«Je suis satisfait par la décision de la Fédération du Cameroun. Ce qui s'était passé est vraiment scandaleux de la part d'une grande nation de football en Afrique.» Tels sont les propos tenus par Vahid Halilhodzic, l’entraineur sélectionneur de l’équipe d’Algérie après la publication de la sanction infligée à Samuel Eto’o fils, par le conseil de discipline de la fédération camerounaise de football.  Selon le sélectionneur de l’équipe d’Algérie qui estime que justice est entrain d’être faite, la  sanction de 15 matches de suspension infligée à Samuel Eto’o fils le capitaine des Lions indomptables du Cameroun, fait partie du dédommagement que l’Algérie a réclamé après le scandaleux épisode qu’a connu Marrakech au lendemain de la LG Cup.  Bien que satisfait, Valid Halilhozic estime que, rien ne peut remplacer ce match amical  qui devait permettre à ses poulains de préparer sérieusement les qualifications de la coupe d’Afrique des nations (Can) 2013, qui débute bientôt.  «Je regrette toujours l'annulation de cette rencontre qui aurait pu nous servir» a t-il déclaré

 

  Le  coach de l’équipe d’Algérie et  les dirigeants de la fédération algérienne de  football bien que satisfaits par ces sanctions attendent toujours que les dommages et intérêts causés par cette rencontre manquée soient payées. Ces dommages qui représentent les dépenses engagées par la fédération algérienne de football pour préparer cette rencontre s’élève à près de 750.000 euros.

Samuel Eto’o Fils qui a été suspendu pour  15 matches et qui a dix jours pour faire appel manquerait plusieurs rencontre  de la qualification de la coupe d’Afrique des Nations 2013 et du mondiale 2014 si la décision venait  à être maintenue. A suite et dans la foulée des sanctions, Enoh Eyong Takang le vice capitaine de l’équipe nationale  écope de  2 matches de suspension tandis que Benoit Assou Ekotto s’en sors avec une amende d’un million de francs Cfa à payer à la  Fécafoot pour n’avoir pas déferré à la convocation de l’équipe nationale. Pour l’instant le quadruple ballon d’or africain n’entend pas interjeter appel. Celui qui n’a pas encore fait de commentaire sur la lourde sanction punitive qui lui a été infligée par la Fécafoot , aurait donné l’injonction de n’utiliser aucune voie de recours.  Il préfère laisser la Fecafoot face à ses responsabilités. Pour l’instant sur le plan national, la sanction ne fait pas l’unanimité. Elle est taxée trop dure et même rancunière par les professionnels du football, les encadreurs et les fans  qui estiment que depuis l’histoire du football, une telle décision n’avait jamais été prise à l’encontre d’un joueur. En attendant, l’équipe nationale est séparée de son capitaine et de son meilleur joueur.

 

Herve Villard Njiélé

 

Voir les commentaires

Accidents de la circulation à Sic Cacao:Des boutiques et des marchandises écrasées par un camion

20 Décembre 2011, 21:24pm

Publié par Hervé Villard

 

Accidents de la circulation

Des boutiques et des marchandises écrasées par un camion

 


Le drame s’est produit au quartier Sic Cacao à Douala très tôt dans la matinée d’hier.

 

Quatre boutiques parmi lesquelles une alimentation, deux boutiques de prêt à porter et un magasin appartenant à une imprimerie ont été détruites hier par un camion de transport de marchandises au niveau de Sic cacao. Le camion de marque Mercedes immatriculé LTTR969 AB vide qui allait vers Ndokotti a finit sa course dans les boutiques situées au bord de la route à sic Cacao. Selon des informations recueillies sur le lieu du drame, l’incident est survenu aux environs de 5h 30. Le chauffeur du camion qui roulait à tombeau ouvert a perdu le contrôle du véhicule et celui-ci a achevé sa course folle dans les boutiques suscitées. Dans la foulé, il va percuter au passage une pick Up double cabine immatriculé Lt 3668h, cassé deux poteaux portant des fils électrique avant d’être stoppé par les boutiques qu’il a détruit au passage. Moussa le boutiquier qui était dans sa boutique au moment où l’incident s’est produit a été sauvé d’une manière miraculeuse à voir l’ampleur du choc. Mais, il s’en sort du moins avec des légères blessures au visage et à la jambe. Celui-ci était déjà debout pour faire sa prière comme à l’accoutumer quand l’incident est survenu. Le bruit du choc qui était assourdissant a réveillé tous les riverains qui se sont directement déporter sur les lieux de l’incident pour porter secours aux victimes. Les sapeurs pompiers alertés sont immédiatement arrivés sur les lieux de même que les éléments du commissariat du 10ème arrondissement. Tous se sont évertués à sauver le conducteur coincé dans le véhicule et donc les cris de détresse appelaient à l’aide. Après avoir tenter en vain de tirer le camion, c’est après une trentaine de minute de manœuvre que le conducteur a été finalement été libéré. Il s’en sort avec des blessures aux visages et avec une fracture à la jambe. Il a été immédiatement conduit dans un hôpital pour des soins urgents. Une enquête a été pareillement ouverte. Au moment où nous quittions les lieux hier, le camion était encore là et le drame faisait une foule de curieux qui ne cessaient d’accourir. Cet énième accident de la circulation qui survient quelques jours seulement après celui qui a eu lieu à Edea et qui a fait près de six morts vient une fois de plus renforcer l’idée selon laquelle les conducteurs ne sont pas assez responsables au volant et surtout leur recommander prudence en cette période de fin d’année. Des témoins affirment d’ailleurs que le chauffeur du camion accidenté qui n’était autre que le convoyeur était dans un état d’ébriété quand l’accident a eu lieu. Plus de peur que de mal peut – on dire en fin.

 

hervé Villard Njiélé

 

Voir les commentaires

Dixiades 2012:Le compte rebours a déjà commencé

15 Décembre 2011, 21:32pm

Publié par Hervé Villard

Dixiades  2012

 


Le compte rebours a déjà commencé

 


L’organisation et le bon déroulement de la troisième édition de cet évènement sportif qui se déroule à Douala pour la première fois  préoccupe  déjà Fritz Ntone Ntone et les autorités administratives de la ville.

 

Point n’est besoin d’être un devin pour comprendre les intentions qui anime Fritz Ntone Ntone, le président du Comité régional olympique et sportif du Littoral et les autorités administratives de la ville de Douala. Depuis la signature du protocole d'accord entre la Communauté Urbaine de Douala (Cud) et le Comité national olympique et sportif du Cameroun (Cnosc), le  26 avril 2011 à Douala, protocole qui donne  d’une manière officielle la latitude à la ville de Douala d’organiser la 3ème édition des dixiades qui se déroulet en 2012, Fritz Ntone Ntone n’a cessé de s’activer pour la préparation de cet évènement. L’objectif étant de réussir et surtout, de faire de ce  coup d’essai un coup maitre.  Pour ce faire, toutes les autorités de la ville de Douala s’activent pour  que l’évènement soit une reussite.  Cela s’est une fois de plus illustré par la réunion de préparation qui s’est déroulée à la salle des fêtes d’Akwa ce 15 décembre 2011.

Présidé par le gouverneur de la région du littoral Francis Faï yengo, il était question pour les autorités présentes d’asseoir les bases de l’organisation de cet évènement sportif et surtout de préparer les équipes du littoral. L’objectif étant de bien organiser l’évènement et surtout de la remporter.

Pour y parvenir, il fallait donc commencer les préparatifs tôt pour ne pas être surpris. Surtout que l’objectif premier des dixiades est de détecter  des jeunes talents pour le sport de haut niveau mais aussi, valoriser la richesse du patrimoine culturel du Cameroun, afin de contribuer à l'intégration nationale à travers la pratique du sport.

 Pour la réussite de cet évènement que les autorités de la ville de Douala veulent grandiose et mémorable, ces derniers ont promis se mettre au travail afin de prendre des mesures qui s’imposent pour le bon déroulement des jeux. Cette édition de Douala étant considérée par le comité national olympique et sportif comme « celle des grands espoirs ». Il entend entre autres offrir une piste d'athlétisme à l'Université de Douala dans la perspective de ces jeux. Fritz Ntonè Ntonè, le président du comité régional annonce dans les prochains jours, la composition des différentes commissions autour de cette fête du sport camerounais, ainsi que les sites qui abriteront les diverses disciplines. Il entend, de concert avec le gouverneur de la Région du Littoral et le préfet du Wouri mobiliser tous les acteurs concernés par cette organisation (opérateur économique, populations, presse...), parce qu' « il faut qu'à Douala, on donne la vraie dimension de ces jeux », a-t-il affirmé. Persuadé que « les jeux apporteront une énergie nouvelle à notre région », il voudrait par ailleurs intégrer toutes les activités qui marquent la fin de l'année 2012 dans cette organisation

 Cette cérémonie a également permis de dévoiler le logo de cette troisième édition. Une œuvre conçue par le jeune Rodrigue Martial Konguem Domche qui retrace dans ses figures les spécificités culturelles de la Région du Littoral, symbolisées entre autres par la mer et la pirogue.

 Cette cérémonie de préparation des dixiades 2012 qui se dérouleront du 12 au 17 décembre à Douala s’est déroulée en présence de d'Hamad Kalkaba Malboum, président du Comité National Olympique et Sportif du Cameroun et des autorités de la ville de Douala. Pour cette troisième édition qui  qui va regrouper les athlètes des deux sexes venus des dix régions du Cameroun, le nombre de disciplines  va passer de 10 à 12. Il s'agira de l’athlétisme, la boxe, le basket Ball, le cyclisme, le football, le gymnastique, le handball, le judo, le Tennis de table, le volleyball, l'haltérophilie et la lutte.

 

 

 

Hervé Villard Njiélé

 

 

 

Voir les commentaires

Spectacle:Gael Wondje fait sa promo

14 Décembre 2011, 19:39pm

Publié par Hervé Villard

 

Gael Wondje fait sa promo

 

gaelle-Wondje.jpgLa nouvelle coqueluche de la musique camerounaise présente son nouvel album au public de Douala ce 15décémbre 2011  pendant un spectacle qu’il donne au centre culturel français Blaise Cendrars.

 

Présentée au hommes et femmes de médias  pour la première fois il y a quelques mois pendant la conférence du weddin’art, cet évènement qui fait dans la  promotion et l’organisation du mariage, Gael Wondje qui est au coté de Etienne Mbappe depuis plusieurs année présente son premier Album ce jour au centre culturel français.  Celle donc la voix suave envoûtante et captivante a séduit plusieurs grosses pointures de la musique camerounaise parmi lesquelles Ekambi Brillant, Charlotte Dipanda n’entend pas faire dans la dentelle.  La starlette qui fait encore ses armes dans la musique au Cameroun  entend faire un tabac pendant ce concert spécial.

« M comme aimer » le titre de son premier album, qu’elle présentera d’une manière officielle au public, fait déjà danser de nombreux mélomanes dans les nombreuses discothèques du pays.  Dans cet album, l’artiste chante l’amour sous toutes ses formes. L’amour filial, l’amour maternel, l’amour fraternel bref toutes les formes d’amour qui existe sur la terre. Celle qui chante en Nanga Eboko, en Douala, et un peu en français déclare avoir composé ces titres quand elle était âgée entre 15 et 16 ans.  Rêvant d’une véritable carrière  d’artiste, celle qui a fait ses premiers armes dans la chorale et qui s’est par la suite fondu  dans le  moule des artistes comme Manu Dibango, Joe Priso  Ekambi Brillant et plein d’autres, espère être à la hauteur des attentes du public qui se fera nombreux.    Sortie des bacs  le 15 novembre 2011 et produit par Abk Production,  l’album qui  compte dix titres comporte  les chansons, parfois langoureuses parfois enlevées. Elles  entraînent les mélomanes dans l’univers de l’amour. Lequel est rythmé par le makossa, le slow, la bosa nova, du high-life et de l’Afro jazz. Des rythmes enregistrés uniquement en live. Ce choix selon l’artiste est  dû au fait que elle veut garder la main sur son produit. Le public est attendu

Hervé Villard Njiélé

 

Voir les commentaires

1 2 > >>