Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Accident de la circulation: Onze morts sur l’axe Douala –Bafoussam

22 Août 2014, 15:25pm

Publié par Hervé Villard

accident de Kombé. Le choc était violent.
accident de Kombé. Le choc était violent.

La collision entre un camion transportant des vivres frais et un bus de l’agence de Voyage Pacific à l’origine de ce drame qui s’est produit à Kombé, à quelques encablures du péage de Mbanga dans la nuit du 19 au 20 aout 2014.

Onze morts et 16 blessés graves donc la plupart  dans un état critique. Voilà présenté de manière succincte le bilan de l’hécatombe qui s’est déroulée très tôt ce mercredi 20 aout 2014 sur la  route nationale N°5 et plus exactement au  lieu dit Kombé. Cet accident grave qui s’est produit à quelques mètres du péage de Mbanga met au prise un camion transportant des vivres frais et un car de transport  de l’agence  de voyage Pacific immatriculé OU667AL.
Selon des informations, le bus  qui a quitté la ville de Douala aux environs de minuit ce mardi dans la nuit  se rendait à l’Ouest Cameroun (Bafoussam) quand au niveau de Kombé, l’irréparable s’est produit. Il est entré en collision avec  un camion qui venait au sens inverse.   Le choc était tellement violent et subite que sept personnes sont mortes sur le coup. Transportés à l’hôpital du district de Mbanga, l’un des blessés est décédé pendant qu’on lui administrait les premiers soins et  deux autres  à l’hôpital du Mont  Coupé de Njombé.
D’après les riverains témoins de ce drame qui alourdit le nombre de décès suite aux accidents de la circulation au Cameroun, les deux véhicules roulaient  à vive allure. C’est pourquoi ils n’ont pas eu le temps d’éviter le choc qui était frontal.  Le chauffeur du bus est décédé sur le champ. C’est avec l’aide des sapeurs pompiers alertés, des haches et des machettes que le corps de ce dernier a été extrait des décombres du véhicule réduit en un tas de ferraille.   Alertés, les éléments du peloton motorisé de Nkonsamba conduit par le commandant  Raymon Gheadji Guimitam,  se sont immédiatement rendus sur les lieux de l’incident. Aidés par les riverains et des éléments de sapeurs pompiers, les blessés seront évacués dans les hôpitaux les plus proches grâce aux ambulances. Le corps des différentes victimes ont été acheminés  à la morgue de l’hôpital de Mbanga pour conservation et  identification. «Je dormais encore  quand j’ai entendu un grand bruit et des cris. C’est ainsi que j’ai alerté mes parents eux aussi déjà au parfum de  l’accident. Avec les voisins, on a commencé à porter secours aux blessés», raconte  Gaétan  un habitant de Kombé encore traumatisé par ce qu’il a vu très tôt hier matin. «C’était très affreux. Je n’ai pas encore vu autant de gens mourir tout d’un coup. Il y avait du sang partout», témoigne-t-il traumatisé.
D’après Bernard un autre habitant de kombé, c’est la prompte intervention des  riverains et des sapeurs pompiers mobilisés, qui a permis de limiter le nombre de décès suite à cet accident. «Les gens criaient partout sauvez-moi- sauvez-moi. Des enfants pleuraient et criaient. Ce sont les secours qui ont sauvé d’autres. Sans cette intervention rapide, tous les passagers devaient mourir», déclare-t-il. Les blessés ont été transportés grâce aux ambulances de l’hôpital de district de Mbanga et celui des sapeurs pompiers.
Bléssés graves.
A l’hôpital du district de Mbanga où la majorité des blessés ont été internés, seul trois d’entre eux y sont encore aux environs de 14h. Les autres ayant été transférés dans  d’autres hôpitaux par les membres de leur famille alertés. Ces blessés qui ne se souviennent même pas de ce qui s’est passé, se tordent encore tous de douleur. «Aie ça fait mal. Ma jambe est cassée tout mon pied est suturé » crie Thérèse  Youassi passager du bus, qui attend encore les membres de sa famille. Avec le fémur droit cassé et toute la jambe gauche bandée,  cette dernière peine à raconter le film de cet accident. «je somnolais  quand l’accident s’est produit. Quand je me suis réveillée à l’hôpital, j’ai juste constaté que je ne pouvais pas soulever mes jambes et j’avais  tout le corps qui faisait mal», pleure cette dernière.
Yves Bamou, un autre passager du bus déclare avoir tout perdu, argent,  portable et tous ses bagages. Abandonné à lui-même, il ne sait à quel saint se vouer. Il compte sur les personnes de bonnes volontés pour alerter les membres de sa famille dont il a perdu tout le contact.  Portant des bandages à la tête il déclare ressentir des douleurs partout.
Épaves
Sur les lieux de l’incident à Kombé, c’est une foule de curieux qui s’observe. Les plantains que transportait le camion sont répartis en désordre. L’épave des deux véhicules en dit long sur la violence du choc qui s’est produit. Le bus est presque coupé en deux. La cabine du camion est devenue un tas de ferraille. Les bagages des passagers  parmi lesquels les habits, les chaussures sont jetés en désordre. Le sang frais malgré la pluie qui s’abat sur la ville de Mbanga est encore perceptible. Quelques riverains fouillent dans les décombres à la recherche des objets importants. Les restes de plantains sont rassemblés par certains d’entre eux.
D’après les riverains, les autorités de la ville de Mbanga à savoir, le sous-préfet, le délégué départemental de la Santé Publique du Moungo et le procureur de la république sont descendus sur les lieux du sinistre. Une enquête a été ouverte.
Ce énième accident de la circulation qui rappelle l’hécatombe de Tiko, qui avait fait près de 19 morts,vient remettre sur la sellette, le sempiternel problème de sécurité routière. Il interpelle pareillement les usagers de la route et davantage les chauffeurs à plus de prudence surtout à ce moment de rentrée scolaire. Période au cours de laquelle, le trafic et la mobilité des personnes sont  denses.
 
Hervé Villard Njiélé, envoyé spécial à Mbanga
 

 

 

Commenter cet article