Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

actualite

Crime passionnelle:Une jeune fille abat son amant

17 Mars 2012, 17:33pm

Publié par Hervé Villard

 Crime passionnelle

 

 

Une jeune fille abat son amant


 

 La scène macabre s’est déroulée très tôt vendredi  16 mars 2012, aux environs de 3h, au quartier New-Bell à Douala

 


Accédé dans les  locaux de la brigade de  gendarmerie de Nkoulouloun  le vendredi 16 mars 2012, relevait d’une véritable gageure. Les usagers étaient obligés de batailler dur, pour se frayer un passage, parmi  la foule de curieux qui avaient  élu domicile en ce lieu.  Venus en nombre importants, ils tenaient tous à  voir de leurs propres  yeux, Adjara  Ayouba,  la jeune fille de 19ans qui  a assassiné son amant très tôt ce vendredi matin, et qui était  gardée dans la cellule de cette gendarmerie.

 


La présence des éléments de cette gendarmerie, qui tentaient de dissuader la foule, pour libérer la chaussée devenue exiguë, à cause de la présence des badauds,  n’a rien enlevé à l’engouement des populations qui accouraient dans tous les sens. «On est venu voir la fille qui a s tué son copain  là » laissaient –ils entendre.

 


Selon des informations de sources concordantes, la nommée Adjara Ayouba, la jeune fille criminelle s’est rendue chez  Sali Alhadji Chetima, un mécanicien âgée de 27 ans très tôt ce vendredi. Ayant trouvé son ami en plein ébat amoureux avec une autre femme, elle  va engagée une chaude discussion.  Pendant  la discussion qui va subitement dégénérer en une bagarre, la jeune fille  va casser  les vitres de la fenêtre  et va planter le morceau à trois reprises dans le corps de son amoureux.  Poignarder mortellement  Salli Alhadji  Chetima un mécanicien  âgée de 27 ans, va rendre l’âme quelques minutes plus tard sur le chemin de l’hôpital.

 


Selon une source policière proche de l’enquête, la victime qui habitait à New-Bell central Bar, a reçu trois coups de poignards. La première à la poitrine, le second au ventre et le dernier au niveau de la cuisse. Il a rendu l’âme  pendant qu’on le conduisit  d’urgence à l’hôpital.

 Les voisins alertés par le brouhaha que cette histoire a engendré n’ont pu rien faire. Ils sont arrivés quand l’irréparable avait déjà été commis. L’auteur du drame, Adjara  Ayouba,   qui a copieusement été molestée, a été extirpé des griffes de la population furieuse, par les éléments de la  gendarmerie alertée. «C’est la gendarmerie qui l’a sauvée. On devait aussi la tuer »affirme un riverain très en colère.

 


Selon ce dernier au courant de cette relation, Sali Alhadji le défunt entretenait une relation amoureuse avec Adjara Ayouba depuis un bon moment.  Salli Alhadji a découvert  que  la fille n’était pas sérieuse et a donc décider de mettre fin à la rélation. Ce que la fille n’a pas apprécié. « Chaque fois, elle venait l’embêter et faire des boucans chez lui .jusqu’à vendredi dernier quand elle est venues et l’a trouvée avec une autre fille. A la suite de la bagarre qu’il y a eu elle l’a tué avec les vitres de la fenêtre » Témoigne-t-il

Cet autre  crime crapuleux qui s’est déroulé au quartier  New-Bell à Douala, survient quelques jours seulement après  celui qui s’est déroulé au quartier Elf Village, non loin de Picasso Bar.

 


 Un jeune homme d’environ 25 ans, qui n’a supporté que sa copine le quitte, était allé la tuer au domicile de ses parents à Bobongo II Petit-Paris. Avant de se donner lui aussi la mort, en se coupant la veine jugulaire. Avec tous ces faits macabres, on serait en droit de penser que « aimer de nos jours à Douala devient dangereux »

 

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Mtn elite one:Le duel Canon –Union cristallise les attentions

15 Mars 2012, 20:48pm

Publié par Hervé Villard

Mtn elite one


Le duel Canon –Union cristallise les attentions

 

canon

Cette affiche phare de la 9ème journée du tout premier championnat professionnel du Cameroun, s’annonce riche en spectacles. D’autant plus qu’elle oppose deux clubs mythiques du championnat camerounais.

 


 

S’il y a une rencontre que chacun aimerait regarder pendant la 9ème journée du championnat national de première division, C’est bel et bien la rencontre  qui oppose Canon de Yaoundé à l’Union de Douala.

  Baptisé de « rencontre choc » par de nombreux observateurs du football camerounais, cette rencontre est loin d’être un simple match de football.  Car, son issue est d’autant plus importante pour les deux équipes que, chacune d’entre elle, mettra toute son énergie en jeu, pour arracher les trois points de ce match.

 


Sortant d’une défaite de (0-1) face à scorpion de Bé, à Garoua mercredi dernier, l’Union de Douala, déjà éliminé de la coupe de la  confédération africaine, va jouer le tout pour le tout, pour garder  la deuxième place du championnat. Position qu’elle occupe jalousement depuis bientôt trois journées.  Une défaite d’affilée, ne sera pas favorable pour les poulains de Djonkep Bonaventure, qui ont pour ambition, de régner sur le championnat national de première  division cette année.

 

union-douala

En cas de défaite, ces derniers risquent d’échouer à la troisième voire même à la quatrième place. C’est pourquoi, ils comptent rectifier le tir, pour faire plaisir à leur président Franck Happy, très courroucé après la défaite concédée mercredi dernier à Garoua.

Seulement, pour le faire, il faudra que, les  Nassaras Kamakaï domptent le Canon de Yaoundé. Ce qui n’est pas facile d’autant plus que, le Kpa-Kum qui a connu un début de championnat difficile, à cause des crises de gestion que l’équipe connaissait, est sur un nuage.

 


En quatre matches, l’équipe de Nkoldongo a réalisé trois victoires et un match nul pour un total de 10pts sur 12. Un résultat qui traduit à suffisance, la bonne santé de l’équipe fanion de la capitale politique du Cameroun. Elle est d’ailleurs est passée de l’avant dernière place à la 4èmejournée à la 7ème aujourd’hui.

 


En plus, avec au sein de son effectif, l’international camerounais Wome Lend, sa nouvelle recrue, qui sera certainement, une autre attraction de cette rencontre, l’équipe de Canon de Yaoundé va chercher à maintenir le cap qu’elle a pris depuis la 5ème journée. Ses ambitions étant aussi grandes, que celles des autres équipes, les Mekok  Mengonda ne feront pas de cadeau à l’Union.

 


Ayant tenu en échec l’actuel leader du championnat national, Coton sport de Garoua (1-1) lors de la 7ème journée de la Mtn élite one, les poulains du coach Souleymanou  sont un peu confiants.  Mais se méfient aussi de cette équipe d’Union de Douala qui sort d’une défaite. Celui-ci, comme tout animal blessé,  aura envie de se venger. D’où la méfiance.

 


Au vu des enjeux qui animent les deux adversaires, la rencontre Canon-Union annonce des rebondissements.  «C’est une rencontre qu’il faudra regarder de près. Car c’est un derby » affirme un supporter de l’Union de Douala

Si à Yaoundé, la rencontre Canon-Union cristallise les attentions, au stade omnisports de Bépanda,  c’est le match News Stars –Coton sport de Garoua qui aiguise les curiosités. Les poulains de Gérard Mbimi qui avait  laminé le Flambeau du Haut-Nkam un autre géant de ce championnat (3-1) tenteront de refaire le même coup à l’équipe  de Garoua.

Entre temps, les Astres de Douala qui sortent d’une défaite (0-2) face à Coton sport de Garoua  à la 8ème journée, seront opposés à Renaissance de Ngoumou à Douala.

 


A Bangangté, les fauves du Ndé accueillent la formation de Tiko United, tandis qu’à Dschang, l’oiseau de la Menoua tombé (1-3) face à l’Union à Douala va tenter de refaire le retard accusé.

Pendant ce temps à Bafang, Unisports du Haut-Nkam croisera le fer avec  Njalla Quan Sport Académie et  Sable de Batie, qui joue à Mbouda essayera de défaire  scorpion de Bé.

 

Hervé Villard Njiélé

 

 

 

 


Programme des rencontres 9 ème journée

Au STADE OMNISPORTS DE YAOUNDE

 

 

15H30: CANON # UNION 

 

 

Au STADE MUNICIPAL DE BANGANGTE

 

15H00: PANTHERE # TIKO


Au STADE DE LA REUNIFICATION

 

14H00: ASTRES # RENAISSANCE 

 

 

16H00: NEW STARS # COTON 

 

STADE MUNICIPAL DE DSCHANG

 

15H00:   AIGLE   #    YOSA


Au   STADE MUNICIPAL DE BAFANG

 

15H00: UNISPORT # NJALLA QUAN
 

 

 

Au STADE MUNICIPAL DE MBOUDA

 

 

15H00: SABLE # SCORPION

 

 

Voir les commentaires

Douala:Les Dossiers et les defis qui attendent le nouveau gouverneur du Littoral.

15 Mars 2012, 13:57pm

Publié par Hervé Villard

Douala


 Les Dossiers et les defis qui attendent le nouveau gouverneur du Littoral.

 

Joseph Beti Assonmo, récemment nommé à la tête de la région du littoral, hérite d’une région où des tensions sont présentes en permanence. Entre insécurité, grèves des temporaires du Chantier naval(Cnic) et la gestion des conducteurs des mototaxis, son séjour dans le littoral ne s’annonce pas facile.

 

 Joseph Beti  Assomo est le nouveau gouverneur de la région du Littoral. Il a été porté à la tête de cette région hier, par  un décret présidentiel. Il remplace  ainsi Faï Yengo Francis, l’ancien gouverneur de la région du littoral, appelé à faire valoir désormais ses droits à la retraite.  Joseph Beti Assomo qui officiait déjà comme gouverneur dans la région de l’extrême Nord, n’aura pas un seul moment de repis.  Des sa prise de fonction, le nouveau gouverneur de la région du littoral devra s’attaquer aux nombreux et épineux problèmes que connait son nouveau territoire de commandement. Et plus particulièrement, ceux de la ville de Douala, considérée comme la ville la plus rebelle du Cameroun depuis la colonisation.

 

Parmi les dossiers lourds qui attendent Joseph Beti  Assomo, figure l’organisation  et la régulation de la profession des conducteurs de mototaxis, véritable serpent de mer.

 A l’origine du désordre urbain dans la ville de Douala et réputés pour leur délinquance,  les conducteurs  de mototaxi, sont les principaux responsables de la pluparts des  accidents de la circulation, qui se déroulent  dans la ville de Douala. Les  multiples tentatives d’organisation de cette profession ont toujours rencontrés  des obstacles divers. Les conducteurs de mototaxis parmi lesquels, se trouvent des brigands, se sont toujours opposés à l’assainissement de cette profession, pourtant important dans le transport des personnes dans une ville en chantier comme Douala. Des mouvements de protestation se sont fait entendre à chaque fois que les autorités administratives de la ville  de Douala ont pris des  décisions visant à assainir cette profession.

Le premier, c’était en 2009, au lendemain de la publication de l’arrêté du premier ministre régularisant cette profession.  Les conducteurs de mototaxis et leurs syndicats étaient descendus dans la rue pour contester cet arrêté du premier ministre. L’opération d’identification, lancée depuis le mois de Janvier 2012, par la communauté urbaine de Douala (Cud), rencontre difficilement l’adhésion des conducteurs de mototaxi. Cette opération bien que gratuite, n’émeut  pas ces derniers qui, trouvent malgré tout, le moyen de boycotter l’opération.

 Le dernier arrêté visant à réglementer cette profession, qui rencontre toujours des obstacles dans son application est celui portant sur la délimitation des zones interdites  à la circulation des motos dans la ville de Douala. Signé conjointement par Friz Ntone Ntone, le délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Douala, et Bernard Okalia Bilaï, encore préfet du Wouri, cet arrêtée a amplement été contesté. à la fois par les conducteurs de moto et leur syndicats. Son application prévue pour le 12 mars a été renvoyée au 12 juin 2012.  Ceci pour permettre aux conducteurs de moto qui disaient ne pas être prêt, de s’arrimer à cette nouvelle donne.  Okalia Bilaî avait rallongé de 90 jours la date d’application de cet arrêté.

Pour s’attaquer cette cohorte de plus de cent milles conducteurs de mototaxi, qui clament à qui veut l’entendre  « qu’ils sont une armées et qu’après eux c’est le Bir (bataillon d’intervention rapide)», Joseph Beti  Assomo, le nouveau gouverneur de la région du littoral devra s’arrimer de courage.

Entre autre  problèmes  à résoudre  par Joseph Beti Assomo, se trouve pareillement l’éternelle grève des temporaire du chantier naval et industriel du Cameroun(Cnic).

En grève depuis le 7 février 2011, les ex-employés du chantier naval et industriel du Cameroun (Cnic) qui tiennent absolument qu’on leur paie les indemnités de séparation manifestent  au quotidien leur ras-le-bol au sein de cette entreprise. Perturbant au passage le déroulement des activités dans les différents chantiers et bureaux. La présence des forces de l’ordre, qui ont presque élu domicile dans cette entreprise, à la demande des dirigeants, n’a pas réussi à dissuader les manifestants qui déclarent, être prêt à tout pour revendiquer leur droit. La descente de Robert Nkili, ancien ministre du travail et de la sécurité sociale, et actuel ministre des transports, dans cette entreprise n’a pas ramené la sérénité.

Malgré le fait que le ministre a donné l’ordre de payer les droits des manifestants, ceux-ci continuent de manifester parce que leurs droits n’ont pas été payés.  Ces derniers réclament près d’un milliard huit cent millions de franc Cfa. Une situation pas facile à gérer.

 

Le nouveau gouverneur de la région du littoral trouvera également  pendant sur son bureau, le dossier des indemnisations des victimes des émeutes de Deido, qui se sont déroulés du 31 décembre 2011 au 4 janvier 2012.

Selon les promesses faites par l’ancien préfet du Wouri, Bernard Okalia  Bilaï, au lendemain de la conclusion des enquêtes qui avaient été menées, toutes les victimes devaient être indemnisées. A savoir, les conducteurs de mototaxis incendiées ou confisquées, les propriétaires des maisons et voitures brulées, les propriétaires des restaurants et des boutiques saccagées et incendiées. Bref, il était question que toutes les victimes puissent être dédommagées. Mais, jusqu’à nous jours, personne parmi les victimes n’a touché un copeck. Les conducteurs de moto, dont les engins ont été confisqués n’ont pas été remboursés. Ce qui énerve les victimes qui commencent déjà à lever la voix.

 A la suite du dossier des indemnisations, Joseph Beti Assomo devra également s’investir dans la lutte contre l’insécurité grandissante.

L’attaque d’Ecobank qui s’est déroulée dans la nuit du 18 au 19 mars 2011, l’attaque qu’il y a eu sur le pont du Wouri très tôt dans la matinée du  29 mars 2012, les émeutes qui ont fait près de 4 morts à Bilongue, un quartier de Douala le 12 au 13 juillet 2011. Les nombreux cambriolages récurrents dans les micros finances de la ville de Douala, sans oublier les nombreux cas d’agressions, et vols perpétrés témoignent à suffisance que la ville de Douala et la région du Littoral tout entière, sont le creuset de l’insécurité. Où, des bandits de grands chemins ont élu  domicile et opèrent en silence. Il faudra au nouveau gouverneur qui déposera bientôt ses valises dans la capitale économique du Cameroun d’avoir plus d’un tour dans sa besace pour mettre fin à cette insécurité dont les medias sont fatigués de décrier.

L’heure des défis

 Parlant de défis à relever, Joseph Beti  Assomo  en a deux  très grands à relever dans les mois avenirs. Il s’agit de la construction des nouveaux marchés dans la ville de Douala et l’organisation et la coordination des élections municipales et législatives.

 Parlant de la construction des marchés dans la ville de Douala, il faut dire qu’il y a une anarchie totale dans  les marchés  de la capitale économique du Cameroun.   Le commerce se déroule pratiquement dans la rue.  D’où la nécessité de la construction des nouveaux marchés. Avec la vague des incendies qui ont consumée presque tous les marchés de la ville de Douala, ceci dû aux constructions anarchiques et aux installations électriques  désordonnées, la construction des marchés se pose avec acuité dans la capitale économique du Cameroun, qui a du mal à polir son image.  La commission de construction des marchés de Bonamoussadi, Congo, et de  Ndogpassi  présidé par Me Nico Halle a été installée le mercredi  14 mars 2012. Elle attend l’appui du gouverneur, pour réaliser ces travaux pas du tout aisés. Pour  y parvenir, il va encore falloir que Joseph Beti  Assomo fasse usage de sa dextérité de Gouverneur.

 

Elections

L’organisation et la coordination des élections municipales et législatives, semblent être la  plus grande échéance, où seront testées les aptitudes de l’ancien gouverneur de la région de l’extrême Nord.  Le littoral et la ville de Douala en particulier est reconnue comme le fief de l’opposition au Cameroun. Non seulement à cause des nombreuses contestations  électorales qu’il y a eu dans cette ville, mais surtout et parce que, plusieurs partis de l’opposition sont concentrés dans cette région. Avec le désordre urbain qui y règne, et le caractère cosmopolite de la ville, Douala particulièrement est une ville difficile à maitriser. Avec l’introduction de la biométrie qui rend encore la gestion des élections plus complexe, il faut dire que le nouveau gouverneur  n’aura pas la tâche facile. Il va falloir que celui-ci fasse preuve de témérité, de pugnacité, et surtout de virtuosité pour gérer  ce dossier.

 

Bref dans l’ensemble, le nouveau gouverneur  la région du littoral, Joseph Beti Assomo, qui s’est certainement investit  dans la lutte contre les coupeurs de route dans la région de l’Extrême Nord, doit s’armer de la même dose de courage, dont il a fait usage, pour gérer les nombreux problèmes qui l’attendent dans la région du Littoral. On ne peut que lui souhaiter bon vent.

 

 

Hervé Villard Njiélé

 

 

Voir les commentaires

Assassinat:Un jeune homme tue son amante à Douala

13 Mars 2012, 22:39pm

Publié par Hervé Villard

Assassinat

 

Un jeune homme tue son amante à Douala

 Hugues-Rene-Tantan--l-assassin-a-l-agonie.jpg

Le malheureux incident  s’est déroulé hier après midi au lieu dit village, une banlieue de la ville de Douala. Le conjoint a mortellement poignardé la fille avant de tenter de se suicider.

 

La scène qui s’est déroulée au quartier Bobongo II  Petit-paris hier, est propre au scénario d’un film hollywoodien dans lequel, un amant déçu, assassine sa concubine et décide à son tour de se donner la mort.

René Hugues Tantan, l’auteur de la scène macabre, a mortellement poignardé sa petite amie hier après midi au quartier Bobongo II Petit-Paris, à Village avant de tenter de ce donner la mort.   N’ayant pas supporté que  Vanessa Seumeni Tchimeni Djomo, la fille qu’il comptait épouser le quitte, il s’est rendu au domicile des parents de sa dulcinée et lui a planté le poignard dans le cœur sans aucune autre explication.

 Après avoir constaté que cette dernière était décédée, il a voulu se donner la mort. Il s’est grièvement blessé avec le même poignard avant de  se jeter dans la rigole.  Mais mal lui en a pris. Il sera  rattrapé par la population riveraine et ramener sur la scène du crime bien que agonisant.

Selon des informations dignes de foi, René Tantan et Vanessa Tchimini âgée de 21 ans  entretenaient une relation amoureuse depuis le 15 mars 2010. Entre temps, il y a eu des petits problèmes qui ont plombé  cette relation. Ayant contracté le chlamydia, une maladie vénérienne, Vanessa a été abandonnée par son amant qui avait refusé de payer les soins. S’étant soignée avec le concours de sa famille, elle  retrouve la guérison.  Et, décide de mettre fin à cette relation qui lui crée plutôt des ennuies. Ayant tenté en vain de ramener la femme qu’il déclare aimer à des meilleurs sentiments, René Hugues Tantan décide de lui ôter la vie. C’est qui a été fait hier après midi.

 

Crime passionnelle

 

D’après sa majesté Ndassie Mopa Will, chef de quartier de Bobongo1, qui a reçu les deux jeunes amants quelques jours avant cet acte macabre, René Hugues Tantan avait menacé d’assassiné Vanessa Tchimeni depuis la nuit du 8 au 9 mars 2012. «J’ai été saisi par la famille  de Vanessa  Seumeni Djomo Timegni qui se plaingnait  de ce que le sieur René Hugues Tantan, le criminel,  a tenté d’assassiner leur fille dans la nuit du 8 au 9 mars 2012. »

En effet, René Hugues Tantan a invité Vanessa le 8 mars  2012, pour qu’il arrange les problèmes qu’il y avait entre eux. Vanessa ne voulant plus reprendre la relation, il va l’amener aux forceps chez un ami dans un quartier qu’elle déclarait ne pas connaitre. Enfermés dans cette chambre, le garçon qui avait un couteau a menacé de la tuer et de se tuer aussi. La jeune fille a bondit sur le couteau et l’a jeté. Le garçon a cassé la bouteille et s’est blessé en premier. Pris de panique, la jeune fille qui avait au préalable refusé de faire l’amour avec lui a finalement céder pour avoir la vie sauve.

 Pendant que la fille racontait cette scène, René Hugues, d’après le chef de blog, a reconnu les faits et a déclaré qu’il l’a fait parce qu’il aimait la fille. C’est alors que le chef de blog a demandé qu’un certificat médical soit fait et qu’ils reviennent le voir après.

Le certificat médical délivré,  Vanessa, ses parents  et Réné Hugues, son ami se rendent une  fois de plus chez le chef  de blog. Dans  le certificat médical  délivré par Fokam Hélène  médecin des hôpitaux il est mentionné que  Vanessa  souffre d’un traumatisme moral.

Pendant la discussion qui va s’en suivre, tandis qu’Hugues René Taatan affirme sa volonté d’épouser Vanessa, elle va une fois de plus déclarer qu’elle ne veut plus recommencer une aventure amoureuse avec le garçon. Ceci parce qu’il est « irresponsable, et a des  caractères bizarres que je ne peux pas citer ici. Il faut qu’il me laisse tranquille »  rapporte le chef de blog.  Avec tension naissante   le chef de blog à demander à Hugues de venir le voir aujourd’hui (hier jour du crime) avec ses parents pour qu’on voie ce qu’il y a lieu de faire.

 « Mais, j’ai été surpris tout à l’heure à  14h  qu’on vienne m’annoncé que la jeune fille a été assassinée.» affirme le chef de blog.  

Alerté, la brigade de gendarmerie s’et rendu sur les lieux pour constater les dégâts. Le corps de Vanessa gisant dans la marre de sang a été transporté à la morgue de l’hôpital du district de Nylon de même que le corps agonisant de Hugues René Tantan qui a commis le forfait. Quand nous quittions ce quartier hier,  le drame qui s’est déroulée dans ce quartier était sur toutes les lèvres. Au dernières nouvelles, il aurait succombé à ses blessures

 

Hervé Villard Njiélé

 

Voir les commentaires

Jean-Louis Bingo:Notre objectif c’est d’atteindre la phase des poules

6 Mars 2012, 13:12pm

Publié par Hervé Villard

Réactions 
 
« Notre objectif c’est d’atteindre la phase des poules » (Jean-Louis Bingo, entraîneur Diplomate FC)
 Jean-Louis-Bingo-entraineur-Diplomates-de-Rca.jpg
 « C’est la joie. Nous sommes qualifiés pour le tour suivant de la Ligue des champions, je suis très content.  Le football centrafricain est en pleine révolution et cette qualification contre une équipe camerounaise n’est pas une surprise pour moi. Nous avons travaillé dur pour réaliser une telle performance.
Ce qui a fait la force de notre équipe c’est l’engagement, la volonté et l’envie de gagner. Nous avons eu plus d’ambition dans le match que notre adversaire, cela s’est traduit par notre qualification et nous sommes contents. Concernant notre capitaine, Moussa Limane, qui a fait un grand match ce soir, il est bien centrafricain de père et de mère, contrairement à ce que j’ai entendu dire à Douala. Il est partie intégrante de l’équipe nationale de la République centrafricaine.

 Notre objectif c’est d’atteindre la phase de poule et nous avons des arguments pour y parvenir, même si la Ligue des champions regroupe les meilleurs clubs d’Afrique. Diplomate FC du 9ème Arrondissement de Bangui avait quatre joueurs titulaires dans l’équipe nationale centrafricaine, mais il y a eu des départs. Un joueur est parti en France, un autre est allé au Gabon, alors que le troisième s’apprête à intégrer Coton Sport de Garoua. Diplomate FC est champion en titre et la nouvelle saison n’a pas encore commencé ».

Voir les commentaires

Sport:Abouna Ndzana bagarre après le match

6 Mars 2012, 12:59pm

Publié par Hervé Villard

 
  
Abouna NDzana bagarre après le match 
  
Abouna-Ndzana.jpg
Le latéral gauche des Astres de Douala n’a pas pu retenir  sa colère face à un supporter de son club qui l’a provoqué après la rencontre.  
 

Le combat qu’a livré Abouna NDzana, le dossard n° 13 des Astres de Douala, après la rencontre  qui les opposait à l’équipe de Diplomates Fc de Bangui,  dimanche 4 mars 2012, au stade omnisports de Bépanda, était digne d’un combat de torero.  Abouna Ndzana, qui n’a pas supporté le fait qu’un  supporter lui fasse un reproche après cette rencontre au terme  de laquelle, l’équipe des Astres de Douala a été éliminée de la champions league  africaine, a chargé ce dernier. Il  l’a chargé tel un taureau, l’a trainé sur plus de 10 mètres avant de le jeter au sol. Non sans l’avoir au préalable roué de coups de poings.  

 La présence de ses coéquipiers et de certains responsables des Astres de Douala, qui  lui ont pourtant demandé de se calmer n’a pas empêcher  au garçon de Pk14 d’accomplir cette salle besogne qui en réalité, ne lui profite en rien. Mais plutôt, contribue à ternir l’image qu’il essaie de polir depuis quelques mois. Malgré l’intervention des riverains  qui ont réussi après moult efforts à séparer les deux hommes, le joueur des Astres dont le caractère explosif n’est pas ignoré, tenait  toujours à en finir avec ce supporter des Astres de Douala.

Ce sont les supplications de sa pauvre maman, présente  pendant cet incident malheureux et de ses frères et sœurs qui vont l’amener à abandonner cette partie de lutte qui a monopolisé les riverains du carrefour omnisports et qui a bloqué la circulation pendant quelques minutes. 
  
Origine du problème 
  
Selon les riverains du « Carrefour omnisports » qui ont assisté à cette scène malheureuse, le latéral gauche des Astres de Douala rentrait avec ses coéquipiers quand l’incident s’est produit. Il a été approché par un supporter des Astres de Douala qui lui a fait la déclaration suivante. « Si vous ne pouvez plus jouer, il faut laisser ». « C’est choqué par cette déclaration qu’il a empoigné le supporter en question et lui a assené des coups de poings ». déclare un riverain témoin de la scène.

 Selon des informations, le joueur des Astres de Douala ne serait pas à son premier forfait. On lui reconnait un tempérament chaud et une indiscipline notoire. Autant de comportements désagréables qui contribuent à noyer  l’immense talent qu’il regorge pourtant.
Ce tempérament   chaud que critique la presse au quotidien lui  a valu des sanctions et des  suspensions tant avec l’Equipe des Astres de Douala qu’avec l’équipe nationale A’ en 2011. Dieudonné Nké, l’entraîneur de la sélection nationale olympique,en regroupement au centre technique de la Fécafoot à Odza-Yaoundé, pour préparer un match décisif contre les Léopard de la République démocratique du Congo, qualificatif aux jeux africains Maputo 2011,  avait exclu Abouna Ndzana talentueux défenseur latéral  pour comportement malsain. «Je lui ai demandé de s’en aller parce qu’il est indiscipliné. Le joueur a pourri l’ambiance au sein du groupe par son comportement malsain» expliquait Dieudonné Nké qui avait décidé provisoirement d’exclure l’infortuné du lieu du stage avant de se plaindre par la suite à à la commission de discipline à la fécafoot.  Celui-ci après avoir été entendu par le conseil de discipline de la Fécafoot avait écopé de deux matches de suspension. Une sanction qui l’avait empêché de prendre part à une convocation de la sélection fanion du Cameroun.   
 Selon nos confrères du quotidien Le jour le comportement barbare du latéral des Astres de Douala serait également à l’origine des tests non concluants que celui –ci a effectué au mois de janvier dernier en Allemagne, en Belgique, en Pologne et en Lituanie. Selon ces derniers,  « Abouna Ndzana  s´est fait remarquer de façon désagréable dans deux hôtels en Belgique, comme en Allemagne ».  D'après le journal en ligne cité par nos confrères, «son caractère bien trempé serait la pomme de discorde."
 
Hervé Villard Njiélé.


Voir les commentaires

Spectacle: Bousculade au concert de Charlotte Dipanda

5 Mars 2012, 12:52pm

Publié par Hervé Villard

Spectacle


 Bousculade au concert de Charlotte Dipanda

 

 

 

Nombreux des fans de cette coqueluche de la musique camerounaise, se sont fait bousculer pendant le concert, que cette dernière donnait à Douala Bercy le 1er mars 2012.  

 

 charlotte--1.jpg

C’est une marée humaine qui s’observait à l’entrée de Douala Bercy, le 1er mars 2012 aux environs de 20h. Hommes femmes, tous venus des horizons divers tenaient absolument à vivre en direct ce concert dont les billets d’entrée on été vendus à l’avance. Malgré la pluie qui s’est abattue sur la ville de Douala ce soir là, ils ne se sont pas découragés.  Le sourire aux lèvres, mains dans la main pour les uns, ils comptaient s’évader  en écoutant chanter la nouvelle starlette de la musique camerounaise, Charlotte Dipanda. 

 Mais, Mal leur en a pris. Dès l’approche de Douala Bercy où se déroulait le spectacle,  C’est un spectacle désolant qui s’offre à eux. Une foule de personnes qui attendent d’entrer leur barrent la voie. A l’entrée de la salle, les nombreux amoureux et les fans de charlotte D. se font marcher dessus. Bref, une bousculade indescriptible s’y déroule.  Pour entrer dans la salle, il faut braver une rude épreuve de force avec les éléments de Maitre Zoé expert en Karaté pour entrer. Les invités de marque, les Vip, (véritable importants personnality), les important personnality (Ip) et les autres classes  se confondent dans cette mêlée. On ne sait plus qui est qui, et qui faisait quoi. Tous se bousculent pour avoir une place à l’intérieur. Même les hommes de médias, qui ont souvent un traitement spécial pendant la couverture  de tels évènements ne sont pas épargnés. Il a fallu à ces derniers de faire usage de leur muscle pour braver l’épais cordon de sécurité érigé à l’entrée. « Laisser passer les  médias. Laisser les journalistes entrer » Criaient-ils de temps à autre pour se frayer  un passage dans la foule de fans présents. Et qui se faisait nombreux, au fur et à mesure que le temps passait.  Fâchés du spectacle barbare qui se déroulait à l’entrée de la salle de spectacle, Beaucoup de fans ont maudit l’organisateur de l’évènement. «Quand il vendait les billets, il ne savait pas qu’on devait être nombreux ? Ils s’est mal organisé c’est pourquoi les gens se font marcher dessus. Regardez mon habits, c’est tout froissé » expliquait un des fans très fâché.

Magnifique spectacle


Malgré ce heurt qui a entaché l’évènement, la colère de tous les fans de Chalotte Dipanda, se transformait  subitement  en allégresse, en joie et surtout en un bonheur incommensurable dès que ceux-ci franchissaient le seuil de la porte d’entrée de la salle de spectacle.  A la seule vue de la vidéo de l’artiste sur l’écran géant, ces dernier criaient à n’en point finir. Aux environs de 21h quand Ferdinand Nana Payong monte au créneau et demande au public impatient, de patienter un tout petit  peu, le temps que ceux qui sont encore à l’extérieur regagnent la salle, le public boude. Mais, se console avec la vidéo de l’artiste diffusée sur écran géant.
A 21h 20,  quand Charlotte Dipanda fait son apparition sur la scène, l’euphorie est totale. Toute la salle est débout. C’est un tonnerre d’applaudissement qui l’accueille. Dans une robe de soirée de couleur bordeaux qui permet d’apprécier sa beauté physique et qui remet au gout du jour son charme, l’artiste d’une voix angélique, a su bercer son public tout au long de la soirée.  Faisant appel de temps à autres à ses coups de reins magiques et une gestuelle qu’elle seule connait le secret, Charlotte mettait toute la salle en émoi. Des bissez part ci, des je t’aime par là, elle  a pour tout dire affolé toute la salle.   Personne ne résistait sur  son siège pour longtemps.  Les fans se levaient au fur et à mesure  pour soit faire une photo l’artiste  ou, pour chanter et danser avec l’artiste sur scène.  Les flashes de appareils photos n’en finissaient pas de crépiter. Les titres Bwel, Eyaya, ndanda,Ndutu Ndema, Longue, Coucou, et d’autres  chantés par la nouvelle coqueluche de la musique camerounaise et africaine, a fait le plaisir de ceux qui ont le déplacement. Tellement émue et satisfaite par  la qualité de la musique de Charlotte D, Eveline Ngonla Bidjeck, Journaliste à la Crtv Littoral lui a remis un bouquet de fleur. A l’image cette mélomane, beaucoup d’autres fans sont passés encouragés l’artiste soit en « farotant » soit en la couvrant de baisées. A la fin du concert l’un des responsables de Douala Bercy a remis à l’artiste un portrait de lui-même réalisé par un peintre de la place. Charlotte Dipanda,  très content de l’accueil qui lui a été réservé, n’a pas manqué de remercier le public qui ne cesse de la soutenir. A travers le titre Longue qu’elle a interprété, elle a également rendu hommage à Jeannot Heinz, son parrain décédé. «Je rends hommage à Jeannot Heinz.  C’est lui qui m’a révèle au public en 2000 alors que je faisais encore mes débuts. «Je lui suis infiniment reconnaissant» a déclaré l’artiste toute émue. 

 charlotte-2-copie-1.jpg
 Avec à la guitare bass , Michel Bass, Mon ange au Clavier, Julien  à la guitare et Simon à la batterie,  Charlotte a permis au public de passer des moments « merveilleux, inoubliables ».  « C’était bien, c’était chaleureux, c’était enthousiaste, il faudra qu’elle revienne la prochaine fois. Il n’y a pas eu trop de couacs. Et, c’est rare que  des concerts se déroulent dans de très belles conditions » affirme Cathy Moudjo une mélomane satisfaite du spectacle.


Les débuts au Cameroun


 Charlotte décide très tôt que la musique sera au centre de sa vie et c’est sans hésitation qu’à l’âge de 15 ans elle alterne école le jour et concert au cabaret le soir. « La musique c’est une passion et c’est une petite voix intérieure qui m’a poussé à percer »

 
Lors de la fête de la musique à Douala en 2000, la capitale économique du Cameroun, elle rencontre plusieurs groupes et notamment des jeunes rappeurs à la recherche d’une chanteuse. Avec eux, elle participe au Concours musique de Douala organisé par les brasseries du Cameroun. Le groupe gagne et lui permet de débuter dans les cabarets de la ville.
S’en suit sa rencontre avec Jeannot Hens, ami des rappeurs, avec qui elle enregistre son premier album. Celui-ci sort en 2001 sobrement appelé Jeannot Hens et Charlotte Dipanda. Le succès est immédiat et la révèle au public camerounais qui depuis ne l’oubliera plus. Pourtant, Charlotte ne se laisse pas griser puisque entre-temps elle a rencontré le chanteur congolais Lokua Kenza qui l’a choisi comme choriste pour participer à ses deux concerts prévus à Yaoundé et à Douala. Forte de cette nouvelle expérience, la chanteuse se laisse convaincre par son nouveau mentor de partir tenter l’aventure en France.


Le défi parisien


L’album tout juste sorti, Charlotte, à peine âgée de 16 ans, s’installe à Paris où elle s’inscrit à l’école de musique. Lokua Kenza la recommande à Papa Wemba, pour qui il réalise et produit l’album, Charlotte devient sa choriste et enregistre même un duo avec lui. Dès lors, Charlotte prend contact avec des gens du milieu. « C’est un vrai apprentissage où je n’ai pas le temps de me poser de question ! » Tout va très vite, tour à tour choriste de Manu Dibango puis de Rokia Traoré, Charlotte Dipanda intègre la Chorale Gospel pour 100 voix, « je suis très croyante et cette chorale de gospel représentait vraiment pour moi quelque chose de magique.»

Pourtant Charlotte veut chanter seule et assumer ce qu’elle dit, «même si pendant longtemps accompagner les plus grands était mon seul objectif, à présent je veux défendre mes idées et ne plus me cacher derrière quelqu’un». La famille, l’amour et la vie sont les thèmes de prédilections de son premier album solo Mispa sorti le 25 mai 2009 dans les bacs.charlotte-dipanda1.jpg
La chanteuse revient également sur son concert à la Cigale le 14 mai 2009 où elle a fait la première partie d’Ana Moura, grande chanteuse portugaise de fado. Charlotte est lucide sur son parcours béni de Dieu comme elle aime à le dire. «J’ai la chance de pouvoir choisir les gens avec qui je veux travailler, je connais leur touche personnelle et je sais que tel musicien m’apportera telle couleur, ça m’est égal qu’il soit connu ou très talentueux, ce qui m’importe c’est le feeling que j’ai avec lui. »


Aujourd’hui, même si elle remplit le palais des Congrès de Yaoundé et est considérée comme une véritable star dans son pays, elle garde les pieds sur terre et attend les réactions du public français. Charlotte a soif de connaissances, elle se considère elle-même «comme une chanteuse d’origine camerounaise mais avant tout du monde ». Avec une curiosité culturelle insatiable, elle projette déjà de peut-être partir en Angleterre. Charlotte Dipanda est donc quelqu’un de simple, talentueux et très décidée qui on l’espère va faire beaucoup parler d’elle.


Le concert grandeur nature qu’elle a donné à Douala et Yaoundé le 1er et le 3 mars  ont permis de découvrir d’avantage, l’immense talent que regorge cette nouvelle voie  de la musique camerounaise. Avec son nouvel album Dube L’Am déjà très prisé par le public, la chanteuse d’origine camerounaise continue de multiplié des fans à son passage.

 

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Coupes africaines: Astres Douala éliminé de la compétition.

5 Mars 2012, 10:45am

Publié par Hervé Villard

 

Coupes africaines

 

Astres de Douala éliminé de la champions league africaine


astres de Douala Les Brésiliens de Bépanda qui évoluaient sur leur propre installation à Douala, ont été éliminés dimanche 4 mars dernier. Et ce,  malgré leur victoire de 2 buts à 1 réalisé face à l’équipe de  Diplomates Fc de la Rca.



Décidément, la victoire de Astres de Douala réalisée dimanche dernier, au stade omnisports de Bépanda, ne leur a servi à rien. Car, ils ont été éliminés de la suite de la compétition, par l’équipe de diplomates de la république centrafricaine. Le score de ce match biens qu’étant à l’avantage des brésiliens de Bépanda (2-1), s’est avéré très insuffisant, pour permettre aux poulains de  Justin Kamgue, de poursuivre  leur aventure à la champions league, une  compétition sur laquelle, l’équipe fondait pourtant beaucoup d’espoir.


La défaite  (0-1) concédée à l’extérieur, il y a deux semaines, leur a été très préjudiciable. Puisque l’équipe de Diplomates Fc de Rca, qui continue la compétition, se qualifie grâce à cet avantage  de but marqué à l’extérieur. Etant donné que, sur l’ensemble des deux matches, les deux équipes totalisent deux buts marqués chacune. Mais, le but concédé cet après midi par les Astres de Douala, permet aux poulains de jean Louis Bingo, le coach de  l’équipe de la Rca, de continuer la compétition. Au grand dam des Astres de Douala qui comptaient rétablir le retard accusé à Bangui,  au match aller. Bien que volontaire,  ils n’ont pas été assez adroit, pour combler les attentes du public et réaliser  surtout leur rêve.

Spectacles

Pourtant, la rencontre en elle même a été riche en spectacles. Très engagé Astres Douala, qui voulait obtenir une qualification pour la suite de la champions league africaine, s’est aussitôt jeté dans la bataille des l’entame de la compétition.


 Abouna Ndzana, Essomba, Nyamsi, Momasso, Mangolo tchuente, Dourowe, heumi Djalong, Ngome, à qui le coach a fait confiance dimanche après midi, affichent tous la volonté de gagner la rencontre. Le jeu des astres, basé sur une construction des passes est bien élaboré. Le public  acclame et pousse ces derniers par des salves d’applaudissements.


 Deux minutes après le coup d’envoi de la cette partie, ce sont les astres qui s’annoncent menaçant. Sur une attaque rapide, Momasso se retrouve dans la surface de réparation et son lobe passe au dessus de la barre transversale. A la 6ème minute, c’est le même scénario. Mais, cette fois, c’est Heumi (7) qui manque le cadre. Les Astres de Douala pressent. Car il faut rétablir l’équilibre avant la fin de la mi-temps.


A la 18ème  minute, Momasso qui bénéficie d’un bon ballon voit son tir dévié en corner par le portier de Diplomates Fc qui ne veut rien lâcher.


De ce coté là, la consigne du coach est propre « laissez passer l’orage, ne pas s’affoler et ensuite déployer le jeu comme on sait bien le faire ».


A la trentième minute, suite à une attaque rapide menée par les poulains de Justin Kamgue, Heumi, qui bénéficie le ballon à l’approche de la surface de réparation adverse, fait parler son génie et son talent. Celui-ci prend sur lui d’éliminer d’abord un puis, deux défenseurs de Diplomates de Rca, avant de d’éblouir d’un tir majestueux le gardien de but.
C’est l’ouverture du score. Les Astres mènent par un but à zéro mais ne sont pas à l’abri. Car, la ligne l’attaque de Diplomate de Fc, conduit par Moussa Lamine, très rapide est percutante et  s’annonce dangereuse.


A plusieurs reprises, ces derniers titillent l’axe central des brésiliens de Bépanda, qui peine à sortir le ballon de son camp. Ces derniers, multiplient d’ailleurs des fautes, pour stopper les velléités offensives des poulains de jean Louis Bingo.


Alors que l’on s’achemine vers la fin de la première manche, et que l’on croit  qu’Astres de Douala doit conserver son avantage, Diplomates Fc égalise. Le milieu de terrain  des Astres de Douala qui manifestait déjà la fatigue, perd un ballon récupéré par Diplomate Fc. Sur une relance rapide,  profitant de la passivité de l’axe central des Astres qui, au lieu de jouer, réclame plutôt un hors-jeu, Moussa Lamine (10) égalise. Et, permet à son équipe d’aller au vestiaire, sur ce score de parité de 1 but partout. 

 
A la reprise, les astres de Douala sont dopés spirituellement. Ils ont compris qu’il leur faut marquer encore deux fois pour se qualifier. C’est alors qu’après avoir centré le ballon à la reprise de la seconde manche, il passe à une phase offensive qui se solde par l’inscription d’un second but (46ème). Dourowe (18), à la suite d’une belle phase de jeu, inscrit le deuxième but des astres de Douala et redonne par ce fait espoir au public. Le Match gagne en intensité. Les Poulains de jean Louis Bingo, qui sont jusque là qualifiés, doivent maintenir cet avantage. Et tout mettre en jeu pour empêcher aux brésiliens de Bépanda d’inscrire le troisième but, synonyme de leur élimination.

Moussa Lamine, par ailleurs  homme du match de cette rencontre, fait parler son talent. Il prend de cour et ce à plusieurs reprises, la défense de astres avant d’échouer sur Ngome le gardien de but. Le portier des Astres  va d’ailleurs à plusieurs reprises, sauver ses buts très menacés, par les attaquants véloces de Rca.


 La rentrée d’Agbor (9) à la place de Heumi (7) du coté des Astres de Douala, ne va rien changer au score du match. Même si on a vu Astres multiplier des actions de buts jusqu’au coup de sifflet final, ceux-ci ne réussiront malheureusement pas à inscrire ce troisième but, qui devait les conduire au 16ème de final. C’est finalement Diplomate de Rca, qui arrache le ticket du prochain tour malgré la défaite de (1-2) concédée à Douala.


  Dans les autres rencontres de coupes africaines, Union de Douala, qui avait pourtant pris une sérieuse option pour la qualification, en venant à bout de Fc kallon  de Siera Leone à Douala, par 1 but à zéro,  a été éliminé. Les poulains de Bonaventure Djonkep ont été battus par (0-2) à Free Town Samedi dernier. Unisport de Bafang qui évoluait à Douala, a fait un  match nul et vierge de zéro but partout. Il se qualifie pour les 16ème de finale de la coupe de la confédération, grâce à sa victoire d’un but à zéro, réalisée il y a deux semaine en Côte-D’ivoire.  Il représentera donc avec Coton sport de Garoua, le Cameroun dans la suite des compétions africaines.

Hervé Villard Njiélé

 

Voir les commentaires

Coupe Africaines:Unisport du Haut-Nkam met les chances de son coté

1 Mars 2012, 19:11pm

Publié par Hervé Villard

Coupe Africaines  

Unisport du Haut-Nkam  met les chances de son coté


 Lors du tour préliminaire de la coupe de la confédération qui s’est déroulée le  18 février 2012, Unisport du Haut-Nkam en déplacement en Cote d’Ivoire a battu Sewe Sport par un but à zéro.

 photo unisport

 Unisport du Haut-Nkam qui occupe provisoirement la tête du championnat de Elite one au Cameroun a fait valoir son rang en cote d’Ivoire samedi dernier. En déplacement dans le pays de Didier Drogba et de salomon kalou en l’occasion d’une rencontre comptant pour les tours préliminaires de la coupe de la confédération (Coupe de la Caf) le flambeau du Haut-Nkam a brillé de mille feux. Il a battu le Séwé de San Pedro sur un score d’un but à zéro. Déjà meilleur buteur du championnat camerounais  avec 4 buts en 4 journées de compétition,  c’est Alex Nganou  qui va inscrire le but  qui  offre la victoire au jaune et rouge.   
Charles Eloundou rentré à la place d’Atangana Barnabé, à la suite d’un centre bien exécuté, permet à Alex Nganou d’ouvrir la marque et de donner l’avantage aux visiteurs.  A cet instant, le banc de touche des flambeaux de l’Ouest qui croyait jusque là à  un matche nul et vierge saute de joie. La victoire qu’il venait chercher est en fin dans la nasse. Il faut tout simplement la sauvegarder. Les différents coachings du banc touche va aller dans ce sens jusqu’à la fin du matche. Le Séwé, qui n’a jamais franchi les huitièmes de finale dans cette épreuve qu’il dispute pour la quatrième fois, a compromis ses chances avec cette défaite à domicile. Il lui faudra batailler dur au match retour face à cette formation homogène et plus en jambes du Haut Nkam pour espérer se qualifier. «Nous allons travailler pendant ces deux semaines pour obtenir notre qualification. Rien n’est impossible. Car si l’Unisport du Haut Nkam a arraché la victoire chez nous, nous pouvons en  faire autant chez eux» déclare  Njoya Mesack, l’entraîneur du Séwé. Les supporters des qui ont effectué le déplacement du stade Robert Champroux à Abidjan pour soutenir leur club  sont rentrés déçus.  Au niveau de la rencontre proprement dite, les deux équipes  ont livré un match de haute intensité dans lequel chaque formation a imprimé son empreinte. La première mi-temps, équilibrée, a montré de beaux gestes et la volonté de chaque club d’ouvrir la marque. Il fallut attendre la seconde période pour assister à des actions plus dangereuses.  Et, c’est Unisport du Haut-Nkam qui prendra le déçus.

Dans les autres rencontres comptant pour le tour préliminaire des coupes africaines, Union de Douala qui jouait au Cameroun et plus particulièrement à Douala a pris le déçu sur son adversaire Fc Kallon de la Sierra Leone. Son Attaquant mythique Joel Babanda a inscrit le but victorieux de l’union de Douala pendant la seconde manche de ce match. A la 75ème minute, sur un débordement de Julio Mbaidiguim nouvellement entré,  Joël Babanda présent dans la surface de réparation reprend majestueusement d’une tête plongeante le centre qu’il fait et inscrit l’unique but de la rencontre Pour union 1et Fc kallon 0.

 Astres de Douala le troisième club camerounais engagé dans le tour préliminaire de la champions league africaine, va perdre sa rencontre. En déplacement  en république centre africaine et plus particulièrement à Bangui,  l’équipe camerounaise a été battue par o but contre 1. Profitant « d’une bête erreur de la défense » comme l’affirme Clément Zeuko le coach des astres e Douala, DFC 8e arrondissement de Bangui va inscrire l’unique but de la rencontre.

 

Hervé Villard Njiélé.

 

Voir les commentaires

Université de Douala:Le département de sciences politiques livre ses premiers diplômés.

1 Mars 2012, 18:52pm

Publié par Hervé Villard

DSC02133.JPG

 

Le département de sciences politiques livre ses premiers diplômés.

 

Les étudiants  en fin de second cycle de ce département, soutiennent leur mémoire de fin de formation depuis quelques jours à l’université de Douala.

 

 

 Nouvellement créé, le département de sciences politiques  de la faculté des sciences juridiques et politiques(Fsjp) de l’université de Douala livre déjà ces premiers lauréats. Les étudiants de la  première promotion de ce département bravent les épreuves de soutenances depuis plusieurs jours à l’université de Douala.  Dans les salles de l’Essec (école  supérieure des sciences économiques et commerciales) aménagées à cet effet, les étudiants de la première promotion de D.E.A (Diplôme d’étude approfondie) soutiennent leurs différentes thèses.

Devant un jury constitué des enseignants de ce département, ces derniers défendent leurs travaux.  Sur les trente cinq étudiants inscrits dans ce département après l’obtention de leur licence en droit, pour la plus part, seule une quinzaine d’étudiants  ayant  achevé leur travaux de recherche sont appelés à passer cette épreuve.  Selon des informations, la seconde vague de soutenances, prévue pour les étudiants retardataires, se fera en juillet

Durant les épreuves d’échange qui permettent aux étudiants de présenter les travaux réalisés sur un sujet donné, plusieurs d’entre eux s’en sont sortis avec brio. Arrachant de très bonnes notes au passage. C’est le cas  de l’étudiant  Nguéta Noufessi Léopold qui a soutenu son mémoire hier devant le jury constitués des professeurs Auguste Nguelietou, Aboya  Manasse  et du Dr  Albert Mandjack.

DSC02118.JPG

 

Ngueta Noufessie Léopold, a arraché une note de 17/20 avec la mention très bien au passage, après la présentation de son travail. Il a par la même occasion été invité par le professeur Aboya Manasse à participer  à l’écriture d’un ouvrage collectif sur l’intégration sous régionale. Son thème intitulé « La production de  la politique de libre circulation des biens et des personnes dans la sous-région Cemac : Acteurs, enjeux et processus » lui a permis de faire une lecture globale des politiques en jeux dans la sous région. Après avoir présenté les différentes forces en présence dans la sous région et les  différents intérêts qu’ils visent, il a d’une part démontrer de part des arguments avancés pendant son exposé, pourquoi il y a échec au niveau de la politique d’intégration sous régional en Afrique centrale.

Selon celui qui prépare déjà un doctorat en science politique, l’échec dans la politique d’intégration sous-régional réside dans le fait que, les acteurs en présence dans la sous région, (les différents pays) protègent d’abord leurs  intérêts au détriment de ceux de la sous région. C’est ce qui selon lui,  explique les différents rapatriements et expulsions dont on vit en permanence dans la région.


D’après le candidat, pour protéger des positions stratégiques, certains pays de la sous région  développent parfois la politique de replie identitaire. Ce qui fragilise d’avantage les politiques mises sur pied visant à construire une véritable intégration régionale.

Pour  Ngueta Noufessie Leopold, pour une réelle intégration sous régional dans la zone Cemac, il  faut que les uns et les autres réajustent leur intérêts, que les Etats abandonnent les intérêts individualistes véritable freins de l’intégration sous régionale  et, priorisent  l’intérêt de la communauté et donc l’intégration sous –régionale.

 DSC02128.JPG

Les soutenances de la promotion expérimentale, du département de science politique de l’université de Douala, département géré par  le Pr Janvier Onana, pareillement vice doyen chargé de la scolarité, à la faculté des sciences juridiques et politiques, font la fierté  des enseignants de ce département. Ces derniers ne regrettent pas d’avoir mis sur pied ce département. « Je puis vous dire que, depuis que je préside le jury de soutenance dans ce département, je suis satisfait par la qualité des travaux des étudiants. On ne croyait pas si bien faire en créant ce département, on a d’ailleurs trop hésité. Mais, en fin, je pense qu’on n’a pas eu tort  de le faire. Je suis plutôt content, les étudiants  nous présentent des travaux bien élaborés et bien construis » affirme un enseignant de ce département tout joyeux.

En attendant la seconde vague des soutenances de Juillet prochain, les soutenances de la première vague  se poursuivent

 

Hervé Villard Njiélé.

Voir les commentaires